Coronavirus: les enfants seraient bien plus contagieux qu'on ne le pense

©Photo News

Selon une étude américaine, les très jeunes enfants pourraient être d’importants propagateurs du virus dans la population, contrairement au discours actuel.

Le taux de matériel génétique du coronavirus détecté dans le nez d’enfants de moins de cinq ans est 10 à 100 fois plus élevé que celui trouvé chez des enfants plus âgés et des adultes, selon une étude américaine publiée ce jeudi.

Les très jeunes enfants pourraient donc être d’importants propagateurs du virus dans la population, selon cette étude parue dans la revue médicale JAMA Pediatrics, une hypothèse allant à l’encontre du discours actuel. Les autorités sanitaires jugent ainsi que les jeunes enfants ne transmettent pas beaucoup le virus, d’autant qu’il a été établi qu’ils ont moins de risques de contracter une forme sévère de la maladie.

Entre le 23 mars et le 27 avril, des chercheurs ont mené à Chicago des tests de dépistage avec prélèvement nasal sur 145 patients, souffrant d’une forme légère à modérée de la maladie Covid-19, une semaine après l’apparition de leurs premiers symptômes.

"Les comportements habituels des jeunes enfants et les endroits clos dans les écoles et les garderies posent la question d’une propagation du Covid-19 dans cette population."

Les patients étaient divisés en trois groupes: 46 enfants de moins de cinq ans, 51 enfants âgés de 5 à 17 ans et 48 adultes entre 18 et 65 ans. L’équipe a observé la présence de SARS-CoV-2 en quantité "10 à 100 fois supérieure" aux autres dans les voies respiratoires des jeunes enfants. "Les comportements habituels des jeunes enfants et les endroits clos dans les écoles et les garderies posent la question d’une propagation du SARS-CoV-2 dans cette population à mesure que les mesures sanitaires s’assouplissent", concluent les chercheurs.

Un 4e cas positif dans un camp de jeunesse

80.000
Le nombre d'enfants et guides ayant participé à des camps de jeunesse lors du mois de juillet.

En parallèle de cette étude, un enfant a été diagnostiqué positif au Covid-19 après avoir participé à un camp de jeunesse, le quatrième en juillet indique le site de la RTBF. Les mouvements de jeunesse francophones ont organisé plus de 2.200 camps ce mois-ci, rassemblant quelque 80.000 enfants et guides.

Selon les chiffres du cabinet de la ministre de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), 277 personnes ayant pris part à ces camps ont été soupçonnés d'avoir contracté le virus. Après dépistage, quatre cas se sont avérés positifs, mais les résultats complets des tests ne seront disponibles qu'en début de semaine prochaine.

La Task force belge pour les enfants lance une plateforme

Hasard du calendrier ou non, c'est ce vendredi qu'a choisi la Belgian Pedriatric Task Force pour lancer une plateforme d'informations sur le coronavirus à destination des enfants. Celle-ci se nommera "JOY" et a pour but de "rééquilibrer l’impact de la crise sanitaire sur le bien-être psychosocial des enfants et des jeunes". Cette initiative est soutenue par toutes les autorités, la Commission nationale pour les droits de l’enfant, le Délégué Général aux Droits de l’Enfant avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin et de UNICEF Belgium.

"Les initiateurs de cette plateforme veulent supprimer ou au moins réduire les peurs et l’incertitude ambiante qui entourent les enfants."

"JOY se veut une plateforme d’informations qui tisse du lien entre les initiatives existantes et qui offre des informations claires et scientifiquement étayées sur le Covid-19 et les enfants. Les initiateurs de cette plateforme veulent supprimer ou au moins réduire les peurs et l’incertitude ambiante qui entourent les enfants, les jeunes et les personnes de leur entourage", explique le communiqué.

Cette plateforme se concentrera sur différents domaines pour le bien-être de l'enfant, dont les symptômes de stress qui font suite à la pandémie: "problèmes de sommeil, troubles anxieux et de l’humeur, perte et augmentation de l’appétit, problèmes de motivation scolaire et de concentration", etc. Elle a également pour but de répondre aux questions des parents, des travailleurs et prestataires de soins à l’enfance et à la jeunesse et des enseignants.

Elle se développera dans les mois à venir avec des mises à jour d’informations et un webinaire destiné au personnel enseignant fin août.

Lire également

Publicité
Publicité