analyse

Covid-19 aux États-Unis: "Donald Trump fait tout ce qu'il ne faut pas faire"

Donald Trump a longtemps nié les risques d'une expansion de la pandémie de Covid-19 aux États-Unis. Aujourd'hui, les chiffres le rattrapent... ©Photo News

Alors que Donald Trump a longtemps fait croire que son pays serait épargné par la crise du Covid-19, les États-Unis sont touchés de plein fouet. Les atermoiements du Président ont fait perdre un temps précieux dans la gestion de la crise.

 Près des trois quarts des Américains vivent désormais confinés. 5.116 décès liés au Covid-19, dont 884 pour mercredi, ont déjà été enregistrés, c'est plus qu'en Chine où l'épidémie s'était déclarée. On est désormais loin des prévisions optimistes de Donald Trump qui espérait, pas plus tard que la semaine dernière, faire redémarrer l'économie du pays pour Pâques, le 12 avril... 

Mardi, le Président américain a enfin mis en garde: "Je veux que chaque Américain soit prêt pour les jours difficiles qui nous attendent." Son ton a changé...

"Donald Trump n'a pas écouté ses conseillers alors que les services de renseignements lui parlaient de la menace depuis janvier!"
Tanguy Struye
Professeur en relations internationales (UCLouvain)

"Donald Trump fait tout ce qu'il ne faut pas faire en situation de crise", relève Tanguy Struye, professeur en relations internationales à l'UCLouvain. "Il a publiquement nié le problème jusqu'à la semaine dernière, il n'a pas pris les choses au sérieux, n'a pas écouté ses conseillers alors que les services de renseignements lui parlaient de la menace depuis janvier! On savait qu'il n'était pas un bon leader, mais en tant qu'homme d'affaires, on espérait qu'il soit un bon manager de crise. Et non!"

Le système de santé américain, dans lequel beaucoup de personnes ne bénéficient pas d'une couverture de sécurité sociale, risque de faire grimper le taux de mortalité dû au coronavirus. La Maison-Blanche a présenté ses projections, sur base de l'avis d'Anthony Fauci, médecin qui conseille Trump sur la pandémie: la maladie devrait faire entre 100.000 et 240.000 morts aux États-Unis avec les restrictions actuelles, contre le scénario catastrophe de 1,5 à 2,2 millions de décès si aucune mesure n'avait été prise. 

Mal préparés

Des tentes sont montées dans Central Park pour accueillir des patients et effectuer les premiers triages. ©Photo News

New York, épicentre de l'épidémie dans le pays, se bat actuellement pour augmenter sa capacité hospitalière avant le pic de l'épidémie, attendu d'ici "7 à 21 jours", selon le gouverneur Andrew Cuomo. Des hôpitaux provisoires sont installés dans un centre de conférences, des tentes sont montées dans Central Park... Les dirigeants des États les plus touchés s'inquiètent d'une pénurie d'équipement dans les hôpitaux, notamment de respirateurs artificiels. Les masques aussi manquent, comme un peu partout en Europe. 

"Trump dira: 'C'est un bon résultat, j'ai bien fait mon boulot.' Mais les Américains vont-ils avaler ça?"

"Les hôpitaux américains sont très mal préparés. Comme en Italie et en Espagne, on risque vite d'avoir des lits dans les couloirs. Mais les États-Unis n'ont aucune excuse, le pic arrivera chez eux 15-20 jours plus tard que dans ces pays, ils avaient le temps de prévoir. En négligeant la menace, Trump a fait perdre trois semaines aux hôpitaux. Il a bien trop tardé à mobiliser l'État fédéral, les entreprises et à organiser l'aide", réagit le professeur de l'UCLouvain.

Vendredi, le Président a fini par invoquer une loi datant de la guerre de Corée pour obliger General Motors à produire des respirateurs artificiels. L'usine doit maintenant former son personnel, trouver les matériaux... Bref, les premiers appareils ne seraient disponibles qu'à la fin de ce mois.

Quelles répercussions sur les élections?

100.000
morts
Selon les prévisions, le Covid-19 devrait faire entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis avec les restrictions imposées

Tous ces atermoiements risquent évidemment de peser au moment où les Américains devront choisir leur nouveau président. Les conséquences sanitaires, sociales et économiques vont jouer leur rôle. Les premiers effets sont là: le nombre de nouveaux chômeurs hebdomadaires a atteint la semaine dernière un niveau sans précédent.

"Ça va se jouer au nombre de morts et sur la gestion des prochains jours", estime Tanguy Struye. "En comparant le bilan au scénario catastrophe de 2 millions de décès, Trump dira: 'c'est un bon résultat, j'ai bien fait mon boulot.' Mais les Américains vont-ils avaler ça? Les démocrates vont devoir démonter son raisonnement. Joe Biden a déjà commencé."

Les "coronasceptiques" doivent s'incliner face au virus

Face à la courbe des différents indicateurs de propagation du Covid-19, les "coronasceptiques" retournent tour à tour leur veste, comme Donald Trump. Mais pas toujours complètement.

Il y a d'abord eu Boris Johnson. Grand adepte de l’immunité collective, vivement critiqué par les scientifiques et par sa population inquiète, il refusait le confinement. Mais il a changé d'avis. Depuis une dizaine de jours, il a opté pour cette stratégie du confinement pour la Grande-Bretagne. Pour au moins trois semaines afin de freiner la propagation du virus. Mais les hôpitaux sont débordés et le dépistage ne suit pas. Le cap des 2.000 morts est proche.

Au Brésil, le Président Jair Bolsonaro s'est aussi illustré en se moquant des mesures de protection prises par les responsables régionaux et locaux. Dimanche passé, il s'est encore rendu sur un marché très fréquenté, histoire de montrer qu'il ne craignait rien... Mais lui aussi vient de changer de stratégie, en rhétorique en tous cas, admettant que l'épidémie constituait "le plus grand défi" posé à sa génération et non plus "une petite grippe" comme il la qualifiait jusqu'ici.  Seulement, pour lui, il ne faut surtout pas nuire à l’économie. "Nous avons une mission, sauver des vies sans oublier les emplois", insiste-t-il. 

 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité