1. Dossiers
  2. Coronavirus

Brussels Airlines annonce la reprise d'une partie de ses vols à partir du 15 juin

Brussels Airlines reprendra une partie de ses opérations à partir du 15 juin prochain, annonce jeudi la compagnie aérienne. Elles avaient été suspendues le 21 mars dernier. L'offre sera réduite dans un premier temps avant d'être augmentée progressivement.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Brussels Airlines reprendra une partie de ses opérations à partir du 15 juin prochain. L'offre sera réduite dans un premier temps avant d'être augmentée progressivement selon la demande du marché et la levée des restrictions de voyage. Le réseau desservi sera communiqué dans les prochains jours.

    ► Les communes bruxelloises organisent la réouverture des petits marchés qui débutera lundi, mais des questions demeurent pour ceux dépassant le seuil maximal des 50 étals fixé par le Conseil national de Sécurité. >> Tous les détails ici

    ► Le Gouvernement wallon a décidé de doter son bras financier, la Sogepa, d'un nouveau programme d'accompagnement économique et financier destiné aux entrepreneurs de moins de 10 personnes qui traversent une période de difficultés passagères. Lire La Sogepa va (aussi) soutenir les TPE

    Les syndicats de Brussels Airlines refusent de négocier avec la direction de la compagnie sur le plan annoncé mardi, qui menace jusqu'à 1.000 emplois, tant qu'ils n'en savent pas plus sur l'avenir immédiat de l'entreprise, annoncent-ils ce jeudi en front commun. Selon eux, les propositions actuellement sur la table ne sont "ni sérieuses, ni réalistes, ni négociables et même illégales".

    Le bilan sanitaire du jour: Le mercredi 13 mai, 307 nouveaux cas de coronavirus ont été rapportés. Au total, 1.966 patients sont actuellement hospitalisés. 81 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. 407 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 20 patients depuis ce mercredi. 8.903 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 60 décès au cours des dernières 24h. 

    La France a enregistré 351 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.

    ► La direction et le représentants syndicaux de la Stib se sont accordés sur des dispositions complémentaires dans le contexte de la gestion de l'impact de la pandémie de Covid-19 au quotidien sur le réseau de transport en commun de la capitale. L'accord ne sera concret que si le travail reprend, a-t-on appris du côté de la direction.

    ► L'OMS a lancé un message alarmant. "Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre", a déclaré Michael Ryan, directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève. "Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître", a insisté Michael Ryan.

    ► "Les propositions sur la table sont imbuvables." C’est en ces mots que le personnel parle des nouvelles propositions salariales chez Brussels Airlines (BA). Les détails du plan de Brussels Airlines

    ► Paul Magnette, le président du Parti socialiste, a relancé, ce jeudi matin, l'idée soutenue par ses troupes d'une prime aux "héros du quotidien", qui devrait être "de 750 euros net" et parvenir à "tous ceux qui ont continué à travailler pendant la crise" dans des fonctions essentielles. Le bourgmestre de Charleroi s'exprimait à ce sujet en radio, dans l'émission matinale de Bel RTL. Les détails dans notre article

    ► L’épidémiologiste Marius Gilbert (ULB) fait partie du GEES, le groupe d’experts chargé d’accompagner la sortie de crise. Deux semaines après le début du déconfinement et à la veille de la réouverture des écoles, il livre un premier bilan de ce processus hautement délicat. Son interview est à lire ici

    ► Depuis un mois et demi, plus de 100 scientifiques et 182 entreprises de la transition écologique ont pris l'initiative de réfléchir à un plan pour "sortir de la crise par le haut". Le "Resilience Management Group" accouche jeudi de 200 mesures, pensées de manière collaborative. 

    ► Le Premier ministre français Édouard Philippe a annoncé un plan d'investissement de 1,3 milliard d'euros pour le secteur du tourisme en précisant que les Français seront autorisés à partir en vacances cet été.

  • 300.140
    morts
    La pandémie de coronavirus a fait 300.140 morts dans le monde (pour 4.403.714 cas), dont 162.654 en Europe (1.825.812 cas), continent le plus touché. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (85.194), devant le Royaume-Uni (33.614), l'Italie (31.368), la France (27.425) et l'Espagne (27.321).

  • Corendon revient sur sa proposition de tester les voyageurs

    Le voyagiste turco-néerlandais Corendon, également actif en Belgique, a fait machine arrière concernant la proposition de testing de ses clients au Covid-19. L'entreprise avait annoncé le lancement de vacances garanties "sans coronavirus" et mis des tests en vente pour les touristes intéressés. L'initiative a suscité beaucoup de débats et ne constitue pas une solution à la crise actuelle, a lui-même reconnu jeudi le voyagiste. Le ministre néerlandais de la Santé, Hugo de Jonge, s'est insurgé de la proposition. Il estime que les tests n'offriraient qu'un "semblant de sécurité".

    Pour le patron de Corendon, Steven van der Heijden, le ministre mélange deux choses différentes en matière de testing. Il constate cependant qu'il y a une certaine confusion entre les tests rapides pour détecter des anticorps, que l'entreprise propose via son site internet, et ceux permettant de révéler la présence du virus. "Il a été suggéré que nous mettrions nos clients en danger et notre réputation a été entachée sur base d'erreurs", fustige M. van der Heijden. Le cabinet de M. de Jonge maintient lui que l'initiative du voyagiste était "douteuse".

  • La réouverture des grands marchés reste en suspens à Bruxelles

    Les communes bruxelloises organisent la réouverture des petits marchés qui débutera lundi, mais des questions demeurent pour ceux dépassant le seuil maximal des 50 étals fixé par le Conseil national de Sécurité. Conformément aux recommandations du Conseil national de Sécurité divulguées mercredi, l'entrée dans la phase 2 du déconfinement permettra de rouvrir à compter de lundi prochain les marchés de maximum 50 échoppes, moyennant l'accord des autorités locales, un plan de circulation permettant de faire respecter les règles de distanciation sociale, l'imposition du port du masque aux marchands et l'émission d'une recommandation à faire de même pour les clients.

    • L'échevine ixelloise Audrey Lhoest annonce que tous les marchés d'Ixelles rouvriront la semaine prochaine, à commencer par celui de la place du Luxembourg mardi, puis ceux des places du Châtelain mercredi, du Vieux Tilleul jeudi, Brugmann vendredi et Flagey durant le week-end. La limitation à 50 stands ne concerne que ce dernier, de peu. Seuls les abonnés habituels seront autorisés afin de ne pas dépasser sous le seuil fixé.
    • A Anderlecht, le marché de la Vaillance rouvrira mercredi avec des adaptations, mais rien n'est encore arrêté pour le site des Abattoirs. La commune fait valoir une intention de rouvrir dans le respect des règles, mais seulement si cela s'avère faisable, ce qui est en cours de discussion.
    • A Saint-Gilles, l'échevin Francesco Iammarino explique attendre la parution de l'arrêté ministériel détaillant les obligations à respecter avant de se prononcer pour le marché du Midi, qui compte plus de 200 marchands ambulants. "On envisage différentes solutions, mais on attend de l'arrêté ministériel, qui précisera les mesures entendues. Est-ce qu'on peut faire plusieurs sites de 50 exposants ? Est-que c'est automatiquement annulé ou est-ce qu'on peut limiter le nombre d'exposants à 50, ce qui pourrait nous permettra d'organiser une tournante entre les exposants ?" Le marché du Parvis aura lui bien lieu le week-end des 23 et 24 mai.
    • Les services de la Ville sont à pied d'oeuvre pour organiser la réouverture des petits marchés, en ce inclus ceux des places Sainte-Catherine et Anneessens. Posent encore question pour leur taille supérieure à 50 emplacements ceux des places Emile Bockstael et du Jeu de Balle, de la chaussée d'Anvers et celui des Antiquaires, qui a lieu le week-end au Sablon. "On étudie les possibilités pour rentrer dans les conditions en limitant les marchés à 50 emplacements", explique l'échevin bruxellois Fabian Maingain.
    • "On essayera de prendre une décision la semaine prochaine. (...) On cherche activement une solution pour la place du Jeu de Balle car on sait que le quartier vit au rythme de ce marché". Le marché Gourmet du jeudi soir au Sablon ne sera lui par rouvert, en accord avec l'exploitant. Proposant de la dégustation, il s'apparente à une activité horeca. Le marché matinal Mabru, qui assure une activité de grossiste notamment pour les magasins d'alimentation, est toujours resté ouvert.
  • Un amendement au report des crédits à la consommation fait hurler à gauche

    Le vote en séance plénière d'amendements du CD&V et de la N-VA a reporté le vote de la loi sur le remboursement des crédits à la consommation pendant la période de coronavirus. Ils ont aussi suscité l'indignation des partis à gauche car ils ont introduit une condition qui n'était pas prévue et qui est le fruit, selon eux, de la pression de certaines institutions de crédit. Le texte vise à reporter les mensualités de remboursement d'un crédit à la consommation pendant la période de la pandémie. Le prêteur peut, à la demande de l'emprunteur, accorder un report de paiement pour une période maximale de trois mois, renouvelable une fois pour trois mois supplémentaires.

    Le texte fixe certaines conditions pour accéder à la mesure. Ainsi, au moins un des emprunteurs du ménage doit subir une perte de revenu en raison de la crise liée au coronavirus, peu importe l'identité de la personne qui a contracté le crédit. En outre, l'emprunteur ne doit pas avoir été déclaré en défaut de paiement au 1er avril 2020. Si au moment de la demande, l'emprunteur dispose de plus de 25.000 euros d'économies, le prêteur n'est plus obligé d'accorder une prolongation. Si le demandeur se trouve dans les conditions, le prêteur est dans l'obligation d'octroyer le report du remboursement.

  • 351 morts enregistrés en 24 heures en France, la baisse continue en réanimation

    La France a enregistré 351 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.

    Le Covid-19 a fait au moins 27.425 morts depuis le 1er mars, mais la pression sur les services de réanimation continue de se réduire, avec 2.299 cas graves et un solde négatif de 129 malades par rapport à mercredi.

  • Le gouvernement wallon confirme la reprise progressive des cours à l'IFAPME dès lundi

    Le gouvernement wallon a confirmé la reprise progressive des cours à suivre sur place, et non à distance, à partir de lundi prochain au sein de l'IFAPME (l'Institut wallon de Formation en Alternance), sur proposition du ministre de tutelle Willy Borsus (MR). Il s'est aussi accordé sur les modalités de fin d'année. Les absences durant la période de confinement sont neutralisées. Mais la présence aux cours organisés en présentiel à partir du 18 mai sera obligatoire et les absences devront être justifiées, avertit le gouvernement wallon.

    Pour la fin de l'année, la priorité est donnée aux années diplômantes. Pour les années non terminales, des remédiations/consolidation de matières seront organisées de préférence à distance mais dans la mesure du possible en présentiel pour les apprenants en difficulté. L'objectif est de pouvoir terminer l'année académique 2019-2020 au plus tard au 30 septembre, sauf pour certaines épreuves certificatives qui pourraient être organisées jusqu'au 30 novembre.

  • Les possibilités de saisie-exécution seront restreintes

    La Chambre a approuvé ce jeudi une proposition de loi portant dispositions diverses en matière de justice dans le cadre de la crise du Covid-19. Entre autres choses, elle restreint provisoirement les possibilités de saisie-exécution visant des particuliers. Il n'y aura plus de saisies-exécution sur une habitation ou un salaire à l'encontre d'une personne en difficulté financière pendant la période "corona".

    Le gouvernement avait déjà pris une disposition similaire à des entreprises dans un arrêté de pouvoirs spéciaux. La proposition de loi votée mardi en commission élargit le dispositif aux particuliers. Ce sursis provisoire ne s'applique pas dans le cadre du recouvrement de toute condamnation judiciaire, de créance alimentaire ou du recouvrement en matière fiscale.

  • Le CIO dégage une enveloppe de 740 millions d'euros pour faire face au coronavirus

    Le Comité international olympique (CIO) a dégagé une enveloppe de 740 millions d'euros (800 millions de dollars) pour faire face aux conséquences de la crise liée au coronavirus, a annoncé son président Thomas Bach.

    Bach, qui s'exprimait en visioconférence à l'issue d'une réunion du Comité exécutif du CIO, a précisé que 600 millions d'euros seraient consacrés au report des JO de Tokyo à 2021, alors que 140 millions d'euros iraient au mouvement olympique, en particulier aux fédérations internationales largement touchées par la crise liée au coronavirus. Par ailleurs, le CIO a adopté les dates de la prochaine Session, la 136e de l'histoire, organisée pour la première fois de façon virtuelle et qui se tiendra le 17 juillet prochain. Elle aurait dû se tenir à Tokyo en marge des Jeux Olympiques d'été qui ont été reportés à 2021 en raison de la pandémie de la Covid-19.

  • Un nouveau dispositif d'aide pour les entreprises de moins de 10 personnes en Wallonie

    Le Gouvernement wallon a décidé de doter son bras financier, la Sogepa, d'un nouveau programme d'accompagnement économique et financier destiné aux entrepreneurs de moins de 10 personnes qui traversent une période de difficultés passagères.

  • Saint-Josse impose le port du masque dans les commerces

    La commune de Saint-Josse a décidé d'imposer le port du masque dans les commerces du territoire communal. Ce faisant, elle rejoint trois autres communes bruxelloises qui ont décidé de passer de la recommandation fédérale à l'obligation du port, toutefois avec des modalités variables. A Saint-Josse, le bourgmestre Emir Kir a pris une ordonnance de police afin de rendre obligatoire le port du masque dans les commerces accessibles au public. La mesure est justifiée par des considérations de salubrité publique durant la pandémie du COVID-19.

    L'ordonnance entre en vigueur immédiatement, mais une période de tolérance, accompagnée d'un travail de sensibilisation par les équipes des Services communaux de Prévention et des Classes moyennes, sera observée. Les communes de la zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert) ont elles aussi décidé, en début de semaine, de rendre obligatoire le port du masque dans certaines artères ou zones commerçantes, les deux Woluwe emboîtant le pas d'Etterbeek prise le 2 mai dernier par arrêté de police.

  • Les syndicats de Brussels Airlines refusent de négocier sur des propositions "illégales"

    Les syndicats de Brussels Airlines refusent de négocier avec la direction de la compagnie sur le plan annoncé mardi, qui menace jusqu'à 1.000 emplois, tant qu'ils n'en savent pas plus sur l'avenir immédiat de l'entreprise, annoncent-ils ce jeudi en front commun. Selon eux, les propositions actuellement sur la table ne sont "ni sérieuses, ni réalistes, ni négociables et même illégales".

    CNE/ACV Puls, CGSLB/ACLVB et Setca/BBTK se sont retrouvés ce jeudi pour examiner les propositions qui leur ont été soumises mardi. Selon leurs conclusions, "il n'est pas question, pour nous, de discuter des conditions de travail du personnel, tant que nous n'en savons pas plus concernant l'avenir immédiat de l'entreprise". Il n'y a en effet toujours pas d'accord pour une aide d'État, indispensable à la survie de Brussels Airlines, entre le gouvernement belge et la maison-mère Lufthansa, alors que Carsten Spohr, le patron du groupe aéronautique allemand, doit rencontrer la Première ministre Sophie Wilmès et le ministre des Finances Alexander De Croo vendredi midi.

    Les syndicats attendent du management actuel, du gouvernement et de la direction de Lufthansa d'avoir au plus vite des précisions concernant l'avenir à court, moyen et long terme de la compagnie aérienne, insistent-ils. Les représentants des travailleurs n'entendent en outre pas discuter des propositions actuellement sur la table, qualifiées de "ni sérieuses, ni réalistes, ni négociables et même illégales". Le front commun précise qu'il se rendra au conseil d'entreprise extraordinaire prévu lundi afin de discuter de la poursuite de la procédure Renault et de veiller au respect de son déroulement. "Nous ne discuterons donc que du futur de l'entreprise dans le cadre de la phase 1 de la Loi Renault (information-consultation). Nous ne discuterons pas de la phase 2 (plan social)", prévient-il ainsi.

  • Le parc éolien Northwester 2 est prêt à temps malgré la crise du coronavirus

    Le septième parc éolien belge en mer du Nord, Northwest 2, est prêt à temps malgré les difficultés engendrées par la crise du coronavirus, a indiqué ce jeudi le développeur de projet, Parkwind. La nouvelle installation, composée de 23 éoliennes, les plus grandes du marché, a été mise en service pour fournir de l'électricité à environ 220.000 ménages.

    La construction du parc éolien Nortwester 2 au large du littoral belge aura pris un peu moins de 10 mois. Les premières éoliennes ont commencé à tourner en février mais la moitié du parc complet devait encore sortir de mer. Au début du confinement, Parkwind s'était entretenu avec ses entrepreneurs et les autorités pour envisager la suite du chantier. Les travaux préparatoires avaient pu se poursuivre en toute sécurité. Les 23 éoliennes sont à présent opérationnelles et produisent chacune 9,5 mégawatts (MW), pour un total de près de 219 MW.

  • Les conditions d'octroi de la prime bruxelloise de 2.000 euros définies par le gouvernement

    Le gouvernement bruxellois a adopté de nouvelles mesures de soutien économique ce jeudi.

    On connait désormais les conditions d'octroi de la prime unique de 2.000 euros destinées aux très petites entreprises (max 5 ETP) en difficulté. L'exécutif régional va également se doter d'un fonds de 5 millions d'euros pour aider les travailleurs intermittents du secteur culturel.

    Plus d'informations: Les modalités de la prime bruxelloise de 2.000 euros enfin définies

  • Le chef de l'OMC quittera ses fonctions fin août, un an avant la fin de son mandat

    Le chef de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le Brésilien Roberto Azevedo, a annoncé ce jeudi qu'il quitterait ses fonctions le 30 août, un an avant la fin de son second mandat, assurant ne pas nourrir d'ambitions politiques. "Il s'agit d'une décision personnelle - une décision familiale - et je suis convaincu que cette décision sert au mieux les intérêts de cette organisation", a-t-il déclaré lors d'une réunion virtuelle de tous les membres de l'OMC.

  • Accord direction/syndicats de la Stib, conditionné à une reprise du travail

    La direction et le représentants syndicaux de la Stib se sont accordés sur des dispositions complémentaires dans le contexte de la gestion de l'impact de la pandémie de Covid-19 au quotidien sur le réseau de transport en commun de la capitale. L'accord ne sera concret que si le travail reprend, a-t-on appris du côté de la direction.

    Il est vrai que les mesures de protection du personnel adoptées jusqu'à présent par la Stib avaient fait l'objet d'un accord avec les syndicats, indique la direction. Cela n'a pas empêché une partie du personnel de se mettre en arrêt de travail depuis lundi. La Stib avait annoncé que son réseau devrait reprendre son cours normal dès lundi, avec quelques adaptations les week-ends.

    Cette annonce avait suscité l'inquiétude de travailleurs qui pointent une protection insuffisante face à un retour partiel de la clientèle de la société du fait de la reprises de certaines activités dans le acre du déconfinement. Certains ont aussi dénoncé l'absence d'effectifs suffisants pour assurer le respect des mesures, telles que le port du masque obligatoire. Ce jeudi, la direction se voulait discrète sur le contenu des mesures sur lesquelles elle est tombée d'accord avec les représentants syndicaux.

  • L'industrie du voyage plaide pour un maintien des bons à valoir au lieu de remboursements

    L'industrie du voyage insiste pour que le régime actuel de remboursement des voyages annulés soit maintenu et étendu. Cette réglementation court actuellement jusqu'au 20 juin et implique que les vacanciers peuvent recevoir un bon à valoir pour un voyage annulé en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. S'ils n'utilisent pas ce coupon dans l'année, ils peuvent alors obtenir un remboursement.

    Cependant, ce système va à l'encontre des recommandations formulées ce jeudi par la Commission européenne, selon lesquelles les consommateurs devraient pouvoir choisir entre un remboursement ou un bon à valoir. À l'heure actuelle, la Belgique n'a pas encore pris position sur ces recommandations de la Commission.

  • Bruxelles octroie jusqu'à 1.500 euros aux intermittents de la culture et de la création

    Le gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires française (CoCof) et flamande ont approuvé des mesures pour un montant de 8,4 millions d'euros en faveur du secteur de la culture et de la création. Parmi celles-ci, on relèvera la dotation d'un fonds de 5 millions d'euros permettant d'octroyer une aide exceptionnelle de maximum 1.500 euros pour les travailleurs intermittents de la culture. Justification du gouvernement Vervoort: Bruxelles présente l'offre culturelle la plus importante du pays qui lui apporte une valeur ajoutée en matière d'emploi et de valeur économique mais aussi de bien-être social.

    Cette offre existe grâce à des travailleurs qui, pour beaucoup, exercent leur métiers dans des conditions précaires avec des statuts divers qui en font un des groupes les plus fragilisés, et très lourdement touchés par la crise. Bruxelles adopte donc des mesures spécifiques pour soutenir ce secteur, en mettant le focus sur les organisations bruxelloises à caractère non lucratif et les travailleurs intermittents de la culture qui n'ont pu, jusqu'à présent, prétendre à une aide. La Région-capitale et les commissions communautaires ont décidé d'octroyer une prime sectorielle régionale unique de 2.000 euros pour toutes les organisations culturelles et créatives touchées par la crise.

    Sont visées toutes les organisations bruxelloises des secteurs culturels et créatifs qu'ils agissent dans le champs marchand ou non lucratif. La prime sera octroyée sur demande expresse de l'organisation auprès de Bruxelles Économie Emploi via un formulaire en ligne disponible prochainement.

  • Le conseil d'entreprise chez Swissport ce vendredi n'est pas lié à Brussels Airlines

    Le conseil d'entreprise extraordinaire de ce vendredi chez Swissport a été convoqué à l'initiative des syndicats à la suite d'articles de presse faisant état d'une mauvaise situation financière au sein de l'entreprise de manutention aéroportuaire, a indiqué ce jeudi le secrétaire syndical Fouad Bougrine (ACLVB/CGSLB). Il n'y a aucun lien avec l'annonce de licenciements chez Brussels Airlines, a-t-il ajouté.

    De Tijd écrivait il y a une semaine que Swissport Belgique était au bord du gouffre et que la crise liée au coronavirus avait fortement entamé la trésorerie de la société. "Il n'y a plus de rentrées depuis mi-mars et la mise à l'arrêt du trafic aérien. En y ajoutant les pertes énormes accumulées ces dernières années par Swissport Belgique à Zaventem, la situation financière de l'entreprise devient très précaire", rapportait alors le quotidien économique.

    Quelque 1.400 personnes travaillent au sein de la filiale belge de Swissport. "Nous avons convoqué un conseil d'entreprise extraordinaire dans la foulée de ces informations afin d'obtenir de la direction un aperçu de la situation financière actuelle. J'ai appris à bonne source que la direction n'avait pas l'intention de profiter de cette réunion pour faire une annonce sur une éventuelle restructuration", précise le syndicaliste libéral.

  • Les dates des Trophies et Challenges européens de hockey 2021 modifiées

    A la suite du changement de dates des championnats d'Europe de hockey messieurs et dames, fixés lundi dernier du 4 au 13 juin 2021 à Amsterdam, la fédération européenne de hockey (EHF) a annoncé que les Trophies et Challenges européens vont également changer de dates en 2021. Toutes ces mesures sont la conséquence de la reprogrammation des Jeux Olympiques de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021.

    L'EHF précise que quatre compétitions de clubs concernent des pays qui doivent jouer l'EuroHockey d'Amsterdam et potentiellement ces clubs peuvent avoir des joueurs internationaux. Les compétitions prévues à la Pentecôte (21-24 mai 2021) seront désormais avancées à Pâques (2-5 avril 2021). Il s'agit des Trophy I et Trophy II messieurs; du Trophy dames et du Challenge I dames.

    Les Challenges I-II-III messieurs et les Challenges II-III dames se joueront bien du 21 au 24 mai 2021. Toutes ces annonces sont susceptibles d'être modifiées. "Toute la planification pour 2021 est basée sur l'espoir que la Covid-19 sera sous contrôle, qu'il y aura plus de liberté et de facilité de déplacement en Europe. Si ce n'est pas le cas et que les restrictions de l'OMS et gouvernementales sont toujours en place, cette décision sera réexaminée avec nos parties prenantes" précise la fédération européenne de hockey sur gazon.

  • Brussels Airlines: il n'y aura pas d'aide de l'Etat sans plan d'entreprise qui offre un avenir, indique De Croo

    La Belgique accordera une aide financière à Brussels Airlines uniquement si Lufthansa, maison mère de la compagnie aérienne belge, présente un plan d'entreprise crédible, garantissant la durabilité économique et financière de l'entreprise mais aussi sa responsabilité environnementale, a expliqué le ministre des Finances, Alexander De Croo, à la Chambre en réponse à de nombreuses questions.

    Le ministre rencontrera ce vendredi le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, en compagnie de la Première ministre et de la ministre de l'Emploi. Selon M. De Croo, cet entretien ne sera pas le dernier du genre. Jusqu'à présent, les discussions entre la direction de l'entreprise et les autorités belges n'ont pas abouti à un accord sur un soutien public à Brussels Airlines. "Nous voulons offrir un plan d'avenir clair et il faudra faire la clarté sur la situation de l'entreprise et les engagements de la maison-mère allemande", a souligné M. De Croo.

    Plusieurs partis ont exigé du gouvernement qu'il obtienne une minorité de blocage au sein de Brussels Airlines afin de peser l'avenir de la compagnie belge, une éventualité que refuserait Lufthansa.

  • "L'avenir du secteur aérien est de collaborer avec le secteur ferroviaire"

    Le secteur aérien ne peut être soutenu sans réflexion sur son rôle à long terme dans un monde qui respecte l'accord de Paris sur le climat. C'est ce que plaide ce jeudi le "Resilience Management Group", qui rassemble plus de 100 scientifiques et 182 entreprises de la transition écologique, deux jours après l'annonce par Brussels Airlines de son intention de supprimer un millier d'emplois, soit un quart de son personnel, en raison notamment de la crise du Covid-19.

    "Si on savait comment envisager la croissance à l'avenir, la réponse serait plus argumentée", soutient Sybille Mertens, économiste à l'Université de Liège. "Tout le monde se dit qu'il faut sauver 1.000 emplois. C'est toujours le même chantage. Cela ne veut pas dire qu'on ne doit rien faire, mais il ne faut pas mettre des millions sur la table simplement parce qu'il y a une urgence sociale", opine-t-elle.

    L'avenir des compagnies aériennes européennes se trouve dans une fusion ou un partenariat stratégique avec les compagnies ferroviaires, défendent François Gemenne, chercheur en sciences politiques à l'Université de Liège, et Leo Van Broeck, de la KULeuven. "Le TGV ne passerait plus à la gare de Bruxelles-Midi, mais à Zaventem", suggère ce dernier. "Les vols courts, qui ne sont de toute façon pas très rentables, singulièrement pour Brussels Airlines, seraient désormais opérés en TGV", développe François Gemenne.

    "Cela pourrait amener des clients supplémentaires à Zaventem pour développer des activités longs courriers vers l'Afrique, qui est le secteur stratégique de Brussels Airlines. Cela permet en même temps de réduire considérablement le nombre de vols", argumente-t-il. Depuis un mois et demi, le "Resilience Management Group" a pris l'initiative de réfléchir à un plan pour "sortir de la crise par le haut". Les experts et entrepreneurs de différents domaines ont présenté jeudi leurs 200 mesures, pensées de manière collaborative, à la Première ministre Sophie Wilmès. 

  • Les saunas privés se sentent oubliés des autorités

    Il n'y a aucune raison de ne pas rouvrir les saunas privés le 18 mai, alors qu'ils peuvent assurer à tout moment la distanciation sociale, plaide l'Association sauna belge (ASB) jeudi, au lendemain du Conseil national de sécurité. Ce dernier a décidé que la deuxième phase du déconfinement débuterait lundi prochain, le 18 mai, avec la réouverture progressive des écoles, des marchés, des salons de coiffure, tatouage et esthétique, des musées ou encore des zoos. Mais pas un mot sur les saunas, dénonce la fédération belge des exploitants de saunas privés et publics.

  • KBC va réduire ses coûts, mais ça n'inquiète pas trop les syndicats

    KBC va réduire ses coûts cette année. L'arrêt de certains projets aura un impact sur les collaborateurs externes et les intérimaires, mais le principal syndicat du bancassureur, ACV Puls (chrétien), ne craint pas de vague de licenciements.

    KBC a enregistré au premier trimestre une perte de 5 millions d'euros, essentiellement à cause de l'impact de l'épidémie de coronavirus. Le groupe va dès lors réduire ses coûts cette année, ceux d'exploitation devraient être réduits de 3,5%, à la place de l'augmentation initialement prévue de 1,6%. 

  • Une Zinneke Parade virtuelle samedi

    La Zinneke Parade, qui devait défiler dans les rues de la capitale samedi, prendra cette année des allures virtuelles en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, annoncent jeudi les organisateurs dans un communiqué.

    "La crise du Covid-19 n'empêchera pas les 1.500 participant(e)s, 167 partenaires et 173 artistes de faire vivre la Zinneke Parade 2020. Samedi, un 'paysage sonore' de deux heures sera diffusé à partir de 15h, heure du coup d'envoi historique de la Zinneke Parade", expliquent les organisateurs. Concrètement, les internautes sont invités à consulter sur le site internet de "Zinneke" et à se laisser porter par la parade imaginaire depuis leur salon.

  • Allemagne: le coronavirus ampute de 100 milliards d'euros les recettes fiscales 2020

    La pandémie de nouveau coronavirus devrait amputer en 2020 les recettes fiscales allemandes de près de 100 milliards d'euros, selon une estimation publiée jeudi par le ministre des Finances, Olaf Scholz. "Comparé à l'estimation d'octobre, les rentrées d'impôts seront 98,6 milliards d'euros plus faibles qu'attendu", notent les experts du ministère dans un communiqué. Ils précisent que le manque à gagner devrait notamment être de 44 milliards pour l'Etat fédéral, 35 milliards pour les Etats-régions et 15,6 milliards d'euros pour les communes.

  • Le Pass rouvrira ses portes le 17 juin

    Le Parc d'aventures scientifiques de Frameries (Pass) a annoncé, jeudi, une réouverture en deux temps, un mois après celle des musées traditionnels. Les portes s'ouvriront le 17 juin. Le Pass a annoncé la réouverture du site en deux phases. L'espace muséal ouvrira ses portes partiellement dès le 17 juin, du mercredi au dimanche, sous réserve des décisions ultérieures du Conseil national de sécurité (CNS).

    "L'ouverture prévue un mois après celle des autres musées permettra aux équipes la mise en place de mesures sanitaires strictes à travers les 12.000m² d'espace d'expositions", a indiqué la direction du Pass, en soulignant, par ailleurs, une série de mesures visant à garantir la sécurité sanitaire dans des lieux où l'interaction avec les visiteurs est essentielle.

  • Brussels Airlines prévoit de reprendre une partie de ses vols commerciaux à partir du 15 juin

    Brussels Airlines reprendra une partie de ses opérations à partir du 15 juin prochain, annonce jeudi la compagnie aérienne. Elles avaient été suspendues le 21 mars dernier. L'offre sera réduite dans un premier temps avant d'être augmentée progressivement selon la demande du marché et la levée des restrictions de voyage. Le réseau desservi sera communiqué dans les prochains jours, précise encore l'entreprise. 

    ©BELGA

  • La Flandre proposera des écoles d'été gratuites

    Les écoles ou autres acteurs organisant des "écoles d'été" en juillet ou août vont recevoir du gouvernement flamand un dédommagement de 25 euros par jour et par élève, de telle sorte que ces évènements soient gratuits pour les participants, a indiqué le ministre Ben Weyts (N-VA) jeudi. Le gouvernement flamand souhaite ainsi encourager les différents acteurs à mettre en place des écoles d'été, qui pourraient aider les élèves mis en difficulté par l'absence de cours durant de nombreuses semaines pour cause de coronavirus.

  • 28 morts supplémentaires aux Pays-Bas

    Pas moins de 28 morts supplémentaires ont été notifiées au cours des dernières 24h aux Pays-Bas, portant le nombre total de décès confirmés dus au Covid-19 dans le pays à 5.590 depuis le début de l'épidémie, indique jeudi l'Institut national de la Santé publique et de l'Environnement (RIVM). Ces statistiques ne tiennent toutefois compte que des décès de personnes testées positives au Covid-19. Mais comme elles ne le sont pas toutes, le nombre réel de morts liées au coronavirus pourrait être bien plus élevé.

  • Le "droit de retrait" n'est pas garanti en Belgique, selon des juristes

    Le droit belge ne garantit pas une rémunération aux travailleurs qui refusent de prester en raison du danger lié à la pandémie de Covid-19, affirment plusieurs juristes. La Stib considère les jours non prestés comme absence injustifiée et ne les rémunèrera pas, selon une note interne diffusée mercredi. Plusieurs employés de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles jugent les mesures de sécurité insuffisantes et invoquent pourtant un "droit de retrait". 

    Selon l'article 1.2.26 du code du bien-être au travail, le travailleur peut s'éloigner de son poste sous trois conditions: en cas de danger grave, immédiat et qui ne peut être évité. Il ne pourra alors subir "aucun préjudice et sera protégé contre toutes conséquences dommageables et injustifiées". "S'il peut quitter son poste, cela veut dire que le travailleur s'y trouvait", souligne Viviane Vannes, avocate et professeure en droit retraitée de l'Université libre de Bruxelles (ULB). "Ce droit au retrait n'existe pas en Belgique. Le faire miroiter aux travailleurs est irresponsable et dangereux", insiste-t-elle.

  • 3 millions de nouveaux chômeurs en une semaine aux États-Unis

    Les Etats-Unis ont enregistré plus de 2,98 millions de nouvelles demandes d'allocation chômage la semaine passée, signe que la pandémie de nouveau coronavirus continue ses ravages sur l'emploi, selon les chiffres publiés par le département du Travail. Ce nombre comptabilisé pour la semaine s'achevant le 9 mai reste élevé et supérieur aux attentes des analystes (2,475 millions). Il s'inscrit toutefois en baisse par rapport à la semaine précédente dont le nombre a été révisé en légère hausse (3,171 millions).

    Au total, depuis l'arrêt brutal de l'économie mi-mars avec la mise en place de mesures massives de confinement pour contenir l'épidémie dans le pays, près de 36,5 millions de personnes ont pointé au chômage. 

     

  • Experts et entreprises de la transition écologique présentent 200 mesures à Sophie Wilmès

    Depuis un mois et demi, plus de 100 scientifiques et 182 entreprises de la transition écologique ont pris l'initiative de réfléchir à un plan pour "sortir de la crise par le haut". Le "Resilience Management Group" accouche jeudi de 200 mesures, pensées de manière collaborative.

    L'objectif: rentrer en dialogue avec les gouvernements. Un but en partie atteint puisque plusieurs experts ont rencontré la Première ministre ce matin. Un dialogue "très intéressant" pour Sophie Wilmès, d'autant plus qu'il "rassemble diverses expertises". Les experts contacteront les régions dès aujourd'hui.

  • Trump fera appel à l'armée pour vacciner les Américains

    Donald Trump va mobiliser l'armée pour injecter, lorsqu'il sera prêt, un vaccin contre le Covid-19 et a précisé que les personnes âgées seraient prioritaires dans le plan de vaccination. "Vous savez que donner ce vaccin sera une tâche massive", a dit le président américain sur Fox Business Network. "Notre armée est dès maintenant mobilisée pour qu'à la fin de l'année, nous soyons en mesure de le donner très, très vite à beaucoup de monde." 

    Aucun vaccin n'est actuellement disponible contre le coronarivus SARS-CoV-2 mais plusieurs recherches sont en cours, et Donald Trump a dit penser qu'un vaccin serait prêt d'ici la fin de l'année. C'est sur cette base, a-t-il ajouté, que les États-Unis sont en train de mobiliser leurs forces armées. 

  • La production industrielle en recul de 5,5% en mars

    L'indice désaisonnalisé de la production industrielle a baissé de 5,5% en mars par rapport à février, selon l'office belge de statistique Statbel. Les mesures de confinement dues à la crise du Covid-19 ont eu un impact sur la production industrielle.

    L'indice corrigé des effets calendrier montre, lui, une baisse de 3,0% par rapport à mars 2019. Ces résultats restent cependant provisoires.

    La production industrielle dans la zone euro, par ailleurs, s'est écroulée en mars, avec une chute de 11,3%, a indiqué mercredi l'Office européen des statistiques Eurostat. 


  • Grand nettoyage chez Center Parcs et Sunparks

    Center Parcs et Sunparks annoncent des "engagements forts" pour assurer la protection de leurs collaborateurs et clients en s’associant à Kiwa, un organisme de certification indépendant et un des spécialistes mondiaux des essais, de l’inspection et de la certification, pour vérifier le respect des exigences de sécurité, d’hygiène et de nettoyage des domaines en Belgique. 

    "Nous devons prendre toutes les mesures de prévention et de protection nécessaires pour que la reprise de notre activité se fasse dans des conditions de sécurité optimales. L’audit réalisé par Kiwa dans nos six parcs belges est garant de notre engagement en termes de prévention, de protection et d’hygiène, et de garantie de leur conformité avec les dernières recommandations des autorités sanitaires", annonce Paul Renders, le directeur général de Center Parcs Belgique, qui vise à se mettre en conformité pour relancer l’activité et les réservations le plus rapidement possible.

  • Les chats domestiques peuvent se transmettre le nouveau coronavirus, selon une étude

    Le nouveau coronavirus responsable de la maladie Covid-19 chez les humains peut se transmettre aux chats qui sont à leur tour susceptibles de contaminer leurs pairs, bien qu'ils ne présentent parfois aucun symptôme, d'après une étude réalisée par une équipe de chercheurs des universités de Tokyo (Japon) et de Wisconsin-Madison (États-Unis). Les résultats de cette nouvelle étude ont été publiés mercredi dans le "New England Journal of Medicine". 

    Pour valider la transmission entre chats, les chercheurs ont prélevé le virus chez un humain et l'ont inoculé à trois chats dans un laboratoire américain. Les sujets infectés ont ensuite été mis en contact avec des chats sains, lesquels ont été testés positifs cinq jours plus tard. Les six chats sont restés positifs environ cinq jours sans présenter de symptôme particulier, selon les chercheurs. Des tests sanguins ont ensuite montré qu'ils avaient développé des anticorps pendant 24 jours après le premier test.

  • Marius Gilbert: "Le moment de vérité, ce sera la semaine prochaine"

    L’épidémiologiste Marius Gilbert (ULB) fait partie du GEES, le groupe d’experts chargé d’accompagner la sortie de crise. Deux semaines après le début du déconfinement et à la veille de la réouverture des écoles, il livre un premier bilan de ce processus hautement délicat. 

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Le mercredi 13 mai, 307 nouveaux cas de coronavirus ont été rapportés. 186 patients résident en Flandre, 90 en Wallonie et 31 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 54.288.

    • Au total, 1.966 patients sont actuellement hospitalisés81 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h.
    • Au total, 407 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 20 patients au cours des dernières 24 heures. 
    • 14.111 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 173 au cours des dernières 24 heures.
    Entrées et sorties d'hopital

    • 8.903 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 60 décès au cours des dernières 24h. 
    • Des décès des dernières 24h, 30 ont eu lieu à l’hôpital, 29 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 86% ont été confirmés par un test Covid-19. 
    • Sur les 8.903 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,4% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (23%) ou des cas suspects (77%).

  • Moins de 2.000 patients dans les hôpitaux belges, une première depuis le 23 mars

    Au total, 1.966 patients sont actuellement hospitalisés en Belgique. 81 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures alors que 173 patients sont sortis de l’hôpital dans le même temps. Il faut remonter au 23 mars dernier pour voir une situation aussi calme dans les hôpitaux belges. À ce moment, 1.859 personnes étaient hospitalisées.  

  • "Les Français pourront partir en vacances en France en juillet et août" (Philippe)

    Le Premier ministre français Édouard Philippe a annoncé un plan d'investissement de 1,3 milliard d'euros pour le secteur du tourisme en précisant que les Français seront autorisés à partir en vacances cet été.  

    "S'agissant des vacances et sous réserve des conditions de l'évolution de l'épidémie et de possibles restrictions très localisées, nous privilégions une hypothèse raisonnable: les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d'août", a déclaré le Premier ministre français au terme d'un comité interministériel sur le tourisme consacré aux conséquences de la pandémie de coronavirus. "Quand je dis en France, c'est évidemment en métropole, dans l'Hexagone, et dans les outre-mer", a-t-il ajouté.

    Ce plan d'investissement de 1,3 milliard représente au total "un engagement de plus de 18 milliards d'euros pour les finances publiques", assure Édouard Philippe. Ouverture jusqu'à la fin de l'année du fonds de solidarité pour les entreprises du secteur et élargissement pour les plus grandes entreprises, relèvement du plafond des prêts garantis par l'État, exonération et crédit de cotisations sociales et patronales, chômage partiel jusqu'en septembre et doublement du plafond d'utilisation des tickets restaurant: "Si je fais la somme de tout ce que je viens d'indiquer, c'est un engagement de plus de 18 milliards d'euros pour les finances publiques, c'est sans précédent, c'est massif, c'est nécessaire", a-t-il dit. 

  • Les Galeries Lafayette et le Printemps fermés jusqu'au 10 juillet à Paris

    Les grands magasins parisiens, Galeries Lafayette et Printemps en premier lieu, sont fermés au public jusqu'au 10 juillet, en application de la décision gouvernementale empêchant les centres commerciaux de plus de 40.000 m2 de rouvrir en Île-de-France, a annoncé mercredi la préfecture de police de Paris. La date du 10 juillet correspond également à la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, votée par le Parlement la semaine dernière.

    Mais, a affirmé une porte-parole des Galeries Lafayette à l'AFP, "cette décision n'empêche en rien que l'arrêté soit levé à tout moment si les conditions sont réunies". "Nous continuons à échanger très régulièrement avec la préfecture", a-t-elle ajouté.

  • La Flandre se dote d'un groupe d'experts pour protéger et relancer son marché du travail

    Un groupe de six experts du marché du travail a été chargé de rendre, d'ici le 22 juin, un avis au gouvernement flamand sur la relance du marché de l'emploi en Flandre, a indiqué, ce jeudi, la ministre flamande Hilde Crevits (CD&V) en commission du Parlement flamand.

    Les questions que ces experts seront chargés de décortiquer: comment le marché de l'emploi peut-il se relever de la crise du coronavirus? Que peut faire la Flandre pour maintenir le plus haut possible les taux d'activité et de mise à l'emploi? Comment éviter les pertes de boulot et créer de nouveaux postes? 

  • Un vaccin contre le Covid-19 dans un an dans un scénario "optimiste" (EMA)

    La création d'un vaccin contre le Covid-19 d'ici un an relève d'un scénario "optimiste" sur la base des tests qui sont menés actuellement, a estimé, ce jeudi, l'Agence européenne du Médicament (EMA).

    "Nous pouvons voir la possibilité si tout se déroule comme prévu que certains (vaccins) soient prêts à être approuvés d'ici un an."
    Marco Cavaleri
    directeur de la stratégie à l'EMA

  • 217 décès supplémentaires en 24 heures en Espagne

    L'Espagne a enregistré 217 décès supplémentaires liés au coronavirus en l'espace de 24 heures. Le ministère de la Santé fait également état d'une progression des infections à 229.540 cas confirmés (+849).C'est la première fois, depuis le 8 mai, que l'Espagne comptabilise plus de 200 morts en une journée. Depuis le début de l'épidémie, la maladie a fait 27.321 morts dans le pays.

  • La majorité des centres de tri toujours pas payés par l'Inami, dénoncent les généralistes

    Plus de la moitié des centres de tri mis en place pour dépister les éventuels porteurs du Covid-19 n'ont, jusqu'à présent, reçu aucun financement de l'Inami, dénoncent, ce jeudi, toutes les associations et organisations de médecine générale du pays. En outre, "aucun des centres n'a reçu le financement de démarrage promis", ajoutent-elles tandis que les coûts augmentent.

    Les médecins font état "d'un ras-le-bol complet". Pour pouvoir identifier et tester un maximum de malades, les cercles de médecins généralistes ont mis en place 94 centres de tri en Flandre, 45 en Wallonie et 12 à Bruxelles. Depuis le 4 mai, toute personne symptomatique référée par son médecin traitant peut s'y faire dépister dans le cadre de la stratégie cruciale du "testing-tracing" qui conditionne les différentes phases de déconfinement.

  • Feu vert des autorités de santé britanniques à un test sérologique

    Le gouvernement britannique va acquérir rapidement et en quantité importante un test sérologique développé par le groupe pharmaceutique suisse Roche, qui a reçu le feu vert des autorités sanitaires britanniques, dans l'espoir d'alléger le confinement décrété fin mars contre la pandémie de coronavirus. Ce type de test permet de déterminer la présence d'anticorps dans le sang et de déterminer si une personne a déjà été atteinte par le nouveau coronavirus.

    La question de l'immunité fait cependant débat, l'Organisation mondiale de la santé ayant estimé, fin avril, qu'il n'existait "aucune preuve" que des personnes déjà contaminées une fois et guéries soient prémunies contre une seconde infection. 

  • Port du masque, les erreurs à ne surtout pas commettre

    Qu’il soit à usage unique ou en tissu, il faut respecter quelques règles simples pour que le masque reste efficace contre le coronavirus. Mode d’emploi.

  • Jeholet: "Non, on ne va pas laisser passer" tous les élèves à l'année supérieure

    Certains élèves de primaire et de secondaire vont reprendre lundi le chemin de leur école, pour un ou deux jours par semaine. Parallèlement, on sait déjà qu'il ne s'agira pas d'une fin d'année "comme les autres", puisqu'il n'y aura pas de sessions d'examens pour évaluer les connaissances de l'élève et déterminer éventuellement sa réussite ou son échec. Si une circulaire de la ministre de l'Éducation Caroline Désir a déjà précisé fin avril aux acteurs de l'enseignement que le redoublement d'élèves dans ce cadre devra être "exceptionnel", ce n'est pas pour autant qu'"on va laisser passer tout le monde", a assuré, ce jeudi matin au micro de La Première (RTBF), le ministre-président de Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. 

    "Le gouvernement de FWB va se pencher aujourd'hui sur la question des conseils de classe", précise le ministre-président. Mais "non, on ne va pas laisser passer tout le monde", répond-il aux questions. Sans session d'examens, "les jurys et conseils de classe auront un rôle encore plus important à jouer que les années précédentes", rappelle-t-il. Dans ce cadre, "les redoublements devront être l'exception", comme l'a déjà précisé la ministre compétente Caroline Désir, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y en aura pas. 

  • Le plan de relance européen se concentrera sur les plus gravement frappés

  • La sécurité n'est pas garantie dans le secteur des titres-services, selon la FGTB

    Le secteur des titres-services connaît une activité importante malgré la crise du coronavirus, mais la sécurité des travailleurs ne peut pas être garantie dans bien des cas, déplore, ce jeudi, la FGTB. Le syndicat socialiste souligne que la pression pour la reprise du travail était grande et que les employeurs ne sont pas suffisamment attentifs aux conditions de travail.

    Selon l'enquête de la FGTB menée auprès de plus de 4.000 aides ménagères, 71% déclarent que leur client se trouve (parfois ou toujours) dans la pièce où elles travaillent. Il est difficile dans ce secteur de respecter la règle sur la distanciation sociale de 1,5 mètre, soulignent les personnes interrogées.

    Plus de la moitié (56%) des aides ménagères indiquent, par ailleurs, ne pas pouvoir joindre leur employeur en cas de problème et 84% assurent ne pas recevoir tout le matériel de protection nécessaire (masque buccal, gel désinfectant, gants et mouchoirs en papier).

  • Le coût pour les assureurs: plus de 200 milliards de dollars

    203 milliards de dollars
    Le coût de la pandémie pour les assureurs
    La pandémie va coûter 203 milliards de dollars au secteur de l'assurance en 2020, selon Lloyd's of London, qui va verser jusqu'à 4,3 milliards de dollars de dédommagements à ses clients, soit autant que pour les attentats du 11 septembre. Les pertes attendues comprennent 107 milliards de dollars d'indemnisations (annulation d'événements ou assurance sur les voyages, par exemple) et 96 milliards de dollars de moins-value sur les portefeuilles d'investissement.

  • Le PS en faveur d'une prime à ceux qui ont travaillé et aux plus vulnérables

    Paul Magnette, le président du Parti socialiste, a relancé, ce jeudi matin, l'idée soutenue par ses troupes d'une prime aux "héros du quotidien", qui devrait être "de 750 euros net" et parvenir à "tous ceux qui ont continué à travailler pendant la crise" dans des fonctions essentielles. Le bourgmestre de Charleroi s'exprimait à ce sujet en radio, dans l'émission matinale de Bel RTL. 

    Une proposition de loi sera déposée au Parlement en ce sens, a-t-il laissé entendre. La prime que le PS souhaite pourrait, par exemple, être payée par l'employeur, puis être déductible à l'impôt des sociétés, "il peut y avoir une intervention de l'État"...

    -> Le PS propose une autre prime, les détails dans notre article 

  • La PME belge OncoRadiomics va utiliser l'intelligence artificielle contre le Covid-19

    La société de technologie médicale OncoRadiomics, située à Liège, va diriger un projet international utilisant l’intelligence articifielle pour aider au diagnostic du virus SARS-CoV-2. 

  • Sanofi assure qu'il partagera bien son vaccin avec tous les citoyens une fois développé

    Le géant pharmaceutique français Sanofi assure avoir bien l'intention de rendre accessible à toutes les nationalités un vaccin contre le Covid-19 qu'il aurait développé. Le message posté sur Twitter survient après l'annonce du directeur général que les USA seraient servis en priorité. Le directeur général ajoute que "les équipes de Sanofi sont mobilisées pour accélérer le développement d'un vaccin contre le coronavirus". 

  • Les détails du plan de Brussels Airlines

    "Les propositions sur la table sont imbuvables." C’est en ces mots que le personnel parle des nouvelles propositions salariales chez Brussels Airlines (BA). Si le fait que BA veuille se séparer d’un travailleur sur quatre fait couler beaucoup d’encre, les coupes salariales sont également un sujet de vive tension en interne. L’Echo a obtenu les documents de nouvelles conditions salariales proposées par la direction. 

     Pour plus de détails: Brussels Airlines veut sabrer dans les salaires de tout le personnel 

     

  • Sophie Wilmès: "Il n'y aura pas de retour à la normale d'ici l'été"

    Le Conseil national de sécurité a confirmé mercredi l'entrée de la Belgique dans sa phase 2 de déconfinement à partir de la semaine prochaine. Les parcs animaliers, les coiffeurs et les marchés pourront reprendre leurs activités dès lundi. 

    Lire | Sophie Wilmès: "Il n'y aura pas de retour à la normale d'ici l'été" 

    Lire | Coiffeurs, marchés... Voici toutes les activités qui reprennent lundi prochain

    Lire | Pas d'accès à votre résidence secondaire avant, au moins, le 8 juin

  • Les Belges ont massivement reporté leurs congés de Pâques

    D'après une enquête menée par le prestataire de services de ressources humaines Securex, les ouvriers belges ont pris 60% de vacances en moins en avril par rapport à la même période l'année dernière. Chez les employés, cette baisse est de 50%. Cela contraste fortement avec le premier trimestre de 2020, au cours duquel les congés pris par les ouvriers n'ont diminué que de 4% et ont même augmenté de 2% pour les employés.

    "Tant que le chômage temporaire reste possible et que le travail à domicile reste la norme pour de nombreux travailleurs, le besoin de vacances sera, surtout pour les secteurs non essentiels, inférieur à la normale", explique une experte de Securex. "De plus, l'incertitude plane quant à la possibilité d'aller en vacances à l'étranger cet été ou même à la côte belge. Enfin, l'incertitude quant à la poursuite des activités sportives et des camps de vacances pour enfants n'incite pas les parents à prendre leur congé."

  • Le réseau de la Stib encore perturbé ce jeudi matin

    Depuis lundi, une partie du personnel de la Stib, en grève, dénonce le manque de mesures de protection contre le coronavirus. Ce jeudi, la Stib précisait via Twitter que le métro roulait "normalement" et que toutes les lignes de tram circulaient mais à fréquence réduite. Le réseau des bus est, lui, particulièrement affecté puisque quinze lignes sont à l'arrêt. 

    À l'occasion de la réouverture des magasins lundi, la Stib entendait passer à 90% de l'offre proposée en temps normal dans le métro et 85% pour le reste des transports. Le weekend, il est prévu que les transports circulent comme à leur habitude et un rétablissement complet est espéré dès le 18 mai.  

  • Tokyo lève l'état d'urgence dans une grande partie du Japon

    Le gouvernement japonais a décidé de lever l'état d'urgence dans une grande partie du pays, un mois après son instauration pour lutter contre la crise sanitaire liée au coronavirus, mais la capitale Tokyo reste soumise à des restrictions destinées à enrayer l'épidémie. Le ministre de l'Économie Yasutoshi Nishimura a déclaré que la proposition du gouvernement de mettre fin à l'état d'urgence dans 39 des 47 préfectures japonaises avait été acceptée par un panel d'experts. À elles toutes, les 39 préfectures représentent 54% de la population du pays.

    Quelque 16.100 cas de contamination au coronavirus ont été confirmés au Japon, dont 696 cas mortels.

  • "Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés" (OMS)

    Au moment où des pays commencent à lever progressivement les restrictions imposées pour tenter de freiner l'épidémie apparue en décembre en Chine, l'OMS a lancé un message alarmant. "Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre", a déclaré Michael Ryan, directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève. "Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître", a insisté Michael Ryan. 

    Autre élément inquiétant, une étude montre que le coronavirus pourrait bien se transmettre non seulement par la toux ou l'éternuement mais même par la parole. Les microgouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester suspendues dans l'air d'un espace fermé pendant plus de dix minutes, selon une expérience publiée mercredi dans la revue PNAS et qui souligne le rôle probable des microgouttelettes dans la pandémie de Covid-19.

  • Plus de 294.000 morts

    La pandémie a fait au moins 294.199 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon le dernier bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Plus de 4.305.340 cas d'infection ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Les États-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts que de cas, avec plus de 84.000 morts pour près de 1,39 million de cas. Suivent le Royaume-Uni avec 33.186 morts, l'Italie (31.106), l'Espagne (27.104) et la France (27.074).

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mercredi

    ► Ce mercredi a eu lieu le Conseil national de Sécurité. Pas mal de réouvertures sont programmées pour la phase 2 du déconfinement, le 18 mai: écoles, musées, zoos... Coiffeurs et esthéticiennes reprennent le travail et les entraînements sportifs recommencent. Tout cela sous conditions strictes! -> Tous les détails sont à lire ici

    ► Le bilan sanitaire du jour: 70 hospitalisations ont été enregistrées pour la journée de mardi et 2.014 patients restent en clinique. Sur les derniers jours, la baisse reste nette. 420 personnes sont toujours aux soins intensifs, dont 260 sous respirateur artificiel. -Clim, toilettes...: nouveaux conseils pour réduire les risques de propagation du virus 

    ► La France a franchi la barre des 27.000 morts dus à l'épidémie de coronavirus avec 83 décès supplémentaires enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser. En Grande-Bretagne, au cours des dernières 24 heures, 494 personnes sont décédées à cause du coronavirus. Au total, 33.186 personnes ont déjà succombé à la maladie dans le pays.

    ► Assuralia, la fédération des assureurs, indique qu'un ajustement de la politique de primes d'assurance automobile ne pourra être envisagé qu'après avoir digéré la crise du coronavirus et après que les chiffres définitifs des assureurs seront connus pour cette année. Le secteur reçoit de plus en plus de questions d'assurés à propos d'un remboursement partiel de leurs primes d'assurance automobile.

    ► "La réouverture progressive de nos lieux culturels dès le 18 mai, journée internationale des musées, est un énorme signal d'espoir pour le secteur qui souhaite vivement retrouver son public", indique l'asbl Brusselsmuseum. -> Tous les détails sont à lire ici

    Plombé par les marchés britannique et américain, le Pain Quotidien doit se réorganiser. Il va introduire une demande de réorganisation judiciaire (PRJ), quitter la Grande-Bretagne et les États-Unis et créer une nouvelle entité avec le soutien de Cobepa, son actionnaire principal qui rachète la dette bancaire.

    ► Ces derniers jours, 2 millions de masques FFP2 supplémentaires ont été commandés par la taskforce censée gérer l'approvisionnement en matériel de protection, et 80.000 ont été livrés, a communiqué mercredi soir le ministre responsable Philippe De Backer (Open Vld).

    ► Le premier million des masques de protection en tissu commandés par la Défense nationale est attendu ce vendredi à la base militaire de Peutie (Vilvorde), a indiqué le ministre de la Défense Philippe Goffin en commission de la Chambre. Les modalités de distribution de ces masques doivent encore faire l'objet de concertation, a-t-il précisé.

    ► Le voyagiste allemand TUI annonce qu'il compte supprimer 8.000 postes dans le monde, soit plus de 10% de ses effectifs, conséquence de la pandémie de coronavirus qui a mis à l'arrêt la plupart de ses activités. -> Les 2.600 salariés belges de TUI doivent-ils craindre pour leur job?

    ► De nombreux parents sont inquiets de voir leurs enfants reprendre le chemin de l'école. L'angoisse qu'ils risquent d'y être infectés par le coronavirus prend le pas sur celle d'un retard d'apprentissage, selon un sondage réalisé par iVox la semaine passée auprès de 800 parents, cité dans Het Laatste Nieuws mercredi. 

    ► La Commission européenne appelle à un retour progressif de l'activité touristique dans les pays de l'UE, après les mesures de restrictions mises en place pour faire face au coronavirus. 

    ► La commission de l'Économie de la Chambre a approuvé mercredi à l'unanimité une proposition de loi du Cd&V, de l'Open Vld et du MR prévoyant un report des soldes de juillet au mois d'août. Celles-ci débuteront dès lors le 1er août. La commission a demandé que le texte soit voté dès demain/jeudi en séance plénière.

    ► Ryanair demande une réduction de 10% des salaires du personnel de cabine et de 20% de ceux des pilotes, indique mercredi la CNE/ACV Puls. Le syndicat chrétien souhaite, en outre, avoir de la clarté quant aux 3.000 suppressions d'emploi qu'envisage la compagnie à bas coûts à travers l'Europe à la suite de la crise du coronavirus, dont plusieurs centaines à Charleroi et Zaventem, selon les déclarations de Michael O'Leary, le patron du groupe irlandais, la veille dans la presse.

    ► La Belgique figure parmi une douzaine d'États membres de l'Union qui pourraient être en infraction au droit de l'Union sur le remboursement obligatoire d'un voyage annulé par un opérateur, a indiqué mercredi le commissaire européen à la Justice Didier Reynders, en charge de la protection des consommateurs.

    ► La Commission européenne a autorisé le régime d'aides de 25 millions d'euros destiné à soutenir des activités de recherche et de développement (R&D) liées au coronavirus en Wallonie.

    ► Les maux de tête et la perte d'odorat sont les symptômes les plus fréquents du Covid-19 chez les patients européens atteints d'une forme légère à modérée, selon une étude qui souligne que la maladie prend des formes différentes selon l'âge et le sexe.

  • Bonjour et bienvenue

    Merci de nous suivre dans ce direct.

    Retrouvez ici les nouveaux bilans, les nouvelles mesures et faits marquants liés à la pandémie de Covid-19.

    Pour suivre les dernières informations dans ce direct, Salim Nesba, Corentin Di Prima, Camille Berkenbaum et François Witvrouw se relayent jusqu'à 23h.

    Bonne journée.

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés