Publicité
Publicité
interview

Bruno Colmant: "Il faut voir ce que nous allons changer par rapport au monde d'avant"

Quasiment seul au siège de Degroof Petercam, le CEO Bruno Colmant veut profiter de cette crise pour repenser la banque.

Bruno Colmant est optimiste et confiant. Il entend profiter de cette crise pour repenser une nouvelle banque. Le CEO de Degroof Petercam entend tirer les leçons de la crise. Pour lui, cette crise va changer notre rapport au temps.

Ce matin, comme la plupart des matins depuis le début de la pandémie de Covid-19, Bruno Colmant, le CEO de Degroof Petercam, a rejoint la banque à pied. "Chez Degroof Petercam, nous avons décidé il y a dix jours que tous ceux qui le pouvaient passeraient en télétravail", nous a-t-il expliqué alors qu'il se trouve au siège de la banque. À ce stade, plus de 95% du personnel du siège bruxellois travaille de la maison. "Cela a été rendu possible grâce aux départements des ressources humaines et informatiques et l'entreprise fonctionne à plein régime. Cela représente une véritable prouesse technologique." 

Chaque jour, il envoie un mail à ses équipes afin de partager des informations, une façon de faire plutôt bien perçue. "Il y a beaucoup de dynamisme et d'entraide au sein de l'entreprise", explique-t-il. Dans les couloirs de la banque, pas de risque de contamination, il ne croise quasiment personne. Seules quelques postes critiques sont occupés, notamment pour assurer les opérations de marché et au sein des départements Risques et Finances. 

Degroof Petercam 2.0

Bruno Colmant compte profiter de cette crise pour repenser la banque de demain."Nous allons préparer l'après-crise avec un message clair, on va profiter de ce choc pour repenser la boîte, le pire serait de recommencer sans retour d'expérience", explique le CEO de Degroof Petercam qui a l'intention de mettre en place  un processus participatif. Le CEO pense à une entreprise plus fluide, plus efficace, une sorte de Degroof Petercam 2.0 comme il nous l'a expliqué. 

"Nous allons vivre cela une fois dans notre vie, nous devons sortir de nous-mêmes, nous repenser."
Bruno Colmant
CEO de Degroof Petercam

"Je veux aller vers une entreprise moins administrative, plus réactive. Je veux mettre en place une boîte d'idées pour voir ce que nous allons changer par rapport au monde d'avant", explicite-t-il encore, convaincu que "sa" banque va sortir gagnante de cette aventure, forte de l'attachement de son personnel à l'entreprise, un constat qu'il veut transformer en opportunité. 

Si Bruno Colmant évoque le "monde d'avant", c'est parce qu'il est persuadé que nos vies vont être profondément modifiées, notamment dans nos rapports à la famille, aux amis et au travail. "Nous allons vivre cela une fois dans notre vie, nous devons sortir de nous-mêmes, nous repenser. De cette crise, il faut trouver un rêve, un projet."

Des problèmes inconnus

"Cette crise fait appel à notre imaginaire, elle nous force à repenser notre rôle, à sortir de la pensée conventionnelle."
Bruno Colmant
CEO de Degroof Petercam

A priori, pas de souci pour la banque. Il n'est pas encore question d'envisager des mesures de chômage temporaire. "Notre comité de direction est soudé. Les tempêtes et les crises révèlent les bons leaderships, je suis plein d'optimisme et de confiance", explique Bruno Colmant qui déclare travailler beaucoup plus qu'avant, "mais de façon plus efficace, plus réfléchie". Cette crise vécue en tant que CEO d'une banque le confronte à des problèmes inconnus. "Elle fait appel à notre imaginaire, elle nous force à repenser notre rôle, à sortir de la pensée conventionnelle." 

Bruno Colmant pense que cette crise du Covid-19 va changer notre rapport au temps, à l'autre et à la citoyenneté. "Cela nous ramène aux besoins de base, on va se réapproprier le temps et cela nous force à sortir de la frénésie de nos automatismes." Et en attendant la reprise, Bruno Colmant marche. On peut le voir passer des appels autour des étangs de Tervuren. Et quand il n'est pas à la banque et qu'il ne marche pas, le CEO de Degroof Petercam intervient dans les médias, pour délivrer des messages apaisants. "Comme pendant la crise de 2008, quand je dirigeais la Bourse de Bruxelles." Une crise en chasse une autre... 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité