Bientôt des tests rapides dans les entreprises

Le gouvernement De Croo déplore une hausse de la mobilité dans le monde du travail. ©Sierakowski©Isopix

Chiffres sanitaires et hausse des déplacements obligent, le patronat et le gouvernement De Croo enfoncent le clou quant à l'obligation de télétravailler.

Avec près de 500 patients en unités de soins intensifs et des chiffres de contamination en augmentation, il n'est pas question de relâchement pour ce qui concerne le télétravail, toujours obligatoire. Tel est le message délivré conjointement par le gouvernement et les représentants du monde patronal mardi en fin d'après-midi au terme d'une réunion "constructive" qui a permis de mettre fin à certains malentendus sur le sujet, a commenté Pieter Timmermans (FEB). Aligné sur la stratégie gouvernementale, l'administrateur délégué de la FEB entend "tout faire pour éviter une troisième vague". Au passage, il admet une forme de "fatigue" dans les entreprises par rapport à cette obligation qui n'est facile à maintenir ni pour les travailleurs ni pour les employeurs.

"Les données du RAG (Risk Assessment Group) démontrent qu'actuellement 40% des clusters actifs en Belgique se constatent sur les lieux de travail. Ces pourcentages sont en augmentation constante. Les données concernant la mobilité démontrent que nous sommes repassés, en termes de trafic, au-dessus des chiffres d'octobre (avant la deuxième vague). Les contrôles dans les entreprises démontrent, enfin, plusieurs infractions", avait indiqué mardi le cabinet du Premier ministre. L'augmentation des déplacements est confirmée par les données fournies par les opérateurs de téléphonie mobile.

"Les règles que nous avons établies sont de bonnes règles. On doit faire respecter l’obligation du télétravail de manière stricte", martèle Alexander De Croo. "Il est important de respecter les protocoles sanitaires là où le travail en présentiel est indispensable." Il précise que la hausse des contaminations avait été anticipée par ses modèles, il y a trois semaines. "Ce n'est pas une surprise", assure-t-il.

Le Premier estime que le respect de cette obligation sera motivé "durant les semaines à venir" par les perspectives d'assouplissement – également formulées à l'égard des secteurs de l'horeca et de la culture – que la FEB place déjà au-delà des congés de Pâques.

"Nous travaillons à la mise en place d’un mécanisme qui organisera le retour sur le lieu de travail une fois que la situation sanitaire le permettra."
Pierre-Yves Dermagne
Ministre de l'Économie et du Travail (PS)

Sur le plan pratique, le ministre de l'Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS), annonce de son côté de futurs protocoles. "Lors du précédent comité de concertation, la possibilité d'assouplir le télétravail a été abordée, nous travaillons à la mise en place d’un mécanisme qui organisera le retour sur le lieu de travail une fois que la situation sanitaire le permettra", indique-t-il.

Constats d'infraction

En attendant, la politique de contrôle accru de l'obligation de télétravailler en vigueur depuis la mi-décembre sera maintenue, annonce le socialiste. Entre le 17 décembre et le 16 mars, près de 13.500 contrôles ont été diligentés, 18% d'entre eux ont donné lieu à des constats d'infraction. 1.395 avertissements ont été envoyés, 56 délais de régularisation établis et 42 PV dressés. "Le nombre d’entreprises qui font du télétravail est le même qu’il y a un an", précise Pieter Timmermans.

Le gouvernement mettra les prochaines semaines à profit pour organiser des tests rapides en entreprises, "pour les gens dont la fonction ne permet pas le télétravail", annonce en outre Alexander De Croo. Son cabinet confirme que ce dispositif attendu par le patronat "est à l'étude", mais n'est pas encore en mesure d'annoncer un agenda précis. Le Premier ministre imagine des tests fréquents qui doivent favoriser la détection de clusters au sein des entreprises.

Dernière info du jour, la fonction publique n'est pas en reste. La ministre en charge, Petra De Sutter (Groen), estime à 85% la proportion de fonctionnaires fédéraux en télétravail depuis le début de l'année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité