Publicité
analyse

Comment l'Europe veut se relancer en sauvant son tourisme

Sur une plage de Majorque, au large de l'Espagne, une terrasse attend le retour des touristes. ©EPA

Le tourisme sera au cœur de la stratégie de relance européenne, indique la Commission. Qui veut profiter de la crise pour encourager sa mue vers un modèle "plus durable" et "plus numérique".

Le tourisme est à la fois l’un des secteurs les violemment plus touchés par la crise et de ceux qui seront maintenus le plus longtemps en veille. Même si l’Europe a très peu de compétences directes sur le secteur, la Commission espère à la fois pouvoir orchestrer son déconfinement coordonné et aligner un plan de relance sur mesure pour les quelque 3 millions d’entreprises qu’il compte. Alors que le tourisme représente 11% du produit intérieur brut (PIB) de l’Union et 12% de l'emploi, l’OCDE s’attend à ce que le secteur perde au moins 45% de sa valeur cette année – et jusqu’à 70% si la reprise de l’activité était reportée à septembre. 

"On travaille sur des outils pour faire en sorte que les moyens de trésorerie arrivent en priorité aux PME."
Thierry Breton
Commissaire au Marché intérieur

Les touristes seront-ils de retour cet été?

C’est à chaque gouvernement de déterminer de quelle manière il relâchera ses mesures de confinement, mais la Commission européenne doit publier "prochainement" ses conseils sur la manière de le faire, espérant une certaine coordination. En attendant, les messages envoyés par l’exécutif européen sont équivoques.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, recommandait la semaine dernière "d’attendre avant de faire des projets de vacances cet été", avant d'évoquer quelques jours plus tard des "solutions intelligentes" pour permettre la tenue de ces vacances. Mardi, lors d'un échange au Parlement européen, le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton a dit espérer "que nous pourrons recommencer à voyager dès cet été", avec une réouverture progressive des infrastructures touristiques.

Pourra-t-on partir partout en Europe?

Plusieurs frontières au sein de l’espace Schengen sont fermées, et rien n’indique pour l’heure quand elles rouvriront. Tout au plus, la feuille de route européenne pour le déconfinement demande-t-elle aux États de prendre leurs décisions sur base de critères épidémiologiques clairs et en coordination avec leurs voisins. Non seulement rien n'indique que la libre circulation des personnes reprendra de manière uniforme, mais elle pourrait se faire de façon cloisonnée.

Ainsi, l’Autriche a-t-elle l’intention de ne rouvrir ses portes qu’aux touristes allemands et éventuellement à des ressortissants d’autres pays qui parviennent à maintenir le virus sous contrôle. La Commission refuse pour l'instant de s'exprimer publiquement sur la légalité d'une telle distinction entre citoyens européens. La réouverture des frontières extérieures n'est pas à l'ordre du jour et dépendra de l'évolution du Covid-19 dans le monde.

"Les vouchers doivent avoir une garantie publique pour que les consommateurs ne soient pas lésés."
Thierry Breton
Commissaire au Marché intérieur

Les voyages annulés seront-ils remboursés?

La tension monte sur la question sensible du remboursement des vols et voyages annulés. En vertu d'un règlement européen, les passagers dont le vol a été supprimé peuvent exiger un remboursement de leur réservation dans les sept jours, en pratique, les consommateurs ne se voient souvent proposer qu'un voucher. Le président de l'Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment demandé un remboursement "à la fin de l'année". Tout en soutenant le recours aux avoirs, Thierry Breton a estimé mardi qu’il fallait "des garanties publiques", pour assurer les clients du secteur contre l’insolvabilité d’entreprises qui se battent pour leur survie.

La question des remboursements se pose aussi pour les voyages organisés – elle est encadrée par une directive. Plusieurs États membres, dont la Belgique, ont adapté leur législation pour contraindre temporairement les consommateurs à accepter des avoirs plutôt que des remboursements. Foulant au pied le cadre européen.

Comment l'Europe va-t-elle soutenir le secteur?

À court terme, le secteur du tourisme bénéficiera de mesures de soutien de liquidité, de chômage partiel et d’investissements via la Banque européenne d’investissement - "on travaille sur des outils pour faire en sorte que les moyens de trésorerie arrivent en priorité aux PME", a indiqué Thierry Breton. Et la Commission commence à plancher sur l’après. Dans la perspective d’un plan "Marshall" pour l’économie européenne, qui passerait par le budget de l’Union, elle entend lancer "la réforme du secteur", selon les mots du commissaire au Marché intérieur.

Le commissaire au marché intérieur a annoncé la convocation pour fin septembre d’un sommet pour le "tourisme durable". Alors qu’à lui seul, le tourisme bénéficierait d'"entre 20 et 25%" du paquet de relance européen que concocte la Commission, Thierry Breton planche sur la définition de critères qui flècheront cet investissement pour le rendre "plus durable" et pour qu’il accomplisse sa "mue numérique".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité