Publicité
Publicité

Avec le coronavirus, le commerce de détail a dopé ses ventes de 322 millions d'euros

Confinement oblige, le Belge se rend plus volontiers à la supérette du coin. ©Anthony Dehez

Avec le confinement, le consommateur va moins souvent au supermarché. Mais il achète davantage de produits alimentaires et d'hygiène. Et privilégie un peu moins les marques de distributeur.

La crise du coronavirus change le comportement du consommateur. Selon des chiffres du bureau d'études Nielsen, repris par Gondola et RetailDetail, 27% des Belges recourent davantage à l'e-shopping, 55% réduisent le nombre de visites au supermarché et 40% achètent davantage de produits alimentaires et d'hygiène.

"Les consommateurs veulent dépenser plus pour la qualité, la sécurité et l'hygiène."
Johan Vrancken
Directeur de Nielsen Belgique

Le confinement pousse par ailleurs le consommateur à se rendre plus régulièrement au supermarché du coin. Entre fin février et fin mars, les ventes des supermarchés de quartier ont augmenté de 26% par rapport à l'année précédente. Il se montre aussi plus dépensier. "Les consommateurs veulent dépenser plus pour la qualité, la sécurité et l'hygiène", indique Johan Vrancken, directeur de Nielsen Belgique.

Stockage terminé

-1,6%
de revenus
Le chiffre d’affaires des supermarchés a baissé de 1,6% durant la semaine du 5 avril par rapport à la semaine précédente, tout en restant de 13,2% supérieur à celui d'il y a un an.

Depuis fin février, le monde du retail belge a dopé ses ventes de 322 millions d'euros. Le pic des ventes est toutefois derrière nous: la phase de stockage – qui a provoqué une hausse impressionnante des ventes – n’est plus d’actualité. Les Belges font à nouveau leurs courses un peu plus "normalement". Le chiffre d’affaires des supermarchés a d'ailleurs baissé de 1,6% durant la semaine du 5 avril par rapport à la semaine précédente, tout en restant de 13,2% supérieur à celui d'il y a un an.

Les grands gagnants de cette fièvre acheteuse sont les marques établies, non leaders sur le marché: +29,4% en mars. Les marques de distributeur progressent de 26,5%. Leur part de marché est donc en recul. "Les gens sont prêts à payer plus cher pour la qualité, l'hygiène et la sécurité", souligne Johan Vrancken.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité