1. Dossiers
  2. Coronavirus

"Peu importe la facture, ce qui importe, c'est la santé de nos concitoyens"

5 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en Belgique. Le nombre de personnes contaminées par le Covid-19 s'élève désormais à 13 sur notre territoire. Maggie De Block a expliqué la situation actuelle en Commission Santé.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mardi

    • Le SPF Santé publique a signalé cinq nouveaux cas du coronavirus dans notre pays. Deux patients habitent en Flandre, un patient vient de Bruxelles et deux autres sont en Wallonie. Cela porte le total à treize cas détectés à ce jour. Lundi, le CHU de Liège indiquait avoir enregistré 7 cas suspects de coronavirus. Ils étaient tous négatifs.
    • Pour l'heure, il n'y a aucune interdiction généralisée d'événements en Belgique.
    • Plusieurs professionnels de la santé s'inquiètent déjà du manque de masques disponibles. La Belgique a souscrit un achat commun de masques avec de nombreux pays. "Il y a une 'disruption' sur le marché, la production chinoise s'est arrêtée", a admis la ministre de la Santé Maggie De Block. Quand arriveront-ils? Normalement, 40 jours après la commande, mais "on en saura plus vendredi".
    • Il n'y a pour l'instant aucune raison de craindre une pénurie de médicaments dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement après l'apparition en Belgique de quelques cas de coronavirus (Covid-19),selon l'Association pharmaceutique belge (APB).
    • La ministre de la Santé a expliqué en commission Santé que "le nombre de patients chez nous est parfaitement gérable" mais que "dans les premiers jours, la situation peut être explosive", se référant à la situation de l'Italie où le nombre de patients avait explosé en trois jours. Maggie De Block a rappelé que la Belgique est actuellement en phase 2, consacrée à "l'endiguement": il s'agit de contenir le virus pour ne pas qu'il se propage davantage.
    • La Banque centrale européenne discutera "le 12 mars", lors de sa prochaine réunion, de possibles réponses aux risques que la progression du nouveau coronavirus fait courir à l'économie. De son côté, la Banque centrale américaine a pris la décision ce mardi de baisser ses taux d'un demi-point de pourcentage. Cela a permis de faire rebondir les bourses européennes, mais pas Wall Street qui a perdu 3% à la clôture.
    • Dérapage budgétaire ou non, s'il faut des moyens supplémentaires pour faire face à une crise sanitaire, le gouvernement les mettra à disposition, a affirmé le ministre fédéral du Budget David Clarinval. En ce qui concerne les entreprises, il a souligné qu'un groupe de travail avait été mis en place avec les ministres Denis Ducarme (Indépendants et PME) et Nathalie Muylle (Économie) pour mesurer les conséquences économiques du coronavirus. Aux yeux du ministre, on pourrait envisager des mesures de type reports de crédits à rembourser ou apport de trésorerie pour aider celles-ci à gérer des difficultés temporaires.
    • Selon Philippe Devos, intensiviste au CHC Liège et président de l'Absym, le scénario du pire en Belgique impliquerait jusqu'à 850.000 personnes infectées et 50.000 morts. "La priorité absolue est d’éviter d’atteindre ces 850 000 infectés. C’est encore faisable", rassure-t-il. "Nous n’allons pas tous mourir: dans le pire scénario, 0,4% des Belges mourront, en large majorité dans les plus de 80 ans."
  • La Banque centrale américaine annonce une baisse des taux de 0,5 point de pourcentage

    La Banque centrale américaine a abaissé ses taux par surprise mardi de 0,5 point de pourcentage sur fond d'épidémie de nouveau coronavirus et d'appels pressants de Donald Trump. "A la lumière de ces risques", la Fed "décide aujourd'hui d'abaisser ses taux d'un demi-point de pourcentage", selon un communiqué surprise publié mardi, juste après une réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G7, dont aucune annonce concrète n'était sortie.

    Les taux de la Fed se situent désormais dans une fourchette comprise entre 1% et 1,25%.

    ► Notre article à lire | La Fed baisse ses taux

  • Que retenir de l'audition de Maggie De Block?

    Maggie De Block était sous le feu des questions ce mardi matin en commission Santé de la Chambre. Plusieurs députés se sont inquiétés de la disponibilité des masques dans le cadre de l'épidémie, de la communication des autorités à l'égard des professionnels de la santé et des particuliers, du dépistage et des soins, des groupes à risque...

    • Les personnes de plus de 80 ans ou celles qui souffrent déjà d'affections représentent le principal groupe à risque. Des mesures spécifiques vont être conseillées pour les maisons de repos.

    • Il y a effectivement une pénurie de masques de protection. Et celle-ci ne va faire que s'accroître. Les autorités belges ont lancé plusieurs pistes, dont un appel d'offres avec d'autres pays. Mais le problème ne sera pas résolu rapidement.

    • Actuellement, aucun médicament ni vaccin n'a démontré scientifiquement son efficacité contre le coronavirus. Et les tests sur les molécules actuellement envisagées prendront du temps.

    • L'évolution future de la maladie auprès de la population belge est actuellement inconnue mais la situation dans les pays touchés indique que, dans les premiers jours, la propagation peut aller très vite.

  • 200
    cas confirmés
    La France a dépassé mardi la barre des 200 cas confirmés de malades infectés par le nouveau coronavirus, passant de 191 à 204, selon le dernier bilan.

  • Swissport se prépare au chômage temporaire lié au coronavirus

    Swissport a demandé à ses syndicats la possibilité d'introduire les documents nécessaires pour implémenter le chômage temporaire au sein de son personnel bruxellois. Face au coronavirus, de nombreux clients réduisent en effet le nombre de leurs vols.
  • Développement de vaccins

    Plusieurs groupes tentent actuellement de développer des vaccins dans le monde. Il y en a notamment un à Louvain. "Mais si développer un vaccin en laboratoire peut aller vite, le tester sur des souris aussi, il faut prouver son efficacité, sa sécurité et s'il assure une protection efficace sur l'être humain. Cela demande du temps. Pour cette année, ça me semble improbable", a expliqué Maggie De Block.

  • 5 nouveaux cas détectés en Belgique

    Le SPF Santé publique a signalé cinq nouveaux cas de ce nouveau coronavirus dans notre pays. Deux patients habitent en Flandre, un patient vient de Bruxelles et deux autres sont en Wallonie. Cela porte le total à treize cas détectés à ce jour.   

    243
    tests
    Le laboratoire de référence de la KULeuven a effectué 243 tests au cours de la nuit et ceux-ci ont révélé cinq nouveaux cas d'infection.

    Tous ces nouveaux cas sont des personnes revenant d'un voyage dans le nord de l'Italie. Les patients présentent les mêmes symptômes modérés tels que de la fièvre, un rhume et de la toux. Ils reçoivent les soins nécessaires dans un environnement sécurisé. 

    "Tous les patients sont suivis de près par les médecins inspecteurs d'hygiène de leur région respective. Ceux-ci examinent et suivent également les personnes qui ont été en contact avec les patients depuis leur retour."
    Le SPF Santé

     

    Le passage de plusieurs personnes contaminées dans différentes écoles en Flandre a été confirmé, mais il n'est pas question de fermer ou de mettre ces écoles en quarantaine, précise l'Agence sanitaire flamande.  

  • Combien va coûter le crise coronavirus?

    "Peu importe la facture, ce qui importe, c'est la santé de nos concitoyens", a affirmé Maggie De Block. Et la ministre de saluer David Clarinval qui avait, de son côté, assuré: "Nous allons bien trouver les moyens..."

    Pour le montant, tout dépendra bien sûr de l'étendue de l'épidémie dans notre pays, ce qui est l'inconnue totale. "Nous ne savons pas encore comment cela va évoluer!" Le coût dépendra du nombre de patients en Belgique et de la quantité de tests à effectuer. "Je n'ose pas prédire ce qui va se passer."

  • Quid de la foire du Livre?

    Nous avons contacté les organisateurs de la Foire du Livre pour leur indiquer les précautions à prendre.
    Maggie de Block
    Ministre de la Santé

    Pour l'heure, aucune interdiction généralisée d'événements en Belgique. "Nous avons contacté les organisateurs de la Foire du Livre pour leur indiquer les précautions à prendre", indique Maggie De Block. 

  • Quels médicaments?

    Toutes une série de molécules sont actuellement testées en Chine, mais pour le moment, aucun résultat probant, montrant qu'une de ces molécules est plus efficace qu'un placebo, n'est apparu, a détaillé Steve Van Gucht en commission Santé. Selon le spécialiste du coronavirus, des tests montrent que la chloroquine peut se montrer efficace en laboratoire, sur des souris. "Mais on ne connaît pas encore l'efficacité sur les humains", insiste-t-il. "Il est prématuré d'augmenter la production de ce produit!"

  • Les 7 cas suspects au CHU de Liège sont négatifs

    Lundi, le CHU de Liège indiquait avoir enregistré 7 cas suspects de coronavirus. L'hôpital universitaire vient d'annoncer qu'ils étaient tous négatifs 

    Le CHU demande par ailleurs aux personnes souffrant de fièvre, toux, ou de tout symptôme viral de postposer leur visite à l'hôpital. Il n'est toutefois pas nécessaire de reporter une consultation si le patient ne présente aucun symptôme grippal. Un tri est effectué dès l'arrivée aux urgences afin que les personnes suspectées n'entrent pas en contact avec les autres patients.  

  • Le groupe à risque

    Selon les statistiques actuellement disponibles, basées sur la situation en Chine, une personne de plus de 80 ans a 15% de risque de ne pas sortir vivante de l'hôpital si elle est atteinte par le Covid-19.

    Par contre, les enfants peuvent être porteurs du virus mais ne pas développer de symptômes. 

    On ne peut pas dire qu'il n'y aura pas de décès en Belgique.
    Maggie De Block
    Ministre de la Santé

    "La protection des personnes âgées et moins âgées, mais souffrant de certaines pathologies, est importante. On ne peut pas dire qu'il n'y aura pas de décès en Belgique", explique Maggie De Block, se référant à la structure vieillissante de la population belge. 

  • "Le virus ne va pas plus loin qu'un mètre"

    Comment le virus se propage-t-il?

    Principalement par les postillons (toux, éternuements), qui peuvent être envoyés à un mètre de distance. Pour Steven Van Gucht, "le virus ne va pas plus loin qu'un mètre". Existe aussi une possibilité de propager le virus en touchant certaines surfaces, comme les portes et les poignées: il faut se laver souvent les mains et ne pas toucher son visage. Le virus est très fragile, le savon et l'alcool peuvent le tuer. 

    "Les masques peuvent présenter un risque: il faut les poser sur le visage avec les mains, donc il y a un risque de contagion."

  • Deux éléments positifs

    Pour Steven Van Gucht, "monsieur coronavirus", il y a deux éléments importants à pointer dans la lutte contre le Covid-19 en Belgique:

    • la grippe a été très modérée cette année;
    • les premiers cas sont apparus tard en Belgique, sans preuve qu'il y ait de circulation du virus sur le sol (tous les cas actuels semblent avoir été importés).

  • Pas de vaccin, pas d'immunité

    Steven Van Gucht, virologue à Sciensano et invité en commission Santé en tant que collaborateur de Maggie De Block, a expliqué qu'"à l'heure actuelle, on n'a pas de médicaments contre ce virus, on n'a pas de vaccin, et cela va prendre un certain temps (d'en fabriquer un, NDLR). Et personne parmi nous n'a une immunité par rapport à ce virus. Il y a un risque plus aigu de propagation qu'avec la grippe."

  • Y a-t-il assez de lits d'hôpitaux?

    "Ce n'est pas important le nombre de lits, mais la capacité du corps médical de traiter les gens." Maggie De Block rappelle qu'en cas de grippe aiguë, on a déjà eu besoin de 10.000 lits d'hôpitaux. Elle se réjoui que le pic d'épidémie de grippe s'éloigne depuis quelques semaines, de sorte qu'il n'y aura pas de combinaison de la présence de patients atteints du coronavirus et de la grippe en hôpital. 

  • Combien de laboratoires peuvent effectuer les tests?

    Depuis le retour de vacances de carnaval, l'efficacité du laboratoire effectuant les tests pour le Covid-19 est remise en question. La ministre de la Santé a rassuré. Plus de vingt établissements sont équipés pour réaliser ces tests. Si certains tests ont traîné jusqu'ici, "c'est de la responsabilité des hôpitaux", insiste Maggie De Block. Si un test est positif, "il peut encore être envoyé à Louvain pour confirmation."

    Quid de l'apparition de tests plus rapides? La ministre est contre: "l'important est que les tests soient fiables. Les gens doivent rester confinés en attendant le résultat."

  • Le risque de pénurie de masques est bien réel

    Plusieurs professionnels de la santé s'inquiètent déjà du manque de masques disponibles.

    La Belgique a souscrit un achat commun de masques avec de nombreux pays. "Il y a une 'disruption' sur le marché, la production chinoise s'est arrêtée", admet toutefois  Maggie De Block. Quand arriveront-ils? Normalement, 40 jours après la commande, mais "on en saura plus vendredi". Bref, le risque de pénurie n'est pas une chimère.

    "Nous travaillons sur une deuxième voie, mais notre problème est que nous sommes un petit pays. Plus les volumes sont importants, plus rapidement on est servi; d'où l'achat de groupe." Les masques commandés en achat groupés n'arriveront pas en une seule fois. "Nous pensons qu'il y aura une livraison en plusieurs phases." 

    La ministre De Block explique que la Belgique essaie aussi de trouver de petites quantités de masques "par-ci, par-là" ou d'envisager, pour les chirurgiens, l'intérêt de masques lavables.

  • Compétences dispersées

    Maggie De Block revient sur la difficulté engendrée par la dispersion des compétences dans les différents niveaux de pouvoir... et promet la meilleure collaboration entre eux. "Il ne s'agit pas que nos concitoyens soient moins bien traités en matière de soins de santé."

  • Panique?

    Maggie De Block n'a visiblement pas apprécié l'inquiétude de certains députés en commission Santé. "Il n'y a pas encore de panique dans le chef de la population, mais ceux qui ont suivi les déclarations dans le chef de certains députés, ça pourrait venir!"

    "Ce n'est pas sans raison que je me laisse conseiller par une Commission composée d'experts. Il s'agit d'un nouveau virus, dont nous ne savions pas comment il allait se développer. Il est suivi de près par le comité scientifique, en concertation avec les experts à l'étranger."

  • La Flandre s'organise

    Le gouvernement flamand a tenu une réunion à destination du secteur économique pour lui faire connaître les mesures de soutien existantes, activables pour freiner les effets du coronavirus sur la vie des entreprises. Y ont pris part, outre le ministre-président Jan Jambon, la ministre de l'Emploi Hilde Crevits, celle du Tourisme Zuhal Demir ainsi que les représentants des organisations d'employeurs et d'entreprises.

    À l'entame de la réunion, le ministre-président flamand a indiqué qu'il importait de ne pas amplifier les problèmes liés à la "crise du coronavirus". Selon lui, les autorités flamandes veulent avant tout éviter de céder à la panique, mais elles sont conscientes de l'impact économique de l'épidémie. Hilde Crevits a insisté, pour sa part, sur un certain nombre de mesures existantes à la disposition d'entreprises susceptibles de traverser une période de difficultés, telles que des crédits-ponts, des garanties supplémentaires, le recours au chômage économique. 

  •  

    Éviter la dispersion du virus, c'est d'abord éviter que des personnes fragiles soient contaminées par des personnes qui reviennent de zones infectées.
    Catherine Fonck
    cdH

  • Les pharmaciens rassurent la population

    Il n'y a pour l'instant aucune raison de craindre une pénurie de médicaments dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement après l'apparition en Belgique de quelques cas de coronavirus (Covid-19), indique l'Association pharmaceutique belge (APB). Elle explique avoir eu des contacts avec les responsables des autorités compétentes et l'industrie pharmaceutique au cours des derniers jours.

    "Il y a une inquiétude compréhensible au sein de la population, mais il n'y a pas de problème d'approvisionnement en médicaments et en substances actives."

    La production en Chine, en Inde, aux États-Unis et même en Europe n'est pas à l'arrêt. "Des médicaments et substances actives sont toujours produits", confirme le porte-parole de l'APB. 

  • "Il faut un seul canal de communication ultra-clair et univoque sinon c'est le chaos"

    Le "plan coronavirus" du gouvernement est la cible de plusieurs députés en commission Santé. Les critères de détection, problèmes de logistique et de communication sont pointés.

    "Les hôpitaux sont en problème d'approvisionnement de matériel stérile", affirme ainsi Laurence Hennuy (Ecolo). La question du nombre de masques disponibles et celle du nombre de lits en hôpitaux est aussi posée.

    Aussi épinglé, le site Sciensano, qui n'est pas à jour. "Il faut un seul canal de communication ultra-clair et univoque sinon c'est le chaos", insiste la députée Ecolo. 

    Le mode de détection dans les aéroports est aussi pointé du doigt.

  • Maggie de Block: "La situation peut être explosive"

    La ministre de la Santé a expliqué en commission Santé que "le nombre de patients chez nous est parfaitement gérable" mais que "dans les premiers jours, la situation peut être explosive", se référant à la situation de l'Italie où le nombre de patients avait explosé en trois jours.

    Maggie De Block rappelle que la Belgique est actuellement en phase 2, consacrée à "l'endiguement": il s'agit de contenir le virus pour ne pas qu'il se propage davantage.

    ©Photo News

  • Le bilan de l'épidémie de coronavirus dans le monde

    90.914
    CONTAMINATIONS DANS LE MONDE
    Le nombre de cas de nouveau coronavirus dans le monde s'élevait à 90.914, dont 3.116 décès, dans 76 pays et territoires, selon un bilan établi par l'agence AFP à partir de sources officielles ce mardi à 10 heures. La Chine comptait 80.151 cas, dont 2.943 décès. Les pays les plus touchés après la Chine sont la Corée du Sud (4.812 cas), l'Italie (2.036 cas), l'Iran (1.501 cas), et le Japon (268 cas).

  • Nouvelles réductions de vols de Brussels Airlines vers l'Italie

    Brussels Airlines va réduire de 30% son offre de vols vers Milan Linate, Milan Malpensa, Venise, Rome, Bologne et Turin entre le 16 et le 28/03. La compagnie aérienne avait déjà réduit la voilure sur ces destinations le 28 février dernier. L'annonce de ce mardi est donc une prolongation des mesures prises précédemment en raison de la forte diminution de la demande vers le nord de l’Italie. 

    Les passagers dont le vol est annulé sont contactés et redirigés vers d'autres vols ou peuvent choisir de se faire rembourser intégralement s'ils ne souhaitent plus voyager. 

  • Maggie De Block s'explique

    Ce mardi matin, dès 10h, Maggie De Block est attendue en commission Santé de la Chambre pour répondre à différentes questions autour du coronavirus. 

    Rappelons en outre que le SPF Santé publique fera à 10h le point sur le nombre de personnes contaminées en Belgique.

  • La Chine durcit ses contrôles

    Tous les voyageurs arrivant à Pékin depuis la Corée du Sud, le Japon, l’Iran et l’Italie devront être mis en quarantaine pendant 14 jours, selon les autorités locales. La ville de Shanghai prend également des dispositions similaires, mais la ville n'a pas donné de précisions sur la provenances des voyageurs visés.  

  • La BCE discutera le 12 mars de possibles mesures

    La Banque centrale européenne discutera "le 12 mars", lors de sa prochaine réunion, de possibles réponses aux risques que la progression du nouveau coronavirus fait courir à l'économie, relate l'AFP. "La discussion entre gouverneurs de banques centrales de la zone euro sur des actions à prendre n'a pas encore eu lieu, elle se fera lors de la prochaine réunion du conseil des gouverneurs", a indiqué une source proche de la BCE à l'agence.

  • Clarinval: "La santé prime sur le dérapage budgétaire"

    Dérapage budgétaire ou non, s'il faut des moyens supplémentaires pour faire face à une crise sanitaire, le gouvernement les mettra à disposition, a affirmé ce mardi matin le ministre fédéral du Budget David Clarinval (MR), interrogé par la Première (RTBF). Le coronavirus est potentiellement la source de trois risques supplémentaires pour le budget, a expliqué en substance M. Clarinval: une diminution de la croissance et par effet de domino, des recettes de l'État; la nécessité d'aider des entreprises confrontées de facto à l'impossibilité d'importer des produits en provenance de Chine; voire la nécessité de dégager des fonds supplémentaires pour faire face à une crise sanitaire.

    La santé prime sur le dérapage budgétaire. S'il faut des mesures supplémentaires pour les citoyens, nous les prendrons.
    David Clarinval
    Ministre du Budget (MR)

    En ce qui concerne les entreprises, le Vice-premier ministre libéral a souligné qu'un groupe de travail avait été mis en place avec les ministres Denis Ducarme (Indépendants et PME) et Nathalie Muylle (Économie) pour mesurer les conséquences économiques du coronavirus.

    Aux yeux du ministre, on pourrait envisager des mesures de type reports de crédits à rembourser ou apport de trésorerie pour aider celles-ci à gérer des difficultés temporaires. M. Clarinval a illustré son propos de l'exemple d'une entreprise de la région namuroise mise quasiment à l'arrêt en raison de l'impossibilité pour elle de continuer à importer des processeurs fabriqués en Chine, foyer originel du virus.

  • "Jusqu'à 850.000 personnes infectées et 50.000 morts" en Belgique?

    Selon Philippe Devos, intensiviste au CHC Liège et président de l'Absym, le scénario du pire en Belgique impliquerait jusqu'à 850.000 personnes infectées et 50.000 morts. Ce docteur a croisé les chiffres du SPF santé publique, de l'OMS et du CDC (Organisme national américain des maladies infectieuses). Il explique que, sur base des cas chinois et italiens, 6,1% des patients atteints ont une pneumonie nécessitant une hospitalisation en soins intensifs.

    Sur 850.000 personnes contaminées en Belgique, 117.000 personnes seraient hospitalisées et 52.000 personnes auraient besoin de soins intensifs. Mais, prévient Philippe Devos, il n'y aurait pas assez de lits d'hôpital pour tous ces malades. Alors, que faire? Il rappelle les consignes de base (se laver les mains, tousser dans son coude...) et l'interdiction des rassemblements de masse. Ensuite, il faudra réduire les rassemblements modérés: on ferme les écoles, les trains, les bus, on interdit aux gens venant de zones très contaminées de venir travailler, etc. La phase suivante concernerait les hôpitaux. Les hospitalisations programmées seraient annulées, les établissements seraient scindés en zone infectée et zone saine, etc. 

    52.000
    hospitalisations
    52.000 personnes auraient besoin de soins intensifs en Belgique suite au coronavirus, dans le scénario du pire.

    "La priorité absolue est d’éviter d’atteindre ces 850 000 infectés. C’est encore faisable", rassure Philippe Devos dans sa carte blanche publiée dans La Libre Belgique. "Nous n’allons pas tous mourir: dans le pire scénario, 0,4% des Belges mourront, en large majorité dans les plus de 80 ans. Arrêtez la psychose."

    Des propos contestés

    Plusieurs professionnels de la santé ont lancé un avertissement à l'encontre de ces chiffres, jugés trop alarmistes. Ainsi, Emmanuel André (médecin et microbiologiste à la KULeuven), dans Le Soir, juge que ces projections auraient pu être pertinentes si rien n’avait été fait depuis le début et si elles avaient été établies en tenant compte de la situation réelle. "Mais ce n’est pas le cas. Depuis le début, on se prépare. Ces calculs apocalyptiques n’ont donc pas lieu d’être.

  • Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

    > Toutes les infos dans notre dossier

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de lundi

    • Six nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en Belgique. Au total, cela porte le nombre de personnes atteintes à huit sur le territoire belge. Un patient revenu de la ville chinoise de Wuhan a pu quitter l'hôpital, guéri, le 15 février dernier. "Ce premier cas était en quelque sorte un test, maintenant on y est", estime la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD). Les six nouvelles personnes infectées revenaient de zones à risque du nord de l'Italie. Dimanche, une Belge de retour de France avait déjà été contrôlée positive.
    • Des centaines de tests de dépistage sont en cours de réalisation au laboratoire de la KULeuven. À en croire le professeur Herman Goossens de l'université d'Anvers, les critères utilisés pour tester les personnes susceptibles d'être infectées sont trop stricts. Un dépistage plus large serait souhaitable, assure-t-il. Un avis que Maggie De Block ne partage pas, estimant que cela reviendrait à "chercher une aiguille dans une botte de foin". Dès ce mardi, le SPF Santé publique fera le point chaque jour à 10h sur le nombre de personnes contaminées.
    • La Belgique a enclenché ce week-end la phase 2 de sa stratégie de lutte contre le Covid-19. En vertu de celle-ci, les patients sont isolés pour "être soignés en toute sécurité". Toutes les personnes avec lesquelles ils ont eu des contacts étroits sont par ailleurs répertoriées et placées sous surveillance. 
    • Les ministres-présidents des entités fédérées ainsi que la Première ministre Sophie Wilmès (MR), flanqués de leurs ministres compétents respectifs, se sont en outre réunis lundi matin. "Nous suivons la situation pas à pas, sans exagération, mais sans minimiser non plus. Nous appelons au calme et à la sérénité, a assuré Wilmès. Il faut que les décisions qui sont prises soient cohérentes entre le nord et le sud du pays. Et il y a la volonté autour de la table de prendre des décisions sur la base des avis scientifiques et dans la cohérence."
    • Aucune mesure spécifique n'a été prise pour le moment dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L'annulation des voyages scolaires n'est pas préconisée, mais un appel à la prudence a été lancé.
    • Bien que tous les événements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné soient annulés en France, une telle mesure n'est pas d'actualité en Belgique. Au salon Batibouw, qui s'est ouvert samedi au Heysel, des mesures préventives ont été prises. Du côté de la Foire du Livre, qui débutera jeudi à Tour & Taxis, l'annulation n'est pas envisagée.
    • Le coronavirus va freiner très fortement l'économie mondiale en 2020, selon l'OCDE, qui a ramené ce lundi sa prévision de croissance mondiale de 2,9% à 2,4%, et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.
    • Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a décidé de placer le niveau de risque lié au coronavirus pour les ressortissants de l'Union européenne de "modéré" à "élevé".
    ©Photo News

  • Le Parlement européen annule ses activités non législatives

    Toutes les activités non strictement législatives programmées ces trois prochaines semaines dans tous les bâtiments du Parlement européen sont annulées par mesure de précaution contre la propagation du coronavirus, indique le président de l'assemblée, David Sassoli. La session plénière qui débute lundi prochain à Strasbourg est donc maintenue.  

    Les activités annulées sont les visites, les événements organisés par les groupes politiques ou les parlementaires, les séminaires avec participants extérieures, les événements culturels, les auditions en commission ou encore les missions d'observation électorale. 

  • Ryanair annule jusqu'à 25% de ses vols italiens

    Ryanair va annuler jusqu'à 25% de ses vols, principalement vers et depuis l'Italie, prévus entre le 17 mars et le 8 avril, en raison d'une demande plus faible consécutive à l'épidémie de coronavirus. Tous les passagers touchés par les annulations de vols seront prévenus "au moins 14 jours à l'avance", assure Ryanair.

     

  • 9
    fois
    Près de neuf fois plus de nouveaux cas dans le monde qu'en Chine en 24 heures, selon l'OMS

  • Des questions sur votre voyage?

    L'épidémie de coronavirus peut avoir des conséquences importantes pour les voyageurs, qui sont confrontés à des annulations de voyages/vols par les organisateurs de voyage/compagnies aériennes. Il est également possible qu'ils veuillent annuler leur voyage de leur propre initiative à cause du virus. Un site internet a dès lors été mis en place par le SPF Economie pour répondre à leurs questions.

  • Les six nouveaux cas belges revenaient d'Italie

    Les six nouvelles personnes infectées en Belgique revenaient de régions à risque au nord de l'Italie. Cinq patients sont originaires de Flandre et un de Bruxelles, indique le SPF Santé publique.  

    Parmi ces six personnes, trois d'entre elles sont de la même famille, a indiqué Mme De Block, sans donner d'autre précision pour respecter leur vie privée.

    Elles se trouvent soit à leur domicile avec des mesures particulières d'isolement, soit à l'hôpital. Les autorités devront déterminer qui ces personnes ont rencontré à leur retour afin que leur entourage puisse également être testé.

    La ministre s'attend à ce que de nombreuses personnes se présentent cette semaine à l'hôpital pour réaliser un test.

  • De nombreux passagers laissent tomber leurs billets d'avion

    50%
    de "no show"
    D'après de nombreuses compagnies aériennes, environ 50% des passagers ne se sont pas présentés au départ de leur vol, ce qu'on appelle un 'no-show'. Un important transporteur aérien, non identifié dans la communication de l'Iata, signale, de son côté, une baisse de 108% du nombre de réservations vers l'Italie.

  • L'OMC s'inquiète aussi

    "Les effets sur l'économie mondiale devraient être substantiels et devraient commencer à se refléter sur les données sur le commerce dans les semaines à venir. "
    Roberto Azevedo
    Ddirecteur général de l'OMC

  • "La Belgique perdra au moins 0,2 ou 0,3% de croissance"

    L'économie belge va subir les conséquences de la crise sanitaire, prédit l'économiste Philippe Ledent. Sa croissance n'atteindra pas les prévisions et les entreprises déjà en difficulté pourraient ne pas survivre.

    Son interview est à lire ici

  • La Région bruxelloise déconseille de prendre des mesures isolées

    Devant le conseil régional de sécurité associant notamment les bourgmestres des 19 communes de la capitale, le ministre-président Rudi Vervoort (PS) et le ministre en charge de la Santé Alain Maron (Ecolo) ont fait le point sur la situation et présenté les mesures convenues lors du comité de concertation entre les gouvernements des entités fédérales et fédérées.

    Il a été convenu au sein de ce comité de travailler de manière concertée, tous niveaux de pouvoir confondus, pour que le message soit le plus cohérent possible partout.

    Le Conseil régional de Sécurité a, par ailleurs, déjà réfléchi à des mesures préventives complémentaires à mettre en œuvre au cas où l'évolution de la situation imposerait d'en prendre et nécessiterait d'être en capacité de le faire, a précisé Rudi Vervoort. Selon celui-ci, on s'attend à voir apparaître un certain nombre de cas en cette semaine de retours de vacances en provenance de zones à risque.

    ©BELGA

  • 90.000
    personnes contaminées
    Le coronavirus a désormais infecté près de 90.000 personnes dans le monde.

  • Le niveau de risque passe de "modéré" à "élevé" dans l'Union européenne

    Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a décidé de placer le niveau de risque lié au nouveau coronavirus pour les ressortissants de l'Union européenne de "modéré" à "élevé", a annoncé ce lundi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

    En d'autres termes, le virus continue de se propager.
    Ursula von der Leyen

  • La croissance mondiale pour 2020 revue en forte baisse

    Le coronavirus va freiner très fortement l'économie mondiale en 2020, selon l'OCDE, qui a ramené ce lundi sa prévision de croissance mondiale de 2,9% à 2,4%, et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.

    • La Chine, locomotive de la croissance mondiale depuis trois décennies, verra la sienne amputée de 0,8 point de pourcentage à 4,9%, entraînant dans son sillage toutes les grandes économies.
    • La croissance de la zone euro, comme celle de la France, sont réduites de 0,3 point, à respectivement 0,8% et 0,9%, tandis que l'Italie, principal foyer de Covid-19 en Europe, perd 0,4 point et aura une croissance nulle.
    • Les États-Unis résistent mieux avec une révision limitée à 0,1 point et une hausse prévue du Produit intérieur brut (PIB) de 1,9%.
    La contraction de la production en Chine a eu des effets dans le monde entier, témoignant de l'importance croissante de la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et sur les marchés des matières premières
    OCDE

  • Six nouveaux cas de coronavirus confirmés lundi en Belgique

    8
    personnes contaminées
    Au total, le nombre de cas en Belgique s'élève à 8, dont un patient qui est guéri et a quitté l'hôpital.

    La ministre de la Santé a annoncé, à l'issue du comité de concertation qui s'est tenu lundi matin entre les gouvernements fédéral et des entités fédérées, le recensement de six nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus sur le sol belge.

    Ces six nouvelles contaminations ont été détectées au cours du week-end. Elles s'ajoutent à celle d'une personne qui avait été testée positive à son retour de Wuhan, foyer de l'épidémie en Chine. Guérie, cette personne a entre-temps pu rentrer chez elle. 

    Aujourd'hui, commence une semaine cruciale. Le retour de vacances a des conséquences
    Maggie De Block

    ©BELGA

  • Elèves et profs des écoles européennes revenant de zones à risque resteront chez eux

    Les écoles européennes Schola Europaea ont demandé, via leur site web, à leurs élèves et professeurs de retour de voyage dans les zones à risque pour le nouveau coronavirus de rester ces 14 prochains jours à la maison. La région bruxelloise compte quatre écoles européennes, à Uccle, Woluwe-Saint-Lambert, Ixelles et Laeken.

    La communication ajoute que les zones dites à risque sont la Chine, Hong-Kong, Macau et les zones du territoire italien placées en quarantaine.

    Leur retour en classe ne sera autorisé après 14 jours que dans la mesure où aucun membre de la famille ne présente de symptômes.

  • Lufthansa, SWISS et Austrian Airlines ne volent plus vers la Chine

    La compagnie aérienne allemande Lufthansa supprime tous ses vols vers la Chine jusqu'au 24 avril. Idem pour ses filiales SWISS et Austrian Airlines.

    Les compagnies suppriment aussi leurs connexions vers l'Iran jusqu'au 30 avril. Lufthansa réduit, en outre, la fréquence de ses vols vers Hong Kong, Séoul et d'autres destinations en Italie.

  • Les marchés européens se reprennent après une semaine noire

    Les marchés européens ont ouvert en nette hausse ce lundi, soutenus par les espoirs d'une action concertée des grandes banques centrales pour soutenir l'économie face à l'épidémie de coronavirus. 

    Le Bel 20 a ouvert à +2,22%. 

     

    > Suivez l'évolution des marchés dans notre Market Live

  • Un point sur le nombre de cas tous les matins

    Le SPF Santé publique fera le point sur le nombre de personnes contaminées par le coronavirus en Belgique chaque jour à 10h00, a annoncé la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open Vld).

    Un comité de concertation, qui réunit les gouvernements fédéral et des entités fédérées, se tient ce lundi matin. Les différents ministres compétents vont tenter de s'accorder sur une approche commune face à l'arrivée du coronavirus en Belgique et sa probable expansion.

    ©BELGA

  • L'impact sur la croissance en France "beaucoup plus significatif" qu'attendu

    Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire s'attend à un impact de l'épidémie du coronavirus sur la croissance française "beaucoup plus significatif" que ce qu'il prévoyait jusqu'à présent, à savoir 0,1 point, a-t-il affirmé ce lundi sur France 2. Face au ralentissement attendu de la croissance, il s'est dit prêt à "débloquer ce qu'il faudra" pour venir en aide aux entreprises françaises. Il attend également "une action concertée" du G7 et des pays de la zone euro. Une réunion téléphonique du G7-Finances et de l'Eurogroupe est annoncée pour mercredi en vue d'"une action concertée", a-t-on également appris.

  • La Belgique épargnée?

    La Belgique est particulièrement épargnée par le coronavirus pour le moment. Seuls trois patients porteurs ont été détectés. Par conséquent, peu de mesures sanitaires sont prises, ce qui ne manque pas d'inquiéter.

    Ainsi, le professeur Herman Goossens de l'université d'Anvers (UAntwerp), interrogé par VTM, plaidait ce week-end pour un dépistage élargi. Maggie de Block, la ministre fédérale de la Santé, se veut, elle, très rassurante. Elle n'estime pas nécessaire d'élargir actuellement le screening. Mais elle admet que le nombre de cas va grimper en Belgique ces prochaines heures, suite au retour de vacances. En effet, de nombreux patients de retour de zones à risques demandent à être testés. "On va en avoir quelques-uns en plus aujourd'hui", disait-elle ce lundi matin sur La Première à propos de nouveaux cas potentiels.  

    Quid des écoles?

    Faut-il pour autant craindre la contamination dans le cadre scolaire? Pas tant que ça à l'entendre: la ministre souligne que les moins de 14 ans sont pour l'heure très peu touchés par le virus. Elle laisse à la discrétion des écoles d'annuler les voyages scolaires prévus. 

    Pour elle, la Belgique ne prend pas la situation à la légère: "Ce ne sont pas des mesures plic-ploc!", gronde-t-elle, soulignant le travail fait en concertation avec les instances internationales. Mais il ne faut pas comparer notre situation avec celle des pays proches, insiste-t-elle.

    Pour rappel, un comité de concertation réunissant le Fédéral et les entités fédérées s'est penché ce lundi matin sur les mesures à prendre face à la propagation du nouveau coronavirus Covid-19. 

  • 3.000
    morts
    Le bilan de l'épidémie de nouveau coronavirus a dépassé ce lundi les 3.000 morts dans le monde.

    En Chine, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès, portant le bilan de la maladie dans le pays à 2.912 morts. Mais le nombre de nouveaux cas recensés ce week-end est le plus faible depuis le 26 janvier.

    En Italie, par contre, quelque 500 nouveaux cas ont été recensés dimanche, un bond spectaculaire qui porte le nombre de contagions à près de 1.700 dans le pays. Cinq nouveaux décès ont par ailleurs été rapportés, portant le bilan à 34 morts dans la péninsule, toujours dans trois régions du nord du pays: Lombardie, Emilie-Romagne et Vénétie.

    Quant à la Corée du Sud, le deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 500 cas supplémentaires et quatre nouveaux décès, pour un total de plus de 4.000 contaminations, dont 22 mortels.

    La France, nouveau foyer aigu de la contamination en Europe, recense 130 cas et deux morts. Le Musée du Louvre est fermé. Le salon Livre Paris, grand rendez-vous de l'édition francophone qui devait se tenir du 20 au 23 mars, a été annulé. 

    L'Allemagne enregistre pour sa part 129 cas. Plus de la moitié des malades allemands viennent de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), là où un couple infecté avait participé fin février à un carnaval.

    L'Iran a fait état dimanche de 11 nouveaux décès, portant le bilan officiel à 54 morts. Le service en farsi de la BBC évoque cependant un bilan beaucoup plus lourd, au moins 210 morts, un chiffre démenti par les autorités.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    La Belgique compte désormais deux cas avérés de Covid-19. Mais elle reste relativement épargnée, semble-t-il, par rapport à ses voisins. 

    Au niveau des mesures préventives prises, là aussi, la Belgique est relativement en retrait même si la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé que le pays était désormais en "phase 2".

    C'est-à-dire? "Les personnes infectées sont prises en charge et soignées en toute sécurité. Toutes les personnes avec lesquelles elles ont eu des contacts étroits (famille, collègues, autres voyageurs) sont répertoriées et contactées par les services régionaux compétents", ont fait savoir les services de la Première ministre. "Elles sont également testées si nécessaire. Les personnes ne présentant aucun symptôme peuvent poursuivre librement leurs activités. En ce qui concerne les personnes qui ont séjourné récemment dans une zone à risque 1, une vigilance accrue est demandée." Un site internet d'informations au public a été ouvert: www.info-coronavirus.be/fr

    Rien à voir avec ce qui se passe en France, par exemple. L'Hexagone a interdit tout rassemblement de plus de 5.000 personnes. Le Louvre est désormais fermé et le Salon du Livre annulé...

    En Belgique, aucune mesure de ce type à ce stade. Si ce n'est à Woluwe-Saint-Lambert, la commune d'Olivier Maingain, qui interdit l’accès aux lieux publics (écoles, établissements sportifs et centres culturels) aux personnes qui ont voyagé dans des zones à risques. Une mesure qualifiée de "totalement disproportionnée" par la ministre de la Santé Maggie De Block.

    Dans le monde, on a enregistré ce lundi la 3.000e victime du nouveau coronavirus.

    Sophie Wilmès, Première ministre. ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés