Publicité

Comment l'Europe répond à la hausse des contaminations au covid

Malgré leur importante couverture vaccinale, l'Irlande et la Belgique connaissent l'augmentation la plus rapide du nombre d'infections et d'hospitalisations en Europe occidentale. ©Nicolas Landemard

Alors que l'ombre d'une quatrième vague plane sur la Belgique, comment nos voisins européens gèrent-ils la pandémie?

La hausse des contaminations au Covid-19 inquiète de plus en plus à travers le monde. Inquiétude également partagée chez nous, en Belgique où les experts sonnent l'alerte depuis plusieurs semaines. Des avertissements confirmés par le tableau de bord du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Il montre que, parmi tous les pays d'Europe occidentale à forte couverture vaccinale, l'Irlande et la Belgique sont ceux qui connaissent l'augmentation la plus rapide du nombre d'infections et d'hospitalisations (voir graphique). Alors que 86% des adultes ont désormais été complètement vaccinés, on observe 5.300 contaminations en moyenne par jour entre le 16 et le 22 octobre.

En Belgique, malgré le renforcement des mesures, aucun reconfinement ne plane à l'horizon. La plupart des experts de la santé comptent, en effet, sur un taux de vaccination élevé pour éviter un troisième confinement.

Un pari que ne souhaite, en revanche, pas prendre la Chine. Elle vient de confiner Lanzhou (Nord-Ouest), une ville de quatre millions d'habitants. Le pouvoir redouble de vigilance ces dernières semaines, Pékin s'apprêtant à accueillir les Jeux olympiques d'hiver en février prochain. Dans la capitale, les autorités ont ainsi demandé aux habitants d'éviter les voyages "non essentiels" hors de la ville, ainsi que les grands rassemblements.

Plus près de chez nous, en Europe, certains gouvernements misent également sur un retour de mesures plus strictes. Aperçu de ce qui se passe chez nos voisins plus ou moins éloignés.

Vers de nouvelles mesures aux Pays-Bas

Comme en Belgique, les chiffres des contaminations, et surtout des hospitalisations, préoccupent aux Pays-Bas. Le gouvernement de Mark Rutte a demandé à son Outbreak Management Team, l'organe consultatif dans la lutte contre une épidémie, de formuler des recommandations de mesures supplémentaires. Des ajustements pourraient ainsi être annoncés mardi prochain.

Pour rappel, les Pays-Bas ont connu des assouplissements considérables ces dernières semaines. Depuis le 25 septembre, la règle de distanciation (1m50) a notamment été abolie. Le masque, lui, était tombé depuis bien longtemps. Le gouvernement compte en revanche sur un pass sanitaire obligatoire dans les secteurs de l'horeca et de la culture, dans les festivals et lors des compétitions sportives professionnelles. Et, contrairement à la Belgique, sur la fermeture des discothèques et des boîtes de nuit.

La France maintient l'état d'urgence

Pour le moment, la France réussit à contenir le virus. Avec l'introduction du pass sanitaire, elle a pu augmenter considérablement son taux de vaccination. La barre des 50 millions de personnes complètement vaccinées, soit plus de 74% de la population, pourrait d'ailleurs être atteinte aux alentours de la Toussaint. En pratique, le port du masque est toujours obligatoire dans les commerces. Le gouvernement français reste prudent et prolonge l'urgence sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022, maintenant ainsi les mesures en place jusque-là.

Au Luxembourg, un quart de la population adulte n'a pas encore reçu de dose de vaccin.

L'Allemagne tend, elle, à s'assouplir. Malgré l'augmentation des chiffres,  le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de demander au Parlement une prolongation de l'état d'urgence sanitaire, qui prendra fin le 25 novembre, levant automatiquement toutes les restrictions. Le pays continue de parier sur le pass sanitaire, pour l'instant exigé dans le secteur de l'horeca, mais aussi dans les salons de coiffure et de beauté. Le masque est actuellement toujours obligatoire dans les lieux publics fermés, les commerces et les transports en commun. Certaines régions connaissent en outre des restrictions supplémentaires, avec un nombre maximum de trois ménages autorisés à se réunir.

Corona pass étendu au Luxembourg

Au Luxembourg, un quart de la population adulte n'a pas encore reçu de dose de vaccin. Pour accélérer la vaccination, le gouvernement mise tout sur le pass sanitaire. À partir du 1er novembre, il sera demandé dans l'horeca et dans certains commerces, ainsi qu'à l'entrée des discothèques. L'employeur pourra également l'exiger sur le lieu de travail. Le masque reste obligatoire - à partir de six ans - dans les transports en commun et dans les commerces.

Le sud de l'Europe contient le virus

Quand le Covid-19 est arrivé en Europe au printemps 2020, l'Italie, l'Espagne et le Portugal étaient les plus touchés. Leurs statistiques sont aujourd'hui parmi les meilleures d'Europe. Plusieurs raisons peuvent l'expliquer: un taux de vaccination élevé, combiné à de meilleures conditions météorologiques (qui permettent de se retrouver davantage à l'extérieur)... Rome, Madrid et Lisbonne ont également peu assoupli leurs mesures anti-covid ces derniers mois. Le pass sanitaire fait ses preuves au Portugal et en Italie depuis maintenant plusieurs mois, tandis que l'obligation du masque est restée en grande partie intacte partout.

La Scandinavie reprend une "vie normale"

Avec 80 à 90% de la population adulte désormais complètement vaccinée et des chiffres d'infections bas, la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark ont, quant à eux, ​​repris une "vie normale" ces dernières semaines. Les autorités locales peuvent réintroduire l'obligation du port du masque ou un pass sanitaire en cas de hausse des contaminations, mais les mesures ne sont plus en vigueur au niveau national. 

L'ombre d'un reconfinement en Europe de l'Est

La situation en Europe de l'Est est plus préoccupante. En Roumanie, Lettonie, Estonie, Croatie et Slovénie - des pays à faible couverture vaccinale -, le nombre d'infections et d'hospitalisations monte en flèche. Submergée, la Bulgarie a annoncé samedi être sur le point d'envoyer des patients du Covid-19 à l'étranger. Sa voisine, la Roumanie, a alors décidé de revoir ses mesures: les écoles sont fermées et les masques sont à nouveau obligatoires partout. La Lettonie, quant à elle, a retrouvé un confinement dur depuis la fin de la semaine dernière. D'autres gouvernements, comme celui de la Pologne, n'excluent pas de prendre des mesures similaires dans les prochains jours.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité