Coronavirus: "On ne peut pas attendre quinze jours"

Les chiffres de propagation du Covid-19 sont en nette augmentation en Belgique, comme ailleurs en Europe. ©REUTERS

Les chiffres de propagation du nouveau coronavirus augmentent à nouveau, et très rapidement. Des tensions entre Bruxelles et la Flandre apparaissent sur la question de l'accueil des patients.

L'évolution des statistiques n'est absolument pas bonne: le message des porte-parole de Sciensano est clair, la propagation du Covid-19 en Belgique n'est plus sous contrôle. Quelques chiffres: la moyenne quotidienne des nouvelles contaminations a franchi la barre des 2.000 cas, le nombre moyen de nouvelles infections a grimpé de 32% par rapport à la période de sept jours précédente, alors que des chiffres récents laissaient espérer une stabilisation.

Les provinces de Namur et de Luxembourg connaissent la plus forte augmentation mais près de 10% des cas constatés la semaine passée proviennent de quatre communes: Molenbeek, Bruxelles-Ville, Schaerbeek et Anderlecht. Et en un mois, le nombre d'infections a décuplé auprès des plus de 90 ans.

Un baromètre en préparation

En attendant, que faire pour endiger la remontée? Pour l'instant, aucun Conseil national de sécurité (CNS) n'est planifié. Après s'être réuni une première fois lundi en soirée, un nouveau Comité de concertation qui comprend des représentants du fédéral et des représentants des entités fédérées doit se réunir encore ce mardi après-midi. Les ministres concernés discutent du baromètre déterminant les mesures à prendre en fonction de l'évolution de l'épidémie, et élaboré par le Celeval.

"Partout, on est frileux pour réinstaurer des mesures chocs, comme un confinement global, mais à partir du moment où on baisse la garde globale, ce que fait chaque individu prend toute son importance."
Yves Van Laethem
Virologue

Bulle réduite?

Ce week-end, le nouveau ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) a recommandé de limiter ses contacts à trois personnes en dehors de son ménage, alors que la bulle de cinq personnes est officiellement en vigueur. On s'attend donc à ce que certaines règles soient renforcées prochainement.

"Passer d'une bulle de 5 contacts à 3 ne va pas sauver la situation en quinze jours!"
Yves Van Laethem
Virologue

Cette idée de restreindre le nombre de contacts "fait partie des mesures à dessiner dans le cadre du nouveau baromètre", explique Yves Van Laethem. "Tout le monde en Europe cherche la solution. Et se demande pourquoi les anciennes recettes ne fonctionnent plus." Le porte-parole interfédéral du centre de crise estime que la diminution à trois du nombre de relations fait sens, "même si ça ne va pas sauver la situation en quinze jours! Partout, on est frileux pour réinstaurer des mesures chocs, comme un confinement global, mais à partir du moment où on baisse la garde, ce que fait chaque individu prend toute son importance: il ne faut pas baisser sa garde personnelle!"

"On ne peut pas attendre quinze jours"

Il apparaît que l'essentiel des contaminations se passe dans les cercles familial et privé. Les écoles sont toujours en code jaune, même si le nombre de cas est en nette augmentation, comme le démontrait le baromètre de l'ONE vendredi (114 cas pour 100.000 élèves quatre semaines après la rentrée, contre 36 lors de la 2e).

Le virologue Van Laethem attend donc "une prise de position nette et rapide de Frank Vandenbroucke et d'Alexander De Croo. On ne peut pas attendre 15 jours".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité