Comment la Wallonie a réussi à commander 19 millions de masques en Chine

L’aéroport de Liège est devenu, au fil de la crise, le hub européen pour le matériel médical avec quatre vols quotidiens opérés depuis la Chine. ©Photo News

Avec l'aide des équipes de l'Awex sur place et le soutien de la province du Hubei, le gouvernement wallon vient de commander 19 millions de masques.

Lundi 27 janvier 2020. Plongée en pleine crise du coronavirus, la province chinoise du Hubei lance un appel aux dons pour du matériel sanitaire. Il sera relayé par les autorités wallonnes qui entretiennent des relations privilégiées avec Hubei depuis 2012. Ce petit rappel historique est important pour la suite de l’histoire…

Deux mois plus tard. L’épicentre de l’épidémie s’est déplacé de la Chine vers l’Europe. La Belgique, comme les autres pays européens, recherche des masques pour protéger son personnel médical. Derrière cette légère impression de chaos dans lequel le Fédéral tente d’organiser les commandes, la Wallonie a activé sa filière chinoise.

9.000
entreprises
D'après l'Awex, près de 9.000 entreprises en Chine se présentent aujourd'hui comme fabricants de masques.

Contrôler les masques et les certificats

Sur place, l’Awex, l’Agence wallonne de l’exportation, mobilise ses équipes. "Il faut bien se rendre compte que c’est la jungle. Tout le monde veut faire des masques et produire des certificats. Près de 9.000 entreprises en Chine se présentent aujourd'hui comme fabricants de masques. Il faut tout vérifier. Nous avons 20 personnes en Chine qui contrôlent la véracité de la qualité, tracent les sociétés ", explique l’Awex. Depuis Shanghai, Shenzhen, Pékin ou Canton, la filière wallonne opère !

Sur place, la Wallonie travaille avec une quinzaine de producteurs certifiés par les autorités chinoises. ll faut aussi sécuriser les certificats. "Il y a beaucoup de faux certificats de conformité", avertit l’Awex. Cela nous ramène à Charleroi où les équipes de l’Aviq, l’agence wallonne pour une vie de qualité, sont chargées d’analyser la conformité de tous ces documents. "Ils doivent être émis par un certificateur européen", assure une source.

"Le peuple du Hubei n'oubliera jamais cette amitié à la période la plus difficile."
Xiaodong Wang
Gouverneur de la province du Hubei

Il reste à sécuriser le transport. Par chance, la plateforme de l’aéroport liégeois est devenue, au fil de la crise, le hub européen pour le matériel médical avec quatre vols quotidiens opérés depuis la Chine. Une véritable gymnastique pour les équipes logistiques. "Pour nos commandes wallonnes, il faut trouver des slots, de la place dans les avions cargos et sécuriser l’arrivée. Il faut aussi travailler avec des importateurs sérieux. On ne paye que quand la qualité de la marchandise est vérifiée à Liège", explique encore l’Awex.

La lettre du gouverneur de la province du Hubei

Voilà pour la logistique. Evidemment, la Wallonie n’est pas la seule sur le marché. D’autres pays se pressent pour mettre la main sur les fournitures chinoises. Il faut donc jouer des coudes et espérer quelques pistons sur place.

"Grâce à nos relations privilégiées avec la province de Hubei, où se situent beaucoup de producteurs de masques, la Wallonie est en quelque sorte devenue prioritaire par rapport aux autres pays."
Awex

C’est dans ce contexte qu’arrive, le 17 mars dernier, une lettre au cabinet du ministre de l’Économie, le libéral Willy Borsus. Elle est signée par Xiaodong Wang, le gouverneur de la province du Hubei. "Au moment clé où la province du Hubei lutte contre l'épidémie de Covid-19, nous avons reçu le soutien et l'aide désintéressés de la Wallonie. Le peuple du Hubei n'oubliera jamais cette amitié à la période la plus difficile", assure le gouverneur.

Derrière le langage diplomatique, cette lettre de soutien est apparue comme un précieux sésame. "Grâce à nos relations privilégiées avec la province de Hubei, où se situent beaucoup de producteurs de masques, la Wallonie est en quelque sorte devenue prioritaire par rapport aux autres pays", susurre-t-on à l’Awex.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Ce n’est donc pas un hasard si la Région wallonne est parvenue à passer une gigantesque commande de 19 millions de masques (16 millions de masques chirurgicaux et 3 millions de masques FFP2) la semaine dernière. Deux lots de 5,9 millions de masques sont déjà arrivés à Liège et attendent le feu vert de l'agence du médicament pour être libérés. D’autres sont en cours d’acheminement et arriveront par lots sur une dizaine de vols dans les prochains jours.

Une efficacité jalousée

Cette giga commande n’est évidemment pas passée inaperçue. Elle serait même jalousée par le Fédéral. Pourtant, côté wallon, la priorité, assurent différentes sources politiques interrogées, est "de distribuer ces masques aux institutions qui dépendent de nos compétences, c’est-à-dire au personnel de santé de première ligne, comme dans les maisons de repos. Les infirmières à domicile doivent aussi en bénéficier." Mais ces mêmes sources wallonnes expliquent que "le Fédéral voudrait mettre la main sur une partie de ces commandes pour fournir les hôpitaux."

Dans le contexte actuel, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut éviter la polémique. "Des discussions sont en cours avec le Fédéral", assure-t-on dans l’entourage du gouvernement wallon. "Une solution pourrait être trouvée vendredi ", apprend-on du côté du gouvernement fédéral. Ce que confirme l’entourage du gouvernement wallon. "Nous travaillons de manière constructive sur une solution rapide au niveau de la répartition, la distribution et les commandes de ces masques."  

Lire également

Publicité
Publicité