1. Dossiers
  2. Coronavirus

Le confinement prolongé jusqu'au 3 mai en Belgique

Le confinement est prolongé jusqu'au 3 mai en Belgique. Les pépinières et les magasins de bricolage vont pouvoir rouvrir leurs portes aux mêmes conditions que les magasins d'alimentation, tandis que les maisons de repos et de soins vont à nouveau pouvoir recevoir des visites.
  • Merci de nous avoir suivi

    Ce direct est terminé. Pour suivre les infos en direct ce jeudi, rendez-vous ici.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Ce mercredi après-midi a eu lieu un Conseil national de sécurité. Il a été décidé de prolonger le confinement en Belgique jusqu'au 3 mai. Les pépinières et les magasins de bricolage vont pouvoir rouvrir leurs portes aux mêmes conditions que les magasins d'alimentation, tandis que les maisons de repos et de soins vont à nouveau pouvoir recevoir des visites. Tous les grands événements de l'été, notamment les festivals, sont interdits jusqu'au 31 août. >> Lire Les 7 mesures à retenir après la prolongation du confinement jusqu'au 3 mai et Wilmès se donne 10 jours pour parler déconfinement

    ► Le président de fédération des maisons de repos (Femarbel), Marc Verbruggen, a jugé la décision des autorités d'autoriser les résidents vivant en maisons de repos d'à nouveau recevoir des visites d'un proche, "risquée" alors que le secteur fait face à un manque de moyens ainsi qu'à un risque élevé de propagation du virus. La décision est toutefois "humainement compréhensible", selon l'organisation. De son côté, le ministre flamand du Bien-être Wouter Beke (CD&V) s'est prononcé pour un report en Flandre de la mesure. Il a plaidé pour "reporter et bien préparer" la mesure.

    ► L'organisation patronale flamande Voka regrette le manque de vision d'une relance de l'économie. Le Voka comprend la décision de prolongation du confinement décidée par le Conseil national de sécurité, mais estime que le gouvernement attend trop longtemps avant de proposer un plan de sortie "intelligent et échelonné" qui pourra sauver l'économie belge. EDITO | Le flou reste trop grand

    ►Les entreprises doivent se préparer dès maintenant au redémarrage de leurs activités après le 3 mai, estime la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), dans la foulée de l'annonce du prolongement de deux semaines du confinement. La FEB demande que le Groupe d'experts en charge de l'exit strategy (GEES) présente rapidement une stratégie de sortie du confinement claire.

    ► Ce mercredi, les autorités sanitaires ont annoncé 283 décès supplémentaires pour les 24 dernières heures. 250 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures. Ce qui porte à 5.524 le nombre de personnes actuellement hospitalisées. Parmi ce nombre, 1.204 patients sont aux soins intensifs, une diminution de 22 par rapport à hier. 889 patients nécessitent une assistance pour respirer. 239 patients guéris ont pu quitter l'hôpital ces dernières 24 heures. Le total de personnes sorties est donc de 7.107. 

     Les autorités sanitaires dénombrent 4.440 morts depuis le début de la pandémie en Belgique. Ce nombre est particulièrement élevé si nous prenons en compte le nombre de morts par million d'habitants. Il nous mène d'ailleurs dans le "top mondial". Alors, pourquoi la Belgique se situe-t-elle au "top" mondial du nombre de décès?

    ► Au moins 17.167 personnes sont mortes du coronavirus en France, depuis début mars, selon le bilan officiel présenté par le Directeur général de la santé français qui a annoncé une baisse du nombre d'hospitalisations pour la première fois depuis le début de l'épidémie.

    ► Amazon va fermer ses sites français pour cinq jours, du 16 au 20 avril inclus, après une décision du tribunal judiciaire de Nanterre (région parisienne) l'enjoignant de limiter son activité dans l'attente d'une évaluation des risques face au coronavirus.

    ► "Le monde a reçu plein de fausses informations sur la transmission et la mortalité" du Covid-19, a lancé le président américain dans un long et violent réquisitoire contre cette agence de l'ONU, dont les Etats-Unis sont le premier contributeur. Le président américain a donc ordonné la suspension du financement de l'Organisation mondiale de la santé

    L'utilisation de masques est recommandée dans les situations où il est impossible de garder une distance d'au moins 1,5 mètre, ressort-il d'un document de différentes instances sanitaires belges. Sciensano, le Conseil supérieur de la santé, l'AFMPS, le SPF Santé publique et les organisations germanophone et flamande de la santé se sont accordés sur des directives communes. >> Lire Le port du masque amené à se généraliser

    ► Selon l'OMS, il n'est pas certain que tous les patients guéris du coronavirus soient totalement immunisés, certains ne développeraient même aucun anticorps. Les explications des autorités sanitaires.

     Le Tour de France s'élancera finalement le samedi 29 août de Nice pour s'achever le dimanche 20 septembre sur les Champs Elysées à Paris, au lieu du 27 juin au 19 juillet, en raison de la crise du coronavirus. L'organisateur ASO (Amaury Sport Organisation) et l'Union Cycliste Internationale (UCI) ont confirmé mercredi le report de la 107e édition. La Grande Boucle suivra scrupuleusement le parcours initialement prévu, sans changement, au cours des trois semaines de course.

    ► Une personne sur six positive au coronavirus dans une maison de repos est asymptomatique. De 10 à 15% des personnes testées positives au coronavirus (Covid-19) dans les maisons de repos sont asymptomatiques, soit environ une personne sur six, a indiqué mercredi Philippe Be Backer en commission Santé de la Chambre, sur base des 94 maisons de repos déjà testées. 

  • Les visites en home "humainement compréhensibles", mais "risquées en pratique"

    Le président de fédération des maisons de repos (Femarbel), Marc Verbruggen, a jugé la décision des autorités d'autoriser les résidents vivant en maisons de repos d'à nouveau recevoir des visites d'un proche, "risquée" alors que le secteur fait face à un manque de moyens ainsi qu'à un risque élevé de propagation du virus. La décision est toutefois "humainement compréhensible", selon l'organisation.

    "Cette annonce est difficilement réalisable", juge le Président. Le personnel, les résidents et les visiteurs des centres de soins doivent être protégés, insiste Femarbel. "Alors que les maisons de repos travaillent déjà en effectif réduit, que l'armée est chargée d'intervenir... Comment serons-nous en mesure de garantir que le virus ne se propage pas depuis la maison de repos vers les familles des visiteurs et inversement? Il aurait été nécessaire que des mesures strictes soient mises en application avant d'annoncer l'ouverture aux visiteurs", ajoute M. Verbruggen.

    Pour la fédération, le personnel qui est déjà surchargé, le sera encore plus en devant, en outre, gérer ces visites. Par ailleurs, l'organisation regrette que ni les fédérations du secteur, ni les ministres régionaux n'aient été consultés dans le cadre de cette décision.

  • Visite autorisée dans les maisons de repos: "grosse incompréhension" pour le cdH

    Le Conseil national de sécurité a décidé d'autoriser, sous strictes conditions, une visite par semaine dans les maisons de repos et dans les institutions pour personnes handicapées. Une mesure qui suscite "beaucoup d'incompréhension et de grosses interrogations question timing" du côté du cdH. "L'urgence, aujourd'hui, dans les maisons de repos, c'est de retrouver la maîtrise de l'épidémie. Or, on nous annonce la possibilité de visites dès lundi prochain, une mesure pour laquelle il va falloir mettre en place tout un mécanisme afin d'assurer la sécurité de tous", a pointé François Desquesnes, le chef de groupe des humanistes au Parlement de Wallonie.

    "Nous comprenons bien la dimension humaine de cette mesure mais pour l'instant, les maisons de repos sont seulement en train de s'organiser pour faire face à la maladie. Ce n'est pas le moment d'en rajouter", a-t-il poursuivi. "Depuis cette annonce, nous sommes assaillis de questions de la part de gens de terrain. Nous ferons remonter ces interrogations à la ministre wallonne de la Santé", Christie Morreale, demain/jeudi au cours de la première réunion de la commission spéciale du parlement régional consacrée au coronavirus, a enfin assuré M. Desquesnes.

  • La Flandre veut se donner le temps de bien préparer les visites en maison de repos

    Le ministre flamand du Bien-être Wouter Beke (CD&V) s'est prononcé pour un report en Flandre de la mesure annoncée plus tôt dans la journée par Sophie Wilmès visant à permettre la visite d'un proche auprès de pensionnaires de maisons de repos. Dans un message sur Twitter, Beke plaide pour "reporter et bien préparer" la mesure qui devra être décidée en concertation et appliquée de "manière bien réfléchie", a-t-il plaidé. "C'est trop important pour faire cela à la va-vite".

    Plus tôt dans la soirée, les fédérations de maisons de repos flamandes avaient déjà qualifié la décision du Conseil national de sécurité d'"incompréhensible", notamment quant au risque sanitaire posé par la mesure ainsi qu'à la lumière de manque actuel de matériel de protection.

  • L'édition 2020 du festival Esperanzah! annulée

    Le festival Esperanzah!, qui devait se tenir du vendredi 31 juillet au dimanche 2 août prochain à Floreffe, est annulé après la décision du Conseil de sécurité d'annuler tous les événements de masse prévu jusqu'au 31 août. Pour ce festival alternatif organisé au sein de l'abbaye de Floreffe, un report à une date ultérieure en 2020 n'était pas envisageable. "L'abbaye de Floreffe est une école tandis que le festival nécessite trois semaines de préparation sur place. En dehors des vacances scolaires, ce n'était donc pas possible. Et puis, il fallait aussi tenir compte de l'agenda des artistes mais aussi des frontières d'autres pays que seront peut-être toujours fermées plus tard dans l'année", selon son organisateur Jean-Yves Laffineur.

  • Les 24 Heures de Spa automobiles reportées

    Les organisateurs des 24 Heures de Spa automobiles n'ont pas attendu longtemps avant de réagir à la décision du gouvernement d'interdire les événements de "masse" en Belgique jusqu'au 31 août.

    L'épreuve qui devait se dérouler les 25 et 26 juillet est reportée "à une date ultérieure dans l'année", a réagi l'organisation sur son site internet.

  • Le Voka déplore le manque de clarté sur une éventuelle reprise économique

    L'organisation patronale flamande Voka regrette le manque de vision d'une relance de l'économie. Le Voka comprend la décision de prolongation du confinement décidée par le Conseil national de sécurité, mais estime que le gouvernement attend trop longtemps avant de proposer un plan de sortie "intelligent et échelonné" qui pourra sauver l'économie belge. Le bilan des décisions du Conseil national de sécurité est trop maigre, estime l'organisation. Il y trop peu de perspectives pour les entreprises et leurs employés.

    Les autorités sous-estiment l'urgence à prendre des mesures contre "le drame économique qui nous guette". "A quelques adaptations près, la situation reste identique pour deux semaines supplémentaires. La santé prime, nous l'avons toujours dit. Mais il faut aussi des perspectives et un plan", a commenté l'administrateur délégué du Voka, Hans Maertens. De plus en plus d'entreprises veulent relancer leur activité et ne pas faire passer leurs effectifs du chômage temporaire vers le chômage tout court, estime-t-il.

  • 131.319
    morts
    La pandémie de coronavirus a fait 131.319 morts dans le monde (pour 2.029.917 cas), dont 88.716 en Europe (1.032.227 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus grand nombre de morts (26.950), devant l'Italie (21.645), l'Espagne (18.579) et la France (17.167).

  • Les jardineries sont prêtes à ouvrir, selon l'ABJ

    Les jardineries sont prêtes à ouvrir leurs portes ce samedi, a fait savoir l'Association belge des jardineries (ABJ). Le maintien de mesures de sécurité strictes pour les clients et le personnel a déjà été préparé.

    Concernée par la nouvelle mesure du CNS, la chaîne de magasins de bricolage Brico a confirmé que ses quelque 150 magasins seront prêts à rouvrir dès le lundi 20 avril prochain.

  • Les festivals flamands Werchter, Tomorrowland, Pukkelpop et Graspop annulés

  • L'UCM s'attend à une prolongation des mesures de soutien

    Les mesures de soutien octroyées jusqu'ici aux indépendants pour faire face à la crise doivent être prolongées au mois de mai, estime l'UCM, après l'annonce de la prolongation du confinement au 3 mai.

    "Plus de 90% des indépendants et chefs de PME ont cessé ou fortement diminué leur activité. La prolongation du confinement rend le soutien des autorités publiques absolument indispensable. Les entrepreneurs, hommes et femmes, doivent pouvoir vivre et pouvoir reprendre leur activité. Sans quoi, nous allons au-devant d'une catastrophe économique", écrit l'Union des classes moyennes dans un communiqué.

    L'Union mise notamment sur la prestation financière mensuelle du droit passerelle, "un revenu de remplacement pour près de 300.000 indépendants forcés d'interrompre leurs activités". La suspension des taxes et redevances pesant sur l'activité économique, qu'elles soient fédérales, régionales ou communales, doit également s'étendre sur trois mois.

    La prolongation du confinement impose en outre de trouver une solution claire et structurelle pour les baux commerciaux. Les entrepreneurs locataires n'ont pas de rentrées pour payer leur loyer et n'ont pas, dans les faits, la jouissance du bien immobilier. L'UCM propose de suspendre des mensualités, avec une indemnisation des propriétaires à hauteur de 50% par les sociétés publiques de financement. Les locataires auraient deux ans pour rembourser cette indemnité.

  • Plus de 17.000 morts, première baisse des hospitalisations en France

    Au moins 17.167 personnes sont mortes du coronavirus en France, depuis début mars, selon le bilan officiel présenté par le Directeur général de la santé français qui a annoncé une baisse du nombre d'hospitalisations pour la première fois depuis le début de l'épidémie. Dans le détail, 10.643 personnes sont mortes du Covid-19 à l'hôpital et 6.524 dans les maisons de retraites. Cela représente une forte hausse (+1.438) par rapport au bilan de mardi, qui s'explique par un "rattrapage" dans les remontées de données, selon M. Salomon.

    Pour la première fois depuis le début de l'épidémie, le nombre de malades hospitalisés a toutefois reculé, a-t-il indiqué, avec "513 personnes hospitalisées en moins" par rapport à mardi grâce aux "sorties qui sont nombreuses". "C'est une première baisse et il faut la saluer", a souligné le Pr Salomon lors de son point presse quotidien.

    Autre signe encourageant: le solde de cas graves en réanimation (en prenant en compte les entrées et les sorties) continue de diminuer pour le septième jour consécutif (-273 cas). M. Salomon a évoqué un "plateau assez net", restant néanmoins "très haut" avec 6.457 patients en réanimation mercredi soir.

  • Les Francofolies se projettent déjà sur l'édition 2021

    Les organisateurs des Francofolies de Spa (17-20 juillet) ont rapidement indiqué qu'ils se projetaient désormais sur l'édition 2021, après l'annonce de la Première ministre de l'interdiction de tout festival cet été. "Nous comprenons ces décisions qui interviennent pour des raisons sanitaires. Il va de soi que la santé de tous est une priorité absolue. Nous étions particulièrement fiers de notre programme 2020 qui rencontrait déjà un grand succès au niveau des préventes. Cette édition s'annonçait bel et bien fantastique", a précisé Charles Gardier, co-organisateur, lui-même infecté il y a trois semaines par le coronavirus.

    Par ailleurs, le festival des Solidarités, qui devait avoir lieu les 28, 29 et 30 août à la Citadelle de Namur, est lui aussi annulé, a indiqué le directeur du festival Martin Wauthy. Les organisateurs s'attendaient à une telle décision et s'y étaient préparés. "La tenue de l'événement devenait de plus en plus hypothétique pour des raisons sanitaires évidentes. On est satisfait que les décisions prises l'ont été sur base d'avis scientifiques. Nous sommes déçus, mais nous devons mettre ça en perspective avec ce qu'il se passe en ce moment. Il y a des choses plus dramatiques", a encore précisé Martin Wauthy.

    L'édition 2020 du festival ne sera pas reportée à une date ultérieure dans l'année. "Rendez-vous en août 2021. Edition pour laquelle on va essayer de garder un maximum d'artistes qui étaient à l'affiche 2020 même si ça sera impossible de conserver tout le monde." Les festivaliers qui avaient déjà acheté leurs places seront intégralement remboursés. Ils pourront par ailleurs, s'ils le désirent, bénéficier d'un bon à valoir pour l'année 2021.

  • L'ABSyM charge le ministre De Backer et sa "mauvaise gestion"

    L'Association belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) affirme qu'il existe bel et bien une pénurie de médicaments, contrairement aux propos tenus par le ministre Philippe De Backer qu'elle accuse de "mauvaise gestion". "Il n'y a actuellement pas de pénurie de médicaments qui empêche le traitement de patients Covid-19 en Belgique" rétorque l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS).

    Le 7 avril dernier, le ministre en charge de l'approvisionnement en matériel médical Philippe De Backer annonçait que la Belgique disposait de suffisamment de médicaments pour faire face aux semaines à venir, notamment en ce qui concerne la chloroquine, l'hydroxychloroquine et le curare. Une version contestée par l'ABSyM. Elle évoque le fait qu'il a été demandé aux hôpitaux de ne passer leurs commandes de médicaments qu'à partir du moment où ils ne leur restaient plus que 48 heures de stocks de médicaments.

  • Pieter De Crem: "La proposition des matches à huis clos analysée la semaine prochaine"

    Sophie Wilmès a assuré lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil national de sécurité que les événements de masse, comme des festivals, ne pourront être organisés avant le 31 août. Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a, dans une interview à la RTBF, précisé qu'une décision concernant la tenue des matches de football à huis clos sera prise la semaine prochaine. "Une proposition a été faite pour que les rencontres de football se déroulent à huis clos", a déclaré Pieter De Crem. "Elle est sur la table et sera discutée à l'occasion du Conseil national de sécurité prévu la semaine prochaine."

    Pour rappel, la Jupiler Pro League est à l'arrêt depuis mi-mars à cause de la pandémie de Covid-19. Depuis lors, le Conseil d'administration de la Pro League a décidé à l'unanimité qu'il n'était pas souhaitable de poursuivre la compétition après le 30 juin. Celui-ci a dès lors formulé un avis unanime adressé à son assemblée générale de ne pas reprendre le championnat de la Jupiler Pro League de la saison 2019-2020. Cet avis devra être validé à l'occasion de l'assemblée générale de la Pro League, prévue le 24 avril.

  • Une commission spéciale "corona" au parlement wallon

    Le Parlement de Wallonie, réuni en séance plénière ce mercredi, a approuvé à la quasi-unanimité la création d'une commission spéciale consacrée au coronavirus. Elle se réunira pour la première fois demain/jeudi après-midi, en présence de la ministre régionale de la Santé, Christie Morreale.

    Cette commission sera chargée, jusqu'à la fin des pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement wallon, d'entendre les interpellations et questions orales ainsi que d'examiner les propositions de résolution liée à la crise sanitaire actuelle.

  • La Ville de Jodoigne offrira un masque à chacun de ses habitants

    La Ville de Jodoigne, dans l'est du Brabant wallon, offrira un masque à chacun de ses habitants. Quelque 20.000 masques lavables et réutilisables seront mis à la disposition de la population jodoignoise, a priori dès le 27 avril. Les modalités de la distribution seront établies dans les prochains jours.

    Chaque citoyen jodoignois recevra un exemplaire. Les autorités locales invitent néanmoins leurs habitants à poursuivre la fabrication de masques artisanaux, précisant qu'un point de collecte reste organisé à l'administration communale. Les masques offerts sont confiés à la zone de police qui se charge ensuite de les redistribuer. 

  • Les entreprises doivent se préparer aujourd'hui à une reprise après le 3 mai, indique la FEB

    Les entreprises doivent se préparer dès maintenant au redémarrage de leurs activités après le 3 mai, estime la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), dans la foulée de l'annonce du prolongement de deux semaines du confinement. La FEB demande que le Groupe d'experts en charge de l'exit strategy (GEES) présente rapidement une stratégie de sortie du confinement claire. "Il faudrait que les entreprises qui sont en train de préparer leur planning pour les prochaines semaines sachent à quoi s'en tenir dès le début de la semaine prochaine."

    "Le Conseil de sécurité a pris les bonnes décisions: maintenir les mesures moyennant quelques assouplissements ciblés et contrôlés. Nous sommes arrivés à un point où la santé et l'économie ne doivent plus être opposées, mais bien combinées. Nous devons redémarrer progressivement notre économie sans perdre de vue le risque sanitaire pour la population et le risque de résurgence de la pandémie", commente le CEO Pieter Timmermans.

  • Les festivals LaSemo, Dour et Ronquières reportés à 2021

    Les festivals LaSemo, Dour et Ronquières n'auront pas lieu en 2020, ont annoncé leurs organisateurs à la suite des mesures gouvernementales prises dans le cadre de la crise du coronavirus.

    Le festival LaSemo, qui devait se dérouler dans le parc d'Enghien du 9 au 11 juillet, est reporté à 2021.

    Le festival de Dour, initialement programmé du 15 au 19 juillet, fera également l'impasse sur son édition 2020, de même que le festival de Ronquières, prévu les 1er et 2 août.

  • Amazon ferme ses sites français pour 5 jours après un rappel à l'ordre de la justice

    Amazon va fermer ses sites français pour cinq jours, du 16 au 20 avril inclus, après une décision du tribunal judiciaire de Nanterre (région parisienne) l'enjoignant de limiter son activité dans l'attente d'une évaluation des risques face au coronavirus.

    Un comité social et économique (CSE) convoqué ce mercredi s'est prononcé par 14 voix sur 18 votants en faveur de cette fermeture pour nettoyer les sites et évaluer les risques. Selon la direction, les salariés seront payés à 100% de leur rémunération pendant cette fermeture.

  • Le port du masque obligatoire au Luxembourg dès lundi

    Le Luxembourg va rendre obligatoire le port du masque, d'une écharpe ou d'un foulard sur la bouche à partir de lundi, a annoncé son Premier ministre Xavier Bettel.

    "A partir de lundi, la protection buccale est obligatoire que ça soit un foulard, une écharpe ou un masque", a déclaré M. Bettel. En pratique, le port du masque sera requis lorsqu'il y a un contact social et que les 2 mètres de distance ne peuvent être respectés comme dans un commerce par exemple.

  • Les organisateurs des Ardentes espèrent reporter leur festival début septembre

    Les organisateurs des Ardentes (Liège) ont indiqué qu'ils espéraient pouvoir organiser leur événement durant la première quinzaine de septembre, a déclaré Fabrice Lamproye, l'un des organisateurs. Une réaction qui fait suite à l'annonce de la Première ministre, Sophie Wilmès, au terme du Conseil national de sécurité, de l'interdiction des événements de masse, dont les festivals, avant le 31 août.

    Les organisateurs se donnent jusqu'au 15 mai pour prendre leur décision sachant que l'affiche avait été presque complètement dévoilée aux festivaliers, lesquels, selon M. Lamproye, sont demandeurs d'un tel événement. "C'est le seul moteur qui nous pousse à ce report si et seulement si les conditions sanitaires le permettent", a-t-il ajouté.

  • Le secteur de la musique live demande un soutien supplémentaire "absolument nécessaire"

    Le circuit des festivals, clubs de musique et salles de concert belges a demandé des mesures de soutien supplémentaires, "absolument nécessaires pour survivre à la crise", après l'annonce de l'interdiction des festivals de musique jusqu'au 31 août. Les dommages s'élèvent à plus d'un milliard, selon le secteur.

    Le circuit live belge tire la sonnette d'alarme à la suite de la décision du Conseil de sécurité national d'annuler tous les événements de masse jusqu'au 31 août pour réduire l'impact de l'épidémie du nouveau coronavirus. "Afin d'éviter un bain de sang économique et social", le secteur appelle d'urgence à un prolongement et à un élargissement des aides et soutiens existants. Actuellement, les mesures qui ont été prises comprennent des primes de compensation, des crédits transitoires pour les travailleurs indépendants, le chômage temporaire pour les employés et des options de crédit adaptées et viables. Des appuis qui sont fortement appréciés, selon les responsables du secteur. Ils demandent néanmoins que ces mesures soient prolongées jusqu'à la fin de l'année.

    "Maintenant que les festivals d'été, qui est une source de revenus très importante pour plusieurs milliers de personnes dans ce secteur, ont été en partie supprimés, il s'avère être de plus en plus évident que les mesures concernant le chômage temporaire pour les employés et les droits de crédit transitoires pour les travailleurs indépendants devront être prolongées jusqu'à la fin de l'année", indiquent-ils dans une réaction à la décision du Conseil de sécurité.

  • Six maisons de repos reçoivent une aide de la Défense

    Cinq militaires ambulanciers et brancardiers de Marche-en-Famenne apportent désormais leur aide à la maison de repos Providence des Malades à Flobecq dans le cadre de la crise du Covid-19, indique la Défense. Quatre militaires ambulanciers et assistants vétérinaires de Bourg-Léopold épaulent également deux maisons de repos à Alost et Baardegem.

    Six maisons de repos reçoivent donc actuellement une aide ponctuelle de la composante médicale de la Défense dans le cadre de la crise du coronavirus. Entre 6 et 10 ambulanciers du 14e bataillon médical soutiennent la maison de repos Warlandis à Jette depuis le 8 avril. Neuf ambulanciers du même bataillon sont présents à la maison de repos Jean Van AA du CPAS d'Ixelles depuis le 11 avril. A la maison de repos Saint-Thomas de Lustin, 6 à 10 ambulanciers du troisième "Élément médical d'intervention" interviennent depuis le 10 avril.

  • Voici les mesures annoncées par Sophie Wilmès

    "Nous pouvons tous être fiers des efforts que nous avons fourni. Notre pays n'avait pas connu d'épreuve aussi grande depuis la deuxième guerre mondiale", a déclaré d'emblée la Première ministre.

    "La capacité hospitalière est suffisante pour soigner tous les patients qui ont besoin de soins, mais malheureusement, il y a toujours beaucoup de patients en soins intensifs et de décès. La situation est très difficile dans les maisons de repos et de soins, mais nous travaillons sans relâche pour répondre à cette urgence. Nous avons mis des moyens supplémentaires via la Défense, ainsi qu'un testing à grande échelle", a ensuite indiqué Sophie Wilmès.

    "Malgré un contexte de pénurie généralisée, nous avons commandé plus de 134 millions de masques chirurgicaux et 54 millions de masques FFP2. Mais il est clair qu'il faut poursuivre les efforts, c'est pourquoi nous avons pris plusieurs décisions, basées sur les avis des experts. L'intérêt commun, c'est l'intérêt premier des experts."

    • "Nous avons décidé que les mesures de confinement seront prolongées jusqu'au 3 mai inclus."
    • "Les pépinières et les magasins de bricolage vont pouvoir rouvrir leurs portes aux mêmes conditions que les magasins d'alimentation. Les distances de sécurité seront d'application.
    • "Les maisons de repos et de soins et les établissements pour personnes handicapées vont à nouveau pouvoir recevoir des visites, mais d'une seule personne, toujours la même, qui ne présente aucun symptôme de la maladie depuis 2 semaines. Cette règle vaudra aussi pour les personnes isolées qui ne peuvent pas se déplacer.
    • Le travail pourra reprendre sur les chantiers, pour autant que les distances de sécurité puissent être respectées.
    • Les parcs à conteneurs vont réouvrir. 
    • Tous les événements de masse, comme les festivals, sont interdits jusqu'au 31 août. 
    • Le télétravail va continuer d'être privilégié, même après le 3 mai.
    • Les écoles restent fermées, au moins jusqu'au 3 mai.

    "Ce n'est pas un assouplissement des consignes de base, nous ne sommes pas encore au stade du déconfinement", a insisté Sophie Wilmès. "Personne ne peut dire quand la vie normale va reprendre, nous devons faire preuve de détermination", a-t-elle déclaré, avant d'annoncer un Conseil national de sécurité la semaine prochaine qui se penchera sur le déconfinement à partir du 3 mai. "Nous adapterons la stratégie en fonction de la réalité du terrain. Le processus se fera phase par phase et sera basé sur les observations des scientifiques", a-t-elle indiqué. "Le port du masque jouera un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Les masques en tissus seront conseillés. L'effort sera collectif et comprendra la création d'une ou plusieurs productions nationales", a-t-elle conclu.

  • Les examens dans l'enseignement francophone annulés

    On s'y attendait, c'est confirmé: les examens dans l'enseignement francophone sont annulés. La ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS) avait fait savoir que les épreuves certificatives externes sauteraient si la suspension des leçons était prolongée au-delà du 19 avril. Une décision qui s'expliquait notamment par la difficulté de modifier le contenu des examens pour en retirer les questions portant sur de la matière non vue durant la période de confinement étant donné que les apprentissages ne sont pas abordés dans le même ordre dans toutes les écoles.

    Le temps normalement consacré à l'organisation de ces épreuves certificatives pourra être mis à profit pour récupérer du temps d'apprentissage perdu. Et il appartiendra donc aux conseils de classe de se prononcer sur la réussite des élèves et l’octroi des certificats sur base de leur travail régulier.

    En raison de la prolongation du confinement, la possibilité d'inclure de nouveaux apprentissages pour les élèves du 3e cycle de secondaire et en particulier ceux de dernière année est envisagée. Cette question devra toutefois être tranchée lors d'une réunion prévue lundi prochain entre la ministre Désir et les différents acteurs de l'enseignement.

  • La conférence de presse commence

  • Weyts veut avoir une date de réouverture des écoles la semaine prochaine

    Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA) veut pouvoir faire connaître une date de réouverture des écoles dès la semaine prochaine, et entend se concerter le plus possible avec les autres Communautés à ce sujet, a-t-il indiqué mercredi devant le Parlement flamand. Le ministre veut ainsi offrir une sécurité aux écoles, a-t-il défendu.

    Une conférence inter-ministérielle devrait permettre d'accorder les violons la semaine prochaine, selon les voeux de M. Weyts. "Si nous pouvions nous mettre d'accord sur une date, ce serait bien", a-t-il dit. Pour lui, les modalités pratiques pourraient très bien varier d'une Communauté à l'autre. Selon le nationaliste flamand, toutes les écoles ne seront pas appelées à rouvrir toutes le même jour.

    "Nous avons progressivement fermé les accès. Je pense que nous devrons progressivement les rouvrir. Nous pensons d'abord recommencer avec l'enseignement fondamental. Chez les jeunes enfants, la distanciation sociale est plus difficile à assurer. Les élèves du secondaire peuvent, eux, plus facilement rester seuls chez eux".

  • En Allemagne, des magasins autorisés à rouvrir, les écoles à partir du 4 mai

    Les magasins de moins de 800 mètres carrés vont pouvoir rouvrir en Allemagne, de même que les écoles à partir du 4 mai si la pandémie de coronavirus reste contenue, a annoncé Angela Merkel.

    Les grands rassemblements comme les compétitions sportives ou les concerts restent eux interdits au moins jusqu'au 31 août, selon un document établi par la chancelière et les dirigeants des 16 régions allemandes et transmis à la presse.

  • Le confinement est prolongé jusqu'au 3 mai

    La conférence de presse du Conseil national de sécurité va commencer dans quelques minutes.

  • Une des décisions du Conseil national de sécurité actuellement en cours devrait être l'interdiction des grands événements sportifs et culturels jusqu'au 31 août.

    Ce qui veut dire qu'il deviendrait impossible de terminer le championnat de foot. Il n'y aurait donc pas non plus de Rock Werchter, Couleur Café, les Ardentes de Liège, les Francofolies de Spa, Tomorrowland, le Festival de Dour, etc.

  • Le suivi des contacts (tracing) et le tracking envisagés en vue du déconfinement

    Le gouvernement fédéral est en train de travailler, en collaboration avec les Régions, sur la question du suivi des contacts ("contact tracing") et le tracking des personnes testées positives au coronavirus (Covid-19), a indiqué mercredi le ministre Philippe De Backer en commission Santé de la Chambre. "Ces dispositifs font partie de la stratégie de déconfinement" a précisé M. De Backer. 

  • Le G20 donne son aval à la suspension temporaire du service de la dette des pays les plus pauvres

    Les ministres des Finances et les banquiers centraux du groupe G20 ont donné mercredi leur aval à une suspension provisoire du service de la dette des pays les plus pauvres, ont-ils annoncé dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion virtuelle.

    "Nous nous sommes mis d'accord sur une approche coordonnée avec un échéancier commun fournissant les principales caractéristiques de cette initiative (...) qui a également été approuvée par le Club de Paris (constitué de 22 pays créanciers dont la Belgique, NDLR)"
    G20

    "Tous les créanciers officiels bilatéraux participeront à cette initiative", ajoute le G20 exhortant également les créanciers privés à participer à l'initiative.

  • Plus de 50.000 demandes d'indemnités introduites en Wallonie

    Quelque 50.200 dossiers ont été introduits par des entrepreneurs et des indépendants souhaitant bénéficier de l'indemnité de 5.000 euros promise par le gouvernement wallon pour faire face aux conséquences économiques de la crise du coronavirus, a affirmé le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus, en séance plénière du parlement régional. 

  • Plus de 375.000 euros déjà récoltés via la plate-forme de soutien au secteur horeca

    En moins de deux semaines, l'opération de solidarité avec les établissements horeca du pays, "horecacomeback", a permis de rassembler plus de 375.000 euros, a fait savoir mercredi une porte-parole de la plate-forme. Les Brasseurs belges, les grands producteurs de sodas et d'autres entreprises ont lancé le 3 avril dernier une plate-forme (horecacomeback.be) destinée à soutenir le secteur horeca touché de plein fouet par la crise liée au coronavirus.

    Le grand public est invité à sélectionner l'un ou l'autre établissement et à acheter des bons à valoir au sein de ce restaurant ou café, une fois que celui-ci aura rouvert ses portes à l'issue de la crise.

  • "Pour les écoles, rien ne peut être décidé pour le moment", précise Elio Di Rupo

    Si la situation des écoles sera bien évoquée lors du Conseil national de sécurité (CNS) ce mercredi après-midi, "rien ne peut être décidé pour le moment", a précisé le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, en préambule à cette réunion. "Il faut d'abord écouter les recommandations des experts, et ensuite ce que disent les parents, les enseignants et les organisations syndicales avant de prendre une quelconque décision", a-t-il précisé en assurant que la priorité, aujourd'hui, "sera de donner une information claire aux citoyens au sujet de la prolongation des mesures de confinement". 

    Ce matin, le ministre-président wallon, interrogé sur LN24, avait évoqué une possible réouverture des écoles en mai. "Quelque chose se produira avec les écoles au mois de mai. A quel moment, on ne le sait pas encore. Mais cela ne se fera pas n'importe comment", avait-il déclaré.

    A son arrivée au CNS, Elio Di Rupo s'est également exprimé sur les festivals de l'été. "La circulation du virus aura-t-elle suffisamment diminué pour que de grands événements puissent avoir lieu cet été? Ca m'étonnerait. Nous allons donc certainement devoir prendre une décision claire. C'est dans l'intérêt de tous et certainement des organisateurs de ces événements", a souligné le ministre-président wallon.

  • Consensus sur le port du masque en tissu, qui sera recommandé en Belgique

    L'utilisation de masques est recommandée dans les situations où il est impossible de garder une distance d'au moins 1,5 mètre, ressort-il d'un document de différentes instances sanitaires belges. Sciensano, le Conseil supérieur de la santé, l'AFMPS, le SPF Santé publique et les organisations germanophone et flamande de la santé se sont accordés sur des directives communes.

    Le document daté du 14 avril rappelle tout d'abord que l'usage d'un masque seul ne suffit pas pour se protéger et doit toujours être accompagné par les autres mesures de prévention et de contrôle des infections, à savoir la distanciation sociale et une bonne hygiène des mains et "de toux".

  • 761 morts supplémentaires au Royaume-Uni, près de 13.000 au total

    Le Royaume-Uni a dénombré mercredi 761 morts supplémentaires à l'hôpital de patients atteints par le nouveau coronavirus, un bilan marquant un très léger ralentissement par rapport à la veille (+778 morts), qui porte à 12.868 le nombre total de victimes du Covid-19 dans le pays. Le nombre de personnes testées positives a atteint au total 98.476, en augmentation de 4.605 par rapport à la veille, selon le ministère de la Santé.

  • Une personne sur six positive au coronavirus dans une maison de repos est asymptomatique

    De 10 à 15% des personnes testées positives au coronavirus (Covid-19) dans les maisons de repos sont asymptomatiques, soit environ une personne sur six, a indiqué mercredi Philippe Be Backer en commission Santé de la Chambre, sur base des 94 maisons de repos déjà testées.

    En moyenne, quelque 40% des résidents et/ou membres du personnel y sont positives, a ajouté le ministre en charge de l'approvisionnement de matériel destiné à lutter contre le virus. Quelque 200.000 tests seront réalisés dans les maisons de repos dans les trois prochaines semaines, a-t-il aussi avancé.

  • Le gouvernement français annonce une prime de 500 à 1.500 euros pour les soignants

    Le Premier ministre français Édouard Philippe a annoncé mercredi le versement d'une prime de 1.500 euros pour tout le personnel des services de santé qui gère la crise du Covid-19 dans les départements les plus touchés et des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés.

    Le reste du personnel de santé recevra une prime de 500 euros, a ajouté le chef du gouvernement, à l'issue du Conseil des ministres, précisant que ces primes seront "nettes de tout", c'est-à-dire exemptes de charges et d'impôts.

  • Chute de 60% du nombre de passagers en mars à Brussels Airport

    En mars, 796.743 passagers ont été enregistrés à Brussels Airport, ce qui correspond à un repli de 60,1% par rapport à mars 2019, mois lors duquel près de deux millions de passagers avaient été comptabilisés, a annoncé l'aéroport mercredi. Le taux d'occupation des avions a également piqué du nez: le nombre moyen de passagers par vol est passé de 129 à 94.

    La situation s'est détériorée pratiquement de jour en jour. La diminution du nombre de passagers a été de 19% lors de la première semaine de mars, de 39% lors de la deuxième semaine et de 73% durant la troisième semaine. Lors de la dernière semaine de mars, le premier aéroport du pays a même accusé un repli de 95% du nombre de voyageurs.

  • L'Inde va assouplir le confinement dans les zones rurales

    Dès la semaine prochaine, l'Inde va permettre un retour à certaines activités dans les zones rurales, dont l'industrie manufacturière et la construction, pour soulager les ouvriers touchés par le confinement lié à la crise du coronavirus, a indiqué le gouvernement mercredi.

    Les consignes du ministère de l'Intérieur ont été communiquées au lendemain de l'extension du confinement jusqu'au 3 mai, annoncée par le Premier ministre Narendra Modi. L'assouplissement des mesures débutera lundi et aura lieu uniquement dans les zones rurales où il n'y a pas de foyer de contamination. Les activités ainsi autorisées devront être menées en tenant compte des mesures de distanciation sociale.

  • Le Tour de France se tiendra du 29 août au 20 septembre sur le parcours prévu

    Le Tour de France s'élancera finalement le samedi 29 août de Nice pour s'achever le dimanche 20 septembre sur les Champs Elysées à Paris, au lieu du 27 juin au 19 juillet, en raison de la crise du coronavirus. L'organisateur ASO (Amaury Sport Organisation) et l'Union Cycliste Internationale (UCI) ont confirmé mercredi le report de la 107e édition. La Grande Boucle suivra scrupuleusement le parcours initialement prévu, sans changement, au cours des trois semaines de course.

    L'épreuve féminine, la Course by le Tour de France, qui était prévue le 19 juillet sur les Champs Elysées, est elle aussi reportée à une date qui reste encore à définir, mais qui se situera pendant le Tour de France 2020.

    L'UCI a également affirmé que les Monuments, les cinq plus prestigieuses courses d'un jour du calendrier, à savoir Milan-Sanremo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie, 'se dérouleront toutes cette saison, à des dates encore à définir".

  • "Proximus a un rôle sociétal à jouer dans la crise"

    Proximus est conscient de son rôle sociétal dans cette crise du coronavirus, a déclaré Stefaan De Clerck, président du conseil d'administration, lors de l'assemblée générale de l'entreprise organisée en ligne ce mercredi. Différentes mesures ont déjà été prises par l'opérateur télécom.

    Le CEO, Guillaume Boutin, a également annoncé la possibilité d'une note de crédit d'un mois pour les PME qui souhaiteraient un soutien financier. "Proximus offre la possibilité, aux petites et moyennes entreprises qui n'ont pas utilisé leur ligne durant le mois d'avril et souhaitent un soutien financier, d'obtenir une note de crédit d'un mois sur les frais d'abonnements", a précisé le CEO.

  • Les patients guéris sont-ils totalement immunisés?

    Selon l'OMS, il n'est pas certain que tous les patients guéris du coronavirus soient totalement immunisés, certains ne développeraient même aucun anticorps.

    À cette question, Emmanuel André, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19 explique que l'évolution des connaissances sur le virus est en cours. "Nous apprenons chaque jour comment ce virus se comporte et comment l'homme peut s'immuniser, se protéger contre lui."

    Il y a des rapports qui attestent que certaines personnes ayant eu une infection avérée ne développent pas un nombre d'anticorps suffisant pour être détectés par les tests de laboratoire. "Est-ce que cela veut dire qu'il n'y en a pas? Il y en a probablement moins que ce que les tests sont capables de détecter", précise Emmanuel André.

    Des rapports montrent également que certaines personnes ont été infectées une première fois avant de se voir détecter à nouveau le virus par la suite. "Il n'est pas tout à fait clair sur ces rapports si la détection du virus est simplement liée à des restes du matériel génétique qui date de l'infection précédente ou s'il s'agit d'une réinfection. S'il s'agit d'une réinfection, nous avons des raisons de penser que ce deuxième épisode sera nettement moins sévère que le premier car il y aura eu un premier contact avec le virus", conclut le virologue.

  • La Belgique au "top" mondial du nombre de décès? L'explication d'Emmanuel André

    Notre manière de calculer les décès nous porte au "top" mondial en ce qui concerne le nombre de morts par million d'habitants. La question est de savoir s'il n'est pas possible de revoir notre approche et de calculer le nombre de décès de la même manière qu'aux Pays-Bas et en Allemagne. 

    "Le système avec lequel nous comptons le nombre de décès en Belgique a pour objectif de nous donner la meilleure vue sur la situation et de bien comprendre les défis auxquels nous faisons face", explique Emmanuel André, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19.

    Il est vrai qu'en Belgique, nous comptabilisons à la fois les décès qui ont été confirmés par un test de laboratoire et les décès suspectés d'infection au Covid-19. Autrement dit, nous comptons les décès qui ont eu lieu dans le réseau hospitalier, mais aussi dans la communauté et particulièrement dans les maisons de repos. "Ces éléments-là peuvent nous distinguer par rapport à d'autres pays."

    "Nous pensons que faire des comparaisons entre les différents pays, faire un ranking par rapport au nombre de décès ne doit pas nous faire oublier que la situation peut être différente dans les pays, aussi dans la façon de comptabiliser le nombre de décès ou de cas confirmés", précise le virologue. "Il est important de pouvoir évaluer la situation dans notre pays, mais aussi chez nos voisins afin de comprendre le niveau de contrôle dans ces différents pays, inévitablement en contact."

    En Belgique, si nous prenons simplement le nombre de décès confirmés dans les hôpitaux, nous sommes à 2.252 décès comptabilisés. "Nous allons maintenir ce système de surveillance que nous pensons très complet. Et nous allons continuer à faire la part des choses entre les différentes catégories qui sont sous-jacentes à cette comptabilité", conclut Emmanuel André. 

  • Peut-on enfin dire que le pic est dernière nous?

    Emmanuel André, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19 répond que ce que nous observons aujourd'hui, après avoir eu une forte augmentation du nombre de cas, c'est une tendance vers une diminution lente, mais réelle.

    "Les risques d'une nouvelle évolution vers le haut du virus existent bien évidemment et ils sont en très grande partie liés au comportement que nous avons et au respect des règles qui doivent encore être appliquées."
    Emmanuel André
    Porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Ce mercredi, les autorités sanitaires ont annoncé 283 décès supplémentaires pour les 24 dernières heures, dont 103 dans les hôpitaux et 179 en maisons de repos. Pour ces derniers, seuls 5% ont été confirmés par un test comme étant dus au coronavirus. 214 personnes sont décédées en Flandre, 32 en Wallonie et 37 à Bruxelles. 

    Depuis le début de l'épidémie, 2.252 personnes sont décédées dans les hôpitaux et au total, 4.440 personnes sont décédées. 

    250 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures, dans le cadre d'une infection à coronavirus. Ce qui porte à 5.524 le nombre de personnes actuellement hospitalisées. Il y a une légère diminution de 12, par rapport à la journée d'hier.

    Parmi ce nombre, 1.204 patients sont aux soins intensifs, une diminution de 22 par rapport à hier. 889 patients nécessitent une assistance pour respirer, une diminution de 26 par rapport à hier.

    239 patients guéris ont pu quitter l'hôpital. Le total de personnes sorties est donc de 7.107.

    Durant les dernières 24 heures, 13.434 tests ont été réalisés pour détecter les personnes positives au coronavirus. Parmi ceux-ci, 10.871 ont été menés dans des maisons de repos et de soins et 2.563 dans le cadre du réseau classique. Au total, 2.454 personnes ont été testées positives, dont 1.837 en maisons de repos et et maisons de soins (sur 10.871 tests).

    ©Photo News

  • Revoir la conférence de presse du SPF Santé publique

    La conférence de presse du 15 avril

  • Le bon moment pour investir dans une imprimante 3D et un poulailler ?

    3Donline, une start-up wallonne qui conçoit et fabrique ses propres imprimantes 3D remarque actuellement un véritable engouement pour l'imprimante 3D depuis le début du confinement, notamment de la part de personnes qui souhaitent aider les hôpitaux.

    Même topo du côté de certains fournisseurs de poules pondeuses. À la ferme des "Volailles de Limal", une entreprise familiale créée en 1949, Christophe Denis observe actuellement une véritable "folie" sur la demande de poules pondeuses et de poulaillers. "Je n'ai pas une minute de libre. Les gens n'arrêtent pas de défiler dans le magasin. Mais comme nous ne pouvons accueillir que deux personnes à la fois, les suivants sont priés d'attendre sur le parking".

  • Un Conseil national de sécurité très attendu

    Un Conseil national de sécurité (CNS) très attendu se déroule ce mercredi. Il doit décider de la suite à donner aux mesures de confinement. Une chose semble acquise: une prolongation au-delà du 19 avril paraît inévitable, vu l'état de la situation sanitaire.

    Mais jusqu'à quand? La date du 3 mai avait été avancée lors du dernier CNS. D'ici là, certaines activités vont-elles pouvoir reprendre? Les mesures vont-elles être renforcées, par exemple concernant les promenades et la pratique du sport, alors que les données montrent qu'un certain relâchement s'est installé ces deux dernières semaines dans la population?  

    Au niveau des entreprises, on trépigne. Certaines pensent être en mesure de redémarrer à plein régime, comme nous l'écrivions ce matin. Les conséquences économiques de cette crise sont énormes. Le FMI s'attend à ce que le PIB de la Belgique chute de 6,9% cette année et à ce que 100.000 Belges perdent leur emploi. Du jamais vu. L'horeca, l'événementiel, le secteur culturel et les indépendants se demandent comment ils vont pouvoir tenir.

    On sait que plusieurs pays européens ont commencé à déconfiner leur population. Le président français Emmanuel Macron a de son côté tracé un horizon de sortie de crise en cochant une date à l'agenda national hexagonal: le 11 mai, date à laquelle les écoles pourront rouvrir. Bien que la stratégie française de déconfinement soit encore floue et de toute façon liée à l'évolution du virus, on sait déjà que ce déconfinement sera progressif et localisé. Pas question de rouvrir toutes les vannes d'un coup, sous peine d'une seconde vague épidémique.

    "Quelque chose se produira avec les écoles au mois de mai. À quel moment, on ne le sait pas encore. Mais cela ne se fera pas n'importe comment"
    Elio Di Rupo
    Ministre-président wallon (PS)

    La Belgique va-t-elle suivre l'exemple de son voisin français? Le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) a fait savoir ce matin sur LN24 qu'il était possible que les cours reprennent "en mai" dans les écoles. Mais dès hier, l'épidémiologiste Marius Gilbert avait estimé que "rouvrir les écoles comme en France me semble précipité. La distanciation sociale avec des enfants, vous oubliez!"

    Avec quatre autres experts, ce dernier a élaboré une stratégie de déconfinement. Maintien de la distanciation sociale, dépistage massif, déconfinement par étapes, modélisation mathématique... les auteurs rappellent que les mesures de confinement ne peuvent durer trop longtemps. Les conséquences négatives sur la santé (déprime, pressions sur les budgets de santé publique...) pourraient elles-mêmes entraîner des décès alors que les mesures sont censées sauver des vies. Sans compter les risques de tension sociale.

    Port du masque, écoles, festivals d'été... Les experts conseillent, aux politiques de décider. Pour rappel, si la situation sanitaire s'améliore quelque peu en Belgique, l'épidémie n'est pas encore derrière nous. Alors que les autres conditions nécessaires au déconfinement (tests massifs de la population, masques) sont encore loin d'être remplies en Belgique. (C.D.P)

  • La Chine "vivement préoccupée" par la suspension de la contribution américaine à l'OMS

    La Chine a fait part mercredi de sa "vive préoccupation" après la décision du président américain Donald Trump de suspendre la contribution de son pays à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont la gestion de la pandémie de Covid-19 est critiquée par le président américain. "Cette décision va affaiblir les capacités de l'OMS et miner la coopération internationale contre l'épidémie", a regretté devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

  • Maggie De Block sera entendue en commission Santé vendredi

    La ministre de la Santé publique Maggie De Block répondra aux questions des députés de la commission Santé de la Chambre vendredi, annonce mardi soir son président Thierry Warmoes (PTB). La séance est programmée à 13h30. La commission Santé de la Chambre, qui devait se tenir mardi après-midi, avait été annulée. Les ministres qui devaient répondre aux questions des députés ont indiqué lundi soir ne plus être disponibles mardi après-midi en raison de la tenue d'un comité ministériel restreint (kern).

  • Quatre entreprises sur dix pourraient rapidement redémarrer

    Près de trois entreprises sur dix ont déjà relancé leurs activités, ce qui représente un doublement par rapport à la semaine précédente, et 13% de plus pourraient redémarrer au cours des deux semaines prochaines, ressort-il d'un sondage réalisé auprès d'un millier d'entreprises par l'organisation patronale flamande Voka. Une petite majorité des entreprises veut relancer au moins 75% de ses activités et un tiers au moins 50%.

    Le Voka demande aux gouvernements, au Conseil national de sécurité et au groupe d'experts mis sur pied pour sortir de la crise, un plan de sortie bien pensé et phasé, permettant un redémarrage de l'économie en toute sécurité.

  • Une possible reprise des cours "en mai" dans les écoles, selon Elio Di Rupo

    Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a évoqué ce mercredi matin la prochaine réouverture des écoles, alors qu'un Conseil national de sécurité doit se réunir dans l'après-midi et discuter entre autres de cet élément. Selon lui, cette réouverture aura lieu à une date indéterminée "en mai", alors qu'on s'attend de toute manière à ce que les autorités prolongent jusqu'à début mai au moins les mesures générales de confinement.

    "Quelque chose se produira avec les écoles au mois de mai. À quel moment, on ne le sait pas encore. Mais cela ne se fera pas n'importe comment", a expliqué M. Di Rupo (PS) sur la chaîne d'information en continu LN24, prévoyant un "retour à l'école de manière progressive".

  • Jeff Bezos a gagné 24 milliards de dollars avec la crise

    Ce n'est pas la crise pour tout le monde. L'homme le plus riche du monde et principal actionnaire d'Amazon, Jeff Bezos, s'enrichit un peu plus avec le confinement lié à la pandémie de coronavirus.

    2.283,32
    dollars
    C'est le prix record atteint par l'action Amazon ce mardi.

    L'action du géant du commerce en ligne a bondi mardi de 5,28%, à 2.283,32 dollars, un niveau jamais atteint.

    Selon des calculs de l'agence de presse financière Bloomberg, le patrimoine de Jeff Bezos a gonflé de 24 milliards de dollars (21,9 milliards d'euros) depuis le début de l'année, à 138,5 milliards de dollars.

    Amazon a indiqué en début de semaine avoir embauché 100.000 personnes en à peine un mois aux États-Unis afin de faire face à l'afflux des commandes en ligne depuis le début de la pandémie de Covid-19 et souhaiter en recruter 75.000 supplémentaires dans le pays.

  • Bilan record de plus de 2.200 morts en 24h aux États-Unis

    Après deux jours de baisse, les États-Unis ont enregistré mardi un sombre record avec plus de 2.200 morts supplémentaires du nouveau coronavirus en 24 heures, le plus lourd bilan journalier recensé par un pays, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Le nombre de morts sur une journée avait baissé aux alentours de 1.500 dimanche et lundi. Ces nouveaux chiffres portent le bilan américain à 25.757 morts au total

  • Accord sur un plan de sauvetage des compagnies aériennes américaines

    Le Trésor américain et les compagnies aériennes sont parvenus à un accord sur les termes de leur renflouement afin de leur éviter la faillite et des cascades de licenciements dans un secteur qui emploie directement plus de 750.000 personnes aux États-Unis, a annoncé le ministère. Cet accord a été noué avec une dizaine de compagnies aériennes, dont les quatre grandes – American Airlines, Delta Air Lines, United Airlines et Southwest – qui hésitaient à accepter l'aide gouvernementale de peur de contreparties draconiennes. Un montant de 25 milliards de dollars a été réservé au secteur de l'aviation. Les négociations doivent encore préciser la répartition des sommes consenties. Toutes les sociétés aériennes devraient en bénéficier.  

  • La FSMA met en place un call center pour répondre aux questions financières

    Quelles banques se sont engagées à soutenir leurs clients, pour lesquels les répercussions de la pandémie du coronavirus limitent la capacité de remboursement des crédits? Quels assureurs ont accepté de se montrer flexibles?

    La FSMA met en place un call center joignable par mail ou par téléphone pour répondre à ces questions.

  • Trump: "J'ordonne la suspension du financement de l'OMS"

    "Le monde a reçu plein de fausses informations sur la transmission et la mortalité" du Covid-19, a lancé le président américain dans un long et violent réquisitoire contre cette agence de l'ONU, dont les Etats-Unis sont le premier contributeur. "Aujourd'hui, j'ordonne la suspension du financement de l'Organisation mondiale de la santé pendant qu'une étude est menée pour examiner son rôle dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus", a lancé M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche.

    Le président républicain a évoqué une étude "très approfondie" qui pourrait durer de 60 à 90 jours. Soulignant que les Etats-Unis contribuaient à hauteur de 400 à 500 millions de dollars par an à l'organisation, contre environ 40 millions de dollars "et même moins" pour la Chine, M. Trump a estimé que son pays avait le "devoir" de réclamer des comptes.

    "Nous avons eu des problèmes avec eux depuis des années."
    Donald Trump
    Président des États-Unis

    "Si l'OMS avait fait son travail et envoyé des experts médicaux en Chine pour étudier objectivement la situation sur le terrain, l'épidémie aurait pu être contenue à sa source avec très peu de morts", a-t-il martelé. "Nous avons eu des problèmes avec eux depuis des années", a-t-il encore dit.

    Donald Trump a été particulièrement agacé par les critiques de l'OMS à l'encontre de sa décision, fin janvier, d'interdire l'entrée aux Etats-Unis aux voyageurs en provenance de Chine – une mesure dont le locataire de la Maison Blanche s'enorgueillit encore, assurant qu'elle a ralenti l'arrivée du virus. Aux yeux de l'OMS, "la Chine a toujours raison", a déploré le président américain.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de lundi

    ► Le nombre de déplacements extra-communaux lors du week-end de Pâques a augmenté de 31% par rapport aux trois week-ends précédents. Sur l'ensemble de la semaine dernière, la population a également effectué 11% de déplacements en plus hors de la commune de leur domicile par rapport aux trois semaines précédentes. 

    ► Les autorités sanitaires belges ont recensé 90 nouveaux décès lors des dernières 24 heures. Et 171 personnes sont décédées dans les maisons de repos. Ce qui porte à 4.157 le nombre de personnes ayant succombé au coronavirus en Belgique depuis le début de la pandémie. 242 personnes ont été hospitalisées et 161 ont pu quitter l'hôpital

    ► "Les chiffres quotidiens sont chaque jour une confrontation assez dure avec la réalité", explique Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise. "Il y a un certain espoir dans les éléments de certains chiffres, notamment sur le nombre d'hospitalisations qui diminue petit à petit. Mais la voix des experts est très prudente. Notamment en raison du nombre de décès qui, malheureusement, est encore trop élevé."

    En France, la pandémie a fait 15.729 morts depuis début mars. Ce nombre correspond à 762 décès supplémentaires par rapport au bilan de lundi soir, soit le plus important bilan quotidien depuis le début de l'épidémie. De son côté, au cours des dernières 24 heures, l'Italie a enregistré 2.972 nouvelles infections, soit le nombre le plus bas depuis le 13 mars dernier. La veille, 3.153 nouvelles infections avaient été recensées dans la péninsule. Au total, l'Italie comptait ce mardi 162.488 personnes contaminées par le coronavirus, soit 1,9% de plus que lundi. Dans l'État de New York, le nombre de décès quotidiens est reparti en hausse, mais le gouverneur a indiqué que le ralentissement de la pandémie dans la région se confirmait. L'État a enregistré 778 nouveaux décès lors des dernières 24 heures, contre 671 précédemment, ce qui porte le bilan à 10.834 victimes depuis que le virus a atteint la région. Les États-Unis ont recensé 1.509 décès dus au coronavirus en 24 heures, soit quasiment le même chiffre que la veille. Ce bilan journalier porte à 23.529 le nombre total de décès.

    Deux entreprises belges vont lancer ensemble une ligne de production de masques chirurgicaux et de masques FFP2, essentiels dans le secteur des soins de santé dans le cadre de la gestion de l'actuelle pandémie de Covid-19.

    ► La commission Santé de la chambre a été reportée. C'est Philippe De Backer qui s'expliquera finalement ce mercredi à la place de Maggie De Block. Rappelons que la réunion du Conseil de Sécurité national a lieu ce mercredi. Les Belges en sauront alors plus sur la suite du confinement. Lire aussi | Renforcement des mesures ou déconfinement en vue?

    Le FMI annonce une récession de 3% de l'économie mondiale cette année. L'économie belge se contractera de 6,9% et celle de la zone euro de 7,5%. Lire aussi | La pire crise depuis 1929, selon le FMI

    ► Un Belge sur cinq a déjà annulé un voyage prévu cet été, selon un sondage Ipsos effectué auprès de plus de 2.100 personnes. Par ailleurs, les agences de voyage du nord comme du sud du pays n'attendent pas avant fin 2021 un retour à la normale de leurs activitésLire aussi | Organiser ses vacances d'été malgré le coronavirus

     La Chine a entamé les essais cliniques de deux vaccins potentiels contre le coronavirus. Les deux vaccins ont été élaborés par des firmes de Pékin et de Wuhan, berceau de la pandémie de Covid-19. 

    ► Le marché immobilier, également touché par le crise du coronavirus, verra le nombre de transactions baisser et accusera dès lors une baisse des prix de 2% en 2020, prédit la division d'analyse économique et financière d'ING Belgique. Des prévisions qui vont dans le sens de celles de KBC, dont L'Echo vous révélait la teneur ce week-end.

    ► Les géants de l'industrie pharmaceutique Sanofi et GSK annoncent leur intention d'unir leurs forces "pour développer un vaccin avec adjuvant contre le Covid-19", une collaboration qui s'ajoute à un foisonnement d'initiatives visant à combattre la pandémie.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Merci de nous suivre.

    Tout au long de la journée, Camille Berkenbaum, Corentin Di Prima et François Witvrouw se relaieront, avec l'appui de toute la rédaction, pour vous informer dans ce direct.

    Si vous n'avez pas suivi les infos en cette semaine de congés, vous trouverez le résumé de tout ce qu'il faut savoir ici.

    Bonne journée!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés