Coronavirus en Belgique: le nombre de cas augmente de 11%

©Photo News

La tendance à une remontée des cas de contamination au Covid-19 se confirme. Mais bonne nouvelle: il n'y a eu aucun mort ces dernières 24h.

Ce mardi, Sciensano recense 74 cas de Covid-19 de plus que la veille ce qui porte à 62.781 le nombre total de cas relevés en Belgique à ce jour. Il y a eu en moyenne 95,3 cas enregistrés quotidiennement au cours de sept derniers jours, soit une augmentation de 11%.

La tendance à une légère remontée du nombre de cas déjà constatée ces derniers jours se confirme donc. Elle est notamment attribuable au nombre de cas plus important dans les tranches d'âge plus jeunes de la population.

Rien d'alarmant outre mesure à ce stade: le R0, soit l'indice permettant de savoir combien de personnes contamine une personne infectée, reste sous 1 (0,86). Le coronavirus circule donc toujours relativement peu en Belgique. Mais il circule encore.

138
personnes hospitalisées
Lundi, 138 personnes étaient toujours hospitalisées, dont 23 aux soins intensifs.

Ce lundi, le virologue Marc Van Ranst avait estimé que l'on allait "dans la mauvaise direction". Mais plusieurs autres experts avaient, eux, estimé que la remontée du nombre de cas était attendue et qu'elle n'avait rien, à ce stade, d'inquiétant puisqu'elle se présentait sous forme de plateaux et pas de courbe exponentielle.

Autre chiffre important, celui des hospitalisations. Il y a eu un peu plus d'admissions que de sorties, lundi. 138 personnes étaient toujours hospitalisées, dont 23 aux soins intensifs.

62.781
cas de coronavirus
À ce jour, le nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus officiellement détectés s'élève à 62.781 en Belgique.

Aucun décès en 24h

Fait marquant: aucun décès n'a été déploré au cours des dernières 24 heures. Une première depuis le début des comptages de sciensano, le 10 mars. Il y a officiellement eu 9.787 morts du coronavirus à ce jour.

Remarquons cependant que le nombre total de cas de Covid-19 est fortement sous-estimé dans notre pays, en raison du manque de disponibilité des tests en début d'épidémie, qui avait contraint à ne dépister que les cas les plus graves.

Lire également

Publicité
Publicité