Publicité

Accord entre les acteurs de la distribution pour la réouverture des magasins non alimentaires le 11 mai

Les magasins rouvriront avec des mesures de base telles que déjà appliquées dans la grande distribution. ©EPA

Les syndicats et la fédération sectorielle Comeos sont parvenus à un accord visant l'encadrement de la réouverture des magasins non alimentaires le 11 mai prochain.

Les discussions furent compliquées, mais les acteurs de la distribution (patrons et syndicats) sont parvenus à un accord en vue d'une réouverture des magasins non alimentaires dès le 11 mai. Les interlocuteurs sociaux (syndicats, Comeos et organisations de classes moyennes) ont signé ce jeudi après-midi une déclaration commune fixant les conditions pour un redémarrage en toute sécurité des magasins non alimentaires à partir du 11 mai.

Ils ont également approuvé le Plan Phoenix, qui décrit les mesures à prendre à cette fin dans les différents commerces, ainsi que le guide générique du Conseil Supérieur pour la Prévention et la Protection au Travail.

La plupart des enseignes avaient fermé leurs portes le 23 mars. Compte tenu de l'évolution de la pandémie, le gouvernement entrevoit une possible réouverture dans une dizaine de jours. Si la nécessité de relancer la machine est soulignée tant du côté des syndicats que dans les rangs patronaux, l'encadrement et la prise de mesures semblaient indispensables. Mais Comeos rechignait à rendre le catalogue de mesures contraignant. Un tel scénario signifiait notamment que les comités pour la prévention et la protection au travail des enseignes devaient valider ces mesures. 

140
millions €
Chaque jour de fermeture coûte 140 millions d’euros aux commerces non alimentaires, souligne Comeos.

Pour la fédération sectorielle, le temps pressait. Chaque jour de fermeture coûte, selon elle, 140 millions d’euros aux commerces non alimentaires. Les syndicats refusaient, eux, de mettre la charrue avant les bœufs. Pour eux, pas de réouverture si la sécurité du personnel et des clients n'était pas garantie à 100%.

Des mesures pour tous et des mesures pour chacun

Concrètement, les magasins rouvriront avec des mesures de base telles que déjà appliquées dans la grande distribution (nombre limité de clients, marquage au sol, plexiglas aux caisses, paiement électronique privilégié et aussi nettoyage plus fréquent des surfaces et des caddys).

À cela s'ajoutera un catalogue de mesures spécifiques à chaque secteur (mode, beauté, cuisinistes, librairies...) et à chaque superficie de magasins. "Nous avons veillé à trouver des mesures tant pour les grands groupes que pour les petits indépendants", signale Myriam Delmée, présidente du SETCa.

La règle gravée dans le marbre est donc que tant qu'un magasin ne peut pas se conformer à l'ensemble des règles, il restera portes closes.

On ne fait pas du "fun shopping"

Les syndicats, pour leur part, rappellent que cette réouverture n'est nullement opérée pour occuper les gens confinés. "Nous ne rouvrons pas pour faire du fun shopping ou flâner. Nous rouvrons pour répondre à des besoins et éviter la casse sociale", insiste Myriam Delmée.

Enfin, syndicats et fédération demandent aux autorités compétentes de prendre les mesures de sécurité nécessaires pour "garantir le respect de la distanciation sociale dans les rues commerçantes et les centres commerciaux". Ils demandent aussi aux centres commerciaux de prendre, en collaboration avec les enseignes concernées, les mesures nécessaires pour canaliser les visiteurs de shoppings.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité