1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Les chaînes de supermarchés lancent un appel: "Faites vos courses seuls"

Les grandes chaînes de supermarchés présentes en Belgique, Colruyt, Delhaize, Carrefour, Lidl et Albert Heijn notamment, demandent à leurs clients de venir faire leurs courses seuls, dans la mesure du possible.
  • Fin du direct

    Ce live est à présent terminé. 

  • 5 patients Covid de Liège transférés vers des hôpitaux du Brabant flamand et du Limbourg

    Cinq patients touchés par le coronavirus et en soins intensifs dans des hôpitaux de Liège ont été transférés dans des établissements du Brabant flamand et du Limbourg, a indiqué ce mercredi soir le CHU de Liège.

    Deux patients du CHR de la Citadelle ont été transférés, un à l'hôpital de Tongres et l'autre à l'hôpital de Tirlemont. Un patient de la clinique André Renard et un patient du CHU de Liège ont été transférés à l'UZ Leuven. Un patient du CHR de Verviers a été transféré à l'hôpital de Hasselt.

    Les hôpitaux du réseau public de Liège "remercient chaleureusement" les hôpitaux concernés pour cette démarche de "solidarité hospitalière interrégionale".

  • Nouveau record en Italie avec plus de 15.000 cas enregistrés en 24 heures

    L'Italie a à nouveau battu son record d'infections quotidiennes au coronavirus, avec près de 15.200 nouveaux cas en 24 heures, ont déclaré les autorités sanitaires. En outre, 127 décès de Covid-19 ont été signalés ce mercredi. Vendredi dernier, le pays de 60 millions d'habitants a recensé plus de 10.000 nouveaux cas en un jour, pour la première fois depuis le début de la pandémie qui y a éclaté en février. La deuxième vague de coronavirus qui a frappé le pays met de plus en plus à mal les hôpitaux italiens et les autorités envisagent également de reconfiner la population.

    Dans un discours au Sénat à Rome, le Premier ministre Giuseppe Conte a appelé les Italiens à s'abstenir de tout voyage inutile. La Lombardie, qui comprend Milan, a été la région la plus touchée par la première et la deuxième vague de la pandémie. Elle prévoit d'instaurer un couvre-feu nocturne de 23h00 à 5h00 du matin, dès jeudi.

    Au total, près de 450.000 personnes dans le pays ont été testées positives au coronavirus. Le nombre total de décès s'élève à 36.832.

  • Les chaînes de supermarchés appellent les clients à faire leurs courses seuls

    Les grandes chaînes de supermarchés présentes en Belgique, Colruyt, Delhaize, Carrefour, Lidl et Albert Heijn notamment, demandent à leurs clients de venir faire leurs courses seuls, dans la mesure du possible. "Ce n'est pas une obligation, mais une vive recommandation", indiquent les différents groupes. Cette mesure était déjà d'application lors du confinement au printemps dernier. Les chaînes lancent ce mercredi un appel similaire, sans contrainte.

  • Van Quickenborne annonce des mesures pour les assemblées générales de co-propriétaires

    L'assemblée générale du syndic et des copropriétaires d'immeubles à appartements pourrait se dérouler de manière électronique cette année et éventuellement être reportée. Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, proposera au Conseil des ministres d'inclure cette mesure dans un projet de loi qui devra encore recevoir le feu vert du parlement. La Belgique compte plus de 200.000 immeubles à appartements.

    Une assemblée générale réunit annuellement les copropriétaires et le syndic. La deuxième vague de coronavirus risque de très sérieusement compliquer les possibilités d'organiser une réunion physique. Les personnes qui ne peuvent participer à une réunion électronique pourront donner une procuration ou choisir de participer physiquement à la réunion en respectant les prescriptions sanitaires. Si la réunion ne peut être organisée, il sera possible de la reporter.

    Les assemblées générales prévues du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021 pourront être reportées d'un an. Elles devront toutefois avoir lieu si des propriétaires représentant au moins un cinquième des parts dans les parties communes le demandent. Le seuil requis pour prendre une décision par écrit est réduit. Actuellement, l'unanimité est requise. Jusqu'au 31 mars, le seuil passe à 4/5e des copropriétaires.

  • Clarinval demande un geste pour les cafés dans les gares

    Le ministre des Indépendants, David Clarinval, a écrit à son collègue de la Mobilité, Georges Gilkinet, pour voir dans quelle mesure la SNCB pouvait faire un geste en faveur des établissements Horeca installés dans les gares et qui doivent un loyer à la société de chemins de fer, a-t-il indiqué ce mercredi en commission de l'Economie de la Chambre.

    Le ministre a été soumis à un feu nourri de questions après la décision prise par le comité de concertation de fermer les cafés et les restaurants pour un mois afin d'endiguer la progression du coronavirus. La décision "a été prise la mort dans l'âme" après de nombreux débats, a-t-il rappelé. Comme annoncé, 500 millions d'euros seront mobilisés sous la forme de divers instruments, dont la prolongation et le doublement du droit passerelle de crise, afin de venir en aide au secteur Horeca, au secteur événementiel et aux forains. Les textes sont en préparation.

    L'idée est de soutenir les personnes dont l'activité est arrêtée "de iure et de facto" par l'arrêté ministériel qui contient les mesures de lutte contre le coronavirus, c'est-à-dire ceux qui sont visés directement et ceux qui en dépendent entièrement, par exemple un brasseur qui vit de la livraison des bistros. Le ministre s'est toutefois prononcé dans le domaine qui ressort de sa compétence, à savoir le droit passerelle. Les mesures fiscales et sociales relèvent de ses collègues des Finances et des Affaires sociales.

  • Près de 27.000 cas de contamination en 24 heures en France

    L'agence Santé publique France a fait état de 26.676 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures, soit près de 6.300 de plus que la veille (20.468). Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s'élève selon elle à 9.375 et parmi eux, 1.584 ont été admis en réanimation.

    Le taux de positivité des tests est passé en 24 heures de 13,6% à 13,7% et 139 nouveaux foyers d'infection ont été dénombrés, ce qui porte le total à 1.852. Cent-soixante-six décès supplémentaires ont été recensés, ajoute Santé publique France, ce qui porte le bilan français à 34.048 morts depuis le début de l'épidémie.

  • Un décès au Brésil lors des essais du candidat vaccin d'Astrazeneca et Oxford

    Les autorités sanitaires brésiliennes ont annoncé la mort d'un volontaire qui participait aux essais cliniques du candidat vaccin contre le coronavirus d'Astrazeneca et Oxford.

    L'Université fédérale de Sao Paulo, qui participe à la coordination de ces essais cliniques de phase 3, a précisé que la victime était de nationalité brésilienne.

  • L'Espagne franchit le seuil du million de cas, une première dans l'UE

    L'Espagne est devenue ce mercredi le premier membre de l'Union européenne - et le 6ème au monde - à franchir le cap du million de cas de nouveau coronavirus, avec 1.005.295 de cas.

    Le pays a recensé 16.973 cas et 156 décès sur les dernières 24 heures, portant le total à 34.366 morts du coronavirus, alors que les restrictions se multiplient pour contenir la seconde vague de l'épidémie.

  • Le Royaume-Uni affiche encore un record de contaminations

    Le Royaume-Uni a connu ce mercredi un nouveau record quotidien de contaminations par le coronavirus, avec 26.688 cas signalés.

    Le nombre de décès supplémentaires liés à l'épidémie, sur la base des cas confirmés de contamination, s'élève à 191, contre 241 la veille.

  • Ouverture du centre de tests au Heysel: la capacité de tests PCR à Bruxelles passe à 50.000 par semaine

    Grâce à l’ouverture du Village nord sur le site du Heysel et à l’accroissement de la capacité du Village sud "Albert", la Région bruxelloise continue d’augmenter sa capacité de dépistage du Covid-19. De 35.000 tests par semaine début octobre, elle passera ainsi à 50.000 cette semaine.

      Après les villages Pachéco, Albert et Mérode, c’est donc au tour du Village Heysel de s’ouvrir, grâce au partenariat entre la Région bruxelloise et la Ville de Bruxelles. Ce village pourra dès aujourd’hui traiter 750 tests par jour. Installé sur le parking du Palais 12, à l’angle avec la Chaussée Romaine, il est accessible tant en transports en commun qu’en voiture. La partie drive-in peut accueillir jusqu’à sept lignes voiture et une ligne piéton. Il accueille les patients, sur rendez-vous, de 9 heures à 17 heures en semaine et de 9 à 13 heures le samedi (dimanche à suivre) (brussels.testcovid.be).

    Le CHU Saint-Pierre est l’hôpital de référence. La capacité du village Albert a quant à elle été portée à 1.000 tests par jour. Cette augmentation de la capacité bruxelloise de dépistage permettra de réduire le temps d’attente des citoyens pour une prise de rendez-vous, de désengorger les plus petits centres et de soulager les médecins généralistes en première ligne. Elle va de pair avec la décision prise par le Gouvernement fédéral de réserver les tests aux personnes symptomatiques, au personnel soignant, aux personnes à risque et aux collectivités.

    Les Bruxellois asymptomatiques rentrant d’une zone rouge ou ayant eu un contact à haut risque ne doivent donc plus se faire tester. Ils doivent néanmoins toujours s’isoler et respecter une quarantaine de 10 jours suivi d’une période de surveillance de 4 jours afin de limiter la propagation du virus. La quarantaine commence à dater du dernier contact à haut risque, où du dernier jour dans une zone rouge.

  • Colruyt demande de venir seul pour les courses quand c'est possible

    Le groupe Colruyt demande à ses clients de venir faire leurs achats dans les magasins d'alimentation de Colruyt Meilleurs Prix, OKay, Bio-Planet, Spar Colruyt Group et Cru seuls, chaque fois que cela est possible.

    "Avec cet appel pressant à nos clients, nous allons un peu plus loin que les mesures actuelles", a déclaré Marc Hofman, COO Retail. "Pour nous, cette décision est cohérente avec les règles qui s'appliquent déjà dans nos magasins et auxquelles nous devons tous, clients et employés, à nouveau nous conformer plus strictement. Ainsi, ensemble avec nos clients, nous voulons nous assurer que nous contribuons à lutter contre la propagation du virus. En outre, nous voulons également réduire ainsi la pression sur nos employés."

    Colruyt applique les mesures devenues normales comme le port du masque, la distanciation sociale ou encore la désinfection des charriots. "Nous demandons également à nos clients de prendre un caddy afin qu'ils puissent naturellement garder la distance de 1,5 mètre. Dans les plus petits magasins, nous autorisons l'utilisation de trolleys. Le nombre de chariots et de trolleys est de plus limité afin de respecter le principe d'un client par 10 m2", rappelle Colruyt.

  • Limitation des visites dans les maisons de repos et soins bruxelloises

    En raison de la recrudescence de l'épidémie de coronavirus, les maisons de repos et de soins bruxelloises subventionnées par la Commission communautaire commune (Cocom) sont priées de durcir leurs règles. Ainsi, tous les établissements doivent passer au moins en stade 2 et limiter les visites à deux personnes différentes maximum, indique Iriscare, l'organisme bruxellois de protection sociale.

    Normalement, le stade 2 est obligatoire lorsque deux cas positifs sont déclarés en moins d'une semaine dans une maison de repos et de soins. Toutefois, en raison de la situation sanitaire, Iriscare rend ce stade obligatoire pour tous les établissements, même si aucune contamination au Covid-19 n'est détectée dans l'institution. Tous les établissements doivent désormais limiter les visites à deux personnes différentes, une bulle de deux qui pourra changer toutes les deux semaines.

      En outre, le restaurant et la cafétéria doivent être fermés aux visiteurs et aux prestataires externes. Il est également interdit d'organiser des activités spéciales impliquant des prestataires externes, comme une visite de Saint-Nicolas ou un marché de Noël. En cas d'aggravation d'un foyer, le passage au stade 3 reste d'application.

  • Le MR bruxellois veut suspendre la commission spéciale Covid

    Le groupe MR du parlement bruxellois et ses membres siégeant au sein de la commission spéciale Covid de l'assemblée régionale ont appelé à une suspension temporaire des travaux de ladite commission spéciale, dès ce jeudi pour permettre aux experts et décideurs de se concentrer à la lutte contre la pandémie qui a repris vigueur.

    Interrogé à ce propos, le président du parlement et de la commission spéciale, Rachid Madrane (PS) a indiqué que le bureau de la commission se prononcera sur la suite des travaux lors de sa réunion de jeudi. Mais la séance prévue demain (ndlr: et au cours de laquelle sont notamment prévues les auditions du ministre de la Santé, Alain Maron, et du nouveau commissaire fédéral Covid, Pedro Falcon), aura bien lieu, a-t-il dit.

  • Sommet européen virtuel le 29 octobre pour faire le point sur la pandémie

    Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se retrouveront le 29 octobre pour un sommet par visioconférence destiné à faire le point sur l'épidémie de Covid-19. Les dirigeants des 27 sont convoqués à 18H.

    Ils avaient indiqué leur intention de revenir "régulièrement sur cette question" du coronavirus dans leurs conclusions lors du dernier sommet des 15 et 16 octobre.

  • La France passe entièrement en rouge dans les avis de voyage

    Les Affaires étrangères ont adapté leur avis de voyage ce mercredi, en fonction de l'évolution de l'épidémie de coronavirus. La France passe entièrement au rouge, ce qui signifie que les voyages y sont strictement déconseillés.

    Seule l'île espagnole de La Palma reste verte en Europe, dernière région vers laquelle les Belges peuvent voyager sans restriction.

    Par ailleurs, le Canada, la Tunisie et la Géorgie ont été retirés de la liste des pays dont les voyageurs sont autorisés sur le territoire de l'Union européenne. Les représentants des 27 membres de l'UE ont décidé en revanche d'ajouter Singapour à cette liste, qui n'avait pas été modifiée depuis août et passe ainsi de 11 à 9 pays. La procédure devrait être formellement entérinée d'ici vendredi.

  • La 10e édition du salon de recrutement Job IT day sera entièrement virtuelle

    La 10e édition du Job IT day, qui aura lieu du mercredi 28 au vendredi 30 octobre, sera entièrement virtuelle, coronavirus oblige. Jamais ce salon du recrutement et de la formation des métiers numériques - le principal en Belgique francophone - n'aura pourtant offert autant d'opportunités de formations et d'emplois, se félicitent ses organisateurs.

    L'édition 2020 sera donc entièrement digitale, avec des conférences virtuelles interactives lundi et mardi prochains, avant des entretiens, en ligne eux aussi, les mercredi et jeudi et du coaching en matière de reconversion et d'accompagnement le vendredi. La crise et le confinement ont poussé le développement et le besoin des technologies numériques, constatent les organisateurs. "Ils ont vraiment généré un sentiment d'urgence sur l'importance de basculer vers le digital", pointent-ils d'ailleurs. L'évènement ne s'adresse pas qu'aux 'geeks' et veut rendre (plus) attractifs les métiers qui y sont liés, ambitionnent encore ses chevilles ouvrières.

  • Plusieurs mesures d'aides confirmées au secteur horeca, d'autres demandes en attente

    Plusieurs mesures d'aides au secteur horeca ont été confirmées ce mardi par le ministre de l'Emploi Pierre-Yves Dermagne lors d'un entretien avec les trois fédérations du pays et les syndicats. Les représentants en ont profité pour soumettre des demandes supplémentaires. Outre la confirmation de l'enveloppe d'aides de 500 millions d'euros, le droit passerelle accordé jusque fin décembre et l'accord sur le remboursement des cotisations ONSS du 3ème trimestre, les fédérations horeca demandent "de ne pas garder les montants encaissés comme un acompte pour solder les futures charges car, la trésorerie de nos entrepreneurs étant au plus bas, il est primordial de retrouver ces fonds dans nos caisses".

    "Nous avons obtenu du ministre que l'assimilation des jours de chômage 'force majeure' pour les primes de fin d'année soit totalement assimilée par le gouvernement", ajoute la Fédération Horeca Bruxelles. Les représentants sectoriels ont encore demandé au ministre que les assimilations des vacances annuelles soient également supportées par le gouvernement, "car nos entrepreneurs ne pourront pas survivre à cette assimilation", les fédérations craignant "un bain de sang social". La Fédération Horeca Bruxelles a précisé que le ministre Dermagne devait leur revenir sur ces demandes et que toutes les mesures doivent être approuvées vendredi en conseil des ministres.

  • Les Cliniques Saint-Luc se distancient de Jean-Luc Gala

    "Les Cliniques Universitaires Saint-Luc tiennent à se distancier sans équivoque des interventions contre-productives du Pr Jean-Luc Gala dont les propos sont contraires aux valeurs et au positionnement scientifique de l'institution", a écrit l'institution médicale sur Twitter ce mercredi.

  • La République tchèque passe en confinement

    Le gouvernement tchèque a décidé ce mercredi de prendre des mesures drastiques et de confiner l'ensemble du pays en raison de la reprise de l'épidémie de Covid-19. Tous les magasins doivent fermer à partir de jeudi matin à l'exception des magasins d'alimentation et des pharmacies, a annoncé le ministre de la Santé, Roman Prymula.

    À partir de jeudi, un couvre-feu sera également mis en place, comme au printemps. La population doit limiter ses contacts avec d'autres personnes au "stricte nécessaire". Les citoyens sont autorisés à quitter leur domicile uniquement pour aller travailler, faire les courses et se rendre chez le médecin.

    Depuis quelques semaines, le nombre de cas de coronavirus en République tchèque grimpe en flèche. Ce mercredi, un peu moins de 12.000 nouveaux cas ont été signalés, un record. Au sein de l'Europe, la République tchèque est le pays le plus touché par la pandémie: 975,8 habitants sur 100.000 y sont en effet positifs au coronavirus, selon les données disponibles ce mercredi sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). La Belgique la talonne, avec 872,2 nouveaux cas/100.000 habitants enregistrés entre le 4 et le 17 octobre, d'après les données de l'Institut de santé publique Sciensano.

  • La quarantaine de dix jours pourrait entraver le fonctionnement des chantiers

    Environ 4.500 travailleurs du secteur de la construction devront observer une quarantaine de dix jours après la décision des autorités de revoir la stratégie de dépistage du coronavirus, a calculé la Confédération Construction. Elle s'inquiète que cela puisse entraver le fonctionnement des chantiers et demande que les entreprises, déjà fortement touchées par la crise, puissent prolonger les délais de livraison. Les personnes asymptomatiques ayant eu un contact à risque ou revenant d'une zone rouge ne doivent plus être testées, mais bien respecter une quarantaine de dix jours, au lieu de sept auparavant.

    Selon les calculs de la Confédération Construction, 2,15% de la population active est concernée par cette mesure, soit 4.622 travailleurs sur un total de 215.000 dans le secteur. "Il est évident qu'à cause de cette mesure de quarantaine prolongée, la production de notre secteur ne pourra plus être garantie à 100%", prévient Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction. Les entreprises, surtout les plus petites, risquent en effet d'avoir des difficultés à livrer un chantier à temps lorsqu'un ou plusieurs travailleurs asymptomatiques devront s'absenter pour dix jours.

    "Il faudrait donc avoir la possibilité d'accorder un report de délai aux entreprises qui sont confrontées à de graves problèmes à la suite de l'absence de leurs travailleurs", préconise-t-il. Près d'une sur deux (48%) sont confrontées, ou l'ont été, à des absences consécutives au coronavirus.

  • Nouveau record de contaminations aux Pays-Bas

    Un total de 8.764 nouveaux cas de coronavirus a été signalé aux Pays-Bas entre mardi matin et mercredi matin. Il s'agit d'un nouveau record quotidien. 

  • Wallonie: 154 millions d'aides pour les secteurs touchés

    Le gouvernement wallon a tenu une conférence de presse ce mercredi après-midi dans le but d'annoncer de nouvelles aides financières pour les secteurs touchés.

    En plus des 154 millions d'euros annoncés, le gouvernement wallon annonce débloquer 84 millions pour le secteur de la Santé, notamment via renforcement en personnel dans les maisons de repos et d’hébergement.

    Au vu de la situation sanitaire, le ministre-président Elio Di Rupo estime que "de nouvelles mesures restrictives paraissent inévitables".

    ©BELGA

  • Les écoles francophones passent en code orange

    Les écoles francophones passent en code orange "adapté". Concrètement cela signifie que les cours en présentiel continuent à 100%, mais que les écoles auront la possibilité de faire de l'enseignement à distance dès la 3e secondaire en alternance de manière temporaire si elles le jugent nécessaire pour leur organisation et que tous les élèves sont en mesure de les suivre. La révision des codes couleur prévoit des normes sanitaires plus strictes. Lesquelles? On ne sait pas encore. 

    Une circulaire sera envoyée ce mercredi soir aux directions d'écoles. Entre-temps, la ministre de l'éducation Caroline Désir (PS) s'exprimera devant le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Ces nouvelles mesures seront applicables à partir du 12 novembre, soit après le congé de Toussaint prolongé.

    À noter que la FWB évoque la possibilité de passer en code rouge après le Comité de concertation prévu ce vendredi.

  • Suivez la conférence de presse du gouvernement wallon en direct

    Le gouvernement wallon annonce de nouvelles mesures d'aide économiques dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. 

    Conférence de presse du gouvernement wallon

  • France: l'exécutif veut prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février inclus

    L'exécutif français veut prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021 inclus pour faire face aux conséquences de l'épidémie de coronavirus, selon un projet de loi présenté mercredi en Conseil des ministres. L'exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restriction de circulation, de rassemblements ou d'ouvertures des établissements au moins jusqu'au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le même texte.

  • La nouvelle politique de testing engendrera des modifications dans les chiffres

    Yves Van Laethem note que la nouvelle politique de testing engendrera des modifications dans les chiffres. "Puisqu'on testera moins des gens asymptomatiques, il y aura une diminution du nombre de nouveaux cas. Il ne faudra pas se tromper sur l'interprétation de ces chiffres et le taux de positivité augmentera par ailleurs", avertit-il. Cette mesure va "permettre de remplir le reste du contrat, c'est-à-dire que les tests soit réellement effectués dans les 24 à 48 heures et que les patients soient contactés entre les 24 et 36 heures qui suivent".

  • FWB: les clubs sportifs invités à annuler les compétitions amateurs prévues ce week-end

    Face à la nouvelle offensive de coronavirus en Belgique, la ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), s'est réunie mercredi avec les acteurs du monde sportif en Wallonie et à Bruxelles pour faire le point sur les activités prévues ce week-end.

    Ils ont décidé de concert de "recommander le report ou l'annulation des compétitions sportives amateurs pour les sportifs de plus de douze ans (nés avant 2008) prévues ce week-end, en attente des décisions du Comité de concertation de ce vendredi et de l'entrée en vigueur du baromètre fédéral de gestion de crise", selon un communiqué de la ministre. La mesure doit permettre à l'ensemble des clubs et fédérations de clarifier la situation et d'anticiper sur l'organisation des rencontres prévues normalement ces 24 et 25 octobre, les protocoles sanitaires actuels pour le monde sportif s'appliquant jusqu'à ce vendredi.

    Un nouveau protocole est "en cours de finalisation", précise la ministre Glatigny. Les nouvelles dispositions applicables pour la pratique sportive seront communiquées après approbation dudit protocole par les autorités fédérales et le commissaire Covid. Une communication reprenant ces nouvelles mesures sera ensuite adressée aux clubs et fédérations.

  • La VUB en code rouge dès lundi

    La Vrije Universiteit Brussel (VUB) passera dès lundi en "code rouge avec des mesures d'accompagnement", a annoncé le porte-parole de l'université bruxelloise mercredi. Ces mesures d'accompagnement s'appliqueront aux étudiants en première année ou internationaux notamment, ainsi qu'au personnel.

  • Pas de mesure fédérale pour la Toussaint, masque buccal obligatoire dans les cimetières

    Aucune mesure fédérale globale ne viendra encadrer pour l'instant les visites dans les cimetières à l'occasion de la Toussaint, a confirmé mercredi le cabinet du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). De nombreuses communes et provinces ont toutefois imposé le port du masque dans les cimetières à cette occasion.

  • Les arts de la scène craignent d'être à nouveau victimes des mesures

    Les arts de la scène craignent d'être victimes d'un nouveau confinement, par souci "d'une équité pour le moins spécieuse et sans fondement", après la fermeture pour un mois des restaurants. Plusieurs experts ont évoqué de nouvelles options en ce sens dans la presse ces derniers jours, alors que les nouvelles mesures ne sont entrées en vigueur qu'il y a quelques jours à peine. Cela "fleure bon le rattrapage tactique", fulmine mercredi la Fédération des Arts de la scène.

    "Depuis le début de la crise sanitaire, les responsables de salles de spectacle ont, comme d'autres secteurs, tout mis en oeuvre pour répondre à ses effets désastreux", rappelle la fédération. Des protocoles sanitaires dûment validés par des virologues ont été mis en place pour permettre un retour progressif sous conditions des spectateurs. "On cherche aujourd'hui à réduire à rien tous les efforts entrepris, qui ont porté leurs fruits, puisqu'aucun lieu de spectacle n'a été le lieu d'un foyer de contamination", affirme la fédération.

  • Emmanuel André veut reconfiner

    Le microbiologiste Emmanuel André était l'invité du journal de la RTBF ce mercredi midi. Alerté par la situation, il ne mâche pas ses mots: "Aujourd'hui, on doit parler de reconfinement". Emmanuel André estime que c'est l'hésitation qui rend les choses plus graves. "Ce temps nécessaire pour convaincre qu’il faut agir. Quand une partie de la population s’est laissée convaincre par des messages qui remettent en question des fondamentaux, ça a un impact sur comment on peut réagir", dénonce-t-il.

    Emmanuel André estime que nous nous trouvons dans une situation où ça déborde dans les hôpitaux. "Les gens doivent se rendre compte que quand leurs proches seront hospitalisés, la qualité sera amoindrie parce qu’on est déjà très loin."

  • Taux de contamination et de reproduction

    Par ailleurs, le professeur Van Laethem a répété s'attendre, à ce rythme, à atteindre la barre des 1.000 patients hospitalisés en soins intensifs d'ici la fin du mois. Si les mesures prises ne sont pas adéquates, on pourrait atteindre les 2.000 à la mi-novembre.

    Du 11 octobre au 17 octobre, 400.898 tests ont été effectués, soit une moyenne journalière de 57.271 tests. Le taux de positivité, à savoir la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées, atteint désormais 15,8% à l'échelle nationale. Enfin, le taux de reproduction, qui calcule la contagiosité du virus, est par ailleurs estimé à 1,466 pour la période du 14 au 20 octobre. Il est le plus élevé en Flandre occidentale (1,568) et est de 1,182 à Bruxelles.

    En chiffres absolus toutefois, ce sont les provinces de Liège, Hainaut et Bruxelles qui sont, dans l'ordre, les plus touchées par l'épidémie, avec respectivement 11.555, 10.717 et 9.112 nouvelles contaminations entre le 11 et le 17 octobre, contre 3.986 pour la Flandre occidentale. Les trois provinces les plus contaminées sont dès lors responsables, à elles seules, de 60% du nombre total de nouvelles admissions à l'hôpital au niveau du pays. Parmi les 62.828 nouveaux cas de la période de référence, 22.068 (35%) étaient rapportés en Flandre, 30.761 (49%) en Wallonie, dont 510 cas pour la communauté germanophone, et 9.112 (15%) à Bruxelles. Les données sont indisponibles ou dépendantes de résidence à l'étranger pour 887 cas (1%).

  • Pas de test pour les asymptomatiques: la durée de la quarantaine passe à 10 jours

    Lors de la conférence de presse des autorités sanitaires, le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem a expliqué que la durée de la quarantaine passait à 10 jours, au lieu de 7. Cette décision est liée aux modifications apportées au système de testing annoncées lundi. Entrant en vigueur ce mercredi, cette mesure indique que les personnes qui présentent des symptômes compatibles avec le Covid seront toujours testées mais les asymptomatiques, même s'ils présentent des contacts à haut risque, ne le seront plus, et ce, jusqu'au 15 novembre. 

    Des tests réalisés après cinq jours pouvaient préalablement permettre de raccourcir la quarantaine et d’en sortir au 7e jour. Cela était valable si on n’avait pas de symptômes et un test négatif effectué au 5e jour, même si des précautions particulières devaient alors être respectées pendant encore une semaine.

    "Le test au 5e jour n’étant plus réalisable, la quarantaine a été étendue. "Idéalement la quarantaine porte sur 14 jours, pour exclure la totalité des potentielles infections qui pourraient se réveiller à un moment chez quelqu'un qui aurait été contaminé. 14 jours, c'est évidemment long, ça a un impact personnel, de stress, et un impact économique également. Il a donc été choisi de définir un compromis qui porte sur une quarantaine de dix jours, et non formellement de 14 jour", précise Yves Van Laethem. Sur les quatre jours restants, moins de 10% des personnes vont encore développer la pathologie. "Il y a donc un risque, c'est vrai, mais limité", a-t-il ajouté, précisant que des précautions sont à respecter durant ces quatre derniers jours.

    Concernant les personnes qui rentrent de zone rouge à l’étranger, il n’y aura plus non plus de test au 5e jour. Une quarantaine de 10 jours + 4 jours de précautions devra également être observée.  

    Graphique test

    ©AFP

  • Le bilan chiffré du coronavirus en Belgique

    Les chiffres liés à la pandémie de coronavirus continuent d'augmenter dans tout le pays. "C'était inévitable. Nous le savions et l'avions dit; c'était quelque chose qui ne pouvait pas être arrêté si rapidement", a indiqué Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral lors du point presse de mercredi du Centre de crise.

    • Au total, 2.969 patients Covid-19 (+83%) sont actuellement hospitalisés en Belgique dont 486 en soins intensifs (73%). 248 patients nécessitaient une assistance respiratoire et 24 une oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO). 
    • Entre le 11 et le 17 octobre, 8.975 personnes ont été nouvellement contaminées par jour par le coronavirus (+68%), soit une incidence sur une semaine de 546,7 par 100.000 habitants. 

    "Mais au cours de quatre jours la semaine dernière, le nombre de nouvelles infections est même monté au-delà des 10.000 cas démontrés", a souligné M. Van Laethem. 20% d'entre elles font partie du groupe des 20 à 30 ans. Le groupe des plus de 90 ans, "donc les sujets les plus fragiles", connait également une augmentation puisque 700 cas de positivité ont été recensés la semaine dernière contre 300 la semaine précédente. "On peut donc craindre une augmentation des admissions de cette population au niveau des hôpitaux."

    Actuellement les chiffres de contaminations "doublent tous les neuf jours, alors que c'était le cas tous les sept jours il y a encore une petite semaine. On pourrait dès lors dire que ces chiffres sont moins 'décourageants' mais ils continuent d'augmenter et pour l'instant il ne faut pas les prendre comme nous indiquant formellement que la courbe va se casser. Nous avons déjà été leurrés à plusieurs reprises par une évolution des chiffres", a encore commenté le porte-parole interfédéral.

    • Sur la même période, le virus a fait plus de 32 morts (+79% par rapport aux sept jours précédents) en moyenne par jour, avec un pic à 42 mercredi dernier et à 40 lundi. En moyenne, 25 décès ont lieu à l'hôpital (+79%) et 7 en maison de repos (76%). 
    • Entre le 14 et le 20 octobre, les hospitalisations ont donc également continué leur progression, avec une moyenne de 295,4 admissions quotidiennes (+94%). 

    "Les admissions continuent à doubler toutes les deux semaines", précise Yves Van Laethem. Mardi, 411 nouveaux patients ont été admis à l'hôpital, "soit deux tiers du pic de 620 patients admis le 28 mars". 

  • La mise en quarantaine "aveugle" pas adaptée aux PME (SDI)

    La fédération patronale interprofessionnelle SDI déplore la nouvelle stratégie du gouvernement consistant à ne plus tester les personnes sans symptômes qui ont été en contact avec une personne infectée. "Cette procédure est en effet inadaptée pour les indépendants et les PME", estime le SDI. "Pour un indépendant ou un chef d'entreprise unipersonnelle, cela signifie qu'il doit fermer son établissement pendant 10 jours, qu'il soit ou pas infecté. Pour le SDI Il s'agit d'une violation disproportionnée et déraisonnable de la liberté d'entreprise et ce n'est pas réalisable dans la pratique", affirme l'organisation.

    Il en va de même pour les entreprises qui verront s'absenter leurs travailleurs qui sont dans l'impossibilité de télétravailler, et cela sans aucune preuve ni indice que ces personnes sont réellement malades, ajoute le SDI.

    La fédération patronale demande qu'une distinction soit rapidement instaurée entre les personnes qui peuvent continuer à travailler à domicile et celles qui ne le peuvent pas. Ces dernières doivent pouvoir se faire immédiatement tester même si elles ne présentent pas de symptôme, juge-t-elle.

  • Valérie Glatigny: "La rentrée dans le supérieur s'est faite en code jaune partout"

    Le cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR) conteste les propos tenus mercredi matin par le bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) sur Bel RTL. "La rentrée dans le supérieur s'est faite en code jaune dans toutes les communautés", précise le cabinet. 

    Le cabinet de la ministre Glatigny réfute en outre toute propagation du coronavirus au sein des établissements d'enseignement supérieur. "Tout le monde est unanime là-dessus. Le problème ne vient pas des auditoires mais bien de la vie estudiantine, et sa gestion dépend des autorités locales."

  • Fermeture du Colruyt d'Anderlecht après la détection de cas de Covid parmi le personnel

    Le magasin d'alimentation Colruyt situé chaussée de Mons à Anderlecht a été fermé mercredi en raison de la détection d'un cluster au sein de l'équipe du personnel, a indiqué en matinée la porte-parole du groupe Colruyt, Hanne Poppe. Une autre équipe est en train d'être mise sur pied dans l'objectif de rouvrir le magasin dès jeudi matin. Ce sont 7 cas qui ont été détectés en peu de temps au sein d'une équipe qui compte un peu plus de 40 personnes. De plus, deux autres collaborateurs sont en quarantaine dans l'attente du résultat de leur test.

  • La Flandre va acquérir des tests rapides

    Le gouvernement flamand va acquérir des tests rapides (tests antigéniques) visant à détecter le Covid-19. Leur nombre exact sera communiqué vendredi. Les lieux où ils seront déployés doivent encore être définis. Le ministre flamand du Bien-être Wouter Beke (CD&V) a annoncé mardi au Parlement régional son intention d'élargir les possibilités de tests. "Les tests antigéniques ont l'avantage de ne pas devoir passer par un laboratoire. Les résultats sont donc obtenus plus rapidement."

    Le cabinet Beke ajoute que l'achat de tests salivaires est également à l'étude, bien que ceux-ci soient moins avancés scientifiquement. Ces tests salivaires ne sont pas non plus une solution pour désengorger les laboratoires, car ils doivent y être analysés, précise encore le cabinet. 

  • Les Delhaize, Colruyt et Carrefour fermés à 20h le vendredi

    Les magasins Carrefour fermeront également à 20 heures le vendredi au lieu de 21 heures pendant les quatre prochaines semaines. Cette annonce est due à l'interdiction de la vente d'alcool après 20 heures, l'une des mesures mises en place pour lutter contre le coronavirus, en vigueur pour un mois, depuis lundi. Delhaize et Colruyt avaient déjà annoncé la même mesure.

  • "La rentrée dans le supérieur en code jaune a favorisé la propagation du virus"

    La rentrée dans l'enseignement supérieur organisée sous un code jaune en Belgique francophone a favorisé la propagation du coronavirus, a estimé mercredi le bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) sur Bel RTL. Après Anvers l'été dernier, puis Bruxelles le mois dernier, c'est au tour de Liège d'être la ville la plus touchée par le coronavirus. "C'est une situation qui est propre aux grandes villes dans la mesure où ce sont des centres d'activité et aussi des centres médicaux", a justifié Willy Demeyer. "Mais ce sont aussi des centres d'enseignement. Et la rentrée dans le supérieur a été un élément déclenchant. On voit (dans les chiffres) ce décalage d'une semaine entre le moment où l'on est dans sa ville universitaire et le moment où on rentre chez soi."

    Selon Willy Demeyer, cette rentrée dans le supérieur "explique aussi ce décalage entre la Flandre et la Communauté française puisque la Flandre avait organisé une rentrée en code orange, c'est-à-dire avec des restrictions." La Fédération Wallonie-Bruxelles avait en effet décidé d'organiser cette rentrée sous un code jaune. "C'est évidemment facile à dire après coup. Était-ce une erreur ? Non. C'était une option." "Tous les graphiques montrent que ce n'est qu'une question de jours, y compris du côté de la Flandre, pour que la situation soit uniforme et préoccupante partout en Belgique", a-t-il toutefois tempéré.

  • Georges-Louis Bouchez: "Le comité de concertation devra prendre des mesures beaucoup plus strictes"

    "Il faut un volume de mesures plus larges", a plaidé mercredi matin le président du MR Georges-Louis Bouchez au micro de La Première (RTBF). Selon lui, le comité de concertation convoqué vendredi devra "prendre des mesures beaucoup plus strictes". "Pour pouvoir maîtriser la propagation du coronavirus, il faut au maximum 100 contaminations pour 100.000 habitants. On est à 850", a relevé M. Bouchez. "Les gens n'ont pas nécessairement conscience des chiffres. Si on continue comme ça, on va arriver dans les semaines à venir à une saturation des capacités hospitalières."

    Outre le respect des gestes barrières, qui, selon lui, ne sont plus respectés par un Belge sur deux, le président des libéraux francophones plaide pour une extension de l'obligation du port du masque et pour une suspension des compétitions sportives du niveau amateur jusqu'à la fin du mois de novembre. Pour le sport professionnel, Georges-Louis Bouchez souhaite une poursuite des championnats sans public. "Comment pouvez-vous expliquer à un restaurateur qu'il doit fermer alors qu'il allume sa télé le samedi et qu'il voit le match Bruges-Standard avec du public?", a-t-il lancé. "En termes de choix de société, il faut fermer les écoles le plus tard possible et j'espère que nous ne devrons pas le faire", a-t-il ajouté.

    Georges-Louis Bouchez a enfin soutenu son ministre David Clarinval (PME et Indépendants), qui avait critiqué la mesure de fermeture de l'Horeca. "Il a pris cette position avec le MR et avec tout mon soutien. (...) Ces débats ont donné l'impression que l'on stigmatisait l'Horeca, alors que le débat est de savoir comment on réduit la propagation du virus." Selon le président du MR, les esprits n'étaient pas encore mûrs vendredi dernier lors du précédent comité de concertation. "Nous devons mieux préparer la population."

  • Retropédalage sur les tests, mais que s'est-il passé?

    Lundi soir, les ministres de la Santé du pays ont décidé de restreindre les tests Covid aux seules personnes symptomatiques. Un sacré retour en arrière dans la stratégie. 

  • Une possible adaptation du code couleurs concertée demain avec les acteurs de l'école

    Face à la résurgence des contaminations au coronavirus en Belgique, les ministres de l'Education des trois Communautés se sont concertés mardi pour discuter d'une adaptation du régime de codes couleur appliqué depuis la rentrée de septembre dans l'ensemble des écoles du pays. À la suite des décisions du Comité de concertation la semaine dernière, diverses concertations ont été lancées avec les experts sanitaires, entre ministres de l'Education ainsi qu'avec les acteurs de l'école pour étudier une éventuelle adaptation des scénarios sanitaires appliqués dans les écoles. Mi-août, les trois ministres de l'Education du pays s'étaient accordés sur un régime commun de codes couleur (vert, jaune, orange et rouge) déterminant les mesures de sécurité à adopter dans les écoles en fonction de l'évolution de la pandémie.

    Lundi soir, face à la dégradation sanitaire, le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA) a décidé de faire passer l'ensemble des écoles de Flandre en code orange (propagation "systématique" du virus) d'ici les vacances de Toussaint au plus tard. L'enseignement présentiel restera bien la règle au nord du pays, mais les écoles auront toutefois la possibilité de prévoir des cours à distance dès la 3e secondaire à condition que tous les élèves puissent y participer.

    En Fédération, les réflexions sont toujours en cours. La ministre Caroline Désir doit d'ailleurs s'entretenir ce mercredi dès 9h avec les acteurs de l'école francophone. "Les adaptations qu'on envisage viseraient à mieux faire correspondre les protocoles aux réalités sanitaires et aux données observées quant aux risques de contamination, tout en s'inscrivant dans l'objectif de garantir un maximum (d'enseignements) en présentiel dans des conditions de sécurité optimale", a-t-elle expliqué mardi devant le Parlement.

    Dans cette optique, certaines mesures sanitaires actuellement en place dans les écoles pourraient être renforcées, notamment celles concernant le port du masque lors des récréations, en salle des professeurs, etc. L'usage des cantines scolaires est aussi mis en discussion.

  • Le Comité de concertation se penchera vendredi sur les protocoles des différents secteurs

    Le Comité de concertation, qui se tiendra vendredi comme prévu, se penchera sur les protocoles des différents secteurs, annonce mardi soir le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo. Le Comité de concertation a chargé vendredi dernier les ministres compétents des différents gouvernements de coordonner, dans le cadre de leur domaine de compétence, les protocoles en vigueur selon le niveau d'alerte Covid 4.

    Cette coordination est en cours et se déroule en concertation avec le commissariat Covid-19. Le Comité de concertation, qui se fera en vidéoconférence, se penchera vendredi sur ces protocoles.

  • Des centaines d'opérateurs de traçage engagés d'urgence en Wallonie et à Bruxelles

    La Wallonie et Bruxelles engagent des centaines d'opérateurs pour le traçage manuel des personnes qui sont entrées en contact avec des personnes infectées au Covid-19 et qui doivent être prévenues au plus vite, signale La Libre Belgique et La Dernière Heure mercredi. Les centres de tracing manuels étant confrontés à une multiplication des cas, les appels ne sont pas donnés en temps et en heure. Or, que les personnes ayant été en contact avec un patient du Covid-19 soient contaminées ou non, il est nécessaire qu'elles soient prévenues au plus vite pour qu'elles se placent en isolement.

    Afin de rendre plus efficace ce traçage manuel, des opérateurs sont engagés en urgence en Wallonie. "Nous sommes passés de 90 opérateurs à 160 puis à 230. Nous visons 400 opérateurs dans un avenir proche", explique-t-on au cabinet de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS). "Depuis dix jours le centre de tracing est passé de 700 appels quotidiens à 5.400 pour ce qui concerne les cas positifs au Covid. Pour les personnes qui ont côtoyé un cas positif, il y en a 24.000 par jour". Bruxelles fait de même, puisqu'on espère avoir atteint le nombre de 260 opérateurs à la fin de ce mois, signalent les quotidiens.

  • "La Sowalfin va aider les PME wallonnes à sortir plus fortes de la crise"

    Sowalfin, l'outil public wallon dédié au financement des PME, va aider les entreprises wallonnes "à sortir plus fortes de la crise", assure Jean-Pierre Di Bartolomeo, le président du comité de direction de Sowalfin. La société a déjà aidé en trésorerie plus de 3.000 PME au cœur de la crise. "Il y a un réel impact Covid-19 sur les entreprises, et dans ce cadre nous sommes intervenus massivement, aux côtés des banques et en direct à travers les neuf invests wallons. On atteindra 600 millions d'euros d'ici la fin de l'année", assure M. Di Bartolomeo.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Au total, 2.969 patients Covid-19 sont actuellement hospitalisés en Belgique, dont 486 en soins intensifs, ressort-il de la mise à jour mercredi matin des chiffres provisoires communiqués par l'Institut de santé publique Sciensano. Le nombre moyen de nouvelles contaminations quotidiennes, calculé entre le 11 et le 17 octobre, continue d'augmenter et s'élève désormais à 8.975 (+68%).

    Entre le 14 et le 20 octobre, les hospitalisations ont donc continué leur progression, avec une moyenne de 295,4 admissions quotidiennes (+94%). Entre le 11 et le 17 encore octobre, le virus a fait plus de 32 morts (+14) en moyenne par jour. Depuis le début de l'épidémie en Belgique, 240.159 personnes ont été testées positives au Covid-19 et 10.489 en sont décédées.

    Le taux de positivité des tests, à savoir la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées, atteint désormais 15,8% à l'échelle nationale

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés