Bruvax, l'outil de vaccination bruxellois, sera accessible le 19 avril

©Photo News

Bruvax, le portail bruxellois permettant aux citoyens de se faire vacciner, sera lancé le 19 avril. L’outil sera déjà accessible pour les généralistes à compter de ce mardi.

Le dispositif de prise de rendez-vous bruxellois, Bruvax, sera "pleinement fonctionnel" à compter du 19 avril. L’application sera en revanche disponible en format réduit pour les médecins généralistes à partir du 13 avril. Ces derniers pourront y inscrire les patients qui souhaitent se faire vacciner mais qui se retrouvent dans l’incapacité de se déplacer.

Des équipes mobiles

Dès mardi, "les personnes qui ne peuvent se présenter à la vaccination par des voies habituelles en raison de leur état physique ou mental pourront déjà, via leur généraliste, commander un vaccin. Le généraliste devra alors enregistrer le patient dans l’application. Les équipes mobiles iront ensuite (endéans les 10 jours) à la rencontre de ces patients pour les vacciner", explique Simon Vandamne, porte-parole du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale. La Région a d'ailleurs été divisée en "quatre zones" pour une meilleure coordination au sein des équipes.

L’application sera déjà opérationnelle sous un format réduit pour les médecins généralistes.

Ces vaccinations ne débuteront néanmoins qu’à compter de la semaine prochaine. "Le produit utilisé par les équipes mobiles est le vaccin unidose de Johnson&Johnson. Les doses ne seront livrées à Bruxelles qu’en fin de semaine, ce qui explique pourquoi il faudra encore un peu patienter", poursuit Simon Vandamne.

Lire aussi | La plateforme QVAX victime de son succès

Pas de rendez-vous "last minute"

Le reste de la population devra attendre jusqu'au 19 avril pour accéder à l'outil. Alors que certains évoquaient le lancement de Bruvax pour cette semaine, Simon Vandamne soutient que cette date reste cohérente par rapport à l'échéance de la mi-avril, précédemment annoncée.

À compter de lundi prochain, les Bruxellois qui rentrent dans les critères d’âge acceptés pour la vaccination et qui n'ont pas encore reçu leur invitation, pourront aussi prendre rendez-vous via cet outil, géré par Doctena. Il leur suffira de rentrer leur numéro de registre national, leur nom et leur adresse.

Samedi dernier, nous avons vacciné 1.648 personnes et il ne restait que 4 doses résiduelles. Cela n'a pas de sens d'inviter des milliers de personnes à s'inscrire dans l'espoir de se faire vacciner."
Fatima Boudjaoui
Porte-Parole de la Cocom

À l'inverse de la Flandre et de la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale a fait le choix de ne pas mettre en place de dispositif de rendez-vous "last-minute". "Nous souhaitons éviter les listes d'attente. Aussi, nous avons instauré un système de prise de rendez-vous plus souple à Bruxelles pour éviter les gaspillages et les doses résiduelles. Nous proposons aux Bruxellois de choisir leur rendez-vous dans un certain créneau, ce qui leur donne plus de flexibilité. Nous avons donc très peu de doses inutilisées. Samedi dernier, nous avons vacciné 1.648 personnes et il ne restait que 4 doses résiduelles. Cela n'a pas de sens d'inviter des milliers de personnes à s'inscrire dans l'espoir de se faire vacciner", déclare Fatima Boudjaoui, porte-parole de la Commission communautaire commune de Bruxelles (Cocom).

Bruxelles se démarque dans sa stratégie alors qu'en Wallonie et en Flandre, les personnes âgées de plus de 18 ans et désireuses de se faire vacciner plus rapidement peuvent, depuis le 6 avril, s’inscrire sur QVAX. Ce portail de "réserve nationale" permet aux Wallons et aux Flamands, sur bases des désistements dans les centres de vaccination, d'obtenir un rendez-vous.

Victime de son succès, la plateforme a été saturée dès sa mise en ligne. Au-delà de la file d'attente interminable, des utilisateurs indiquaient également rencontrer des difficultés à s'inscrire auprès du centre de vaccination de leur choix.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité