Les actions immobilières belges les plus injustement massacrées

Indistinctement de leur secteur d'activité, les SIR ont subi de plein fouet le krach provoqué par le coronavirus. ©REUTERS

Degroof Petercam et Kepler Cheuvreux ont passé en revue les SIR qui, malgré leur profil défensif, ont subi le krach de plein fouet. Certaines plus injustement que d’autres.

Alors qu’il constitue un secteur défensif par excellence, l’immobilier papier n’a pas été épargné par le krach provoqué par le coronavirus. L’indice Stoxx 600 Real Estate a chuté de 36% depuis le début de l’année. Certaines actions ont vu leur valeur être divisée par deux.

L’occasion pour Kepler Chevreux et Degroof Petercam de dresser un état des lieux et de constituer un inventaire non exhaustif des SIR les plus exposées et de celles qui ont été injustement maltraitées ces dernières semaines.

Bien que son scénario de base soit que la crise pourrait se terminer dans quelques mois et que l’impact financier durable sur les résultats des entreprises pourrait être faible, Kepler a positionné prudemment son portefeuille de valeurs préférées pour le scénario du pire, prévient-il.

Aedifica in, Xior out

Au niveau de la Belgique, il a intégré Aedifica dans sa liste des valeurs préférées du Benelux en raison de son exposition limitée au coronavirus et de l’absence de risque macro-économique. "Nous pensons qu’Aedifica est immunisée à court terme face au Covid-19", souligne le broker.

36
%
L’indice Stoxx 600 Real Estate a chuté de 36% depuis le début de l’année. Certaines actions ont vu leur valeur être divisée par deux.

Ce qui n’est pas le cas, par contre, pour Xior , spécialisé dans les logements pour étudiants, qui sort de sa sélection. "Il y a un risque que la mobilité internationale des étudiants se ralentisse lors de la prochaine année académique", explique-t-il.

Pour trois SIR exposées à l’immobilier commercial, Kepler Cheuvreux a réduit son objectif de cours. Il passe de 55 euros à 48 euros pour Ascencio , de 125 euros à 91 euros pour Leasinvest et de 87 euros à 60 euros pour Retail Estates . La recommandation reste à "conserver" pour ces trois actions. Elle est inchangée à "acheter" sur Care Property Invest avec un target de 29 euros.

Les mieux armées

Chez Degroof Petercam, on rappelle que, malgré un cadre légal et fiscal homogène, les SIR sont en réalité exposées à différents secteurs économiques dépendant de leurs locataires et de leur business model. "Il a donc été plutôt surprenant de voir à quel point la récente vague de ventes a été aveugle, ne faisant pas la distinction entre des entreprises en difficulté et d’autres plus solides."

"Il a donc été plutôt surprenant de voir à quel point la récente vague de ventes a été aveugle, ne faisant pas la distinction entre des entreprises en difficulté et d’autres plus solides."
Degroof Petercam

Dans ce contexte, la banque a identifié des sociétés qui disposent des finances nécessaires pour affronter l’incertitude actuelle et d’un modèle d’affaires solide et qui, dans le même temps, ont été, de son point de vue, exagérément pénalisées ces dernières semaines. Elle prévient toutefois qu’elle n’attend pas de miracle pour les actions dans les prochains jours.

Au niveau belge, sa sélection comprend Aedifica (maisons de repos), Care Proprety Invest (maisons de repos), Montea (logistique), Retail Estates (commercial), Shurgard (garde-meubles), qui n'est pas une SIR, et WDP (logistique).  

Lire également

Publicité
Publicité