1. Dossiers
  2. Coronavirus

Ce qui change pour vous dès lundi dans la phase II du déconfinement

Alors que la Belgique a comptabilisé 47 décès, pour 60 nouvelles hospitalisations, ces dernières 24h, la phase deux du déconfinement débutera ce lundi. Ecoles, visites immo, marchés et coiffeurs font partie des tolérances validées par le gouvernement mercredi dernier.
  • Merci de nous avoir suivi

    Ce direct est à présent terminé. Merci de nous avoir suivi.

    Pour suivre les dernières infos sur le Covid-19 ce lundi, rendez-vous ici.

  • L'Etat belge attaqué en justice par des seconds résidents mécontents

    Quelques centaines de propriétaires de seconde résidence ont pris le taureau par les cornes... et attaquent ce dimanche, dans le cadre d'une class action, l'Etat belge qui les a interdits de séjour dans leur propriété suite à la crise du coronavirus, rapporte Het Nieuwsblad.

    Une colère d'autant renforcée qu'à compter de ce lundi, les zoos peuvent par exemple rouvrir, tout comme les musées, alors qu'il est toujours impossible de se rendre à la mer ou dans les Ardennes, dans un appartement ou un maison que l'on détiendrait mais où l'on ne réside pas en temps normal.

    Pour cela, il faudra attendre le 8 juin, au mieux.

    Et ce, alors même que pendant ce temps, l'inoccupation prolongée laisse la porte ouverte aux cambriolages éventuels, souligne le groupe de plaignants.

    Notre exigence est simple et directe: nous voulons avoir la liberté de choix d'aller dans notre résidence secondaire.
    Un propriétaire

    "Notre exigence est simple et directe: nous voulons avoir la liberté de choix d'aller dans notre résidence secondaire. Pas pour une journée, comme cela a été suggéré, mais aussi pour une plus longue période", déclare un propriétaire.

    La semaine dernière, une autre personne, d'Anvers, avait déjà envoyé un huissier de justice au cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem avec assignation. Réclamant 50 euros par jour, à compter du début du confinement, à l'État belge car il ne peut passer la quarantaine dans sa propriété de la côte belge. Cette initiative est distincte de la plainte collective qui est actuellement déposée.

  • Des tests sur les hamsters à Hong Kong prouvent l'efficacité des masques

    Des tests sur les hamsters révèlent que l'utilisation de masques réduit notablement la propagation du coronavirus, ont indiqué dimanche des experts de l'université de Hong Kong.

    Ces recherches sont parmi les premières à étudier si le port du masque peut empêcher des porteurs symptomatiques ou asymptomatiques du virus Covid-19 d'infecter d'autres individus.

    Dirigé par le professeur Yuen Kwok-yung, expert reconnu des coronavirus, les chercheurs ont placé des cages contenant des hamsters préalablement infectés près de celles d'animaux en bonne santé. Des masques chirurgicaux ont été placés entre les deux cages, avec un flux d'air allant de la cage des animaux malades à celle des animaux sains. Les résultats ont montré que la transmission du virus était réduite de plus de 60% quand les masques étaient en place. Les deux-tiers des hamsters sains ont été infectés en une semaine quand les masques n'étaient pas en place.

  • Ce qui change dès lundi dans la phase II du déconfinement

    Alors que les brocanteurs de la Place du Jeu de balle à Bruxelles pointent du doigt un traitement inégal les concernant, les marchés à ciel ouvert de moins de 50 vendeurs pourront eux bien se tenir dès ce lundi.

    Il en va là d'un des tolérances progressives avalisées par le conseil national de sécurité de mercredi dernier dans le cadre de la phase deux du plan de déconfinement progressif du pays.

    Sont aussi concernés les métiers de contact. L'on parle ici des coiffeurs et barbiers, des instituts de beauté - excepté tout ce qui est massage, sauna,... -, des instituts de pédicure non-médicale, des salons de manucure et des studios de tatouage et de piercing, qui pourront eux aussi accueillir à nouveau les clients dès le début de la semaine. Pour autant, seul l’accueil sur rendez-vous est autorisé.

    Mais la liste ne s'arrête pas là. A côté du gros morceaux que sont les écoles, qui devraient commencer à accueillir de nouveau les élèves (de 6e primaire et de dernière année en secondaire, pour deux jours par semaine) et se sont à cet effet vu mettre à disposition quelque 850.000 masques ce week-end, d'autres pans de la vie se voient aussi peu à peu réactivés.

    Par exemple, les musées et les parc animaliers (même "indoor", comme les aquarium) pourront rouvrir leurs portes, à la condition que les billetteries sont organisées en ligne et si des dispositions pour éviter les effets de foule ont été prises.

    De même, côté sport, les entraînements en extérieurs pourront avoir lieu, à 20 personnes maximum et en présence d’un entraîneur. Les clubs peuvent rouvrir dans des conditions similaires.

    Enfin, les déplacements dans le cadre de la location et de la vente d’immeubles seront désormais autorisés. Quand, lors des mariages et enterrements, la présence d'un maximum de 30 personnes sera permise, dans le respect des distances de sécurité.

    Quid des déplacements vers votre résidence secondaire? Consultez notre ligne du temps du plan complet de déconfinement.

  • En plus de l'économie, un comité de relance sociale naît en Flandre

    Le ministre-président flamand Jan Jambon a annoncé dimanche sur le plateau du "Zevende Dag" (VRT) la mise en place d'un "comité de relance sociale" à côté du comité de relance économique déjà institué il y a dix jours.

    Ce comité devra formuler des recommandations sur la santé mentale - solitude, stress familial, assuétudes, stress post-traumatique, stress du personnel de soins, etc. -, la santé et la lutte contre la pauvreté (dont les soins préventifs et l'organisation des soins de santé), les loisirs, le sport, la vie associative et les confessions.

    Enseignement, formation, citoyenneté, intégration, communication, numérisation et vie privée y seront aussi abordés.

  • L'UCM veut une aide été compris pour les commerçants

    Malgré le déconfinement progressif, l'argent ne rentre pas dans les caisses de commerçants. "Les trois quarts d'entre eux disent avoir eu peu de clients durant cette première semaine de réouverture", relaie dimanche l'UCM. Beaucoup s'attendent encore à perdre de l'argent en juin.

    C'est pourquoi l'organisation patronale réclame une prolongation du droit passerelle pendant l'été et une solution pour les loyers.

    L'UCM a procédé à une enquête auprès des commerçants indépendants de Wallonie et de Bruxelles pour faire le bilan de la première semaine de reprise. Sur 812 répondants, ils ne sont que 8% à estimer l'affluence supérieure à une semaine ordinaire de mai. Pour 17%, la situation était "normale". Les 75% restants disent avoir reçu peu de clients.

  • L'indemnité wallonne de 2.500 euros pour réduction d'activité à solliciter dès le 1er juin

    L'indemnité de 2.500 euros que les indépendants et entreprises de Wallonie peuvent demander s'ils ont connu une diminution substantielle de leurs activités en raison de la crise du coronavirus - sans pour autant avoir dû fermer - pourra être sollicitée à partir du 1er juin prochain, a annoncé dimanche le ministre wallon de l'Economie Willy Borsus.

    Et ce, sur le site dédié indemnitecovid.wallonie.be.

    Les décisions de paiement des demandes éligibles seront prises dans un délai d'une semaine. L'entreprise sollicitant l'aide doit avoir son siège d'exploitation en Wallonie et avoir mis la majorité de son personnel au chômage temporaire pour cas de force majeure. Une vérification ultérieure par l'administration sera exercée.

    L'indépendant demandeur doit lui avoir bénéficié du droit passerelle complet en mars et avril (vérification sera faite avec les données de l'Inasti). La demande pour le droit passerelle d'avril doit avoir été introduite avant le 5 mai 2020.

    Indépendant ou entreprise ne devront pas avoir bénéficié de l'indemnité de 5.000 euros en Wallonie.

    Le ministre MR rappelle également la création d'un prêt "ricochet" de 45.000 euros maximum à un taux très favorable destiné aux entreprises et indépendants qui ont besoin de trésorerie pour franchir le cap de la crise. Ce prêt bénéficiera d'une franchise en capital de six mois maximum. Il est compatible avec les indemnités de 5.000 euros et 2.500 euros.

  • Les grands-parents pourront à nouveau garder leurs petits-enfants

    Les grands-parents ne faisant pas partie d'un groupe à risque pourront à nouveau garder leurs petits-enfants, s'ils sont inclus dans la bulle sociale choisie par les parents, indique le site info-coronavirus.be. Le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille Wouter Beke l'a indiqué via son compte Twitter, mais la mesure a une portée nationale.

  • Le point de la situation à 12h00

    • Belgique: la tendance à la baisse amorcée depuis plusieurs jours se poursuit, 47 nouveaux décès ont été recensés au cours des 24 dernières heures. Au niveau mondial, le compteur se situe au-delà des 307.000 morts.

    • Enseignement: la Fédération Wallonie-Bruxelles va distribuer dimanche 850.000 masques aux écoles de l'enseignement fondamental et secondaire, en vue de la reprise partielle des cours ce lundi.

    • Indépendants: Le droit passerelle sera prolongé jusqu'au 30 juin inclus.

    • Commerce: premier samedi lors duquel les magasins non alimentaires sont autorisés à rouvrir, avec une affluence modérée.

    • Italie: les frontières seront rouvertes aux touristes à partir du 3 juin 2020 et sans quarantaine obligatoire.

    • Espagne: prolongement de l'état d'urgence pendant un mois supplémentaire.

    • Allemagne: réouverture de la frontière avec le Luxembourg; reprise du championnat de football à huis clos.

    • Russie: près de 10.000 nouveaux cas enregistrés ce dimanche, le pays se situe au second rang mondial pour les contaminations avec 281.752 cas confirmés.

    • Brésil: le pays franchit le seuil des 15.000 morts, mais le bilan pourrait en réalité être jusqu'à quinze fois plus élevé.

    Il faudrait attendre encore au moins 18 mois avant de voir émerger un vaccin.

    • Le secteur brassicole table sur un recul de 10%, c’est-à-dire sur une perte estimée à 400 millions d’euros entre mi-mars et mi-juin.

    • Une solution "Park + Bike" proposée dès lundi aux navetteurs à Bruxelles. 

  • Quelque 850.000 masques distribués aux écoles de l'enseignement obligatoire ce dimanche

    La Fédération Wallonie-Bruxelles va distribuer dimanche 850.000 masques aux écoles de l'enseignement fondamental et secondaire, en vue de la reprise partielle des cours ce lundi.

    "Tous les masques ont été acheminés, jusqu'à hier soir très tard encore, vers les 95 centres de distribution. Aujourd'hui 150 inspecteurs en charge de ces centres vont distribuer le matériel aux chefs des 2.400 établissements scolaires. L'opération va s'étaler sur toute la journée. Nous avons prévu un ordre de passage rigoureux pour éviter l'effet 'salle d'attente' ", détaille Stéphane Adam, inspecteur général de l'Enseignement secondaire.

  • Le gouvernement lance un marché public pour équiper les administrations contre le coronavirus

    Le gouvernement fédéral a donné son feu vert, samedi, à l'ouverture d'un marché public destiné à équiper à brève échéance les administrations publiques fédérales du matériel et des produits sanitaires nécessaires dans le cadre de la stratégie de déconfinement, a annoncé dimanche le ministre fédéral de la Fonction Publique David Clarinval (MR). L'ensemble des services visés comptent 104 organismes et emploient quelque 80.000 personnes.

    Selon le ministre, cette mesure complétera utilement l'équipement de chaque membre du personnel de cinq masques en tissu décidé il y a dix jours.

    Comme dans le secteur privé, le télétravail demeure la règle, au sein de la fonction publique fédérale. "Mais ce n'est pas toujours possible, pour une série de fonctions critiques qui ne peuvent être exercées à distance. De plus, il convient d'envisager l'évolution de la pandémie à plus long terme, et de se préparer à accompagner une reprise progressive des activités avec une présence physique accrue au bureau lorsque la situation sanitaire le permettra", a expliqué le ministre, par voie de communiqué.

    En pratique, le marché public sera lancé lundi. Il portera sur une durée d'un an, reconductible une fois. Les besoins ont été répartis en 17 lots, totalisant des quantités très importantes de chaque produit ou matériel, en raison du nombre de leurs destinataires et de la durée estimée de leurs besoins.

  • La tendance à la baisse se poursuit en Belgique: 47 décès et 60 nouvelles hospitalisations enregistrées au cours des 24 dernières heures

    Au cours des 24 dernières heures, l'épidémie de coronavirus a fait 47 nouveaux décès en Belgique; 60 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, ont indiqué dimanche le Centre de crise et le SPF Santé publique dans leur bilan quotidien. Sur la même période, 170 personnes ont pu quitter l'hôpital. Le nombre de patients en soins intensifs a lui grimpé de sept unités.

    Le bilan total s'élève dorénavant à 9.052 morts, tandis que 1.622 personnes sont toujours hospitalisées. 

    291 nouvelles contaminations ont été rapportées (169 patients en Flandre, 84 en Wallonie et 36 à Bruxelles), portant le total en Belgique à 55.280 cas.

    Parmi les 47 décès comptabilisés ces 24 dernières heures, 22 ont eu lieu à l'hôpital et 24 dans une maison de repos et de soins. Pour ce dernier groupe, 79% ont été confirmés par un test Covid-19.

    Le nombre de cas continue à augmenter sur le territoire belge mais la courbe des nouvelles hospitalisations fléchit. "Donc, tenez bon et suivez les mesures générales", ponctue le communiqué.

  • Nombre record de formations en ligne au VDAB

    De nombreuses personnes qui se retrouvent coincées à la maison, en cette période de crise sanitaire, veulent se former sur le plan professionnel et ajouter une corde à leur arc, constate le VDAB, le service régional flamand de l'emploi. Les chiffres du mois d'avril sont parlants: on a comptabilisé près 28.000 inscriptions à une formation en ligne, soit 20.000 de plus que l'année dernière, selon la ministre flamande de l'Emploi Hilde Crevits (CD&V).

    Les demandes ont été introduites par quelque 14.000 personnes différentes (5.000 l'année passée), ce qui constitue également un record. La formation la plus demandée est l'initiation à la comptabilité, suivie d'un cours Excel. Le français et l'intelligence artificielle figurent aussi parmi les options populaires.

  • Prolongation du droit passerelle en faveur des travailleurs indépendants jusqu'au 30 juin

    Le droit passerelle pour les indépendants sera prolongé jusqu'au 30 juin inclus. Un projet d'arrêté royal en ce sens a été approuvé samedi par le Conseil des ministres, sur proposition du ministre des Indépendants Denis Ducarme.

    Le revenu de remplacement est accessible à tous les indépendants à titre principal dont l'activité a été interrompue ou limitée dans le cadre des mesures sanitaires prises par le Conseil national de sécurité pour lutter contre la propagation du virus. L'indemnité s'élève à 1.291,69 euros par mois (1.614,10 euros si charge de famille).

    Pour le mois de mars, les caisses d'assurances sociales ont procédé à 338.407 paiements de revenus de remplacement "droit passerelle", selon les chiffres de l'INASTI. Pour le mois d'avril, 345.255 paiements ont été effectués. Le versement de ces indemnités représentent un montant total d'1,012 milliard d'euros.

  • Les visites pourront reprendre dans les prisons à partir du 25 mai, mais de façon limitée

    Les visites pourront reprendre dans les prisons à partir du lundi 25 mai, mais de façon "limitée", annonce dimanche le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), dans les pages du journal De Zondag.

    Selon le ministre, tout se passe "étonnamment bien" dans les prisons, malgré la crise sanitaire. "Il y a eu un peu d'agitation à deux ou trois reprises. Mais c'est tout. Nos détenus s'adaptent bien, ils respectent les consignes. Ils proposent même spontanément de fabriquer des masques buccaux."

    Afin d'empêcher la propagation du coronavirus dans les établissements pénitentiaires, certains détenus ont été libérés. "Nous n'avons pas relâché des personnes condamnées pour des délits sexuels ou des faits de terrorisme. Que ce soit clair. Aucun prisonnier condamné à plus de dix ans n'a été libéré", explique Koen Geens.

  • Le Brésil franchit le seuil des 15.000 morts

    Le Brésil a franchi samedi le seuil de 15.000 morts du nouveau coronavirus et environ 230.000 personnes ont été infectées, selon les statistiques officielles qui en font le cinquième pays en terme de contaminations.

    Le nombre de contaminations pourrait cependant être jusqu'à 15 fois plus élevé, car les tests ne se sont pas généralisés, observent des experts.

    Malgré l'avancée de la pandémie, le président Jair Bolsonaro a attaqué les mesures de confinement prises par des gouverneurs de certains Etats du pays.

    "Le chômage, la faim et la misère seront l'avenir de ceux qui soutiennent la tyrannie de l'isolement total", a tweeté le dirigeant d'extrême droite un jour après le départ de son deuxième ministre de la Santé en raison de différends liés à la gestion de la crise du coronavirus.

  • La Première ministre accueillie froidement à l'hôpital Saint-Pierre

    La Première ministre Sophie Wilmès a visité plusieurs hôpitaux samedi pour témoigner de son soutien au personnel des soins de santé. L'accueil fut plutôt froid à l'hôpital, pour ne pas dire davantage, à l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, rapportent plusieurs médias.

    Des membres du personnel de l'hôpital bruxellois ont organisé une haie d'honneur, le dos tourné, à Mme Wilmès et à sa délégation. Selon la CGSP, une centaine d'infirmiers, médecins, aides logistiques, personnel de nettoyage, administratifs, pompiers... ont pris part à cette action symbolique.

    Le secteur a très mal accueilli les arrêtés royaux prévoyant une réquisition de personnel en cas de besoin. Les infirmiers estiment avoir fourni assez d'efforts et s'être montrés suffisamment disponibles tout au long de la crise sanitaire.

    Le personnel des soins de santé réclame en outre, depuis plusieurs mois, une revalorisation de la profession.

  • L'Italie a enregistré le nombre de décès le plus faible depuis le 9 mars dernier

    L'Italie a enregistré au cours des dernières 24 heures, 153 décès de personnes victimes du Covid-19. Il s'agit du chiffre le plus faible depuis le 9 mars dernier, ont indiqué samedi les autorités italiennes. Le nombre total de victimes de la pandémie y atteint le chiffre de 31.763.

    Ce pays de 60 millions d'habitants est seulement dépassé sur ce plan par les Etats-Unis et la Grande Bretagne.

    Les chiffres en Italie suivent une courbe descendante, ce qui diminue la pression sur le secteur des soins. On dénombrait samedi 775 patients en soins intensifs, contre 808, vendredi.

    Le nombre de cas nouvellement contaminés s'élevait samedi à 875, soit davantage qu'au cours des derniers jours. On a comptabilisé jusqu'ici 224.760 cas positifs de Covid-19 dans ce pays, ce qui place l'Italie à la cinquième place, à l'échelle mondiale.

  • Les 400 travailleurs d'une société allemande de livraison mis en quarantaine

    La société allemande DPD a fermé son centre de distribution d'Hückelhoven, en Westphalie du Nord, non loin de la frontière avec les Pays-Bas en raison de l'apparition de dizaines de cas de Coronavirus au sein de son personnel. Les 400 travailleurs ont été placés en quarantaine.

    Jusqu'à présent, 42 personnes ont été révélées porteuses du virus, à la suite de tests effectués et dont tous les résultats ne sont pas encore connus.

    Le centre de distribution a été soumis à une opération de désinfection. Ses activités ont été transférées dans une autre entité de la société.

  • L'Allemagne rouvre sa frontière avec le Luxembourg

    L'Allemagne n'effectue plus de contrôles à sa frontière avec le Luxembourg depuis samedi. Le pays assouplit progressivement ses contrôles frontaliers qui avaient été renforcés dès le 16 mars pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

    Seules les personnes disposant d'une raison fondée pouvaient encore entrer en Allemagne. Des contrôles avaient repris aux frontières danoise, française, luxembourgeoise, suisse et autrichienne. Les postes belges et néerlandais sont restés ouverts.

    Samedi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a officialisé la réouverture avec le Luxembourg en rencontrant son homologue Jean Asselborn sur un pont de la Moselle, entre la ville allemande de Perl et Schengen, au Grand-Duché. M. Maas a qualifié cette réouverture de "signal important" pour une normalisation progressive de la circulation en Europe.

    Aux autres frontières (France, Autriche et Suisse), les contrôles ne sont plus qu'aléatoires bien que les autorités allemandes demandent encore jusqu'à mi-juin d'avoir un motif sérieux pour pouvoir entrer sur son territoire. Pour le Danemark, le feu vert de Copenhague n'a pas encore été donné.

  • Premier samedi de réouverture en douceur pour les commerces

    Après quasiment deux mois de fermeture, les commerces du royaume vivaient leur premier samedi de réouverture. Les premiers retours des commerçants et des grandes enseignes indiquent que la journée fut relativement calme, loin de la grosse affluence que les autorités ont pu craindre pour des raisons sanitaires.

    Alors que la journée de lundi avait vu des grosses files se former devant certains grands magasins d'habillement, d'ameublement et chez des hard discounters, la journée de samedi n'aura pas attiré la toute grande foule, même si l'après-midi fut un peu plus animée, probablement en raison de la météo clémente.

    Plusieurs organisations professionnelles se félicitent de la bonne discipline des clients, peu d'incidents ayant été rapportés.

  • La Bundesliga, premier grand championnat européen de football relancé dans le silence

    Le ballon roule enfin: l'Allemagne est devenue samedi le premier grand championnat de football en Europe à redémarrer, avec le coup d'envoi de cinq matches de Bundesliga. Une reprise sous les yeux attentifs du monde entier mais dans un perturbant silence, celui des stades vides.

    Le son strident d'un coup de sifflet à 15h30 précises, la première passe en retrait, et voici la chair de poule brusquement revenue sur les avant-bras des amoureux du "Fussball", privés de leur passion depuis précisément 63 jours à cause de la pandémie de coronavirus.

    Impossible toutefois de s'enthousiasmer complètement, car l'ombre de la crise sanitaire est visible partout. Sur les masques portés par les joueurs à leur entrée sur la pelouse; dans les tribunes complètement vides des imposants stades allemands; et même sur les bancs des remplaçants, où seul un siège sur deux est occupé par ces héros masqués du ballon rond.

    Le huis clos et les mesures d'hygiène, voilà ce qui attend Dortmund, le Bayern, Leipzig et les autres cadors ce week-end et pendant de nombreuses semaines.

    Sans cérémonie ni musique, les équipes sont entrées séparément sur les terrains. Aucune poignée de main, pas d'enfants pour accompagner les joueurs, et aucune montée d'adrénaline sonore pour les premières actions chaudes. A Leipzig, qui reçoit Fribourg, certains ont même gardé leur masque à l'échauffement!

    Les matchs entamés en milieu d'après-midi ont eu la particularité d'appliquer pour la première fois la règle des cinq changements par équipe, instaurée pour soulager les joueurs après cette longue période sans match ni programme d'entraînement collectif digne de professionnels.

    Au niveau des résultats, le Borussia Dortmund a étrillé Schalke 04 dans le derby de la Ruhr (4-0), Leipzig a partagé face à Fribourg (1-1), Hoffenheim a mordu la poussière contre le Herta Berlin (0-3), Düsseldorf et Paderborn se sont quittés dos à dos (0-0) tandis que Wolfsbourg a pris le meilleur sur Augsbourg (1-2).

  • Près de 500 morts supplémentaires en Grande-Bretagne

    En Grande-Bretagne, 468 personnes sont décédées ces 24 dernières heures après avoir été infectées au coronavirus, portant le nombre total de victimes à 34.466, a indiqué samedi le ministère britannique de la Santé publique.

    Toujours sur ces 24 heures passées, 3.450 nouvelles contaminations ont été détectées, pour un total de cas confirmés s'élevant à 240.000.

  • Les président du PS et du sp.a consultent ensemble leurs homologues

    Les présidents du PS et du sp.a ont entamé la semaine dernière une série de "rencontres informelles" avec leurs homologues des autres partis pour s'entretenir avec eux sur la manière dont ils voient la sortie des pouvoirs spéciaux, a indiqué samedi le porte-parole du PS, confirmant une information du Nieuwsblad.

    Paul Magnette et Conner Rousseau ont déjà rencontré quatre premiers présidents la semaine passée. Quatre autres devraient se succéder la semaine prochaine, a-t-il ajouté, sans fournir de noms.

    "Vu la fin possible des pouvoirs spéciaux en juin, il est assez logique que la famille socialiste, qui est la plus grande formation du pays, prenne l'initiative (pour ces entretiens)", selon ce porte-parole.

    Il ne s'agit toutefois nullement de négociations politiques pour la formation d'un nouveau gouvernement, cadre celui-ci, mais plutôt de "rencontres informelles" pour entendre les autres présidents de parti "sur la manière dont eux voient la suite des événements, comment ils voient l'avenir".

    Si les socialistes se permettent de prendre cette initiative, c'est parce que la récente formation du gouvernement de pouvoirs spéciaux autour de Sophie Wilmès prive le Roi de la possibilité de désigner un quelconque informateur chargé d'explorer les possibilités de formation d'un nouvel exécutif, font-ils valoir.

    Cette annonce intervient alors que Paul Magnette est sorti dans la presse ce samedi afin de plaider pour une stratégie fédérale de relance. Le président du PS et bourgmestre de Charleroi entend sortir le pays du marasme économique avec un plan qui pèserait 10% du PIB (soit quelque 50 milliards d'euros).

  • Le coronavirus a réveillé les préoccupations successorales

    Le mandat extrajudiciaire, les donations (enregistrées) et le testament ont été privilégiés pour mettre en place des mesures in extremis et sécuriser des dossiers existants. Notre article.

  • Paul Magnette plaide pour l'adoption rapide d'une stratégie fédérale de relance

    Si le pays a adopté depuis la mi-mars une série de mesures d'urgence (chômage économique, droit passerelle...), cela ne pourra suffire face à la crise qui se profile, selon lui. Plus de détails.

  • Reprise des vols commerciaux à l'aéroport de Lille le 15 juin

    Les vols commerciaux vont reprendre progressivement à l'aéroport de Lille au plus tard le 15 juin avec des vols des compagnies Air France et Ryanair vers Lyon et Marseille, a annoncé samedi l'aéroport dans un communiqué.

    En temps normal, la compagnie aérienne belge TUI fly est aussi présente sur l'aéroport de Lille.

  • Plus de 307.000 morts dans le monde

    Selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 307.321 morts dans le monde.

    Plus de 4.549.100 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 1.602.400 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

    Les États-Unis, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 87.568 décès pour 1.443.397 cas. Au moins 250.747 personnes ont été déclarées guéries.

    Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 33.998 morts pour 236.711 cas, l'Italie avec 31.610 morts (223.885 cas), l'Espagne avec 27.563 morts (230.698 cas), et la France avec 27.529 morts (178.870 cas jeudi, les autorités n'ayant pas fourni de bilan complet vendredi).

    La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 82.941 cas (8 nouveaux entre vendredi et samedi), dont 4.633 décès (0 nouveaux), et 78.219 guérisons.

    L'Europe totalisait samedi à 13h00 164.536 décès pour 1.860.927 cas, les Etats-Unis et le Canada 93.210 décès (1.517.930 cas), l'Amérique latine et les Caraïbes 26.945 décès (476.349 cas), l'Asie 11.872 décès (343.283 cas), le Moyen-Orient 8.018 décès (264.535 cas), l'Afrique 2.614 décès (77.700 cas), et l'Océanie 126 décès (8.381 cas).

  • L'Espagne va prolonger l'état d'urgence pendant un mois

    Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé samedi vouloir prolonger l'état d'urgence, qui devait prendre fin le 24 mai, pendant "environ un mois" jusqu'à la fin du processus de déconfinement.

    "Cela devrait être le dernier état d'urgence et durer jusqu'à la fin du déconfinement", a-t-il déclaré durant une allocution télévisée.

    Avec l'accord donné par le gouvernement au déconfinement de nouvelles provinces lundi, environ 70% des Espagnols auront entamé leur déconfinement la semaine prochaine. 

    La première phase de déconfinement prévoit notamment la réouverture des terrasses des bars et des restaurants ainsi que l'autorisation des réunions familiales ou entre amis d'un maximum de dix personnes.

    Mais la région de Madrid, une grande partie de la région voisine de Castille et Léon ainsi que l'agglomération de Barcelone vont être maintenues sous un confinement strict bien qu'assoupli car les petits commerces pourront y ouvrir sans rendez-vous.

  • Les massothérapeutes voudraient reprendre le travail

    Pour rappel, selon les dernières décisions ministérielles, toutes les entreprises proposant des biens ou des services aux particuliers sont autorisées à rouvrir, à l'exception des salons de massage, des centres de bien-être, y compris les saunas, les centres de fitness ou encore les casinos, les salles de jeux et les agences de paris.

    Cependant, la Fédération belge de massage ne comprend pas pourquoi ses membres ne sont pas autorisés à reprendre le travail lundi, alors que les salons de beauté le peuvent.

    "C'est une décision étrange", a déclaré Mario Blokken, président de la Fédération belge de massage. Le gouvernement n'autorise pas les salons de massage à reprendre le travail le 18 mai, tandis que les salons de beauté sont autorisés à le faire, or ces derniers proposent également souvent des massages. "Ils pourront donc les pratiquer dès ce lundi, contrairement au personnel professionnel dédié".

  • Air Canada va licencier plus de la moitié de ses effectifs

    La première compagnie aérienne canadienne, qui a réduit ses vols de 95% en raison de la fermeture des frontières et des mesures de confinement, a décidé de réduire ses effectifs "de 50 à 60%" à partir du mois de juin. La compagnie, qui compte environ 38.000 employés, explique qu'elle ne prévoit pas un retour à la normale avant longtemps.

    Les effectifs actuels permettent d'opérer environ 1.500 vols par jour, assurés par 258 avions. "Dans la conjoncture actuelle, une exploitation d'une telle envergure n'est pas viable pour l'avenir", note Air Canada. "Nous agissons ainsi pour préserver notre trésorerie, faire correspondre la taille de l'entreprise au niveau de trafic attendu à moyen et à long terme et nous positionner afin de relancer notre croissance quand les affaires reprendront".

    Air Canada a suspendu la plupart de ses vols internationaux, y compris vers les Etats-Unis après l'annonce de la fermeture temporaire de la frontière entre ce pays et le Canada pour tenter d'enrayer la propagation du coronavirus. Elle continue de desservir l'ensemble du Canada, mais sur un nombre d'aéroports réduit.

  • Pas de vaccin avant 18 mois selon une ministre française

    "Ce que nous disent les laboratoires, les chercheurs, c'est que l'accélération qu'on a vue dans le développement des essais cliniques nous laisse espérer un vaccin à l'horizon de 18 mois, mais ça n'est pas raisonnable de penser qu'on puisse aller plus vite que ça, sauf à mettre en danger la sécurité des gens", a déclaré la ministre française Frédérique Vidal sur la radio Europe 1.

    Elle était interrogée sur les affirmations de Donald Trump qui avait espéré quelques heures plus tôt "avoir (un vaccin) d'ici la fin de l'année, peut-être avant", comme il l'avait déjà déclaré début mai.

    De son côté, l'Agence européenne du médicament (EMA) avait évoqué jeudi un délai d'un an, mais selon un scénario "optimiste".

    Plus de 100 projets de vaccin existent dans le monde et une dizaine d'essais cliniques sont déjà en cours. En France, l'Institut Pasteur démarrera des essais cliniques pour son projet de vaccin le plus avancé en juillet et espère des premiers résultats en octobre.

  • Le nombre des nouvelles hospitalisations reste stable

    La tendance à la baisse amorcée depuis plusieurs jours, tant au niveau du nombre de décès rapportés que des nouvelles hospitalisations, s'est donc poursuivie vendredi alors que la Belgique s'est récemment lancée dans un périlleux exercice de déconfinement. À cet égard, les chiffres des nouvelles admissions à l'hôpital qui seront publiés la semaine prochaine seront cruciaux.

    D’après le bilan quotidien du Centre de crise et le SPF Santé publique, il y a eu en Belgique, au cours des 24 dernières heures, …

    • 47 nouveaux décès (25 ont eu lieu à l'hôpital et 22 dans une maison de repos et de soins). Cela porte désormais à 9.005 le nombre de décès rapportés depuis le début de l'épidémie dans notre pays: 4.476 (50%) en Flandre, 3.139 (35%) en Wallonie et 1.390 (15%) à Bruxelles.

    • 345 nouveaux cas confirmés, soit 208 (60%) en Flandre, 99 (29%) en Wallonie et 36 (10%) à Bruxelles. Un total de 54.989 cas confirmés ont été rapportés depuis le début de l'épidémie: 30.707 (56%) en Flandre, 17.637 (32%) en Wallonie et 5.599 (10%) à Bruxelles.

    • 65 nouvelles hospitalisations, soit 2 de moins par rapport à vendredi. Notons que 22% provenaient d'une maison de repos et de soins ou d'un autre établissement de soins de longue durée. 

    • 159 sorties des hôpitaux (14.460 sorties entre le 15 mars et le 15 mai).

    Actuellement, 1.750 patients sont encore hospitalisés dans notre pays, dont 364 en soins intensifs, soit 16 de moins par rapport à vendredi.

  • L'Italie va rouvrir ses frontières aux touristes de l'UE à partir du 3 juin

    Le gouvernement italien va rouvrir à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l'UE et annuler la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers dans la péninsule.

    Ces mesures ont été annoncées dans la nuit de vendredi à samedi, à l'issue d'un Conseil des ministres de près d'une dizaine d'heures autour du Premier ministre Giuseppe Conte.

    Elles s'appliquent "dans le respect des liens dérivant de l'ordre juridique de l'Union européenne", précise le communiqué, alors que les frontières européennes de l'espace Schengen sont actuellement fermées, précise un communiqué gouvernemental.

    Ces mesures pourraient évoluer en fonction d'un éventuel "risque épidémiologique", ajoute le texte.

  • Plus de 3.000 chercheurs appellent à tirer des leçons de la crise

    Dans une tribune publiée samedi par une vingtaine de journaux à travers le monde, plus de 3.000 chercheurs de 600 universités plaident pour une société plus démocratique et plus durable à la sortie de la crise du coronavirus. Ils appellent ainsi à "démocratiser l'entreprise, démarchandiser le travail et dépolluer la planète". Les détails.

  • "Je ne pense pas qu'on me demandera encore d'être ministre" (De Block)

    La ministre de la Santé publique, des Affaires sociales et de l'Asile et la Migration, Maggie De Block ne s'attend pas à devenir encore ministre. "Je ne pense pas qu'on me le demandera. Il est sain aussi qu'un parti procède à une relève de la garde", a-t-elle dit samedi dans une interview au journal Het Laatste Nieuws.

    "On fera les comptes plus tard mais jusqu'à présent je constate que nous avons pris les décisions justes au bon moment", souligne-t-elle.

    Maggie De Block veut se maintenir "au moins" sur la ligne de front politique jusqu'au prochain gouvernement mais ne se fait pas d'illusions sur un nouveau poste ministériel.

  • "L'Etat ne doit pas rentrer dans le capital de Brussels Airlines" (Coens)

    "Ce n'est pas Lufthansa, Alitalia ou KLM qu'on doit sauver mais la connectivité de Zaventem-Bruxelles", selon Joachim Coens, président du CD&V. "Elle doit être durable, du point de vue écologique et économique. Si pour cela on doit mettre de l'argent, d'accord, mais on doit être sûr qu'à long terme, telle et telle destination seront desservies, que Lufthansa et Star Alliance nous aident pour les long-courriers...", déclare-t-il.

    Il ajoute que l'Etat ne doit pas rentrer dans le capital de Brussels Airlines. "Je ne pense pas qu'il faille revenir à des compagnies d'État. Alexander De Croo et le gouvernement doivent avoir des assurances dans le cadre d'un accord contractuel entre la Belgique, l'aéroport, Brussels Airlines et Lufthansa. Je laisse les négociations se dérouler. Brussels Airlines a besoin d'un nouveau business plan, même si l'État ne donne pas d'argent."

    "Avoir une chaise dans un CA n'offre pas une garantie suffisante", ajoute-t-il. Plus de détails.

  • Le secteur brassicole table sur un recul de 10%

    Le secteur brassicole estime à 400 millions d'euros les pertes qui seront accumulées par les brasseries entre mi-mars et mi-juin. Cela correspond à 10% du chiffre d'affaires annuel du secteur, a fait savoir la fédération des Brasseurs belges. Ces calculs misent sur une réouverture de l'horeca le 8 juin.

    Cafés et restaurants représentent en effet 42% de la consommation de la bière en Belgique et leur fermeture depuis la mi-mars pèse forcément sur l'activité des brasseries. La consommation de bière en Belgique a baissé de 50% en avril et le secteur n'a pas pu compter sur la grande distribution pour compenser la fermeture des cafés.

    La fermeture des frontières n'a pas non plus facilité la tâche des brasseries belges, elles qui exportent 70% de leur production. Parmi la grosse centaine de membres que compte la fédération, 35% ont dû interrompre partiellement ou totalement leur activité.              

    Le secteur, qui emploie 6.255 personnes en Belgique, demande par ailleurs un soutien au gouvernement au travers notamment de la prolongation du chômage temporaire au 30 septembre, de la baisse de la TVA de 21 à 6% sur toutes les boissons servies dans l'horeca et de la réduction des accises sur la bière.

  • Une solution "Park + Bike" proposée dès lundi aux navetteurs à Bruxelles

    Alors que le contrôle de stationnement payant en voirie reprendra lundi à Bruxelles et qu'une augmentation progressive du volume de circulation est attendue, avec la réouverture des écoles et la poursuite du déconfinement, une solution "Park + Bike" a été imaginée pour éviter les embouteillages et que les transports publics de la capitale ne soient submergés.

    Elle permettra au navetteur de garer sa voiture gratuitement dans un parking de dissuasion et de poursuivre sa route à vélo ou en trottinette dans Bruxelles.

    Cette solution, mise au point par Parking.brussels, Bruxelles-Ville et plusieurs opérateurs de mobilité, s'ajoute à l'aménagement de 40 km de nouvelles pistes cyclables en cours de réalisation par Bruxelles Mobilité.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de vendredi

    • La police fédérale a rapporté que 98.489 procès-verbaux (PV) en lien avec la crise Covid-19 ont été enregistrés ce jeudi depuis le 14 mars. Le Collège des procureurs généraux fait lui état de 59.155 dossiers relatifs aux infractions coronavirus enregistrés le jeudi 14 mai dans les bases de données des parquets correctionnels/auditorats du travail ainsi qu'auprès des parquets de la jeunesse.
    • Bilan sanitaire en Belgique: 67 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. Au total, 1.862 patients sont actuellement hospitalisés. 8.959 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 56 décès au cours des dernières 24h.
    • La France a enregistré 104 nouveaux décès en 24 heures dus à l'épidémie de coronavirus, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.
    • Le premier million de masques de protection en tissu commandés par le ministère de la Défense afin d'offrir à la population une protection contre la propagation du coronavirus n'arrivera que ce week-end, soit avec un à deux jours de retard par rapport au calendrier annoncé mercredi, a indiqué le ministre de la Défense, Philippe Goffin.
    • Comme celles de Schaerbeek, les écoles communales de Saint-Josse et de Watermael-Boitsfort ne rouvriront pas leurs portes ce lundi. >>Les détails ici
    • L'Atomium se dirige vers un déficit d'au moins 3 millions d'euros pour l'exercice 2020. En février, le conseil d'administration validait pourtant un bénéfice de 800.000 euros, qui devaient surtout servir à entretenir le bâtiment. La différence "pourrait être fatale à l'un des emblèmes de la Belgique", s'alarme l'ASBL Atomium, qui demande le soutien des autorités.
    • La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) demande au gouvernement fédéral de prolonger, jusqu'à la fin de l'année, l'actuel système de chômage temporaire pour cause de force majeure pour motif "coronavirus".
    • Le Grand Prix de Belgique de Formule 1 pourra se tenir à huis clos le 30 août sur le circuit de Spa-Francorchamps, malgré l'interdiction des événements de masse jusqu'au 31 août.
  • Bonjour et bienvenue

    Pour suivre en direct les infos concernant la crise du coronavirus ce samedi, Caroline Sury et Olivier Samois.

    → Pour retrouver les infos d'hier, c'est par ici.


    Bonne journée.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés