Attention, pas question de faire du "fun shopping" le 11 mai!

Il n'y a pas encore de mesures claires quant à la gestion du flux de personnes dans les shoppings et rues commerçantes comme la rue Neuve par exemple. ©Photo News

Les magasins non alimentaires devraient rouvrir leurs portes le 11 mai. Cela ne se fera pas dans l'anarchie et ne permettra nullement aux Belges de s'adonner au "shopping-loisir".

Fermés pour la plupart depuis le 23 mars dernier, les magasins non alimentaires pourraient rouvrir le 11 mai prochain. Le conditionnel reste de mise, car si l'évolution de l'épidémie semble positive, il faut aussi que le gérant ait la capacité de se conformer aux règles de réouverture.

Néanmoins, dans le chef des syndicats, on tient à expliquer aux clients que cette réouverture n'est nullement un moyen de faire passer le temps. "Nous ne sommes pas dans une situation de fun shopping ou de flânerie", martèle Myriam Delmée du SETCa. Rouvrir ces magasins répond à un besoin. "Nous rouvrons pour éviter la casse sociale. Nous ne rouvrons pas dans un cadre normal."   

"Nous ne sommes pas dans une situation de fun shopping ou de flânerie. Nous rouvrons pour éviter la casse sociale. Nous ne rouvrons pas dans un cadre normal."
Myriam Delmée
SETCa

Selon la fédération sectorielle Comeos, chaque jour de fermeture coûtait 140 millions au secteur de la distribution non alimentaire.

Comeos, les organisations des classes moyennes et les syndicats sont donc parvenus à conclure le "plan Phoenix", pour assurer le retour des clients dès le 11 mai dans les enseignes, qu'elles soient aux mains de grands groupes ou de petits indépendants. 

Alors, à quoi vous attendre?

Comme pour les grandes surfaces, les mesures de base existent: un nombre de personnes limité par m² avec un temps limité dans le magasin; des marquages au sol pour respecter la distanciation aux caisses; une offre plus limitée; du plexiglas prévu autour des caisses et des masques pour le personnel; le paiement digital privilégié et un nettoyage fréquent des surfaces lisses et des caddys.  

La distribution de gel ou de gants à l'entrée des boutiques est aussi à l'ordre du jour.

140
millions €
Comeos indique que chaque jour de fermeture coûtait 140 millions d'euros au secteur de la distribution non alimentaire.

Dans la mesure du possible, un sens giratoire sera instauré dans le magasin pour éviter le croisement des personnes. Un aménagement du magasin permettant des allées plus larges est aussi prôné.

Enfin, les sacs apportés par les clients seront déconseillés.

A chaque magasin, ses mesures

Ensuite, il y a les mesures spécifiques à chaque département.

> Pour les magasins de mode (prêt-à-porter ou sport), une cabine sur deux sera utilisée permettant une désinfection après chaque passage. Si cette mesure n'est pas possible, l'essayage ne le sera pas non plus.

Tout vêtement essayé et non acheté passera 24 heures en réserve avant de retourner en rayon. Il en ira de même pour les articles rapportés. Il sera également recommandé de nettoyer tout vêtement acheté avant de le porter.

Pour les départements "Health et Beauty", toute démonstration de maquillage, de parfum... ou atelier seront interdits.

> Les tests d'appareils et de produits seront aussi interdits dans les magasins d'électro.

> Dans les magasins de décoration d'intérieur, il sera demandé, dans la mesure du possible, de ne pas permettre de toucher les objets d'exposition. Des plexiglas pourraient, de ce fait, être installés autour des rayons. Dans le cas où ce n'est pas possible, les objets devront être désinfectés, voire nettoyés, comme ce serait le cas pour une housse de coussin, par exemple.  

Les familles habituées aux plaines de jeux, comme celles chez Ikea, devront faire l'impasse. Ces espaces resteront fermés, en effet. Il n'y aura pas, non plus, de service de location de véhicule. 

Dans certains magasins, il faudra instaurer un sens giratoire pour éviter le croisement de clients. ©Photo News

Quant à la capacité maximale de clients, si celle-ci ne peut être respectée, des rendez-vous seront exigés pour la visite du magasin.

Enfin, aucune boisson ne pourra vous être offerte pendant que vous choisissez votre fauteuil ou autre meuble. 

> S'agissant des vendeurs de meubles de cuisine, seuls les clients avec un rendez-vous seront acceptés dans le showroom.

Les vendeurs des magasins d'équipements pour bébé auront, eux, la tâche de rappeler à leurs clients de bien nettoyer tout élément acheté avant de l'utiliser.

Dans les librairies, un ouvrage touché est un ouvrage acheté. ©Photo News

Dans les librairies, comme dans d'autres commerces, une entrée distincte pour les commandes est conseillée. Il est aussi appelé au bon sens du client: un ouvrage touché, c'est un ouvrage acheté.

Reste maintenant au secteur de régler un autre aspect qui lui échappe: l'affluence dans les rues commerçantes et les centres commerciaux. Pour ce faire, un appel sera lancé aux autorités locales et aux gestionnaires de shoppings. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité