Comment donner de l'air aux plus de 12 ans?

Les ados souffrent particulièrement du manque d'activités et de contacts sociaux. ©Hollandse Hoogte / Bart Eijgenhuijsen

Jeudi, tous les ministres en charge de la Jeunesse se retrouveront pour envisager un assouplissement des règles pour les plus de 12 ans. Et éventuellement resserrer, en contrepartie, les possibilités de loisirs des enfants plus jeunes.

Le Premier ministre Alexander De Croo organise, jeudi, une réunion entre les différents ministres chargés de la Jeunesse. Pourquoi? Les jeunes souffrent du semi-confinement actuel, mais les perspectives pour les prochaines semaines ne sont pas rassurantes. Les pédiatres et psychologues s'inquiètent.

Les écoles sont sous le feu des projecteurs depuis quelques jours, plusieurs ont dû fermer pour quarantaine. Des cas contaminés au variant britannique, plus transmissible que la souche répandue chez nous jusqu'ici, ont été détectés dans plusieurs établissements en Flandre, ainsi qu'au collège Saint-Michel à Etterbeek. Dimanche, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a fait part de ses inquiétudes. On reparle de l'éventualité d'une fermeture complète des écoles, comme lors du premier lockdown.

Divergences Flandre/Wallonie

La Flandre a décidé de placer une semaine de cours uniquement à distance en secondaire avant les vacances de Carnaval. Une option écartée jusqu'ici par la Wallonie, qui s'appuie sur des chiffres et des experts plutôt rassurants. Mais il y a des tiraillements nord-sud, c'est clair.

"Frank Vandenbroucke ne mesure pas la panique qu’il crée auprès des enfants, des parents..."
Pierre-Yves Jeholet
Ministre-président de la Communauté française

À côté de ces inquiétudes autour des écoles, il y a toute une jeunesse qui réclame de l'air et des contacts sociaux. Si les activités restent permises pour les moins de 12 ans, les plus de 12 ans sont soumis, en effet, au même régime que les adultes. Fini les activités extrascolaires, les entraînements sportifs en groupe, les sorties entre amis...

C'est de tout cela que discuteront les ministres invités jeudi, comme l'a expliqué Pierre-Yves Jeholet, sur Bel RTL ce mardi matin. Le Ministre-président de la Communauté française a regretté les propos de Frank Vandenbroucke: "Il ne mesure pas la panique qu’il crée auprès des enfants, des parents..."

"Les mesures que l’on prend, pourraient avoir à terme, des conséquences beaucoup plus dramatiques que le mal qu’elles entendent combattre."
Valérie Glatigny
Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles

Lors de la réunion de jeudi, Pierre-Yves Jeholet défendra l'idée d'une activité permise pour les plus de 12 ans. En contrepartie, il serait possible, "par solidarité" comme le dit le Ministre-président, que les moins de 12 ans voient leurs activités réduites.

"Il faut à tout prix pouvoir donner des perspectives, parce que je crois qu’une extrême prudence pourrait conduire, quelque part, à sacrifier la jeunesse. Les mesures que l’on prend, pourraient avoir à terme, des conséquences beaucoup plus dramatiques que le mal qu’elles entendent combattre", a expliqué dans Matin Première (RTBF) Valérie Glatigny, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est ainsi question de permettre 20% de présence simultanée des étudiants sur le campus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité