Confinement probable jusqu'au 3 mai

C'était attendu, Sophie Wilmès a annoncé une prologation des mesures de confinement. ©EPA

Le Conseil national de sécurité prolonge le confinement au moins jusqu'au 19 avril. Toutes les mesures de réduction des déplacements sont maintenues. La police sera plus répressive.

Il fallait s'y attendre, les mesures de confinement en vigueur depuis deux semaines sont prolongées. Jusqu'au 19 avril, a décidé vendredi le Conseil national de sécurité (CNS) après une nouvelle réunion de crise. Pour rappel, ce CNS associe le gouvernement fédéral et les entités fédérées. Celui-ci décide en fonction des recommandations de différents groupes d'experts. Détails.

Le confinement

Celui-ci se poursuit jusqu'à la fin des congés de Pâques. Avec une nouvelle prolongation possible jusqu'au 3 mai, annonce Sophie Wilmès (MR), Première ministre. Il s'agit d'un compromis politique, certains partis, surtout le CD&V, plaidaient pour un prolongement clair jusqu'au 3 mai. Ce n'est pas tout à fait le cas, mais tout porte à croire qu'on ira jusque-là.

Pour rappel, le télétravail est la règle lorsqu'il est possible, et les déplacements ne sont autorisés que pour des objectifs essentiels (alimentation, pharmacie, s'occuper d'un proche, aller travailler). Les entreprises non essentielles où le télétravail est impossible doivent fermer.

La distanciation sociale reste de mise. 

Les garderies d'enfants

Les gouvernements ne changent pas le dispositif en vigueur, qui se poursuivra donc durant les deux semaines de Pâques. Des garderies peuvent être organisées au sein des écoles pour les enfants dont les parents sont obligés de travailler, notamment dans le secteur des soins. 

Si ce n'est pas possible, des dispositifs alternatifs de garde peuvent être mis en place, mais sous certaines conditions, précise la Première ministre: les enfants gardés ensemble jusqu'ici doivent continuer à l'être. Le personnel d'encadrement des enfants doit rester le même. Objectif: éviter de nouvelles expositions au virus.

Sophie Wilmès n'a pas répondu clairement à la question de la réouverture des écoles. Le sujet demeure très sensible entre les intervenants. 

Les activités de plein air

Elles restent autorisées. Mais dans un cadre strict. "L'objectif est de rester en mouvement, ne pas s'installer dans les parcs pendant des heures, précise Sophie Wilmès. Après l'activité, il faut rentrer chez soi, pas question d'organiser des journées dans les Ardennes ou à la mer. Nous voulons éviter de devenir plus sévères."  Les parcs restent ouverts, mais à ces conditions. 

Là encore, le débat fut parfois dur. Le CD&V et son ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, avait souhaité instaurer une distance maximale autour du domicile, cela n'a pas été retenu.

La question des festivals d'été n'a pas été tranchée. 

Les soirées lockdown

Malgré les mesures de confinement, certains rassemblements de jeunes sont encore déplorés. Il a été question d'autoriser les visites domiciliaires, pour mieux lutter contre les fameuses "lockdown parties", prisées par certains. Ce ne sera pas le cas. 

La répression s'intensifie

"Nous mettrons en place à court terme un système de perception immédiate des amendes."
Sophie Wilmès
Première ministre

"Nous ne sommes plus en période de prévention", explique la Première ministre. La police est en mesure d'infliger des amendes administratives aux personnes qui contreviendraient à ces dispositions. La répression va s'intensifier. 

Quatre milliards de pertes par semaine

Certains s'attendaient de la part de Sophie Wilmès à un discours encourageant les gens qui le pouvaient à continuer à travailler. Ce ne fut pas le cas alors que, selon certains échos, les pressions des milieux économiques s'intensifient. Selon des sources proches de la Banque nationale, la crise du Covid-19 grève de 4 milliards d'euros par semaine le PIB belge

Les secteurs économiques attendent notamment des éclaircissements sur les entreprises essentielles. L'établissement de cette classification est entre les mains des partenaires sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité