Coronavirus: l'Europe reconfine petit à petit, les contagions aux États-Unis s'accélèrent

Plusieurs quartiers de la périphérie de Lisbonne vont devoir observer un confinement durant deux semaines à partir de mercredi prochain. ©REUTERS

Pour la "première fois depuis des mois", l'Europe connaît une augmentation du nombre de cas hebdomadaire de Covid-19, notamment dans onze pays, a prévenu l'Organisation mondiale de la santé (OMS), alertant sur la capacité des systèmes de santé à affronter ce rebond.

Pensant avoir dompté la pandémie, l'Europe s'était déconfinée ces dernières semaines, surveillant les redémarrages, quitte à ordonner de nouveaux confinements. C'est ce qu'il se passe ces derniers jours. En Allemagne, plus de 600.000 habitants de deux cantons ont été reconfinés après l'apparition d'un foyer de contaminations dans un abattoir.

Près de Naples, en Italie, l'armée a été envoyée jeudi pour sécuriser et verrouiller une "zone rouge", où une cinquantaine de résidents étrangers contaminés au nouveau coronavirus ont tenté de fuir leur confinement forcé, ont rapporté les médias italiens.

"Dans onze pays, l'accélération de la transmission a entraîné une recrudescence très importante qui, si elle n'est pas maîtrisée, poussera les systèmes de santé au bord du gouffre une fois de plus en Europe"
OMS

Face à une remontée des cas d'infections, plusieurs quartiers de la périphérie de Lisbonne, capitale du Portugal, vont à nouveau devoir observer un confinement durant deux semaines à partir de mercredi prochain, a annoncé jeudi le Premier ministre du pays, Antonio Costa. "La seule manière efficace de contrôler la pandémie est de garder les gens à la maison aussi longtemps que possible, toujours respecter les distances sociales et les standards d'hygiène", a insisté M. Costa face à la presse.

L'OMS met en garde

L'Organisation mondiale de la Santé a mis en garde le continent, jeudi. "La semaine dernière, l'Europe a connu une augmentation du nombre de cas hebdomadaires pour la première fois depuis des mois", a déclaré le directeur de la branche Europe de l'OMS, Hans Kluge, depuis Copenhague. "Dans onze pays, l'accélération de la transmission a entraîné une recrudescence très importante qui, si elle n'est pas maîtrisée, poussera les systèmes de santé au bord du gouffre une fois de plus en Europe", a-t-il poursuivi.

Car dans d'autres pays, le déconfinement continue de plus belle. À Paris par exemple, la Tour Eiffel a rouvert, avec certes encore peu de touristes, et le Louvre suivra le 6 juillet.

La Grèce, elle, où l'épidémie a fait 191 morts, assure qu'elle a pris "un maximum" de mesures de sécurité pour protéger les touristes, selon le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. Les aéroports grecs accueilleront de nouveau des vols internationaux le 1er juillet.

Et les Anglais, pour la journée la plus chaude de l'année, se sont précipités sur les plages jeudi, au point de submerger les autorités locales qui ont fait intervenir la police dans la station balnéaire de Bournemouth.

Accélération aux États-Unis

Après un long "plateau" la pandémie gagne en ampleur dans une immense partie des États-Unis et s'accroît également en Amérique latine, notamment au Mexique et au Brésil où les bilans des décès quotidiens continuent de grimper.

Le Texas, épris de libertés et État américain le plus grand du pays, avait commencé à rouvrir le 1er mai, mais le chef de l'exécutif local, le gouverneur Greg Abbott, a décidé jeudi de ne pas passer aux étapes suivantes de déconfinement en raison de la hausse des hospitalisations. Ce grand État a rapporté jeudi 5.996 nouveaux cas de coronavirus, un nouveau record. "La dernière chose que nous voulons est de revenir en arrière et de fermer les commerces", a cependant déclaré l'élu républicain.

C'est pourtant la nouvelle crainte de nombreux responsables américains d'une vaste frange couvrant le Sud et l'Ouest, qui observent depuis quelques semaines leurs hôpitaux se remplir de malades du Covid-19 et se demandent s'il ne faut pas, au minimum, rendre obligatoire le port des masques en public. Le Nevada vient de le décréter pour tous les espaces publics fermés, et donc dans les casinos de Las Vegas, dès vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité