Les États européens prudents sur la réouverture des frontières pour le tourisme

La Grèce, dont les plages sont à nouveau accessibles (comme ici à Athènes), annonce le retour des vols vers son territoire au 1er juillet prochain. Ses hôtels rouvriront dès le 15 juin. ©AFP

Les ministres européens du Tourisme ont convenu de rouvrir leurs frontières sur base d'accords bilatéraux. Ils n'ont pu, toutefois, se mettre d'accord sur la feuille de route proposée par la Commission pour une reprise du tourisme.

Le ralentissement de la pandémie de Covid-19 en Europe, où le virus a tué plus de 168.000 personnes, a entraîné un débat sur la réouverture des frontières et la relance du tourisme, un secteur très impacté par la crise. Pour l'instant, la reprise se fait dans le désordre, alors que l'Union européenne (UE) recommande une grande prudence.

Plusieurs États européens ont déjà pris des mesures pour attirer à nouveau les touristes.

Les ministres européens du Tourisme ont discuté mercredi par vidéoconférence de la feuille de route de la Commission européenne sur la réouverture progressive des frontières pour sauver le tourisme, tout en maintenant un niveau élevé de sécurité. Mais les 27 ministres n'ont pu se mettre d'accord sur l'ensemble du plan proposé par l'exécutif européen.

Accords bilatéraux

"Des discussions supplémentaires seront nécessaires pour savoir comment appliquer le paquet tourisme", a résumé Gari Capelli, le ministre du Tourisme de la Croatie, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE. "Nous ne pouvons pas prendre des risques inconsidérés, il y a un mois, toute l'Europe était confinée", a-t-il ajouté, "nous essayons de rouvrir les frontières de manière responsable en concluant des accords bilatéraux. Nous ferons plus dans un mois ou deux."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Les États européens devraient donc conclure des accords bilatéraux sur la réouverture des frontières entre les pays présentant les mêmes données épidémiologiques.

"Nous n'avons pas adopté de décision unique sur les arrivées de voyageurs", a poursuivi Gari Capelli, "tout dépendra de la situation épidémiologique des différents pays. Des accords bilatéraux pourront être conclus entre deux États présentant une situation semblable". Un État européen comptant plus de décès et de personnes infectées ne pourrait bénéficier de cette mesure "qu'un peu plus tard", a-t-il encore expliqué.

Les ministres du Tourisme ont accueilli favorablement la proposition de la Commission de créer une carte interactive que les citoyens pourront consulter afin de vérifier la situation en temps réel. À noter encore que le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton devrait présenter le 27 mai un paquet de mesures financières pour soutenir le secteur du tourisme dans les pays les plus affectés. 

Réouverture des frontières dans le désordre

Pour l'instant, les décisions de rouvrir les frontières internes de l'espace Schengen se prennent dans le désordre. Plusieurs États européens ont déjà pris des mesures pour attirer à nouveau les touristes. L'Italie, très touchée par la pandémie, a annoncé, par exemple, une réouverture de ses frontières et des aéroports le 3 juin.

"Il faut travailler avec les pays frontaliers, entre Européens pour éviter d'avoir une Europe à plusieurs vitesses."
Jean-Baptiste Lemoyne,
secrétaire d'État français aux Affaires étrangères

La Grèce, épargnée par le virus grâce à des mesures strictes, a présenté mercredi un plan de relance du tourisme prévoyant une reprise progressive des vols vers son territoire à partir du 1er juillet. Les hôtels et les restaurants seront rouverts à partir du 15 juin. Les taxes sur les ferries, les vols, les bus et les boissons non alcoolisées seront réduites de 24% à 13%. Quant à la Slovénie, elle a décidé de distribuer un chèque de 200 euros à dépenser dans les hôtels et les restaurants à chacun de ses citoyens.

La France a plaidé, lors de la réunion ministérielle de mercredi, pour une meilleure coordination des États européens. L'objectif, pour Paris, est une réouverture des frontières intérieures de l'UE "à partir du 15 juin". "Il faut travailler avec les pays frontaliers, entre Européens pour éviter d'avoir une Europe à plusieurs vitesses", a dit le secrétaire d'État français aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne, lors d'une interview sur la radio RTL.

Lire également

Publicité
Publicité