Télécoms, gros électro et chaussures, le top 3 des réouvertures de magasins

Dans l'ensemble, il n'y a pas eu de ruée de clients sevrés de shopping. ©Photo News

La ruée crainte par certains ne s'est pas produite. Seules quelques grandes enseignes ont été prises d'assaut lundi matin. Les magasins de chaussures et de télécoms ont aussi attiré le chaland.

Les files parfois spectaculaires qui s'allongeaient lundi matin devant des enseignes low-cost (Action, Primark) ou des magasins de sport avaient levé un vent de frayeur du côté des syndicats. Mais, dans l'ensemble, cette première journée de réouverture est restée plutôt calme. La ruée de clients sevrés de shopping ne s'est pas produite, et les mesures de sécurité ont été globalement bien respectées.

3
articles
Chez PointCarré, les clients sont partis avec près de trois articles en moyenne, soit 60% de plus que d'habitude.

Schématiquement, on peut dire que le client s'est plutôt dirigé vers les grandes enseignes implantées hors des centres urbains et a évité les galeries commerciales. Les petits commerces ont d'ailleurs connu une affluence plutôt modeste, ce qui a rassuré les commerçants.

Hormis la forte affluence dans une enseigne low-cost comme Primark, la journée a été calme pour le commerce textile. "Nous avons eu moins de clients que d'habitude, mais ceux qui sont venus ont acheté davantage. Ils sont partis avec près de trois articles en moyenne, soit 60% de plus que d'habitude", précise Jérôme Bette, directeur marketing de la chaîne PointCarré.

Achats reportés

Globalement, la fréquentation des commerces est conforme aux attentes. "On note surtout le grand succès des magasins de chaussures. On n'achète pas volontiers des chaussures sur internet, et les enfants continuent de grandir", résume Clarisse Ramakers, directrice du service d'études à l'Union des Classes Moyennes (UCM).

"De nombreux clients ont reporté des achats importants comme des machines à laver."
Janick De Saedeleer
Porte-parole de Mediamarkt

Le diagnostic est confirmé, avec des nuances, par les acteurs de terrain. "Chez nous, les magasins Luxus, implantés dans des zonings commerciaux hors des villes, ont enregistré dès ce lundi un chiffre d'affaires équivalent à il y a un an. Mais la fréquentation de nos magasins Maniet, installés dans des galeries commerciales, a été beaucoup plus modeste", dit Jérémy Van Eeckhaute, directeur du marketing chez Maniet Luxus.

Autre créneau privilégié: le gros électroménager et les télécoms. Chez MediaMarkt, les clients ne se sont pas pressés au portillon, mais ils ont acheté plus que d'habitude. "De nombreux clients ont reporté des achats importants comme des machines à laver. Et les gens préfèrent aussi acheter des smartphones en magasin", explique Janick De Saedeleer, porte-parole de MediaMarkt. 

20%
.
Selon le SNI, les magasins n'ont réalisé que 20% de leurs recettes pour la période de janvier à août, au lieu de 50% en temps normal.

Les organisations de classes moyennes restent néanmoins inquiètes: l'activité enregistrée actuellement est à peine rentable alors que les commerçants espéraient combler leurs pertes accumulées ces dernières semaines.

"À cette période, les magasins sont censés avoir réalisé 50% de leurs recettes pour la période qui va de janvier à août. Mais leurs ventes n'ont rapporté jusqu'ici que 20%", souligne Christine Mattheeuws, présidente du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI). Qui se joint à l'UCM pour demander une prolongation des mesures de soutien aux commerçants (chômage pour force majeure pour les salariés, droit passerelle partiel pour les indépendants, aides en trésorerie...) et un moratoire sur les faillites jusqu'au 31 décembre.

Lire également

Publicité
Publicité