epinglé

Coronavirus: la guerre des masques réveille les prédateurs

En quelques semaines d'épidémie, le marché mondial du masque est devenu le théâtre d'une bataille. ©REUTERS

En pleine pandémie de coronavirus, le masque de protection est devenu l'objet de toutes les convoitises, la plupart des pays étant en situation de pénurie. Un "or blanc" suscitant des comportements prédateurs et immoraux.

Détournements, marché noir, triplement des prix, malfaçons... en quelques semaines, le masque de protection est devenu l'objet d'un nouveau commerce où le vendeur est roi. Une ruée sur vers "l'or blanc", suscitant des comportements prédateurs, où le "chacun pour soi" est devenu la règle.

Jeudi, une cargaison de millions de masques était prête à s'envoler de Chine pour la France. Des Américains ont débarqué sur le tarmac, aligné en cash trois fois le prix de la commande et raflé le tout. L'acheteur, Jean Rottner, président du Grand Est, la région de France la plus affectée par l'épidémie de coronavirus, a dénoncé le détournement. Les autorités américaines démentent, mais l'opération aurait été menée par une société privée. D'autres responsables français ont rapporté les mêmes faits.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit "très inquiet" après que des masques destinés au Québec aient été détournés vers les États-Unis.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est dit "très inquiet" après que Radio Canada ait révélé que des masques destinés au Québec avaient été détournés vers les États-Unis.

Quelques jours après que la pandémie ait éclaté aux États-Unis, les hôpitaux du pays se sont trouvés à court de masques. Le Président, Donald Trump, a ordonné d'accroître la production nationale. En attendant, les acheteurs américains fondent sur la production chinoise. D'autres sources rapportent les mêmes comportements agressifs de la part d'acheteurs russes, français et israéliens.

Une spéculation cynique et immorale

Alors que la bataille des masques fait rage, le marché explose. Le prix du masque N95, réputé filtrer 95% des particules, a quintuplé. Les frais de fret aérien ont triplé.

2
milliards de masques
Au début de l'épidémie, la Chine a acheté en un mois deux milliards de masques, asséchant le marché mondial.

La Chine a aspiré la plus grande partie des stocks mondiaux de masques au début de l'épidémie. En un mois, elle en a importé 2 milliards, soit 2 mois et demi de production mondiale. Aujourd'hui, l'industrie chinoise a décuplé sa production, assurant un monopole sur un marché mondial asséché. La marchandise est achetée dès la sortie d'usine, le plus souvent sans vérification.

Une spéculation cynique et immorale a pris place, où producteurs et traders attendent le plus offrant. Des acheteurs, des hôpitaux et des collectivités, par nature altruistes, se font dévaliser ou ne reçoivent pas le matériel dont ils ont tant besoin, au détriment du personnel soignant et des malades

Lire également

Publicité
Publicité