Brussels Airlines veut moins de nuitées à l'étranger pour son personnel et plus de travail saisonnier

La direction de Brussels Airlines va pousser davantage de personnel de bord à accepter un régime saisonnier avec du travail à 100% en été et à 60% en hiver. ©BELGA

En implémentant toute une série de mesures, Brussels Airlines pense pouvoir limiter les licenciements secs à 9%. Reste à voir si le personnel voudra jouer le jeu alors qu’on lui demande en même temps de réduire son salaire.

Dans son plan de restructuration, la direction de Brussels Airlines (BA) indique qu’elle mettra tout en œuvre pour limiter au maximum les licenciements et maintenir 75% des emplois actuels. Si elle arrive à implémenter ses mesures, BA indique pouvoir limiter les licenciements secs à 9%.

Les destinations touristiques trinquent

Cela intéressera les voyageurs. D'après son plan post-Covid, Brussels Airlines desservira encore 74 destinations d’ici 2022 au lieu de 98. Ce sont surtout les destinations touristiques, prisées des low cost, qui trinquent. Zurich, Francfort et Munich, de gros hubs de Lufthansa, sont ajoutés.

Voici les 27 destinations qui sont supprimées:
Lanzarote
Billund
Bristol
La Canée (Crète)
Sicile
Calvi (Corse)
Madère
Figari (Corse)
Hanovre
Hurghada (Egypte)
Santorin (Grèce)
Île de Kos (Grèce)
Cracovie
Saint-Pétersbourg
Almeria
Marrakech-Ménara
Rhodes
Moscou-Cheremetievo
Séville
Valence
Vilnius
Varsovie
Zadar (Croatie)
Zagreb
Zakynthos (Grèce)
Conakry
Ouagadougou

Tous les indépendants, freelances et membres du personnel en "wet lease" ont déjà été remerciés. BA estime aussi pouvoir "sauver un maximum d’emplois" en s’assurant que toutes les personnes qui entrent dans les conditions d’une pension la prennent. Une telle mesure pourrait sauver 155 personnes d'un licenciement. BA entend demander à tout son personnel de plus de 55 ans de donner les détails de sa carrière pour pouvoir établir une date de départ.

Les contrats temporaires de 140 personnes vont être stoppés. L’idée est ici de laisser toutes ces personnes au chômage technique jusqu’à la fin de leur contrat qui ne sera pas renouvelé. 92 personnes devront aussi accepter une période de chômage avec complément d’entreprise (ex-prépension). Par ailleurs, la direction entend mettre l’essentiel des 57 ans et plus sous un régime de travail à 50% et les travailleurs de 55-56 ans à 80% via un système de crédit-temps.

Travail saisonnier

Dans le cockpit, la direction va pousser davantage de personnel à accepter un régime saisonnier avec du travail à 100% en été et à 60% en hiver pour un salaire à 85%. Une mesure qui peut sauver 38 emplois si la société atteint son quota de travailleurs saisonniers permanents de 21%. La direction va aussi proposer des mesures temporaires de travail saisonnier pour le personnel de cabine, ce qui permettrait de sauver 124 emplois. Si les pilotes acceptent un régime à 90% temporaire, cela sauverait 41 emplois.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

BA veut mettre un plan d’interruption de carrière (pour minimum 3 ans) pour les travailleurs intéressés et, pour les départs, donnera également une priorité à ceux qui en expriment le souhait. L’un dans l’autre, la société pense pouvoir limiter les licenciements à 9% du personnel si toutes ces mesures sont appliquées et, même plus, si davantage de collaborateurs acceptent du temps partiel ou des départs volontaires.

Moins de nuitées à l'étranger

Au niveau opérationnel, Brussels Airlines a également de nombreux projets dont celui de diminuer de 70% les nuits passées à l’étranger qui lui coûtent cher en primes. L’idée est aussi d’augmenter la productivité des travailleurs et de limiter au maximum ces heures où ils sont bloqués.

Tout ceci s’accompagne de sévères coupes salariales proposées aux employés comme L’Echo le dévoilait jeudi. Par ailleurs, tout le monde recevra une participation bénéficiaire si la marge Ebit de la compagnie est de 8% (ou une moindre si la marge Ebit n'est que de 4%).

©Mediafin

70 millions nécessaires en plus des 290

Brussels Airlines est très loin d'être sortie d'affaires. Dans les présentations internes de Brussels Airlines, on peut lire que la société a besoin de 290 millions d’euros de cash pour honorer ses paiements en 2020. Elle en aura besoin, selon ses projections actuelles, de 70 millions supplémentaires en 2021.

Comme le révélait L'Echo jeudi selon un courrier de BA aux autorités (document envoyé au SPF Emploi pour le lancement de la procédure Renault) dont L'Echo a pu prendre connaissance, les réserves de cash de Brussels Airlines seront en négatif de 11 millions d'euros le 20 mai prochain. Un montant que la compagnie conteste. Elle estime que cette "information est fausse et nuit gravement à sa réputation".

Brussels Airlines aura également besoin d’une augmentation de capital entre 170 et 200 millions d’euros d’ici 2023 pour garantir sa solvabilité. 

Lire également

Publicité
Publicité