Coronavirus: les enfants davantage contaminés à la maison qu'à l'école

©BELGA

Selon un rapport de Sciensano, les enfants développent également moins souvent des symptômes que les adultes et souffrent plus rarement de complications sévères.

Revenons d'abord sur les chiffres liés aux nouvelles contaminations. Au cours de la semaine écoulée, 4.240 nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés. Le plus grand nombre de cas a été enregistré dans la province d'Anvers, qui recense environ 1.300 des nouvelles infections, soit 1/3 à l'échelle nationale. Mais on continue de constater une diminution régulière avec une baisse de 3% par rapport à la semaine précédente.

Le plus grand nombre de nouveaux cas provient toujours de la Région de Bruxelles-Capitale: 750 nouveaux cas. On y observe une augmentation soutenue d'environ 50%, ce qui correspond à un doubement des nouveaux cas toutes les deux semaines. Il y a aussi une augmentation régulière du nombre de tests effectués, qui correspond aujourd'hui à 12 tests par 1.000 habitants par jour. Mais le taux de positivité (la proportion des tests revenant positifs) augmente également: +6%.

Dans les autres provinces, la plus forte augmentation se situe en Flandre occidentale: une augmentation de 50% par rapport à la semaine précédente. Il s'agit cependant de faibles chiffres en valeur absolue: 240 la semaine dernière, et qui proviennent surtout de contaminations dans une usine de viande (Westvlees NV). Dans les autres provinces, on observe une évolution favorable, par exemple à Liège où la moyenne hebdomadaire a baissé.

Des décès dus aussi à la chaleur extrême?

Comme indiqué dans notre article reprenant le bilan sanitaire quotidien, il y a actuellement une augmentation régulière des hospitalisations: 33 admissions par jour en moyenne, alors qu'elles s'élevaient à 10 par jour il y a un mois. On observe aussi une augmentation des décès: quand ceux-ci étaient encore de 2 à 3 décès auparavant, on constate une forte augmentation depuis le début de la semaine avec 11, 13 et 9 décès les 3 premiers jours respectivement. Les 3/4 de ces décès proviennent de résidents de maisons de repos ou de soins. La plupart ont eu lieu en provinces du Hainaut et d'Anvers.

Cette augmentaiton coïncide toutefois avec la période de chaleur extrême et de concentration d'ozone très élevée, qui peuvent affecter les personnes âgées et les populations plus vulnérables. Ces deux facteurs ont pu jouer conjointement pour expliquer ce pic de mortalité, souligne la docteure Frédérique Jacobs.

Les enfants moins atteints par le Covid-19

Un rapport rédigé par Sciensano reprend des données sur les enfants atteints du Covid-19 depuis le début de l'épidémie jusqu'au 28 juin. Un enfant est défini comme toute personne âgée de moins de 18 ans.

  • Les tests moins souvent positifs

Le premier point concerne le nombre de tests réalisés. Le nombre total de cas confirmés est faible chez les enfants. Ils sont certes moins testés que les adultes (la moitié des tests) mais ils sont aussi proportionnellement moins souvent positifs que les adultes (1,8% de taux de positivité contre 6,3% chez les adultes).

On constate par ailleurs que le nombre de tests effectués est plus élevé chez les enfants de moins d'un an et à partir de 13 ans, tout comme le taux de positivité.

  • Les données scolaires

Lors de cette période, 378 cas ont été signalés à l'école, dont 270 concernent des élèves et 108 des membres du personnel. 69% ont été notifiés après le 15 mai, quand les cours ont repris. La conséquence de ces infections a été la mise en quarantaine préventive de 4.715 personnes. 94% concernent des élèves et les 6% restant des enseignants.

Or le nombre d'infections secondaires en relation avec un contact à l'école est de seulement 1%, alors que dans les familles ces contaminations secondaires sont de 10 à 20%. 11 membres du personnel (4,7%) sont concernés par ces infections secondaires à l'école et 36 élèves (0,8 % des élèves en quarantaine) ont probablement été contaminés à l'école.

  • Les hospitalisations chez les enfants

La surveillance clinique des patients hospitalités résume les données de 70% des enfants admis à l'hôpital. Elles concernent 267 enfants hospitalisés dans 56 hôpitaux. La plupart de ces diagnostics ont eu lieu dans la semaine du 22 au 28 mars. 47% des hospitalisations concernent des enfants de moins de 1 an et 1/3 des bébés de moins de 3 mois. Mais cette proportion peut s'expliquer par le fait que la fièvre est un signal d'alarme chez les enfants de moins de 3 mois, on effectue donc souvent une admission plus rapide. Leur séjour à l'hôpital a lui été de courte durée (une médiane de 3 jours).

Il revient en outre que seulement 13% de ces enfants hospitalisés avait des maladies sous-jacentes, dont surtout l'obésité, une immunodéficience et du diabète.

  • Moins de complications sévères

Des complications sévères ont été observées chez 19% des enfants hospitalisés, la plus fréquente étant la pneumonie (9%). Seulement 3% ont nécessité une admission aux soins intensifs. Les complications les plus sévères ont surtout touché les enfants de plus d'un an. Au cours de la période de ce rapport, il n'y a pas eu de décès chez les enfants hospitalisés, mais une fille de 12 ans est décédée. En dehors de la période de ce rapport, on a aussi malheureusement constaté le décès d'un enfant de 3 ans.

Sciensano conclut donc de ces données que les enfants développent moins souvent des symptômes du Covid-19 que les adultes, que les infections secondaires surviennent moins souvent à l'école qu'à la maison et qu'ils souffrent rarement de complications sévères. Ils restent également peu de temps à l'hôpital.

Attention aux voyages en Espagne et en Roumanie

Le SPF Santé Publique a également tenu à mettre l'accent sur le code couleurs concernant les voyages et retours vers les pays européens, mis à jour tous les jours à 16h sur le site du SPF Affaires étrangères. Des régions vont encore changer de couleur ce vendredi. Il faut faire tout particulièrement attention à l'Espagne et la Roumanie qui recensent des niveaux de contamination très élevés. La plupart des régions en Roumanie sont ou vont devenir rouges, tout comme l'île de Malte. Le centre de crise demande donc de toujours regarder la situation de notre destination, de choisir en principe des zones vertes et de respecter les règles de base où que l'on se trouve.

Quatre zones rouges en Europe

Avis contre les voyages à la Côte ce week-end

Le porte-parole du centre de crise Antoine Iseux rappelle également qu'il faut éviter les endroits très fréquentés ce week-end. Si sur place on constate qu'il y a trop de monde, il vaut mieux changer de plan ou revenir plus tard.

"Ce n'est pas le moment d'aller en masse à la Côte!", souligne-t-il. Pour lutter contre les transmissions, les autorités locales ont pris des mesures particulières dont des systèmes de réservations, vous pouvez les consulter sur le site lelittoral.be. Il reprend aussi un baromètre d'occupation des plages où l'on obtient une tendance du nombre de personnes présentes par plage. S'il est vert, la situation est calme, s'il vire au jaune ou orange, il est déconseillé de se rendre sur place.

D'autres mesures ont également été décidées: une partie des trains supplémentaires vers la Côte ne sera pas mise en service. La SNCB limitera aussi l'embarquement pour ne pas dépasser un taux d'occupation de 80%.

Lire également

Publicité
Publicité