1. Dossiers
  2. Coronavirus

Jeholet recadre Désir sur les cours pendant les vacances

"Aucune piste n'est exclue aujourd'hui". Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a recadré sa ministre de l'Education Caroline Désir (PS) qui avait écarté un peu plus tôt dans la journée l'idée d'une prolongation des classes pendant les vacances d'été.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Pour le virologue Marc Van Ranst, "la fin du confinement (le "un-lockdown") se fera par tranches. Mais avant que tout ne se normalise, nous devons attendre un vaccin. Comptez certainement un an pour cela", a-t-il indiqué ce mercredi soir.

    L'Absym épingle les autorités belges sur leur manquement quant à l'application des directives internationales de l'OMS et déplore une nouvelle fois la pénurie de matériel de protection.

    ► La réunion entre Comeos, la fédération du secteur du commerce, et les syndicats, organisée ce mercredi soir, n'a pas permis d'aboutir à un accord. La proposition partielle déposée par les employeurs est en cours d'évaluation mais s'avère probablement "insuffisante". Une contre-proposition sera faite et les syndicats attendent une réponse définitive pour vendredi au plus tard.

    ► Par ailleurs, Lidl fermera ses magasins en Belgique une heure plus tôt que d'habitude à partir d'aujourd'hui. Et la chaîne de supermarchés continuera à procéder de la sorte tant que les mesures prises contre le coronavirus seront en vigueur. En semaine, les magasins de Lidl seront ouverts de 8h30 à 19h, et de 8h30 à 18h le samedi.

    ► Le secteur de la chimie et des sciences de la vie réclame qu'il soit permis aux travailleurs temporairement sans emploi en raison du coronavirus de s'engager facilement dans des secteurs "cruciaux". Une piste qui s'avérerait plus productive qu'une "surenchère" de primes, juge la fédération essenscia.

    ► "Aucune piste n'est exclue aujourd'hui". Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a recadré sa ministre de l'Education Caroline Désir (PS) qui avait écarté un peu plus tôt dans la journée l'idée d'une prolongation des classes pendant les vacances d'été.

    ► Les économies du groupe des vingt pays les plus industrialisés (G20) devraient être dans l'ensemble en récession cette année en raison de la pandémie liée au coronavirus, indique l'agence de notation financière Moody's. Réunis, ces pays devraient subir une contraction de 0,5% de leur Produit intérieur brut (PIB).

    ► La hausse du nombre de cas de coronavirus continue de stagner en Italie, où le nombre de morts a tout de même passé la barre des 7.500, selon le bilan officiel. Avec 7.503 morts (+683 en 24 heures), la péninsule reste le pays le plus cruellement frappé par la pandémie.

    ► Les autorités fédérale poursuivent une stratégie visant à augmenter progressivement le nombre de tests de diagnostic du Covid-19 de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours en Belgique.

    ► Selon le virologue Marc Van Ranst le championnat de Belgique de football, suspendu après 29 journées jusqu'au moins le 1er mai, ne devrait par aller jusqu'au bout.

    ► La Belgique déplore à ce jour 178 décès et 2.308 hospitalisations. La hausse ces dernières 24 heures indique "clairement que nous n'avons pas encore atteint le pic" épidémique, a insisté mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    ► La Wallonie s'active pour produire ses propres masques. Une "task force" est établie ayant pour objectif la création d'une unité de production de masques basée en Wallonie et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés. Notre article | La Wallonie veut produire ses masques.

    ► Didier Reynders (MR), commissaire à la Justice et la Protection des consommateurs, a fait part à la Belgique que les mesures temporaires de soutien au secteur des voyages, prises la semaine passée pour faire face à la crise du Covid-19 dans le pays, n'étaient pas conformes à la législation européenne sur les voyages à forfait. 

    ► La Fédération des entreprises de Belgique évalue l'impact économique de la pandémie de Covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB), a fait savoir l'organisation patronale. -> Les détails de l'évaluation de la FEB dans notre article

    ► L'organisation patronale flamande Voka évalue désormais à 40 milliards d'euros les dégâts économiques causés par la pandémie de Covid-19, a-t-elle indiqué mercredi. La semaine dernière, elle avait avancé le montant de 16 milliards d'euros.

    ► Selon la première édition de l'enquête hebdomadaire de la chambre de commerce bruxelloise Beci, 58% des entreprises bruxelloises voient déjà leur chiffre d'affaires baisser au moins de 50% à la suite de la pandémie de covid-19 et des mesures prises pour endiguer sa propagation. Pour 46% des entreprises, la perte atteint même plus de 75% du chiffre d'affaires.

    ► Sur les 1.456 lits mis à disposition par les hôpitaux en soins intensifs pour accueillir les patients atteints de Covid-19, 474 sont actuellement utilisés. 982 restent donc disponibles, a assuré mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    ► Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain a annoncé être parvenu à un accord sur un plan "historique" de 2.000 milliards de dollars avec les démocrates et la Maison Blanche pour relancer la première économie mondiale. Les détails de l'accord.

    ► Les banques belges se tiennent prêtes aussi bien pour accueillir les demandes de reports de remboursement de crédits hypothécaires que pour reporter effectivement les remboursements dès ce 1er avril, confirme le secteur. Il contredit ce qu'ont pu laisser entendre certains médias au nord du pays, expliquant que la banque BNP Paribas Fortis ne serait pas prête à temps. 

    ► La confiance des chefs d'entreprise a connu une chute considérable en mars en raison de la crise du coronavirus, se repliant de 8,2 points, soit la baisse mensuelle la plus importante jamais enregistrée depuis que cet indicateur existe, signale la Banque nationale de Belgique (BNB).

  • "Le retour à la normale prendra certainement encore un an"

    Pour le virologue Marc Van Ranst, qui s'est exprimé ce soir dans l'émission flamande De Afspraak, "la fin du confinement (le "un-lockdown") se fera par tranches. Mais avant que tout ne se normalise, nous devons attendre un vaccin. Comptez certainement un an pour cela", a-t-il indiqué.

  • L'Absym accuse les autorités belges de ne pas appliquer les directives de l'OMS

    L'Absym épingle les autorités belges sur leur manquement quant à l'application des directives internationales de l'OMS et déplore une nouvelle fois la pénurie de matériel de protection.

    • L'Association belge des syndicats médicaux exhorte les autorités à enregistrer le nombre d'infections de tous les professionnels de la santé. "Actuellement en Belgique, nous ne connaissons pas le nombre de médecins, infirmiers ou autres professionnels de santé, infectés, malades ou hospitalisés." Si l'OMS indique qu'il est essentiel d'enregistrer le nombre d'infections de tous les professionnels de la santé afin de pouvoir renforcer les mesures de protection sanitaire dans les plus brefs délais, l'institut public Sciensano affirme que "les cas confirmés chez les professionnels de santé ne doivent pas être déclarés sauf s'ils font partie d'un foyer dans une communauté résidentielle". Le personnel soignant ne devant être dépisté qu'en cas de fièvre et de symptômes respiratoires chroniques, l'Absym avance que "de nombreuses personnes actives dans le secteur de la santé, y compris des médecins, ont sans aucun doute été contaminées en raison de la forte pénurie d'équipement de protection. Il se peut donc que les médecins contaminent leurs patients sans en être conscients."
    • L'Absym dénonce également l'affirmation de Sciensano selon laquelle "la contagion peut être évitée en portant un masque chirurgical et en se lavant soigneusement les mains" et indique que la pénurie de matériel de protection ne devrait pas empêcher les avis scientifiques pour la protection des professionnels d'être corrects. De plus, l'avis de Sciensano selon lequel le professionnel de la santé présentant des symptômes "légers" peut continuer à travailler, va directement à l'encontre des directives de l'OMS d'après l'Absym. L'association affirme que "si les médecins malades testés positifs ou symptomatiques et suspectés de COVID-19, continuent à travailler, ils représentent un danger pour les autres, à savoir les collègues, les collaborateurs logistiques et les patients testés négatifs au SARS-CoV-2."
    • L'Absym demande également aux autorités belges de suivre l'appel international de l'OMS et d'effectuer des tests de dépistage à grande échelle. "Jusqu'à présent, la Belgique a recommandé des tests dans une très faible mesure, principalement parce que la capacité des tests est trop limitée."
    • Finalement, l'Association belge des syndicats médicaux regrette le report systématique des soins par les médecins généralistes et spécialistes, au sein de l'hôpital ou en dehors. Elle affirme que les patients ont pris peur à l'idée de se faire soigner et qu'en conséquence, ils risquent de se trouver dans un état pathologique avancé et d'avoir besoin de soins plus intensifs. Elle annonce d'ailleurs qu'à terme, ceci pourrait provoquer "une crise de pathologies autres que le Covid-19".
  • Pas encore d'accord entre employeurs et syndicats du commerce

    La réunion entre Comeos, la fédération du secteur du commerce, et les syndicats, organisée ce mercredi soir, n'a pas permis d'aboutir à un accord. La proposition partielle déposée par les employeurs est en cours d'évaluation mais s'avère probablement "insuffisante". Une contre-proposition sera faite et les syndicats attendent une réponse définitive pour vendredi au plus tard.

    Syndicats et employeurs se retrouvaient pour évoquer l'application dans leur secteur des mesures mises en place par le gouvernement face à l'épidémie de coronavirus. Les représentants des travailleurs pointent en particulier les risques encourus par ceux-ci dans l'exercice de leur fonction et la possibilité laissée ouverte par l'arrêté ministériel du 23 mars d'élargir les heures d'ouverture des magasins de 7h à 22h maximum. Cela alors que la loi établit ces heures d'ouverture de 8 à 20h, à l'exception du vendredi ou veille de jour férié où il s'agit de 8 à 21h.

    Mercredi matin, le front commun avait d'ailleurs plaidé pour une réduction des jours et plages d'ouverture au public des commerces alimentaires, évoquant "un personnel à bout moralement et physiquement" et n'excluait pas de mener des actions. Il demandait en outre, au niveau sectoriel, des jours de congé/récupération supplémentaires et une prime supplémentaire pour les travailleurs.

    Lors de la rencontre, Comeos a déposé une proposition "partielle", que les syndicats vont à présent évaluer. "Mais je peux d'ores et déjà dire qu'elle est insuffisante", réagit Myriam Delmée, présidente du Setca en charge du commerce, sans vouloir s'exprimer sur le contenu. "Nous allons faire une contre-proposition extrêmement rapidement et avons demandé une réponse définitive pour vendredi."

    Même son de cloche de la part de Delphine Latawiec, secrétaire permanente CNE: "on a le sentiment général que c'est largement insuffisant. Il faut aller bien au-delà de ce qui est sur la table", estime-t-elle, plaidant pour des avancées sur les heures d'ouverture et la prime d'encouragement. Les deux représentantes syndicales s'accordent à dire qu'une certaine tension commence à se faire sentir dans les magasins ainsi que dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Elles ne peuvent donc exclure d'éventuels mouvements d'humeur des travailleurs.

    Myriam Delmée salue les initiatives positives de Lidl (de fermer dorénavant ses magasins une heure plus tôt) ou de Carrefour (d'offrir une journée de congé supplémentaire par semaine) mais déplore que ce ne soient là que des solutions partielles et non pas une réponse sectorielle.

  • Affecter les chômeurs temporaires aux secteurs cruciaux plutôt que des primes

    Le secteur de la chimie et des sciences de la vie réclame qu'il soit permis aux travailleurs temporairement sans emploi en raison du coronavirus de s'engager facilement dans des secteurs "cruciaux". Une piste qui s'avérerait plus productive qu'une "surenchère" de primes, juge la fédération essenscia dans un communiqué. "Avec l'assouplissement des régimes de chômage temporaire pour cause de force majeure, le gouvernement a pris de bonnes mesures pour faire face aux premiers chocs économiques", juge la fédération.

    "D'un autre côté, de nombreux secteurs sont confrontés à de graves pénuries de personnel", souligne essenscia, qui réclame donc davantage de soutien pour le transport, la distribution, les grands magasins, le secteur de la santé, l'industrie alimentaire et l'emballage. Les personnes temporairement sans emploi pour cause de force majeure devraient pouvoir travailler ailleurs, et ce sans difficultés sur le plan administratif, suggère la fédération. "Les suggestions visant à donner des primes supplémentaires aux travailleurs qui ne peuvent pas travailler à domicile et doivent donc se déplacer pour travailler dans des secteurs cruciaux sont sans aucun doute bien intentionnées mais contre-productives et impayables", estime essenscia.

  • Les travailleurs du réseau des hôpitaux Iris remercient les citoyens

    Applaudis tous les soirs à 20h par nombre de Belges, les travailleurs des hôpitaux publics bruxellois du réseau Iris remercient à leur tour les citoyens pour la sympathie témoignée à l'égard du personnel soignant. "Tous les soirs à 20h, le cœur de nombre d'entre nous est serré lorsque résonnent les applaudissements qui témoignent de ce soutien", souligne le réseau Iris dans un communiqué.

    "Jour après jour, nous voyons augmenter le nombre de personnes contaminées par le Covid-19, ce qui entraîne un accroissement important de la charge de travail pour nos médecins, infirmiers, personnel d'accueil, de nettoyage, ... Pour les semaines qui viennent, nous devons nous préparer à une accélération de ce volume de cas!", met en garde le réseau Iris.

    "Comme le dit un slogan célèbre ces derniers jours: 'nous restons à l'hôpital pour vous, restez à la maison pour nous'", rappelle le réseau Iris. "Seul le strict respect du confinement permettra de limiter l'épidémie et d'éviter que nous saturions au sein des hôpitaux. Souvenez-vous en et rappelez-le à tous autour de vous et sur vos réseaux sociaux... C'est le plus beau geste de solidarité que vous puissiez faire à notre égard!"

  • Jeholet recadre Désir sur les cours pendant les vacances

    Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a recadré ce soir sa ministre de l'Education Caroline Désir (PS) qui avait écarté un peu plus tôt dans la journée l'idée d'une prolongation des classes pendant les vacances d'été pour rattraper les semaines de suspension des cours à cause de la pandémie de Covid-19. "Je ne veux pas qu'on vienne avec de quelconques exclusives pour la fin de l'année (scolaire)", a-t-il réagi. "Aucune piste n'est exclue aujourd'hui".

    Pour le ministre-président, avant de prendre attitude sur ce sujet, il importe d'attendre d'abord la décision du prochain Conseil national de sécurité quant à une éventuelle prolongation ou renforcement des mesures de confinement avant de se prononcer sur l'organisation de la fin de l'année scolaire. "Je pense qu'on vit une crise unique et exceptionnelle dans son ampleur. Il y aura donc des situations exceptionnelles, à décider en concertation avec les différents secteurs. (...) Mais ce qui doit nous guider, c'est l'intérêt des enfants. C'est ça qui doit primer", insiste le chef de l'exécutif fédératif.

    "Il n'y a donc pas d'exclusive à ce stade. C'est de toute façon une décision qui sera prise au niveau du gouvernement". L'idée de prolonger les classes sur les vacances d'été a été émise la semaine dernière par l'économiste Geert Noels, estimant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants ainsi qu'à l'économie en général. La proposition, qui a directement reçu un accueil réservé des syndicats enseignants, fait depuis l'objet d'une vif débat dans l'opinion publique.

  • Les pays du G20 globalement en récession cette année, selon Moody's

    Les économies du groupe des vingt pays les plus industrialisés (G20) devraient être dans l'ensemble en récession cette année en raison de la pandémie liée au coronavirus, indique l'agence de notation financière Moody's. Réunis, ces pays devraient subir une contraction de 0,5% de leur Produit intérieur brut (PIB), dont -1,4% pour la France. Aux Etats-Unis, elle sera de -2% et dans la zone euro de -2,2%. La Chine devrait croître de 3,3%, un rythme très faible pour ce pays.

    "Les économies du G20 vont subir un choc sans précédent dans la première moitié de l'année et se contracteront sur l'ensemble de l'année avant de rebondir en 2021", prévoit l'agence qui chiffre cette reprise l'année prochaine à 3,2% pour l'ensemble du groupe. Moody's rappelle qu'en novembre dernier, avant l'apparition de la pandémie, elle tablait sur une croissance globale de 2,6% pour les pays du G20 cette année.

    Une réunion du G20 consacrée à la lutte contre la pandémie doit se tenir ce jeudi par visioconférence sous la présidence du roi saoudien Salmane. Aux 20 principales puissances économiques mondiales se joindront d'autres pays affectés par le coronavirus comme l'Espagne, la Jordanie, Singapour ou la Suisse, ainsi que les dirigeants d'organisations telles que les Nations unies, la Banque mondiale, et les Organisations mondiales de la santé (OMS) et du commerce (OMC).

  • L'UMons lance une étude sur la perte du goût et de l'odorat

    L'Université de Mons (UMons) lance une étude sur la perte des sens du goût et de l'odorat. L'objectif est d'améliorer le diagnostic Covid-19. Deux spécialistes ORL de l'UMons, Sven Saussez et Jérôme Lechien, ont développé un questionnaire et mis sur pied un "call center" destinés aux patients positifs au Covid-19 et qui ne sont pas en soins intensifs.

    "La collecte de ces informations pourrait avoir un impact majeur sur le dépistage de l'infection au Covid-19 car les patients présentant ces seuls symptômes pourraient ainsi être dépistés et isolés correctement de la population générale", a indiqué l'UMons. Le questionnaire, d'une durée approximative d'une quinzaine de minutes, sera mené par téléphone de manière anonyme et sur base volontaire. Les patients positifs au Covid-19 sont ainsi invités à prendre contact avec l'UMons, par email (covid19.rechercheclinique@umons.ac.be) ou par téléphone (065 37 37 38). L'enquête est également disponible en ligne.

    L'UMons a souligné que les données collectées seront respectueuses des dispositions RGPD en vigueur et de la législation en matière de protection de la vie privée. La perte du goût et de l'odorat a été récemment remarquée par plusieurs scientifiques et médecins italiens, français, allemands et anglais chez un pourcentage anormalement élevé de patients infectés par le Covid-19. Le symptôme pourrait toucher 30% des personnes infectées.

  • L'UZ Brussel s'inquiète d'une baisse de 80% des insuffisances cardiaques aux urgences

    Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, l'hôpital universitaire UZ Brussel constate une baisse de 80% des patients présentant une insuffisance cardiaque aux urgences. L'établissement rappelle qu'il ne faut pas craindre de s'y rendre pour des troubles non liés au Covid-19. "Ces patients craignent probablement de se rendre à l'hôpital et postposent leur venue. Or il est important qu'ils sachent qu'ils seront pris en charge dans une zone totalement séparée de celle des patients admis pour le coronavirus", explique la porte-parole de l'UZ Brussel, Gina Volkaert.

    Afin de faire passer le message, l'hôpital a publié plusieurs séquences vidéos sur les réseaux sociaux. "Il ne faut pas hésiter à venir en cas de douleur à la poitrine ou de difficultés à parler", y enjoint notamment le chef du service des Urgences, le Dr Ives Hubloue.

  • Plus de 60.000 cas officiellement déclarés aux États-Unis, 827 morts

    Plus de 60.000 cas de coronavirus ont été officiellement recensés aux États-Unis, dont 827 morts, selon le comptage de l'université Johns Hopkins qui fait référence. La veille à la même heure environ, les États-Unis dénombraient 600 morts du Covid-19. La majorité des décès sont enregistrés à New York, nouvel épicentre de l'épidémie dans le pays.

    Les États-Unis sont le troisième pays en nombre de cas recensés, derrière la Chine et l'Italie.

  • 1.331 morts (+231) et 2.827 patients (+ 311) en réanimation en France

    Le coronavirus a causé 1.331 décès enregistrés à l'hôpital depuis le début de l'épidémie et 2.827 patients étaient ce soir en réanimation, a annoncé le directeur général de Santé français Jérôme Salomon.

    Ces bilans traduisent une augmentation de 231 décès et de 311 nouveaux patients en réanimation comparé à la veille, sur un total de 11.539 malades hospitalisés.

  • La contagion continue de ralentir en Italie

    La hausse du nombre de cas de coronavirus continue de stagner en Italie, où le nombre de morts a tout de même passé la barre des 7.500, selon le bilan officiel. Avec 7.503 morts (+683 en 24 heures), la péninsule reste le pays le plus cruellement frappé par la pandémie. Ce bilan montre une hausse de 7,5% des cas positifs (près de 75.000 au total), comme lundi et mardi, soit les plus faibles taux depuis l'arrivée du virus en Italie.

    La Lombardie, dans le nord du pays, reste la région la plus touchée avec 4.474 décès (+296 en 24 heures), suivie par l'Emilie-Romagne (région de Bologne, nord) avec 1.077 décès. La Lombardie, qui inclut Milan, est également la région avec le plus grand nombre de cas, 32.346 enregistrés sur 74.386 pour l'ensemble du pays, selon les chiffres de la protection civile.

    "Nous sommes plutôt en ligne avec les jours précédents, donc cette sensation de ralentissement de la croissance des cas peut être qualifiée de constante", a commenté le gouverneur de Lombardie Attilio Fontana Facebook. "C'est très important, mais il ne faut absolument pas lâcher prise", a-t-il mis en garde.

  • La police de Bruxelles-Nord a dressé plus de 360 PV en une semaine

    La police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere) a dressé en une semaine, du mercredi 18 mars à ce mercredi, 368 sanctions administratives communales (SAC) à l'encontre de particuliers qui ne respectaient pas les mesures Covid-19 dans l'espace public, 12 procès-verbaux à l'encontre de commerces et cafés qui ne respectaient pas l'ordre de fermeture et a procédé à 8 arrestations administratives liées au non respect des consignes.

    Les SAC relatives aux mesures prises dans le cadre de la lutte contre la propagation du CoVid-19 s'élèvent à 100 euros pour les personnes mineures et montent à 175 euros en cas de récidive. Elles sont de 250 euros pour les adultes et de 350 euros en cas de récidive. La police locale poursuivra ses contrôles et continuera à verbaliser durant toute la période d'application des mesures décrétées. Elle appelle les citoyens à contacter son dispatching pour dénoncer des infractions, qui sont néfastes à la santé de la population dans son ensemble.

  • Bientôt 10.000 tests Covid-19 par jour

    Les autorités fédérale poursuivent une stratégie visant à augmenter progressivement le nombre de tests de diagnostic du Covid-19 de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours en Belgique. C'est ce qu'a annoncé le ministre fédéral Philippe De Backer, responsable de la "task force" en charge de la recherche du matériel indispensable à la lutte contre le coronavirus.

    "La capacité existante dans les laboratoires est cartographiée, l'approvisionnement des réactifs pour les tests est augmenté et on s'adresse aux nouveaux partenaires du réseau solide de santé et de recherche de notre pays. Une fois qu'on a dépassé le pic, il est dès lors indispensable de poursuivre de manière intensive le monitoring pour comprendre comment le virus se propage afin d'éviter une nouvelle vague", a expliqué De Backer (Open Vld).

    Depuis que l'épidémie de Covid-19 a débarqué en Belgique, la question des tests pose problème. On fait le point sur notre capacité de détection du nouveau coronavirus et sur les progrès annoncés.

  • Quasi 60% des entreprises de construction en difficultés si la crise dure jusque fin avril

    Quelque 58% des entreprises de construction feront face à des problèmes de liquidités si la crise actuelle du coronavirus dure encore jusque fin avril. Si elle s'éternise un mois de plus encore, alors ce sont près de quatre sociétés sur cinq (78%) qui se trouveront dans une telle situation, prévient la Confédération Construction. Elle demande dès lors à tous les partenaires du secteur et aux maîtres d'ouvrage externes de payer leurs factures en temps et en heure.

    Avec les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie en vigueur jusqu'au 5 avril, 38% des entreprises de construction devraient déjà faire face à des problèmes de liquidités, selon l'enquête de la Confédération Construction. Environ 40% des sociétés actives dans le secteur ont dû suspendre complètement leurs activités car elles ne pouvaient pas respecter ces mesures, en particulier les règles de distanciation sociale. Et la grande majorité des autres entreprises n'ont pu que partiellement poursuivre le travail.

  • Le championnat de foot ne devrait pas s'achever

    Selon le virologue Marc Van Ranst le championnat de Belgique de football, suspendu après 29 journées jusqu'au moins le 1er mai, ne devrait par aller jusqu'au bout. Le virologue de la KU Louvain, qui conseille les instances du football, est pessimiste. "Si les mesures s'avèrent efficaces, nous allons les conserver. Nous n'allons pas soudainement les jeter par dessus bord pour pouvoir organiser des événements de masse. Rassembler beaucoup de personnes est un sujet sur lequel nous devons être très vigilants." Van Ranst voit encore une ouverture pour la finale de la Coupe entre le Club Bruges et l'Antwerp mais à huis clos, 

    Pendant ce temps la Pro League tarde à décider. "Dans les circonstances actuelles, toute décision est encore prématurée", a-t-elle indiqué mercredi à l'issue d'une réunion de son conseil d'administration. Ce dernier et le management "analysent les options possibles dans l'intérêt du football belge et de ses partenaires, mais avec comme priorité absolue l'intérêt général et la santé publique", indique la Pro League.

    Il reste la dernière journére de la phase classique et dix matchs de play-offs à disputer. Si le championnat devait être arrêté, Bruges serait champion et disputerait la Ligue des Champions, La Gantoise, prendrait par au tour préliminaire de la Ligue des Champions League. Charleroi, l’Antwerp et le Standard disputeraient l’Europa League. Anderlecht qui espérait encore se qualifier pour l'Europa League via une accession de dernière minute aux play-offs 1 ou via les play-offs 2 serait privé de compétition europénne pour la deuxième saison consécutive. Uee première dans l'histoire du club de Marc Coucke

  • Toutes les taxes locales 2020 reportées à Liège

    En raison de la crise du coronavirus, le collège communal de Liège a décidé de reporter l'envoi de toutes les taxes locales 2020. Cette décision a été prise sachant que la fermeture de la quasi-totalité des commerces et de certaines entreprises pose des difficultés financières aux indépendants et aux travailleurs, dont beaucoup ont été placés en chômage temporaire. Il a donc été décidé de reporter l'envoi de toute facture de redevance et de tout avertissement extrait de rôle relatifs aux taxes communales visant les particuliers pour l'année 2020. Cette mesure concerne notamment la taxe déchets.

    Pour les commerçants concernés par la fermeture forcée, il s'agit de les exonérer de toutes les taxes communales les visant spécifiquement. Cette mesure sera d'application durant la période de fermeture forcée imposée par les autorités fédérales dans le cadre des mesures visant à lutter contre la propagation du covid-19. Sont ainsi visés les restaurants, les bars et les commerces, y compris la taxe sur les terrasses.

    Pour les entreprises, elles ne sont pas tenues, pour chômage des moteurs, au paiement de la taxe sur la force motrice pendant la durée des mesures fédérales de confinement et ce, pour les moteurs concernés.

    Enfin, sachant que les marchés sont aussi à l'arrêt, une facturation basée sur les jours d'activité effective sur le territoire de la ville de Liège sera appliquée pour les marchands ambulants.

  • "Si le SPF Santé avait payé à temps, les masques auraient été livrés"

    Mahmut Öz, l'homme derrière la société Mossa, réfute par l'intermédiaire de ses avocats qu'il aurait été question de fraude lors de la commande par la Belgique de 5 millions de masques buccaux. "Si le SPF Santé publique avait payé à temps, les masques auraient été livrés", indiquent ses conseils.

    Le SPF Santé public avait lancé début mars un appel d'offre en urgence pour la livraison de masques chirurgicaux et de type FFP2, auquel avait répondu la firme de Mahmut Öz, qui a figuré par le passé sur des listes Open Vld. Le fournisseur de Mossa, qui opère depuis Izmir, en Turquie, avait indiqué pouvoir assurer la livraison en trois jours, à condition de disposer de l'argent sur son compte pour le 12 mars.

    "Mon client avait donc informé le SPF Santé Santé publique de l'importance de transférer les fonds en urgence mais le SPF ne l'a pas fait et l'argent n'est pas arrivé à temps chez le fournisseur", déclare l'un des avocats. Mahmut Öz assure par la voix de ses conseils avoir alors prévenu le SPF Santé qu'une livraison le 13 ou le 14 mars n'était plus possible. "Selon le contrat, qui stipulait que la livraison interviendrait dans les sept jours suivant la commande, il avait encore jusqu'au 18 mars pour livrer les masques. Il a voulu tout faire pour l'honorer mais il a été arrêté le 13 mars lors d'une réunion avec le SPF Santé."

    Une plainte a été introduite pour fraude et l'homme d'affaires a été entendu plusieurs heures par la police, avant d'être libéré le lendemain. "Les policiers lui ont dit que la limite pour la livraison expirait le 15 mars à minuit, ce qui n'était pas conforme au contrat. Craignant d'être à nouveau arrêté, il a décidé de se retirer", ajoutent les avocats. Mahmut Öz a ensuite convenu avec son fournisseur turc que le montant total serait remboursé.

  • 20.334
    morts
    La pandémie de nouveau coronavirus a tué 20.334 personnes dans le monde, dont une nette majorité en Europe (13.581). Avec 7.503 morts, l'Italie est le pays le plus touché devant l'Espagne (3.434) et la Chine (3.281), foyer initial de la pandémie.

  • L'Allemagne adopte un plan de 1.100 milliards d'euros

    Les députés allemands ont voté des mesures d'un montant global sans précédent proche de 1.100 milliards d'euros pour aider la première économie européenne à faire face aux conséquences de la pandémie causée par le coronavirus. Ce montant représente près d'un tiers de la richesse totale produite par le pays au cours d'une année.

    Les membres du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, dispersés dans l'hémicycle pour éviter les risques de contamination, ont notamment approuvé de nouveaux emprunts à hauteur de 156 milliards d'euros pour soutenir entreprises, salariés et système de santé, ainsi que des centaines de milliards de garanties pour les prêts bancaires aux entreprises. Cet ensemble de mesures est "sans précédent pour l'Allemagne depuis la Deuxième guerre mondiale", selon les mots ministre des Finances et vice-chancelier Olaf Scholz à la chambre.

    Il y a remplacé Angela Merkel pour présenter le programme de secours, la chancelière étant actuellement empêchée car en quarantaine après avoir eu un contact avec un médecin testé positif au coronavirus.

  • Des fournisseurs d'énergie prennent des mesures pour leurs clients

    Lampiris et Engie annoncent tous les deux des mesures pour leurs clients amenés pour certains à consommer plus d'électricité que d'habitude en raison du confinement. Le fournisseur vert Lampiris fera passer pendant un mois toutes les consommations d'électricité au tarif de nuit, quel que soit le compteur de son client.

    Chez Engie, on rappelle que des plans de paiement étaient déjà possibles et que l'entreprise fera preuve de la "flexibilité nécessaire" pour les clients qui en éprouveraient le besoin. L'entreprise donne également quelques conseils à ses clients pour consommer le moins d'électricité possible et ainsi réduire leur facture à venir.

  • Lidl va fermer ses magasins une heure plus tôt

    Lidl fermera ses magasins en Belgique une heure plus tôt que d'habitude à partir d'aujourd'hui. Et la chaîne de supermarchés continuera à procéder de la sorte tant que les mesures prises contre le coronavirus seront en vigueur. En semaine, les magasins de Lidl seront ouverts de 8h30 à 19h, et de 8h30 à 18h le samedi. Ils fermeront ainsi une heure plus tôt afin de permettre au personnel de reprendre son souffle.

    "Nous avons pris la décision après avoir consulté les syndicats", explique la porte-parole. "Elle est également basée sur le comportement d'achat. Nous constatons que les gens achètent maintenant principalement le matin".

  • Ryanair maintient provisoirement certaines liaisons avec Bruxelles

    Ryanair maintiendra encore actives environ quinze lignes durant la semaine à venir. "Nous travaillons avec les gouvernements de l'UE pour essayer de maintenir un certain nombre de liaisons ouvertes pour des cas d'urgence, même si le taux de remplissage de ces vols sera très faible", précise Ryanair.

    Selon la compagnie, il s'agit là de "connexions essentielles vers et depuis l'Irlande et vers et depuis le Royaume-Uni". Nombre de ces liaisons sont effectuées entre les îles britanniques, mais il y aura également des vols de Dublin vers Bruxelles, Amsterdam, Berlin et Lisbonne, et de Londres à Berlin, Budapest et Eindhoven, entre autres. L'aperçu des itinéraires qu'a publié Ryanair est valable de ce vendredi au jeudi 2 avril.

  • Des mesures urgentes demandées pour éviter le surendettement des particuliers

    Syndicats, CPAS, Mutualités... ils sont nombreux à demander de toute urgence que le gouvernement fédéral prenne, dans le cadre de ses pouvoirs spéciaux, des mesures urgentes pour éviter le surendettement des particuliers. "Avec la crise que provoque la pandémie, il est maintenant devenu évident qu'un grand nombre de nos concitoyens vont être malades, mis au chômage ou même perdre leur emploi", relèvent l'ensemble des signataires.

    Ces changements de situation vont dans un grand nombre de cas provoquer une perte de revenus pour les personnes concernées et leur ménage. Des mesures ont déjà été prises pour les indépendants, mais aussi pour les particuliers, comme le possible report du crédit hypothécaire. Les signataires saluent également la suspension annoncée des coupures d'eau et d'énergie ainsi que des expulsions, et la souplesse promise par les huissiers pour certaines exécutions.

    Cependant, ils appellent le gouvernement fédéral - dans le cadre de ses pouvoirs spéciaux - à aller plus loin pour éviter que des particuliers ne tombent dans le surendettement. "Il est nécessaire de permettre aux consommateurs en difficulté de reporter sans frais non seulement les échéances de leurs crédits hypothécaires, mais également celles de leurs crédits à la consommation", estiment-ils. Ils jugent en outre essentiel de prendre d'urgence des mesures au niveau du recouvrement des impayés, afin d'éviter l'accumulation de frais qui ne ferait "qu'aggraver encore la situation financière des ménages".

    Concrètement, les signataires demandent notamment de suspendre temporairement (depuis le 1er mars jusqu'à la fin des pouvoirs spéciaux) toutes les nouvelles mesures d'exécution forcées ainsi que les délais de prescription et de recours. De suspendre aussi jusqu'à nouvel ordre toutes les dénonciations de crédit à la consommation ou hypothécaire pour les mensualités impayées depuis le 1er mars et donc les majorations d'intérêts pour impayés et les enregistrements à la centrale des crédits aux particuliers.

  • Les tentes pour les camps scouts mises à disposition des hôpitaux

    Le Centre de prêt de matériel de Naninne (CPM), qui chaque été prête gratuitement ses tentes aux camps scouts, a décidé de répondre à la demande d'aide logistique des hôpitaux et structures de soins à la population en mettant son matériel à leur disposition. Le CHU Saint-Pierre de Bruxelles, la clinique Saint-Luc de Bouge ou encore le Grand hôpital de Charleroi ont ainsi déjà reçu les célèbres tentes vertes utilisées par les scouts, mais aussi des lits de camps, des chaises, des tables, ainsi que du matériel électrique pour pouvoir créer des postes avancés afin de faire face à l'afflux de malades.

    Bien que dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui le finance, le CPM a également prêté du matériel à différents hôpitaux flamands, à Anvers et Merksem notamment. D'autres intervenants dans cette crise sanitaire, comme MSF Bruxelles ou encore différents corps de pompiers ont également bénéficié de l'aide logistique du CPM. Celui-ci précise ce mercredi avoir encore du matériel disponible pour soutenir ceux et celles qui en auraient besoin. Infos: urgence.cpm@cfwb.be

  • Sunweb annule tous ses départs en vacances jusqu'au 17 avril, Corendon jusqu'au 1er juin

    Les tour-opérateurs du groupe Sunweb annulent tous les séjours dont le départ est prévu jusqu'au 17 avril inclus. Pour ceux prévus après cette date, rien ne change pour le moment. Les clients de Sunweb ne devront temporairement payer le solde restant dû que deux semaines avant de partir au lieu de six. "C'est une période d'incertitude pour chacun d'entre nous. Nous comprenons que les clients aient des questions sur le paiement de leurs futures vacances", déclare Leen Deville, manager du groupe pour la Belgique. En cas d'annulation du séjour en raison du coronavirus, le client recevra la somme déjà payée sous forme de bon d'achat pour un futur voyage.

    Du côté de Corendon, c'est jusqu'au 1er juin que tous les séjours de vacances sont annulés. Quelque 80.000 séjours sont concernés par l'annulation. Ils s'ajoutent aux 40.000 déjà tombés à l'eau jusqu'à présent. Comme lors de la première vague, les voyageurs seront remboursés sous la forme d'un bon qu'ils pourront réutiliser plus tard dans l'année. Le surcoût éventuel sera pris en charge par l'entreprise, tandis qu'une différence sera remboursée au client si le séjour s'avérait moins cher qu'initialement. Corendon a déjà dévoilé sur son site une partie de l'offre soleil pour l'hiver 2020/21, afin d'offrir davantage de choix aux vacanciers lésés.

  • Un réseau d'entreprises liégeoises offre 100.000 masques FFP2

    Un réseau d'entreprises liégeoises s'est mobilisé pour réunir des fonds et ainsi acheter du matériel de protection pour des hôpitaux de la région liégeoise. Cent milles masques de type FFP2 devraient arriver cette semaine à Liege Airport, indique Olivier Eloy, porte-parole de ce réseau.

    Les initiateurs liégeois ont rassemblé le week-end dernier, "en quelques heures à peine", des promesses de contribution pour plus de 50.000 euros. "C'est une véritable chaîne solidaire qui se met en place entre managers liégeois mobilisés pour soutenir ceux qu'ils considèrent comme des héros, à savoir les médecins et toute la communauté des soignants en général."

    Deux fournisseurs chinois ont été identifiés. Les masques FFP2 doivent donc être acheminés en deux lots de 50.000 pièces. Si tout se déroule comme prévu, la marchandise devrait rapidement quitter la Chine pour arriver à Liège Airport en fin de semaine. "Les masques FFP2 seront alors dispatchés vers les deux hôpitaux liégeois où ils sont attendus avec impatience par les acteurs qui luttent, en première ligne, contre la propagation du coronavirus", se réjouit le porte-parole du réseau d'entreprises liégeoises.

  • L'ULB met en place deux plateformes de diagnostic, le CHU de Liège se dote d'un robot

    ♦ L'ULB a mis en place deux plateformes de diagnostic du coronavirus sur ses sites d'Erasme (Bruxelles) et de Gosselies (Charleroi), en réponse à l'appel du gouvernement à augmenter la capacité de dépistage du Covid-19. Fonctionnant sept jours sur sept, les deux plateformes de l'ULB vont permettre d'analyser des prélèvements réalisés sur le personnel soignant des hôpitaux de la région. "Ensemble, les deux sites - en partenariat avec le Laboratoire Hospitalier Universitaire de Bruxelles (LHUB) et le CHU de Charleroi - devraient pouvoir analyser quelques centaines d'échantillons par jour, une contribution non négligeable à l'effort global", commente Arnaud Marchant, chercheur à l'Institute for Medical Immunology (ULB).

    ♦ A Liège, le CHU a par ailleurs mis en service une nouvelle plateforme de tests moléculaires de haut débit, intégrée et entièrement automatisée. "Nous avons réalisé un partenariat avec la société suisse Roche qui a mis un robot COBAS 6800 à notre disposition à des conditions préférentielles", explique la Pr Pierrette Melin, cheffe du service de microbiologie médicale, citée dans un communiqué. "Alors que nous tournions autour de 100 analyses par jour, nous pourrons multiplier ce chiffre par huit", précise la Pr Marie-Pierre Hayette, cheffe du service de microbiologie clinique.

    ♦ L'UMons a, elle, annoncé mardi pouvoir analyser 400 tests par jour.

  • Les Fablabs wallons développent des prototypes pour lutter contre le Covid-19

    Les laboratoires de fabrication numérique et de prototypage (Fablabs) wallons se mobilisent face au Covid-19. Un prototype de respirateur sera présenté ce jeudi par le Makilab de Louvain-la-Neuve et un autre de pousse seringue (PSE) est en cours de développement au Trakk, le hub créatif de Namur.

    • A Louvain-la-Neuve, le respirateur "Breath4Life" est développé avec le soutien de l'UCL et est en test depuis déjà plusieurs jours. Sa présentation ce jeudi marquera une nouvelle étape vers une éventuelle production à plus grande échelle, avec l'appui d'autres entreprises.
    • Du côté de Namur, c'est sur le développement d'un pousse seringue que les équipes du Trakk se sont concentrées. Ce dispositif électro-mécanique sert à presser une seringue classique à une vitesse très précise pour injecter la bonne dose de médicaments. "A moyen terme, les hôpitaux vont en manquer selon les médecins", pointe le hub créatif namurois. L'objectif des développeurs namurois est de mettre au point un prototype fonctionnel à moindre coût d'ici la fin de la semaine, afin de le mettre à disposition en open-source. "Certaines petites et moyennes entreprises se sont déjà faites connaître afin de témoigner leur intérêt pour produire l'appareil une fois le prototype abouti", ont-ils expliqué. "Toutefois, si le projet avance bien, il est encore difficile de savoir s'il débouchera sur une avancée réelle dans le secteur."
  • 1
    million
    Sur l'enveloppe de 350 millions d'euros qu'il a dégagée pour faire face à la crise du coronavirus, le gouvernement wallon a octroyé un million d'euros au secteur de l'action sociale subsidiées par la Région (12 Abris de nuit, 57 Maisons d'accueil, 1 Maison de vie communautaire et 7 Relais Sociaux).

     

  • FMI et Banque mondiale appellent à geler le remboursement de la dette des pays pauvres

    Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont demandé de concert aux créanciers bilatéraux des pays les plus pauvres "de geler les remboursements de dettes" afin que ces pays puissent dégager de l'argent pour combattre la pandémie de coronavirus. Ce répit permettra d'analyser la situation et les besoins de chaque pays, ont précisé les deux institutions. Elles ont également demandé au G20 de les charger de cette tâche d'évaluation pour faire la liste des pays dont le fardeau de la dette est insoutenable et pour travailler à une restructuration.

    "La Banque mondiale et le FMI sont convaincus qu'il est impératif de soulager les pays en développement et d'envoyer un signal fort aux marchés financiers", indiquent les deux institutions. Et de conclure: "La communauté internationale saluerait le soutien du G20 à cet appel à agir".

  • Le nombre de cyclistes et de promeneurs en hausse dans le Brabant flamand

    Le nombre de marcheurs et de cyclistes dans la province du Brabant flamand a augmenté de façon spectaculaire depuis la mise en place des mesures de confinement. Par rapport à la même période de l'année dernière, une augmentation de 89,9 % du nombre de marcheurs a été enregistrée dans le Chartreuzenbos de Lubbeek au cours des 10 derniers jours. Des augmentations significatives ont également été notées dans le Gempemolen (+131,5 %) ou encore sur le site de la tour du Vlooyberg (+253 %).

    Les autorités du Brabant flamand ont aussi constaté qu'il y avait beaucoup plus de cyclistes qu'auparavant. Le compteur de vélos sur l'IJzerenweg à Linter a enregistré une augmentation de 59,9 % du nombre de cyclistes en mars 2020 par rapport à la même période l'année dernière. Il s'agit d'une tendance généralisé, puisque la fréquentation de nombreuses autres pistes cyclables est à la hausse.

  • Le MIPIM annulé

    Le MIPIM, déjà reporté du 2 au 5 juin 2020 à Cannes, est annulé. Sa version light, dont la date n'est pas encore précisée, consistera en un rassemblement des professionnels de l'immobilier et de l’innovation pendant deux jours à Paris et en une nouvelle expérience en ligne, MIPIM Connect, qui sera disponible toute l'année.

    La prochaine édition du MIPIM à Cannes, quant à elle, aura lieu du 16 au 19 mars 2021.

  • Un test belge de dépistage en 15 minutes reçoit la certification

    A côté des tests de diagnostic de biologie moléculaire utilisés en laboratoire, qui sont peu nombreux et assez lents, un tout nouveau test de dépistage du Covid-19 en 15 minutes vient de voir le jour, rapporte la RTBF mercredi. Il s'agit d'un test "antigénique": il va réagir aux antigènes (les protéines virales) et les détecter à partir du prélèvement respiratoire naso-pharyngé du patient.

    C'est la société Coris BioConcept, située à Gembloux, qui a développé ce test avec le Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles, le LHUB-ULB, et d'autres partenaires, dont le Laboratoire de l'Université de Liège et le Centre national de référence des pathogènes respiratoires.

  • La FSMA met en garde contre huit offres frauduleuses de crédit

    La FSMA, l'autorité des marchés financiers, met en garde mercredi contre huit offres frauduleuses de crédit. Elles émanent de prêteurs non agréés, qui proposent de faux crédits aux consommateurs. Il s'agit des offres d'Access Centrale Bank, BCI Financial, Fast Loan International, Rossen Financien, Salem Lening, Trust Oline Credit, Wij zijn verenigd et Wij zijn de oplossing

  • Les passagers qui atterrissent à Zaventem invités à se confiner pendant deux semaines

    Tous les passagers qui atterrissent à Brussels Airport reçoivent l'injonction de se confiner à domicile pendant deux semaines, a indiqué mercredi l'aéroport via Twitter. En vertu d'une décision des autorités, tous les passagers qui débarquent à Zaventem doivent recevoir un formulaire d'information reprenant diverses consignes. Parmi celles-ci figurent l'obligation de s'isoler pendant 14 jours à domicile. Travailler est donc exclu, à moins de pouvoir le faire à distance.

  • Un cas constaté à bord de la frégate Léopold 1, qui rentre à Zeebrugge

    Un cas de contamination au coronavirus a été constaté au sein de l'équipage de la frégate Léopold 1 de la Marine, qui regagnera prématurément vendredi son port d'attache de Zeebrugge interrompant une mission d'escorte du porte-avions français Charles de Gaulle, selon l'agence Belga. "Il a été débarqué il y a quelques jours à Den Helder (le grand port militaire des Pays-Bas, dans le nord-ouest du pays). Sa famille a été prévenue", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. La Défense ne communiquera plus d'autres informations avant le retour du navire.

    Le F930 Léopold 1 - l'une des deux frégates dont dispose la Marine, avec le F931 Louise-Marie - avait appareillé le 23 février pour une mission de deux mois au sein du groupe aéronaval rassemblé autour du porte-avions nucléaire Charles de Gaulle lors de plusieurs exercices en Méditerranée, dans l'océan Atlantique et en mer du Nord. Son retour à Zeebrugge était initialement prévu le 24 avril. Le temps d'incubation du virus étant de 14 jours maximum, cette contamination a sans doute eu lieu à l'occasion d'une escale, une source bien informée indiquant qu'il n'y a pas eu de relève de l'équipage. La thèse d'une contamination lors d'un transfert opérationnel au cours de la mission est également peu probable dans la mesure où d'autres cas n'ont pas été signalés sur les autres navires. 

  • L'ONU appelle à libérer des détenus pour éviter "des ravages" en prison

    La Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU Michelle Bachelet a appelé mercredi à la libération urgente de détenus à travers le monde pour éviter que la pandémie de Covid-19 ne fasse des "ravages" dans les prisons souvent surpeuplées. 

    -> CARTE BLANCHE | Prisons et santé: incompatibles!

  • 356
    décès
    80 nouveaux décès ont été recensés en l'espace d'une journée aux Pays-Bas. Le nombre total de morts dans le pays s'élève désormais à 356. Au total, 6.412 personnes ont été diagnostiquées positives au Covid-19 aux Pays-Bas.

  • La confiance des chefs d'entreprise n'a jamais connu une baisse aussi importante en mars

    La confiance des chefs d'entreprise a connu une chute considérable en mars en raison de la crise du coronavirus, se repliant de 8,2 points, soit la baisse mensuelle la plus importante jamais enregistrée depuis que cet indicateur existe, signale la Banque nationale de Belgique (BNB).

    • Tous les secteurs d'activité sont concernés, les services aux entreprises payant le plus lourd tribut. Le plus fort repli mensuel jamais observé y est surtout imputable à une dégradation massive des prévisions relatives à l'activité propre des entreprises interrogées et à la demande générale du marché.
    • Dans le commerce, également lourdement impacté à l'exception de celui de produits alimentaires, la chute de la confiance est attribuable à des prévisions plus négatives en matière de demande et d'emploi.
    • Dans l'industrie manufacturière, les chefs d'entreprise sont particulièrement pessimistes en ce qui concerne l'évolution attendue de la demande et, dans une moindre mesure, de l'emploi, note la BNB. Ces perspectives négatives sont toutefois tempérées par une appréciation nettement plus optimiste du niveau des stocks.
    • C'est par contre dans la construction que le climat des affaires s'est le moins détérioré. Les prévisions de demande y sont toutefois aussi en baisse, de même que l'évolution récente du carnet de commandes. Davantage que l'appréciation de la situation courante, ce sont surtout les perspectives d'activité, de demande et d'emploi qui sont très nettement revues à la baisse, résume la BNB.

    L'indicateur du mois de mars s'appuie sur les réponses des chefs d'entreprise entre le 2 et le 24 mars. Certaines d'entre elles ont donc été formulées avant les dernières mesures de confinement entrées en vigueur mercredi dernier. L'indicateur "ne reflète dès lors pas encore pleinement la détérioration du climat de confiance des chefs d'entreprise, les réponses reçues après le confinement étant clairement plus pessimistes", prévient la Banque nationale.

  • "L'humanité entière" menacée, affirme l'ONU en lançant un plan humanitaire

    La pandémie de Covid-19 "menace l'humanité entière", a affirmé mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en lançant un "Plan de réponse humanitaire mondial" s'étendant jusqu'à décembre, assorti d'un appel à des dons à hauteur de 2 milliards de dollars.

    L'objectif de ce plan "vise à nous permettre de combattre le virus dans les pays les plus pauvres au monde et répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants, les personnes âgées, les handicapés et les malades chroniques", a précisé le chef de l'ONU dans une déclaration vidéo.

  • Où en est-on dans les tests Covid-19?

    Depuis que l'épidémie de Covid-19 a débarqué en Belgique, la question des tests pose problème. On fait le point sur notre capacité de détection du nouveau coronavirus et les progrès espérés... 

    -> Lire notre article | Tests Covid-19: pourquoi ça traîne?

  • Charles Michel soutient "le peuple d'Espagne" et loue son courage

    Le président du Conseil européen Charles Michel a écrit un courrier "au peuple d'Espagne", publié mercredi, pour le soutenir dans la lutte face au coronavirus. "L'attitude des Espagnols durant cette crise constitue pour d'autres un modèle quant à la manière de maintenir un moral élevé face à l'adversité. C'est l'Espagne que je connais - résiliente, déterminée, unie", écrit le Belge dans cette lettre.

    La semaine dernière, il avait déjà exprimé tout son soutien à l'Italie, devenu le foyer européen de la pandémie (près de 70.000 cas jusqu'à mercredi). Mercredi, c'est à l'Espagne, deuxième pays européen en nombre de cas confirmés (plus de 47.000) et qui a dépassé le même jour le nombre de morts du coronavirus de la Chine continentale avec 3.434 décès, que Charles Michel s'est adressé.

  • "Un tsunami économique" pour les entreprises bruxelloises (Beci)

     

    Selon la première édition de l'enquête hebdomadaire de la chambre de commerce bruxelloise Beci, 58% des entreprises bruxelloises voient déjà leur chiffre d'affaires baisser au moins de 50% à la suite de la pandémie de covid-19 et des mesures prises pour endiguer sa propagation. Pour 46% des entreprises, la perte atteint même plus de 75% du chiffre d'affaires.

    46%
    des entreprises bruxelloises
    46% des entreprises bruxelloises voient leur chiffre d'affaires baisser de 75%.

    "Les résultats de la première enquête sont alarmants", commente le CEO de Beci, Olivier Willocx, alors même que le gouvernement fédéral a annoncé il y a moins d'une semaine des mesures renforcées. "On peut parler d'un tsunami économique", souligne Jan De Brabanter, secrétaire général de Beci.

     

    L'arrêt total ou partiel des activités, provoqué par les mesures en elles-mêmes, des problèmes d'approvisionnement ou encore le non-respect des distances sociales sur le lieu de travail, est logiquement la principale raison de la perte de chiffre d'affaires. 

    Les 150 millions d'aide que le gouvernement bruxellois a débloqués la semaine dernière sont 'too little, too late'
    Beci

    Beci souligne qu'un tiers des répondants sont des indépendants et des professions libérales "qui ne peuvent pas compter sur un soutien supplémentaire du gouvernement bruxellois pour le moment". Elle rappelle toujours attendre "une réponse du gouvernement aux mesures de soutien demandées en groupe de travail avec le gouvernement bruxellois et les partenaires sociaux". Beci compte plus de 35.000 entreprises membres. Le semaine dernière, elle estimait à 1,8 milliard d'euros les pertes par mois pour les entreprises de la Région. 

  • Une programmation sur-mesure proposée par Bozar via les réseaux sociaux

    Bozar propose via ses réseaux sociaux une "programmation sur-mesure qui témoigne de sa diversité artistique et culturelle", annonce l'institution mercredi dans un communiqué. "Ces rendez-vous permettront de savourer de la musique, du théâtre, des expos, des performances, du cinéma, des conférences et toutes sortes d'autres inspirations qui font la richesse de BOZAR".

  • Le ministre flamand de l'Enseignement ne croit pas trop à un retour à l'école après Pâques

    Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA) ne croit pas trop à une reprise des cours dans les écoles après les vacances de Pâques. "Je me fais peu d'illusions", a indiqué mercredi le ministre interrogé par Belga. "Je ne pense pas que les virologues vont nous conseiller de rouvrir les écoles immédiatement après les vacances de Pâques".

    Et le ministre de préciser que l'exécutif flamand s'est fixé une ligne de conduite claire concernant le coronavirus: "Nous suivons les avis des scientifiques".

  • La FEB évalue l'impact économique du coronavirus à 2,4 milliards d'euros par semaine

    2,4 milliards d'euros
    par semaine
    La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) évalue l'impact économique de la pandémie de Covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB)

    La Fédération des entreprises de Belgique évalue l'impact économique de la pandémie de Covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB), a fait savoir l'organisation patronale.

    Si la situation actuelle perdure six semaines, cela coûtera à notre économique 3,33% du PIB, soit 14,5 milliards d'euros. "Nous y survivrons", rassure le chef économiste de la FEB, Edward Roosens.

    Si la situation perdure 12 semaines, un trimestre, le coût serait alors de 6% du PIB ou 25 milliards d'euros. "Dans ce cas-là, les conséquences économiques seraient bien plus difficiles à encaisser", prévient M. Roosens.

  • Le Financial Times salue la gestion belge de la crise

    Le quotidien économique et financier britannique Financial Times salue mercredi la manière dont la Belgique gère la crise du nouveau coronavirus. "Contrairement à ce que certains auraient pu penser, le gouvernement belge montre qu'un pays divisé peut encore apporter une réponse claire et déterminée à une crise nationale", conclut l'article des correspondants à Bruxelles, Jim Brunsden et Mehreen Khan. "Espérons que cela continue."

    • Les journalistes qualifient également "d'exemple pour les autres pays" le briefing quotidien conduit par le SPF Santé publique et le centre de crise.
    • De plus, ces conférences de presse mettent aussi l'accent sur les aspects humains du confinement et ses conséquences sur la santé mentale et permettent de lutter contre les "fake news".
    • Les interventions de Sophie Wilmès ne sont pas non plus passées inaperçues. "Avant la crise, 14 mois de blocages politiques avaient renforcé l'image sur la scène internationale d'un pays profondément divisé et ingouvernable. Mais Mme Wilmès a reçu les éloges pour son approche calme et sérieuse (...) Son gouvernement peut aussi compter à présent sur une solide majorité parlementaire pour lutter contre le virus", écrivent Jim Brunsden et Mehreen Khan.
  • La moitié des ménages belges accuse une perte financière, selon un sondage

    Un sondage mené par l'organisation de défense des consommateurs Test-Achats révèle que 50% des ménages belges ont perdu de l'argent à la suite de la crise sanitaire. Ils ont perdu en moyenne 568 euros "et ce, sans compter la perte sur investissement qui est trop variable pour être prise en compte". Le sondage a été mené entre le 18 et le 20 mars auprès d'un échantillon représentatif de plus de 1.000 personnes âgées entre 18 et 74 ans. Il en ressort que 46% des sondés déclarent avoir rencontré des difficultés pour s'approvisionner au quotidien (en termes d'alimentation, de produits d'hygiène...). Près d'un tiers (32%) a également affirmé avoir ressenti de l'anxiété depuis le début des restrictions.

    Test-Achats a également interrogé les Belges sur leurs comportements en ces temps de confinement. 16% des sondés ont déclaré avoir souffert d'un des "symptômes premiers du Covid-19", tels que la fièvre, une toux sèche ou des difficultés à respirer. Parmi elles, 64% n'ont pas entrepris d'action médicale. 4% ont également souffert d'au moins deux symptômes, dont 4 sur 10 n'ont rien entrepris.

      L'organisation de défense de consommateurs a enfin demandé dans quelle mesure les sondés respectaient les recommandations (éviter de quitter son domicile sauf pour besoin essentiel, éviter les réunions avec des proches ou amis, ne pas quitter le pays). Les répondants pouvaient répondre "pas du tout", "en partie" et "strictement". Une majorité a répondu "strictement" pour éviter de quitter la maison (56%) et éviter les réunions (66%). Concernant les déplacements hors de la maison, 5,5% ont dit ne "pas du tout" respecter cette consigne et 38,5% "partiellement". Pour les réunions avec des proches ou amis, 7% ont déclaré ne "pas du tout" suivre cette recommandation et 27% "partiellement".

  • Les banques prêtes pour reporter les remboursements hypothécaires

    Les banques belges se tiennent prêtes aussi bien pour accueillir les demandes de reports de remboursement de crédits hypothécaires que pour reporter effectivement les remboursements dès ce 1er avril, confirme le secteur. Il contredit ce qu'ont pu laisser entendre certains médias au nord du pays, expliquant que la banque BNP Paribas Fortis ne serait pas prête à temps.

    Pour rappel, Febelfin, qui représente le secteur bancaire, a annoncé la semaine dernière que les emprunteurs ayant à déplorer une baisse de revenu liée à la crise du coronavirus peuvent demander à leur banque de reporter le remboursement de leur prêt hypothécaire sans frais. Concrètement, ces clients peuvent reporter leur paiement à partir de ce 1er avril, et ce jusqu'au 30 septembre prochain. 

  • Billy Bike gratuit pour toutes les professions en première ligne

    Afin de contribuer à l’effort collectif, la société bruxelloise Billy met gratuitement ses vélos électriques partagés à disposition des employés de supermarchés, des facteurs, des policiers, des ambulanciers et autres professions indispensables au bon fonctionnement de la ville.

    Afin de bénéficier de cette action, il suffit de fournir par email (team@billy.bike) ou par message Facebook une attestation de son employeur afin que la start-up puisse créditer le compte des utilisateurs.

  • L'installation des bars de plage peut reprendre à Knokke-Heist sous strictes conditions

    Les exploitants de bars de plage de Knokke-Heist peuvent finalement continuer à installer leurs établissements après que cet assemblage eut été préalablement mis en suspens, indique mercredi l'échevin local de la Plage et de la Digue, Anthony Wittesaele.

    L'opération doit toutefois se dérouler sous de strictes conditions, comme le respect des distances nécessaires. Les terrasses, les tables et les chaises ne peuvent cependant pas être installées et celles qui l'auraient déjà été doivent immédiatement être retirées. Cela afin d'éviter que des piétons ne viennent s'y asseoir, justifie la commune.

  • Sur les quelque 1.500 lits à disposition en soins intensifs, 982 sont encore disponibles

    Sur les 1.456 lits mis à disposition par les hôpitaux en soins intensifs pour accueillir les patients atteints de Covid-19, 474 sont actuellement utilisés. 982 restent donc disponibles, a assuré mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    Les infections concernent tout le monde, les deux sexes et toutes les tranches d'âge, "même si l'on remarque davantage d'hommes touchés parmi les personnes plus âgées", a-t-il ajouté. "Les hommes plus âgés, avec des comorbidités, ont plus de risques de développer des complications."

    Par contre, dans les tranches d'âge plus jeunes, davantage de femmes ont été diagnostiquées positives au coronavirus. "C'est peut-être dû au fait qu'il y a plus de femmes dans le personnel soignant testé", a-t-il poursuivi.

  • Porter un masque en rue n'est "pas nécessaire"

    Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19, a répété avec insistance mercredi lors du point presse quotidien du SPF Santé publique et du Centre de crise, qu'il n'était "pas nécessaire" de porter un masque en rue. "Porter un masque en rue peut donner une fausse impression de protection car les personnes qui en portent font moins attention à l'hygiène de leurs mains", a-t-il pointé. Lorsqu'on place ou enlève le masque, on risque de se contaminer.

    Pour éviter la propagation du coronavirus et d'être contaminé, il faut dès lors respecter les règles qui ont été édictées: éviter tout déplacement non-essentiel (ne pas sortir sauf pour se soigner, faire des courses, prendre l'air et travailler si le télétravail est impossible), respecter la distanciation sociale avec 1,5 mètre entre chaque individu, se laver régulièrement les mains...

  • "Des entreprises ne jouent pas le jeu"

    "Il y a clairement des difficultés sur le terrain, des employeurs qui ne jouent pas le jeu", estime ce mercredi matin sur la Première Robert Vertenueil, le président de la FGTB. "Les gens deviennent nerveux."

    Le syndicaliste affirme recevoir de nombreux témoignages de travailleurs dont l'entreprise continue de tourner, sans avoir mis en place de mesures spéciales pour protéger leur santé (distanciation sociale à tout moment, possibilité de se laver les mains, consignes de précaution, etc.).

    Les entreprises non reprises dans la liste des secteurs et services essentiels, publiée mercredi dernier par le Conseil national de sécurité, sont désormais obligées d'instaurer le télétravail pour les fonctions qui s'y prêtent, et de veiller pour les autres à maintenir une distanciation sociale suffisante (1,5m au moins entre personnes). Si cela n'est pas possible, l'entreprise doit fermer.

    Pour les secteurs et services "nécessaires à la protection des besoins vitaux de la Nation et des besoins de la population", les entreprises doivent faire de leur mieux mais ne sont pas tenues par les obligations énoncées. La liste est plutôt large, allant des services postaux à l'industrie chimique en passant par les hôtels. "Dans la chimie, si la production de médicaments est évidemment essentielle, je ne suis pas sûr que la production de chaises en plastique ou de compléments alimentaires pour bodybuilders soit essentielle à la Nation", lance le président de la FGTB.

  • "Il est clair que le pic n'est pas atteint, la situation est toujours épidémique", insiste Emmanuel André (Centre de crise)

    La hausse ces dernières 24 heures du nombre de nouvelles hospitalisations et d'admissions en soins intensifs indique "clairement que nous n'avons pas encore atteint le pic" épidémique dans la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, a insisté mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19. "La situation est toujours épidémique", a-t-il martelé, ajoutant qu'il était "extrêmement important de maintenir le confinement".

    "Les chiffres montrent l'importance capitale de respecter les mesures", a enchéri le porte-parole du Centre de crise, Benoit Ramacker. "Il faut tenir bon et il faudra encore tenir bon plusieurs jours. Nous n'avons pas le choix, ce n'est que de cette façon que nous pourrons limiter les conséquences" de l'épidémie.

  • Puis-je reporter aussi mes autres crédits?

    Le Belge n’a pas qu'un crédit hypothécaire. Il a aussi parfois un prêt à la rénovation, un crédit auto ou une ouverture de crédit dans un supermarché. 

    Si vous (ou votre conjoint) subissez des problèmes financiers suite à la crise du coronavirus, ne perdez pas de temps et lancez les démarches nécessaires au report de votre crédit hypothécaire.

  • Le bilan en Espagne dépasse désormais celui de la Chine

    Le nombre de morts en Espagne dus à la pandémie de Covid-19 a dépassé mercredi celui de la Chine continentale avec 3.434 morts, selon les chiffres publiés par les autorités.

    En une journée, 738 décès ont été notifiés en Espagne, une très forte accélération par rapport aux 514 morts recensés entre lundi et mardi. Seule l'Italie compte désormais plus de décès dus au coronavirus dans le monde.

  • Le prince Charles testé positif au nouveau coronavirus

    Le prince Charles, héritier de la couronne britannique, a été testé positif au nouveau coronavirus et présente de légers symptômes, ont annoncé mercredi ses services. Âgé de 71 ans, le fils d'Elizabeth II "reste en bonne santé" à l'exception de ces symptômes, a assuré Clarence House dans un communiqué.

  • Le Voka évalue désormais les dégâts économiques à 40 milliards d'euros

    L'organisation patronale flamande Voka évalue désormais à 40 milliards d'euros les dégâts économiques causés par la pandémie de Covid-19, a-t-elle indiqué mercredi. La semaine dernière, elle avait avancé le montant de 16 milliards d'euros.

    Selon le Voka, 84% des entreprises flamandes ont vu leur chiffre d'affaires se replier et pour 30% d'entre elles, il s'est pratiquement évaporé.

    Un sondage de l'organisation patronale montre en outre que la moitié des entreprises ont demandé à recourir au chômage temporaire et que 10% supplémentaires prévoient de le faire dans les prochains jours. La moitié des entreprises reconnaissent avoir des problèmes de liquidités.

    Une crise 3x plus grave que celle de 2008

    Le Voka s'attend à une récession de 7% cette année si les mesures de confinement sont prolongées jusque fin avril. "La conséquence est que cette crise risque d'être certainement trois fois plus grave que la crise financière de 2008-2009."

  • L'impact du coronavirus sur vos fonds

    La forte correction boursière provoquée par la pandémie de coronavirus a porté un coup violent au secteur des fonds. Les gestionnaires voient beaucoup d’opportunités se dessiner, mais seule une minorité d’entre eux se sont déjà décidés à racheter à tour de bras. "Il faut attendre le recul de l’épidémie pour voir les marchés se reprendre durablement."

  • Un record de 434 nouvelles hospitalisations et 56 nouveaux décès en 24h en Belgique

    En Belgique, 668 nouveaux cas ont été détectés durant ces dernières 24 heures. Ce qui porte le nombre total à 4.937 cas de coronavirus. Ces données reposent sur les cas analysés et ne reflètent dès lors pas le nombre exact de contaminations dans le pays. 

    Au total, nous déplorons 178 décès. 56 personnes sont décédées depuis le dernier bilan. Les personnes décédées se situent en majorité dans la tranche d'âge supérieure à 65 ans mais une part significative était âgée de 45 à 64 ans.

    Au cours des dernières 24 heures, 434 patients atteints du Covid-19 ont été hospitalisés, ajoute-t-il. Ce mardi, 2.152 lits d'hôpital, dont 474 en soins intensifs, étaient occupés par des personnes contaminées. En tout, 2.308 patients ont été hospitalisés depuis le début de la pandémie dans notre pays.

    Par région et province

    Au total, la grande majorité des cas détectés se situent en Flandre (61% avec 3.023 cas). Suivent la Wallonie (25% avec 1.234 cas) et Bruxelles (11% avec 545 cas). Pour 135 cas, les données sur le lieu de résidence ne sont pas disponibles.

    Par province, le Limbourg (683 cas) ainsi que le Hainaut et le Brabant flamand (636 chacun) sont les plus touchés. La province d'Anvers compte aussi plus de 600 contaminations, tandis que les Flandres orientale et occidentale ainsi que Bruxelles en ont plus de 500. Du côté wallon, le Brabant accuse 203 infections, Liège 176, Namur 119 et le Luxembourg 100. Ces données reposent sur les cas analysés et ne reflètent dès lors pas le nombre exact de contaminations dans le pays.

  • Les centres de contrôle technique flamands rétablissent un service limité

    Les centres flamands de contrôle technique fournissent à partir de mercredi un service limité pour les véhicules utilitaires (+ 3,5 tonnes) et les voitures prioritaires, indique Goca Vlaanderen, qui regroupe les entreprises flamandes agréées pour le contrôle technique et le permis de conduire. Les inspections ne seront possibles que sur rendez-vous.

  • Multipharma lance une plateforme d'échange de services entre patients et bénévoles

    Multipharma, groupe belge de pharmacies coopératives, s'est associé avec la start-up Pwiic afin de mettre en place une plateforme d'échanges d'aide et de services gratuits dans le cadre de la pandémie du nouveau coronavirus, annonce-t-il mercredi. Ce site web (https://multipharma.pwiic.com) permettra aux personnes à risque, isolées ou malades, de contacter des bénévoles qui pourront aller à la pharmacie à leur place ou effectuer des courses indispensables.

  • Sophie Wilmès clarifie l'arrêté portant sur les heures d'ouverture des commerces alimentaires

    Sophie Wilmès a tenu à préciser mercredi la portée de l'article de l'arrêté ministériel portant sur les heures d'ouverture des commerces alimentaires pendant la durée du confinement. Selon la Première ministre, l'intention n'est pas d'élargir les heures d'ouverture sans concertation.

  • Les cybercriminels profitent de la crise du coronavirus pour vous escroquer

  • Didier Reynders recadre la Belgique sur les voyages à forfait annulés

    Didier Reynders (MR), commissaire à la Justice et la Protection des consommateurs, a fait part à la Belgique que les mesures temporaires de soutien au secteur des voyages, prises la semaine passée pour faire face à la crise du Covid-19 dans le pays, n'étaient pas conformes à la législation européenne sur les voyages à forfait, rapportent plusieurs quotidiens mercredi.

    "Cet arrêté ne permet plus aux voyageurs d'être remboursés suite à un voyage annulé. Or c'est un droit européen", explique M. Reynders, cité par La Libre Belgique. Le commissaire européen annonce dans Le Soir avoir écrit à la ministre belge de l'Economie, Nathalie Muylle (CD&V) à cet égard. "Pour l'instant, nous lui avons communiqué clairement la position de la Commission. On va commencer la discussion", explique-t-il.

    Le voyageur "doit pouvoir avoir le choix"

    En guise de soutien au secteur, la ministre Muylle a en effet permis "temporairement" aux agences et autres tour-opérateurs de ne plus être obligés de rembourser le consommateur pour un voyage organisé annulé. Cette dérogation s'applique tant pour une annulation annoncée par le voyageur que par l'organisateur. Cependant, le tour-opérateur devra remettre un "voucher" d'une valeur égale et valable pendant au moins un an.

    "Le voyageur doit pouvoir avoir le choix, être remboursé ou recevoir un voucher. Nous faisons le tour des États membres pour rappeler ce principe."
    Didier Reynders

    ©Bernd von Jutrczenka/dpa

  • Europol saisit treize millions d'euros de médicaments potentiellement dangereux

    Europol a procédé à la saisie de médicaments potentiellement dangereux, estimés à une valeur de treize millions d'euros, destinés aux consommateurs pris de panique par la crise du coronavirus. L'opération, intitulée "Pangea", a permis l'arrestation de 121 personnes et le démantèlement de 37 organisations criminelles, selon l'agence policière européenne.

    La pandémie de coronavirus est une opportunité pour les criminels. Les autorités ont ainsi saisi 34.000 masques chirurgicaux contrefaits dont la plupart étaient vendus en ligne. En outre, plus de 2.000 liens vers des sites web vendant des produits liés au Covid-19 ont été détectés, selon Europol.

  • Ne vous méprenez pas à propos de vos allocations de chômage temporaire

  • Les hautes écoles flamandes passeront à un enseignement "à contact limité" le 18 mai

    Les 13 hautes écoles flamandes prévoient la possibilité, à partir du 18 mai, d'un "enseignement avec contact limité" mais uniquement pour les "activités éducatives de première importance". L'enseignement à distance reste d'application jusqu'au 17 mai inclus, indique le Vlaamse Hogescholenraad, qui représente les hautes écoles du nord du pays.

  • Le bilan s'alourdit de 35 morts en Allemagne

    Le bilan du Covid-19 continue de s'alourdir en Allemagne, où 35 personnes sont décédées des suites de la maladie ces 24 dernières heures. Au total, 149 personnes ont succombé, indique ce mercredi l'institut Robert Koch. Le nombre d'infections recensées est, lui, monté à au moins 31.554 dans le pays, dont 4.100 ont été confirmées hier. Des médias locaux parlent, eux, d'au moins 33.000 infections, parmi lesquelles ils recensent 159 cas mortels. La carte de l'université Johns Hopkins, actualisée plusieurs fois par jour sur la base des chiffres de plusieurs institutions sanitaires internationales, rend compte de nombres similaires avec 32.991 contaminations confirmées et 159 décès également.

  • EVS annule son dividende et révise ses prévisions

    On devait s’y attendre après l’annonce des reports de l’Euro 2020 de football et des Jeux olympiques de Tokyo. EVS, le spécialiste des technologies vidéos pour les productions en direct a annoncé ce mercredi matin que, compte tenu de la pandémie de coronavirus ses prévisions initiales de chiffre d’affaires de 100 à 120 millions d’euros en 2020 ne seront pas atteintes.

  • Journal de bord

    Que se passe-t-il dans nos hôpitaux, au-delà du froid constat dressé par les statistiques quotidiennes? Afin de le savoir, et de le raconter, L'Echo a fait appel aux soignants et gestionnaires de première ligne. Infirmier, infirmière, médecin, ou patron d'hôpital: nous publierons durant les semaines qui viennent des témoignages de l'intérieur. On ouvre le bal avec Victor.

  • Nouvelle augmentation des infections en Corée du Sud

    La Corée du Sud constate une nouvelle augmentation des infections au nouveau coronavirus Covid-19 après un ralentissement des nouveaux cas les trois derniers jours. Les autorités sanitaires signalent mercredi 100 nouvelles contaminations, dont un tiers venues de l'étranger. Les 34 nouveaux cas enregistrés mardi représentant la plus forte augmentation des cas importés à ce jour, selon les autorités sanitaires du pays asiatique. Le bilan total des infections en Corée du Sud se chiffre à 9.137, et le nombre de décès à 126, soit une progression de six en un jour, selon ces données communiquées. La Corée du Sud entend mettre en place des procédures de contrôle plus strictes en fin de semaine pour toutes les arrivées en provenance des États-Unis, a indiqué le Premier ministre Chung Sye-kyun, cité par l'agence Yonhap. Cette mesure s'ajoute aux tests imposés à tous les voyageurs en provenance d'Europe.

  • Info L'Echo | La Wallonie s'active pour produire ses masques

    La Wallonie s'active pour produire ses propres masques.. Une "task force" est établie ayant pour objectif la création d'une unité de production de masques basée en Wallonie et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés. Deux projets sont à l'étude pour répondre à l'urgence actuelle mais aussi à réduire sur le long terme la dépendance vis-à-vis de producteurs étrangers : la création d'une unité de production de masques basée sur son sol et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés afin de les rendre réutilisables.  Ces projets sont en cours d'analyse au sein d'une "task force" mise sur pied il y a quelques jours par le ministre de l'Economie Willy Borsus (MR), et composée des trois outils financiers wallons (SRIW, Sogepa, Sowalfin), de trois fédérations patronales (Agoria, Essenscia, UWE), de l'université de Liège, du pôle de compétitivité santé Biowin et du SPW. 

  • Levée des restrictions dans le Hubei, épicentre de la pandémie

    La Chine a levé les restrictions drastiques imposées depuis plusieurs mois dans la province du Hubei, épicentre de la pandémie de coronaviruse. qui a fait plus de 18.000 morts dans le monde depuis décembre. Aucun cas de contamination locale n'a été détecté en 24 heures dans le pays, mais 47 cas "importés" de l'étranger ont été identifiés sur cette période, ont indiqué les autorités sanitaires nationales. Au total, 474 cas "importés" ont été détectés. Il s'agit pour la plupart de Chinois rentrant chez eux, d'après le ministère des Affaires étrangères. Certains aéroports et gares ont rouvert. Mais les écoles restent encore fermées à ce stade. En revanche, il faudra aux habitants de Wuhan attendre jusqu'au 8 avril pour pouvoir quitter leur ville.

  • Facebook, plus utilisé que jamais, perd des revenus publicitaires

    Facebook voit son activité augmenter et ses revenus s'effriter à mesure que les centaines de millions de personnes confinées dans le monde à cause de la pandémie de coronavirus passent plus de temps en ligne, a fait savoir le réseau social mardi. "Dans de nombreux pays fortement affectés par le virus, le volume de messages échangés a plus que doublé en un mois", indiquent Alex Schultz et Jay Parikh, deux vice-présidents du groupe, dans un communiqué. L'explosion des usages numériques concerne aussi les appels audio et vidéo via WhatsApp et Messenger.

    1000%
    de temps en plus
    En Italie, foyer de l'épidémie en Europe, le temps passé dans des appels en groupe (avec 3 participants et plus) a bondi de 1.000% pendant le mois de mars.

    Cette tendance va continuer alors que de nombreux autres pays européens, américains et africains appliquent désormais des consignes de confinement. Plus de 2,6 milliards de personnes dans le monde sont appelées à rester chez elles. Pour le réseau mondial dominant, cette hausse de la fréquentation ne se transforme pas en hausse des revenus, au contraire. "Nous ne dérivons pas de profit des services dont les utilisateurs se servent plus que d'ordinaire, et nous voyons notre activité publicitaire s'affaiblir dans les pays qui prennent des mesures draconiennes pour diminuer la propagation du Covid-19", expliquent M. Schultz et M. Parikh.

      Sans compter la pression accrue sur les serveurs, et toutes ses équipes, des ingénieurs aux modérateurs qui travaillent de chez eux pour s'assurer que les applis du géant des technologies restent "rapides et fiables", malgré les "records quotidiens".

  • États-Unis: accord sur un plan de relance à 2.000 milliards de dollars

    Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain a annoncé être parvenu à un accord sur un plan "historique" de 2.000 milliards de dollars avec les démocrates et la Maison Blanche pour relancer la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie de coronavirus. "Après des jours de discussions intenses, le Sénat est parvenu à un accord entre les deux partis (démocrate et républicain, NDLR) sur un plan historique de soutien face à cette pandémie. Nous approuverons ce texte plus tard aujourd'hui", a déclaré le sénateur républicain Mitch McConnell dans l'hémicycle. L'accord devra ensuite être adopté par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant d'être promulgué par le président américain, Donald Trump. 

    ©REUTERS

  • L'aéroport de Charleroi désormais fermé jusqu'au 5 avril

    L'aéroport de Charleroi a désormais fermé l'accès de ses infrastructures aux passagers et aux compagnies aériennes jusqu'au dimanche 5 avril en raison de la crise du nouveau coronavirus. Brussels South Charleroi Airport a vu son nombre de voyageurs diminuer au fur et à mesure de la propagation du Covid-19. Depuis fin février, le nombre de 'no show', c'est-à-dire de passagers ne se présentant pas à l'embarquement, n'a cessé d'y augmenter, passant d'une moyenne initiale de 20% à près de 90%. 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mardi

    EN BELGIQUE

    ► Le lundi 23 mars, 526 nouveaux cas ont été rapportés, apprenait-on mardi. Le nombre total de cas confirmés s’élève désormais à 4.269. 1.859 patients sont hospitalisés. 381 patients se trouvent en soins intensifs et 410 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 13 mars. 122 décès sont à déplorer au total.

    ► Les Belges ne sont pas suffisamment respectueux des consignes de confinement. Mais les autorités attendent, les yeux rivés sur la courbe d'expansion de l'épidémie, avant de renforcer les mesures pour contenir l'épidémie de Covid-19. Les mesures de confinement seront évaluées ce vendredi en Conseil de sécurité. > La Belgique se prépare à un confinement renforcé

    ► Le stock stratégique de masques de protection de la Belgique a été détruit (car périmé) sans être remplacé… Pour des raisons budgétaires? La gestion de Maggie De Block sous le feu des critiques

    ► Jusqu'à 1,075 million de personnes sont actuellement sous le système du chômage temporaire. Quels revenus en cas de chômage économique?

    ► Environ un cinquième de la population mondiale est placée en quarantaine. En graphiques | La propagation du coronavirus en Belgique et dans le monde

    ► Le gouvernement fédéral prévoit d'organiser dans les prochains jours, quelques vols supplémentaires pour rapatrier, au départ de Ténérife (Espagne), du Sénégal, de Gambie et d'Égypte des ressortissants belges bloqués à l'étranger.

    ► Bruxelles assouplit ses règles de paiement du précompte immobilier. L'administration fiscale bruxelloise a décidé de faire preuve de souplesse dans le paiement du précompte immobilier suite à la crise du coronavirus: vous aurez deux mois supplémentaires pour le payer.

    ► La situation se normalise dans les supermarchés: chez Aldi, Lidl et Colruyt, "la tempête s'est calmée".

    ► A l'instar de la Flandre, la Fédération Wallonie-Bruxelles compte elle aussi offrir une solution de garde durant les deux semaines de vacances de Pâques pour les enfants de personnel soignant, fort sollicité pour faire face à la pandémie de Covid-19.

    DANS LE MONDE

    ► Les États-Unis comptaient ce mardi 600 morts et près de 50.000 cas officiellement déclarés de Covid-19, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Les Etats-Unis sont le troisième pays en nombre de cas recensés, derrière la Chine et l'Italie.

    ► La barre des 1.000 morts a été franchie en France, tandis que 2.516 patients sont en réanimation.

    ► Quatre-vingt-sept personnes sont décédées en l'espace de 24 heures des suites du coronavirus au Royaume-Uni, portant le nombre total de morts à 422, ont indiqué les autorités. En Italie, le nombre de personnes tuées est reparti à la hausse avec 743 morts, après deux jours de baisse, mais la contagion semble confirmer son ralentissement.

    ► Les Jeux olympiques de Tokyo sont reportés. Ils auront lieu au plus tard à l'été 2021. Pour le président du Comité olympique belge (COIB), Pierre-Olivier Beckers, joint par L'Echo, "cette décision a été prise en conscience dans l’intérêt des athlètes, de leur encadrement et des spectateurs". La décision de les reporter d'un an, et non à l'automne prochain, est due à des considérations logistiques.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés