Publicité
analyse

À quand la 3e dose pour tous en Belgique?

L'Agence européenne du médicament considère qu'une troisième dose d'un vaccin Pfizer ou Moderna a un effet "booster" sur le système immunitaire. ©AFP

L'opportunité d'une troisième dose de vaccin anti-covid pour tous les Belges va être examinée prochainement.

Le gouvernement flamand préférait miser sur une troisième dose de vaccin pour tous plutôt que de passer à l'usage étendu du covid safe ticket et au port du masque dans les lieux fermés. Mais il a dû s'incliner.

Le Comité de concertation (Codeco) n'a pas suivi Jan Jambon, le ministre-président flamand. Il n'a cependant pas été sourd à son appel, puisqu'il est désormais demandé aux ministres de la Santé "d'organiser l'administration d'une dose de rappel pour toute la population, dès que la nécessité de cette troisième dose sera scientifiquement prouvée", selon la communication faite après le Codeco.

Réservé à certains groupes

Actuellement, la dose supplémentaire de vaccin anti-covid est proposée en Belgique aux personnes immunodéprimées, aux plus de 65 ans et aux résidents des centres de soins. On sait que la Conférence interministérielle (CIM) Santé a déjà demandé au Conseil supérieur de la Santé (CSS) un avis concernant les soignants et les personnes présentant des comorbidités. Cet avis n'a pas encore été rendu, la CIM devrait avoir le dossier en main mercredi prochain.

"Comme on a commencé à vacciner les plus fragiles en premier, il est logique que ce soit ces mêmes groupes qui reçoivent d'abord une dose supplémentaire."
Jean-Michel Dogné
Expert au comité mondial de sécurité vaccinale de l’OMS, membre de la task force vaccination

"On observe que la réponse immunitaire obtenue grâce au vaccin diminue avec le temps. Comme on a commencé à vacciner les plus fragiles en premier, il est logique que ce soit ces mêmes groupes qui reçoivent d'abord une dose supplémentaire", argumente Jean-Michel Dogné, expert au comité mondial de sécurité vaccinale de l’OMS et directeur du Département de pharmacie aux FUNDP.

Le cas israélien

Mais sur quoi se basent ces décisions? "Le CSS se base sur la totalité des informations scientifiques disponibles à l'international et éventuellement sur des données nationales de Sciensano", détaille le professeur des facultés namuroises, qui est aussi membre de la task force vaccination.

44%
En Israël, 44% de la population a déjà reçu une troisième dose de vaccin.

Plusieurs études ont ainsi été réalisées en Israël, où une troisième dose a déjà été injectée à 44% de la population. Une recherche publiée dans une revue scientifique constate que la troisième dose auprès des 60 ans et plus diminue significativement les hospitalisations et formes sévères de covid en Israël.

Les Israéliens servent en quelque sorte de "cobayes". Parce qu'on a vacciné rapidement une population importante, l'efficacité dans le temps peut déjà y être analysée, sur de larges groupes, en tenant compte du variant Delta.

Un effet booster

En outre, des données de l'industrie pharmaceutiques ont permis à l'Agence européenne du médicament (EMA) de se positionner à propos d'une troisième dose de vaccin à ARN, qu'elle considère comme un booster, c'est-à-dire que cette injection supplémentaire permettrait d'augmenter les défenses immunitaires. Mais l'EMA ne donne pas de recommandation aux pays, elle laisse les gouvernements nationaux décider.

"Il faut attendre! Trois semaines? Six semaines? Huit? La réflexion va se faire pour tous les groupes, mais au fur et à mesure."
Jean-Michel Dogné
Expert au comité mondial de sécurité vaccinale de l’OMS, membre de la task force vaccination

"L'EMA explique qu'une dose supplémentaire d'un vaccin Pfizer six mois après un schéma complet augmente la quantité d'anticorps pour les 18-55 ans. De même pour une dose supplémentaire de Moderna, 6 à 8 mois après la vaccination. L'EMA juge donc que cette dose booster peut être utilisée", précise Jean-Michel Dogné.

Mais quand la Belgique se positionnera-t-elle sur cette troisième dose (ou deuxième pour les personnes ayant reçu un premier vaccin Johnson & Johnson) pour toute la population? "Il faut attendre! Trois semaines? Six semaines? Huit? La réflexion va se faire pour tous les groupes, mais au fur et à mesure. Il faut le temps que les données sur l'efficacité arrivent. Elles existent actuellement pour les 65+, beaucoup moins pour la population en général", temporise Jean-Michel Dogné.

Le résumé

  • Actuellement, seule une petite partie de la population a droit à une dose supplémentaire de vaccin contre le covid.
  • Des études montrent que cette injection supplémentaire a un effet favorable sur les hospitalisations et les cas graves.
  • Le Conseil Supérieur de la Santé va se pencher sur l'opportunité de proposer une dose supplémentaire d'un vaccin ARN à tous les Belges.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité