Publicité

Alexia Bertrand: "Qu'attend le gouvernement régional pour recapitaliser Finance.Brussels?"

Alexia Bertrand, cheffe du groupe MR dans l'opposition au parlement bruxellois. ©Anthony DEHEZ

Dans l'opposition à Bruxelles, le MR a élaboré un plan de relance économique pour la capitale. Résumé non exhaustif des mesures qui permettront, selon les libéraux, de relancer la machine.

Pas facile pour les partis d'opposition d'exister en temps de crise. Alors que l'heure est à l'unité pour lutter le plus efficacement possible contre le coronavirus, les libéraux bruxellois ont bouclé un plan de relance qu'ils mettent à la disposition de l'équipe de Rudi Vervoort (PS). "Nous avons supporté les pouvoirs spéciaux et voulons agir de manière constructive en posant des questions pertinentes et en faisant des propositions", assure Alexia Bertrand.

En guise d'introduction, on n'évitera toutefois pas un petit tacle de la cheffe de groupe MR au parlement bruxellois: "Notre crainte c'est que Bruxelles soit de nouveau en retard! La Flandre a recapitalisé sa société d'investissement PMV à hauteur de 250 millions d'euros, la Wallonie a déjà présenté son plan de relance. Alors que la croissance est déjà plus faible à Bruxelles que dans les autres régions et son déficit plus important, il est urgent d'avoir une stratégie de relance adaptée à son tissu économique très dynamique mais plus fragile."

"Alors que la croissance est déjà plus faible à Bruxelles que dans les autres régions et son déficit plus important, il est urgent d'avoir une stratégie de relance adaptée à son tissu économique très dynamique mais plus fragile."
Alexia Bertrand
Cheffe de groupe MR au parlement bruxellois

Même si des primes uniques ont été mises en place l'exécutif régional, les libéraux considèrent que le travail de soutien à la trésorerie des entreprises les plus touchées n’est pas terminé. "Cela risque d'être insuffisant pour celles dont le déconfinement est le plus tardif. Une analyse secteur par secteur sera nécessaire pour apporter une aide complémentaire aux sociétés en queue de peloton."

Un fonds pour octroyer des prêts subordonnés aux PME

Alexia Bertrand et ses troupes plaident pour la création d'un fonds octroyant aux PME des prêts subordonnés. "Comme il s'agit d'une créance remboursable en dernier lieu en cas de faillite, les prêts subordonnés sont souvent accompagnés de frais élevés. L'objectif serait de les octroyer avec le taux d'intérêt le plus bas possible et pour une période de trois à six ans afin de créer un bol d'air à moyen terme, en complément des crédits-ponts à 12 mois prévus par le Fédéral."

"Il faut un fonds bruxellois pour garantir jusqu'à 95% comme aux Pays-Bas les crédits bancaires des TPE. Cela inciterait les banques à prêter de petits montants jusqu'à 50.000 euros en procédant à une analyse simplifiée plutôt qu'une lourde analyse crédit vu le besoin urgent de liquidités."
Alexia Bertrand

Alimenté par des fonds européens et la Région, ce fonds pourrait être confié à Finance.Brussels. Ce qui nous amène à une autre mesure préconisée par le MR: la recapitalisation de l'invest bruxellois. "C'est dans l'accord du gouvernement. Qu'est-ce qu'on attend?", lance Alexia Bertrand qui demande aussi ce que l'équipe Vervoort attend pour mettre en place le prêt de coup de pouce déjà existant ailleurs. "Cela permet aux particuliers de prêter de l'argent aux entreprises et aux indépendants tout en bénéficiant d'un avantage fiscal qui prendrait la forme d’un crédit d'impôt. La Flandre prévoit une garantie à concurrence de 30% du montant du prêt. C'est un vrai stimulant!"

Pour ceux qui ne peuvent pas compter sur des proches pour assurer leur solvabilité? "Il faut un fonds bruxellois pour garantir jusqu'à 95% comme aux Pays-Bas les crédits bancaires des TPE. Cela inciterait les banques à prêter de petits montants jusqu'à 50.000 euros en procédant à une analyse simplifiée plutôt qu'une lourde analyse crédit vu le besoin urgent de liquidités."

Une clause Corona

Autre mesure phare du plan de relance bruxellois: l'inclusion d'une clause Corona dans les baux commerciaux. "Des bailleurs de surfaces commerciales seraient disposés à réduire le montant du loyer de 50 à 100% pour autant que le bail soit prolongé du nombre de mois au cours desquels le locataire a bénéficié de cette réduction. Mais il faudrait introduire une clause dans la loi sur les baux commerciaux pour assurer la légalité d'un tel accord qui peut, dans l'état actuel, être remis en cause par un juge de paix."

Dans son plan baptisé Rise Up Brussels, le MR rappelle notamment la nécessité d'adapter la formation professionnelle aux besoins de l'après-crise. Ou encore d'assurer plus de mobilité au sein de la fonction publique pour affecter le personnel dans les services-clés de la reprise comme, par exemple, à l'urbanisme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité