mon argent

Les banques autorisent le report de remboursement des crédits hypothécaires

©Photo News

Les banques ont décidé, d'un commun accord, de se montrer plus souples pour le remboursement de crédits hypothécaires vis-à-vis des citoyens dont le revenu est directement affecté par la crise du coronavirus.

Les banques belges, représentées par la Fédération belge du secteur financier (Febelfin), ont décidé d'"apporter une réponse générale" aux personnes ayant des difficultés dans le remboursement de leur crédit hypothécaire suite à la crise du Covid-19.

"Il faudra prouver qu'il y a une perte de revenu, comme le chômage temporaire pour les salariés ou le droit de passerelle pour les indépendants."
Rodolphe de Pierpont
porte-parole de Febelfin

Concrètement, un report du paiement de votre crédit hypothécaire, sans frais, sera possible. Les banques appellent tous ceux qui sont ou risquent de se retrouver en difficulté financière du fait de la crise du coronavirus à discuter avec leur banquier le plus tôt possible. "Les banques rechercheront la meilleure solution pour chacun, individuellement. Dans certains cas, il pourra s’agir d'un report du paiement du capital du crédit hypothécaire. Les banques sont, dans ces dossiers, disposées à prévoir de tels reports et n’imputeront pas de frais pour ce faire", explique Febelfin.

Uniquement en cas de perte de revenus

Cette aide devra être apportée en concertation avec les différentes autorités et dans les cadres imposés aux banques pour qu’elles ne se retrouvent pas, elles-mêmes, en difficulté. Autrement dit, il faut nécessairement qu'il y ait perte de revenus et que celle-ci soit liée à la crise du coronavirus.  

La plupart des banques travaillent actuellement sur rendez-vous en semaine, entre 9 et 12 heures, rappelle Febelfin.

Cela ne s'appliquera pas automatiquement. "Il faut prendre rendez-vous avec son banquier pour faire une demande", explique le porte-parole de Febelfin, Rodolphe de Pierpont, qui rappelle que ces mesures s'appliquent uniquement aux personnes qui éprouvent des difficultés liées à la crise de coronavirus. "Il faudra donc prouver qu'il y a une perte de revenu, comme le chômage temporaire pour les salariés ou le droit de passerelle pour les indépendants." 

Lire également

Publicité
Publicité