À Bruxelles, la majorité ne repartira pas d'une page blanche

Le gouvernement bruxellois avait bouclé sa déclaration de politique régionale en juillet 2019. Le projet de relance s'inscrira dans ce cadre. ©BELGA

Le plan de relance du gouvernement bruxellois s'inscrira dans l'accord de majorité de juillet 2019. Avec un ajustement budgétaire reporté au mois de septembre.

400 millions d'euros. C'est le coût total des mesures de soutien prises par le gouvernement bruxellois dans le cadre de la crise du coronavirus. Selon les chiffres délivrés par le ministre du Budget Sven Gatz (Open Vld), la part du lion revient aux entreprises en difficulté puisque les primes uniques de 4.000 et 2.000 € représentent à elles seules près de la moitié de l'argent sorti des caisses en deux mois.

Prévu initialement au printemps, l'ajustement budgétaire devait déjà déboucher sur de nombreux arbitrages en raison d'une marge budgétaire réduite. La crise renforce encore la nécessité d'effectuer des choix concernant les projets à développer. Mais pas au point de repartir d'une feuille blanche. Après discussion, l'équipe de Rudi Vervoort (PS) a estimé que la déclaration de politique régionale (DPR) offre un cadre adapté aux défis soulevés par la crise sanitaire.

Le futur plan de redéploiement s'intégrera donc dans le cadre des objectifs prioritaires de la DPR avec trois axes principaux: la transition économique, sociale et environnementale, le renforcement du système socio-sanitaire et l'aménagement spatial de la région. La majorité entend adopter ce plan de relance durant l'été tandis que l'ajustement budgétaire se déroulerait à la rentrée. Adaptée aux conséquences de la crise, la Stratégie Go4Brussels 2030 sera soumise aux partenaires sociaux et un premier état des lieux de l’avancée des chantiers prioritaires sera dressé lors du Sommet social en septembre.

Le logement reste prioritaire

À ce stade, aucune mesure phare de la DPR n'a donc officiellement été mise au bac, qu'il s'agisse de la gratuité partielle de la Stib ou du revenu de formation des demandeurs d'emploi. La secrétaire d'État bruxelloise Nawal Ben Hamou (PS) déposera bientôt son plan d'urgence pour le logement et selon nos infos, aucun parti n'a remis en cause les budgets qui doivent y être accordés. La crise sanitaire a démontré l'importance cruciale de pouvoir disposer d'un logement décent. Même chose pour le plan régional de mobilité Good Move puisque les nouvelles règles de distanciation sociale renforcent le besoin de réappropriation de l'espace public.

En revanche, la crise pourrait impacter la réforme de la fiscalité automobile et le projet de taxation des automobilistes en fonction de l'usage. La mise en place d'un système basé sur le réseau de caméras ANPR comporte un coût qui sera réévalué à l'aune des habitudes de mobilité post-Covid.

Un an après les élections

DOSSIER | Un an après les élections

Le Covid-19 a tout changé alors que le paysage semblait bloqué depuis les élections du 26 mai 2019. La crise sanitaire puis économique provoquera-t-elle un sursaut? Comment la politique est-elle pratiquée en ces temps troublés? État des lieux.

Lire également

Publicité
Publicité