1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

De Block veut que les mesures de sécurité restent "vivables" pour les gens

La ministre de la Santé Maggie De Block s'est prononcée ce jeudi contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux. "Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, ndlr) reste vivable", a-t-elle plaidé.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Après plus de six heures de discussion par visioconférence, les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-sept ont abouti ce jeudi soir à un accord sur les étapes à suivre pour aborder les conséquences économiques et financières de la crise du coronavirus. >> Les détails ici L'Europe en quête d'une gestion de crise solidaire

    Selon le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, les festivals d'été ne pourraient probablement pas avoir lieu.

    ► La ministre de la Santé Maggie De Block s'est prononcée contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux. "Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, ndlr) reste vivable", a-t-elle plaidé, contredisant ainsi son collègue de l'Intérieur, qui n'avait pas exclu un peu plus tôt dans la journée que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose aux gens une restriction de distance pour les sorties en extérieur.

    ► La Chambre a approuvé en séance plénière la proposition de loi qui donne au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour faire face à la crise du covid-19 par 104 voix pour, 8 contre (PTB) et 16 abstentions (Vlaams Belang). >> Les détails ici Après la confiance, Wilmès II décroche les pouvoirs spéciaux

    ► L'Italie a annoncé une nouvelle hausse du nombre de contaminations au coronavirus, après quatre jours consécutifs de baisse. Le pays compte désormais 62.013 contaminations, en augmentation de 4.492 en 24 heures. En France, le coronavirus a causé 365 décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures dont, "pour la première fois, une jeune fille de 16 ans" en Ile-de-France, portant le bilan à 1.696 morts depuis le début de l'épidémie.

    ► Trois entreprises technologiques du nord du pays ont développé ensemble une application afin d'endiguer "plus rapidement et plus efficacement" la propagation du coronavirus. Intitulée "Flattening The Curve" et disponible gratuitement à partir de la semaine prochaine, elle préviendra les utilisateurs des endroits répertoriant de nombreuses contaminations ou encouragera à consulter un médecin lors de l'apparition de symptômes de la maladie Covid-19.

    ► Après Lidl, Aldi et Carrefour ont également décidé d'ajuster leurs heures d'ouverture aussi longtemps que les mesures pour endiguer la propagation du coronavirus seront d'application.

    ► La ministre de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), a décidé de l'annulation de tous les stages, activités et rassemblements dans les domaines du sport et de la jeunesse jusqu'au 19 avril inclus, soit la fin des vacances de Pâques.

    ► La Première ministre, Sophie Wilmès, a demandé aux partenaires sociaux du Groupe des 10 de se mettre en contact avec le Centre national de crise afin d'affiner la liste des secteurs économiques essentiels en vue de la réunion du Conseil national de sécurité de ce vendredi.

     En Belgique, le pic de l'épidémie n'est pas en vue. 42 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été recensés ces 24 dernières heures, portant à 220 le nombre de personnes ayant succombé au coronavirus dans notre pays. Le nombre d'hospitalisations a augmenté à 2.652 (+536 en 24h). Le pic de l'épidémie n'est attendu que "dans les prochaines semaines", selon les autorités, qui appellent les Belges à rester confinés. Pour l'épidémiologiste Marius Gilbert, on ne constate "toujours pas d'effet mesurable des mesures" de confinement à ce stade, la courbe des contaminations continuant à grimper significativement. > En graphiques, le point sur la situation belge.

    Le déficit explose. L'effet de paralysie de la crise du coronavirus sur l’économie belge pousse nos finances publiques dans le rouge. Le déficit public passerait de 2 à 7% du PIB, soit 30 milliards d'euros, selon De Tijd. Le ministre du Budget David Clarinval estime ce chiffre "prématuré".

    ► Moody's révise à négative sa perspective pour le système bancaire belge. L'agence de notation Moody’s a révisé sa perspective pour les 10 principaux systèmes bancaires en Europe. Les perspectives des systèmes bancaires belge, danois, néerlandais, français, italien et espagnol passent de stables à négatives.  

    ► Les États-Unis en probable récession. Le président de la Fed Jérôme Powell estime que "les États-Unis sont probablement en récession". Le nombre de demandes d'allocations de chômage a explosé, selon les chiffres publiés ce jeudi. Elles s'envolent à 3,28 millions de demandeurs, contre 282.000 la semaine précédente.

    ► Lourds bilans en Espagne et aux États-Unis. Le nombre de morts dus au coronavirus en Espagne a passé la barre des 4.000, avec 655 décès en 24 heures, ce qui porte le bilan à 4.088 morts, selon les chiffres officiels. 56.188 cas ont été confirmés, en augmentation de 19% de mercredi à jeudi, une progression toutefois moins forte que les 27% de la veille. Aux États-Unis, le nombre de morts a grimpé en quelques heures de 827 à 1.031. La première économie mondiale compte à présent 68.572 cas confirmés, selon un décompte de l'université Johns Hopkins. Les États-Unis arrivent au troisième rang des pays pour le nombre de cas confirmés, derrière l'Italie et la Chine.

  • Les Etats-Unis ont le plus grand nombre de cas recensés dans le monde

    Les Etats-Unis ont dépassé l'Italie et la Chine et sont devenus le pays du monde à compter le plus de cas recensés d'infection au coronavirus, selon les données du New York Times.

    Les Etats-Unis, qui sont le pays où la pandémie progresse le plus rapidement, ont comptabilisé au moins 81.321 cas, selon les chiffres du quotidien américain. L'Italie dénombrait ce jeudi 80.539 cas et la Chine 81.285.

  • Un accord entre les 27 sur la manière d'aborder la crise économique

    Après plus de six heures de discussion par visioconférence, les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-sept ont abouti ce jeudi soir à un accord sur les étapes à suivre pour aborder les conséquences économiques et financières de la crise du coronavirus, selon différentes sources. Les 27 ont décidé de donner 15 jours aux ministres de la zone euro pour trouver une riposte économique commune.

    Les derniers développements avaient fait état d'un blocage de l'Italie et l'Espagne sur un projet de texte final.

  • Les supermarchés donnent 233 tonnes de nourriture aux personnes dans le besoin

    Les supermarchés donnent 233 tonnes de nourriture, ce qui représente 460.000 repas, aux personnes dans le besoin par le biais notamment des banques alimentaires, annonce Comeos, la fédération du commerce.

    Les supermarchés belges ont l'habitude de faire don de leurs excédents aux banques alimentaires ou autres organisations sociales, relève Comeos. En cette période de crise sanitaire liée au coronavirus, qui a donné lieu à des ruées dans les grandes surfaces et à la constitution de stocks de provision par certains, ces excédents "ne sont (quasiment) plus disponibles", souligne Comeos.

    Le secteur de la grande distribution a tout de même tenu à faire un geste et fait don de 233 tonnes de nourriture ou 460.000 repas. Il s'agit de pâtes, lait, pommes de terre, viandes, farine, huile d'olive, légumes, boissons, chocolat et céréales. Dans les 233 tonnes sont également inclus des produits indispensables comme des détergents, du shampoing, des couches ou des mouchoirs. "Tous les supermarchés belges participent à cette initiative", précise Comeos.

  • Pour le ministre de l'Intérieur, les festivals seront certainement reportés

    Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, a indiqué ce soir sur VTM que les festivals d'été ne pourraient probablement pas avoir lieu. Il estime avec "une probabilité certaine" qu'ils devront être reportés.

    Selon M. De Crem, le pic de l'épidémie est attendu pendant la première semaine des vacances de Pâques. Demain, un Conseil national de sécurité se réunit une nouvelle fois. Une prolongation du confinement, en vigueur pour l'instant jusqu'au 5 avril, est probable. "Je pense que les indications montrent qu'on ne pourra pas y échapper mais la décision n'est pas encore prise", a glissé le ministre de l'Intérieur.

    Même une fois la courbe de l'épidémie "lissée", les experts estiment que le virus restera présent, a-t-il poursuivi. Les événements de masse représenteront alors un "foyer" de contamination. C'est le cas des festivals d'été: "nous devons apporter davantage de clarté avec le gouvernement. Mais j'estime sur base des informations dont nous disposons, qu'il existe une probabilité certaine qu'ils devront être reportés", a souligné Pieter De Crem.

  • De Block veut que les mesures de sécurité restent "vivables" pour les gens

    La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) s'est prononcée ce jeudi contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux. "Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, ndlr) reste vivable", a-t-elle plaidé ce soir lors du journal télévisé de la VRT, contredisant ainsi son collègue de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), qui n'avait pas exclu un peu plus tôt dans la journée que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose aux gens une restriction de distance pour les sorties en extérieur en raison de la pandémie de coronavirus.

    "L'objectif, c'est que les gens n'aillent pas tous au même moment faire du vélo sur la digue", a illustré la libérale. Si l'on respecte bien les distances de sécurité inter-personnelles, "on peut alors rouler à vélo aussi loin qu'on veut. Mais je comprends que la police souhaite pouvoir contrôler tout cela", a-t-elle ajouté.

    La ministre a également rappelé que marcher et faire du vélo étaient "bon pour la santé". "Dans d'autres pays, on ne peut parfois même plus sortir de chez soi. Nous voulons de notre côté que les gens aient toujours la liberté de bouger, de sortir avec les enfants, et de faire une balade à vélo.

  • La Chambre adopte la loi de pouvoirs spéciaux et la garantie

    La Chambre a approuvé en séance plénière la proposition de loi qui donne au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour faire face à la crise du covid-19 par 104 voix pour, 8 contre (PTB) et 16 abstentions (Vlaams Belang). L'habilitation vaut pour trois mois, que la Chambre pourra éventuellement renouveler. Le Sénat se réunira à son tour ce vendredi pour se prononcer sur le texte.

    La Chambre a également approuvé par 120 voix pour et 8 abstentions (PTB) la proposition de loi permettant d'octroyer une garantie d'Etat pour certains crédits dans le cadre de la lutte contre les conséquences du coronavirus. Le montant total des crédits garantis s'élève à 50 milliards d'euros en principal, répartis entre les banques sur base de leur part de marché dans les crédits concernés au 1er février 2020.

    La Chambre a par ailleurs installé la commission de contrôle des pouvoirs spéciaux. Elle sera présidée par Servais Verherstraeten (CD&V). Elle aura également deux vice-présidents: Eliane Tillieux (PS) et un membre du groupe Ecolo-Groen encore à désigner. Les réunions se tiendront le lundi après-midi.

  • Un centre pour patients atteints du coronavirus bientôt opérationnel à Vilvorde

    La transformation de l'ancien hôpital Van Helmont à Vilvorde en centre de soins de transition est en cours de finalisation, indique ce soir le bourgmestre de la commune brabançonne, Hans Bonte (s.pa). Le centre pourra accueillir un maximum de 60 patients. Le centre accueillera les patients qui ne sont pas suffisamment malades pour être hospitalisés mais dont les symptômes empêchent de rester à domicile. Il pourra aussi prendre en charge des malades à leur sortie de l'hôpital, qui ont encore besoin de temps pour se rétablir avant de rentrer chez eux.

    Dix-neuf patients qui ne sont pas contaminés par le Covid-19 pourront aussi être admis, s'il faut décharger les hôpitaux Jan Portaels de Vilvorde ou l'UZ Brussel. "Nous espérons naturellement que ce centre ne devra jamais être utilisé mais il sera prêt à partir de la semaine prochaine pour accueillir des patients", a souligné M. Bonte. "Etant donné que le pic de l'épidémie n'est plus attendu les 2 et 3 avril mais plus tard, nous avons encore un peu de répit. Nous sommes toujours occupés à recruter des infirmières ainsi qu'à la reconnaissance des lits d'hôpitaux, nécessaire pour le paiement du personnel."

  • Des vols de rapatriement depuis la RDC dans les prochains jours

    Les Affaires étrangères ont déjà organisé vingt vols pour rapatrier les Belges qui se trouvaient à l'étranger et souhaitaient rentrer. Des vols vers la République démocratique du Congo (RDC) sont prévus dans les prochains jours, indique le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin.

    Dix-sept mille concitoyens sont toujours inscrits sur travellers-online et se trouvent donc à l'étranger. "Notre priorité est d'essayer de trouver pour chacun d'entre eux une solution", a assuré M. Goffin dans un communiqué. "Dans les jours à venir, des vols sont prévus vers la RDC. Nous envisageons aussi des rapatriements depuis l'Amérique latine et du Sud et l'Asie", précise-t-il.

    La diplomatie belge reste aussi "attentive" aux collaborations et initiatives d'autres pays qui "pourraient permettre de trouver des solutions pour les Belges qui n'ont pas encore pu revenir au pays", a-t-il ajouté. Vingt vols ont déjà été organisés: sept depuis le Maroc (Marrakech et Agadir), deux en Tunisie, six sur Tenerife et deux sur les Iles Canaries, deux vols vers le Sénégal et un vers la Gambie et aujourd'hui un vol vers l'Egypte.

    Depuis le Maroc, 1.081 personnes ont déjà pu rentrer en Belgique. "Depuis plusieurs jours malheureusement, la situation se complique. Le Maroc a en effet fermé son espace aérien et nos concitoyens qui ont aussi la nationalité marocaine ne sont plus autorisées à quitter le Maroc", rapportent les Affaires étrangères. "A ce jour, 500 personnes actuellement au Maroc ont émis le souhait de rentrer en Belgique. Parmi celles-ci, 90 sont de nationalité belge sans double nationalité", a souligné M. Goffin. Pour les détenteurs d'une double nationalité, les Affaires étrangères rappellent que l'impossibilité de les rapatrier relève d'une décision du gouvernement marocain.

  • 365 décès en 24 heures en France

    Le coronavirus a causé 365 décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures dont, "pour la première fois, une jeune fille de 16 ans" en Ile-de-France, portant le bilan à 1.696 morts depuis le début de l'épidémie, a annoncé ce jeudi soir le directeur général de la Santé français Jérôme Salomon.

    Selon lui, 3.375 patients sont désormais en réanimation (+548 en une journée) avec une forme grave de la maladie sur un total de 13.904 (+ 2.365) patients hospitalisés en France.

  • 115 nouveaux morts au Royaume-Uni en un jour, 578 au total

    La pandémie de coronavirus a tué 578 personnes au Royaume-Uni, dont 115 de plus en 24 heures, tandis que le nombre de cas officiellement recensés a dépassé le cap des 10.000. C'est la première fois que le bilan quotidien publié par les autorités britanniques fait état de plus de 100 décès en 24 heures, témoignant de l'accélération de l'épidémie qui a poussé le gouvernement à décréter un confinement général lundi.

    Le nombre de cas officiellement recensés atteint désormais 11.658 personnes contaminées soit plus de 2.000 contaminations supplémentaires en 24 heures.

  • 662 nouveaux décès en Italie

    L'Italie annonce une nouvelle hausse du nombre de contaminations au coronavirus, après quatre jours consécutifs de baisse. Le pays compte désormais 62.013 contaminations, en augmentation de 4.492 en 24 heures.

    La variation quotidienne enregistrée mercredi était de 3.491, celle de mardi de 3.612, celle de lundi de 3.780, celle de dimanche de 3.957 et celle de samedi de 4.821. On dénombre également 662 nouveaux décès, portant le total à 8.165.

  • Trois entreprises flamandes lancent une application pour endiguer la pandémie

    Trois entreprises technologiques du nord du pays ont développé ensemble une application afin d'endiguer "plus rapidement et plus efficacement" la propagation du coronavirus. Intitulée "Flattening The Curve" et disponible gratuitement à partir de la semaine prochaine, elle préviendra les utilisateurs des endroits répertoriant de nombreuses contaminations ou encouragera à consulter un médecin lors de l'apparition de symptômes de la maladie Covid-19.

    Une fois l'application installée sur son smartphone, l'utilisateur devra lui donner l'autorisation de suivre ses déplacements. Il devra aussi répondre à quelques questions sur son état de santé, un formulaire qu'il faudra mettre à jour régulièrement. "De cette façon, l'évolution et la propagation du virus pourront être cartographiées rapidement", expliquent les trois entreprises flamandes derrière cette application - Adunio, MyBingli et Gaga.

    Toutes les données sont collectées de manière anonyme, assure Vincent Nys, l'un des développeurs de l'application. "Nous ne demandons pas d'autres informations que l'âge et le lieu de résidence. En plus, concernant la localisation, nous ne répertorions que les regroupements de personnes." Les données seront accessibles gratuitement en open data, notamment pour les centres de recherche et les autorités. Les créateurs se montrent très ambitieux: "si nous pouvons atteindre 30 à 40% des Belges, nous serons très heureux", lance Vincent Nys.

    Ils ont introduit une demande de subsides à l'accélérateur EIC de la Commission européenne. "Cela pourrait fournir un financement pour le lancement dans toute l'Europe gratuitement. Nous attendons une décision dans le mois", explique M. Nys. Un total de 250 millions d'utilisateurs est visé en Europe. L'équipe derrière "Flattening The Curve" a en outre été approchée par d'autres pays. Les ministres de la Santé publique de Roumanie, Serbie, Macédoine et de Russie ont notamment manifesté leur intérêt, comme des pays du Moyen-Orient. "La vente de l'application à des pays hors de l'Union européenne pourrait nous permettre de récupérer une partie de notre investissement", se réjouit M. Nys.

  • 15.500
    personnes
    La pandémie de coronavirus a tué 15.500 personnes en Europe, dont la majorité en Italie (8.165) et en Espagne (4.089), pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19, ainsi qu'en France (1.331). Avec 268.191 cas de contamination officiellement déclarés, l'Europe est le continent où la pandémie progresse le plus rapidement.

  • Dans le Brabant wallon, 280 procès-verbaux établis pour non-respect du confinement

    Jusqu'au mercredi 25 mars, 280 procès-verbaux ont été établis dans le Brabant wallon dans le cadre du non-respect des règles de confinement. Dans la zone de police de l'ouest brabançon (Braine-le-Château, Ittre, Rebecq, Tubize), 67 infractions ont été consignées tandis que Waterloo en compte 61 et le territoire de Nivelles/Genappe 51.

    Suivent les zones de la Mazerine (La Hulpe, Lasne, Rixensart) avec 34 PV dressés, de Braine-l'Alleud avec 29 unités et des Ardennes brabançonnes avec 14 constats.

    Dans le reste de la province, huit procès-verbaux ont encore été établis à Wavre, cinq dans l'est (Hélécine, Jodoigne, Orp-Jauche, Perwez, Ramillies), cinq sur le secteur d'Orne-Thyle (Chastre, Court-Saint-Etienne, Mont-Saint-Guibert, Villers-la-Ville, Walhain) et quatre dans la zone d'Ottignies/Louvain-la-Neuve.

    Deux procès-verbaux ont en outre été établis par des agents de la police fédérale de la route, ce qui porte à 280 le nombre total enregistré sur le territoire brabançon depuis l'application des mesures de confinement et de distanciation sociale édictées par les autorités.

  • La Région bruxelloise réserve 29 millions d'euros pour soutenir le social et la santé

    Les ministres bruxellois en charge des exécutifs de la Région-capitale, de la Commission Communautaire Commune (COCOM), de la Commission Communautaire Française (COCOF) et de la Commission Communautaire Flamande (CCF) ont décidé de créer un fonds spécial "coronavirus"  de 29 millions d'euros. Celui-ci permettra notamment de maintenir les subventions structurelles pour l'ensemble des secteurs du social, de la Santé, de l'Aide aux personnes de la Culture et du Sport ou encore de la Cohésion afin de limiter l'impact de la crise liée à la pandémie du coronavirus.

    Il est a fortiori destiné à ceux qui sont impliqués en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 et qui doivent réorganiser leurs missions avec un minimum d'équipements de protection et de communication. Ainsi, le secteur de l'aide à domicile (2,32 millions d'euros pour 3 mois), pourra accéder à du matériel supplémentaire pour l'ensemble des travailleurs chaque jour en contact avec les personnes les plus sensibles au coronavirus et pour réorganiser les tournées.

    Dans la ligne de mire du fonds également, le secteur des maisons de repos et maisons de repos et de soins (3,95 millions d'euros pour 3 mois) et le secteur de l'Action sociale (4,97 millions d'euros pour 3 mois).

    Bruxelles prévoit aussi la mise à disposition de 50 chambres d'hôtel en cas de saturation du réseau des maisons d'accueil ou des refuges pour femmes victimes de violence. Les secteurs des aides aux personnes handicapées (2,86 millions d'euros) et des entreprises de travail adapté (1,6 million) ne sont pas oubliés dans cette batterie non exhaustive de mesures annoncées.

  • Aldi, Lidl et Carrefour réduisent leurs heures d'ouverture

    Après Lidl, Aldi et Carrefour ont également décidé d'ajuster leurs heures d'ouverture aussi longtemps que les mesures pour endiguer la propagation du coronavirus seront d'application.

    ♦ Depuis mercredi soir, Lidl est ouvert une heure de moins: jusqu'à 19h au lieu de 20h en semaine et jusqu'à 18h au lieu de 19h le samedi. Carrefour fermera quant à lui les magasins sous sa propre direction - les hypermarchés et une grande partie des Markets - une heure plus tôt le vendredi soir, soit à 20h au lieu de 21h. En ce qui concerne les magasin franchisés, la décision de restreindre ou non les heures d'ouverture revient à leur gérant. Aldi fermera pour sa part une heure plus tôt à partir de samedi, soit à 18h au lieu de 19h. Pendant la semaine, Aldi reste toutefois ouvert de 8h30 à 19h.

    ♦ De leur côté, Colruyt, Delhaize et Albert Heijn gardent les mêmes heures d'ouverture qu'avant le déclenchement de la crise sanitaire. "Nous n'allons pas allonger nos heures d'ouverture mais n'allons pas non plus les restreindre", a ainsi indiqué la porte-parole de Colruyt, Silja De Cock. "Premièrement, la situation dans les magasins se normalise et nous ne voyons plus d'afflux de clients. Deuxièmement, nous voulons rester suffisamment ouverts afin de permettre aux personnes qui doivent encore travailler de faire leurs courses". 

    ♦ Alors que le secteur de la grande distribution est soumis à une pression maximale pour assurer la chaine d'approvisionnement en pleine crise sanitaire, les supermarchés semblent enclins à récompenser leur personnel pour les efforts fournis. Les syndicats ont notamment demandé aux supermarchés de fermer leurs portes plus tôt en soirée, sans que ça ne se traduise par une perte de salaire pour les employés. Ils proposent également comme compensation des jours de congés supplémentaires, des jours de récupération ou des primes. Des consultations sont actuellement en cours au niveau sectoriel. La plupart des supermarchés attendent d'ailleurs de voir où celles-ci mèneront avant de prendre des initiatives personnelles. Comeos, la fédération du secteur, avait déposé une proposition sur la table mercredi soir. Estimée insuffisante par les syndicats, elle a fait l'objet d'une contre-proposition ce jeudi matin. Les représentants des travailleurs n'avaient pas encore eu de retour des employeurs jeudi soir et les discussions se poursuivent donc. Ils entendent obtenir une réponse définitive ce vendredi et n'excluent pas des actions s'ils devaient ne pas être entendus.

  • Contrôle technique: certificats verts prolongés, concertation pour réouverture partielle

    A la suite de la décision de suspendre les contrôles techniques face à la propagation du coronavirus, le gouvernement wallon a décidé de prolonger de 6 mois la validité des certificats verts arrivant à échéance entre le 1er mars et la fin du confinement et donc de postposer les contrôles périodiques.

    Parallèlement, une concertation a été lancée pour envisager une réouverture partielle des centres de contrôle technique. Sont concernés par cette mesure les contrôles après 4 ans d'âge à dater de la première mise en circulation pour les voitures, voitures mixtes, minibus, ...; les contrôles tous les ans pour les camionnettes et les camions de plus de 3,5 T; les contrôles tous les 6 mois pour les taxis, bus, voitures auto-école, ambulances, ... ainsi que les contrôles tous les 3 mois pour les autobus et autocars.

    Le gouvernement régional a également décidé de postposer de 6 mois les contrôles non périodiques. Par contre, les certificats rouges faisant état d'une ou plusieurs défaillances techniques ne sont pas prolongés. Les véhicules dans ce cas ne peuvent plus circuler sur la voie publique.

    Parallèlement, afin d'anticiper toute prolongation de la durée du confinement, la ministre de la Sécurité Routière, Valérie De Bue (MR), a lancé une concertation avec les fédérations des contrôles techniques et transporteurs routiers ainsi qu'avec la Fédération Belge de l'Automobile et du Cycle (FEBIAC) pour rouvrir partiellement, dans les prochains jours, les stations de contrôle technique. Le service sera toutefois limité à certains véhicules utilitaires ou prioritaires.

    A la fin du confinement, l'exécutif prendra de nouvelles mesures afin de mettre en place une période transitoire "permettant à chacun, dans les capacités de fréquentation des stations de contrôles, de présenter son véhicule sans se mettre en défaut", a enfin signalé la ministre.

  • Tous les stages pour enfants annulés jusqu'à la fin des vacances de Pâques

    La ministre de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), a décidé de l'annulation de tous les stages, activités et rassemblements dans les domaines du sport et de la jeunesse jusqu'au 19 avril inclus, soit la fin des vacances de Pâques. Deux circulaires formalisant cette décision ont été envoyées aujourd'hui à l'ensemble des acteurs de ces secteurs.

    "Cette décision est difficile, mais c'est une mesure de précaution indispensable afin d'éviter au maximum la propagation du virus", s'est justifiée la ministre, citée dans un communiqué. Pour le sport, aucun stage ou rassemblement sportif de nature compétitive ou d'entraînement ne pourra être organisé jusqu'au 19 avril inclus. Pour le secteur de la jeunesse, toutes les structures et associations resteront fermées au public jusqu'à la même date. Concrètement, ceci implique qu'aucun stage, animation ou rassemblement ne pourra être organisé.

  • La Wallonie adopte de nouvelles dispositions fiscales en réponse à la crise

    En complément des mesures urgentes de suspension de tous les délais de rigueur prises par le gouvernement wallon en réponse à la crise du coronavirus, ce dernier a approuvé de nouvelles mesures fiscales.

    • Les délais pour passer les actes authentiques de revente d'un bien acquis il y a moins de 2 ans seront adaptés afin de garantir la restitution de 3/5 des droits d'enregistrement payés lors de l'acquisition du bien immobilier.
    • Le droit d'enregistrement pour les mandats hypothécaires sera réduit à 0%.
    • Afin de soutenir les établissements concernés par la taxe sur les appareils automatiques de divertissement, notamment dans le secteur Horeca, l'exécutif régional a décidé de réduire cette taxe de 1/12ème par mois ou partie de mois de fermeture obligatoire.
  • Dépister tout le monde, ce n'est pas possible, assure De Backer

    Il n'est pas possible, et certainement à ce stade de la pandémie, de pratiquer des tests de dépistage du covid-19 sur tout le monde, a assuré à la Chambre le ministre Philippe De Backer en charge de la task force qui doit accroître la capacité de dépistage et gérer le matériel de protection. De nombreux députés ont exhorté le gouvernement a recourir au dépistage massif afin de juguler au plus vite l'épidémie, invoquant les résultats engrangés dans d'autres pays, dont la Corée du sud.

    "Aujourd'hui, je ne vais pas donner l'impression que tout le monde sera testé. C'est impossible! On n'a pas cette capacité, personne n'a cette capacité", a souligné le ministre. La Belgique pourra passer dans les prochains jours de 2.000 à 10.000 tests par jour. La priorité demeure le personnel médical, a rappelé plus tôt dans la journée la ministre de la Santé, Maggie De Block. Une fois le pic de l'épidémie passé, un dépistage plus généralisé pourra être organisé, selon M. De Backer.

  • Le G20 promet un "front uni" et 5.000 milliards de dollars

    Les vingt premières puissances économiques ont promis d'injecter plus de 5.000 milliards de dollars dans l'économie et de faire "front commun" face au coronavirus et au risque de récession, à l'issue d'un sommet virtuel du G20 présidé par Ryad. Le bilan mondial de la pandémie de Covid-19 a dépassé les 21.000 morts et enfermé chez eux plus de trois milliards de personnes. Et les grandes puissances s'activent pour atténuer les effets de cette situation inédite sur leur économie.

    Face à un virus "qui ne connaît pas de frontières", les membres du G20 appellent dans leur communiqué final à la "solidarité", à la "transparence" et à la coopération avec les institutions internationales pour "rétablir la confiance, préserver la stabilité financière et ranimer la croissance". "Nous injectons plus de 5.000 milliards de dollars dans l'économie mondiale, dans le cadre de politiques fiscales ciblées, de mesures économiques et de plans pour contrer les impacts sociaux, économiques et financiers de la pandémie", ont-ils souligné.

    Selon une source chinoise, sur les 5.000 milliards, la Chine, d'où l'épidémie est partie, a à elle seule "communiqué" le chiffre de 344 milliards - principalement en mesures fiscales. Lors de la réunion, le président chinois Xi Jinping a appelé les pays du G20 à abaisser leurs droits de douane, sujet de tensions entre Pékin et Washington, et à faciliter les flux commerciaux.

    Dans leur communiqué, les pays du G20 se sont engagés à "éviter les interférences non nécessaires à la circulation et au commerce international".

  • Les médecins spécialistes extrahospitaliers veulent plus de moyens

    Dans une lettre adressée à la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, et au ministre Philippe De Backer, responsable de la task force créée spécialement pour la recherche de matériel dédié à la lutte contre le coronavirus, le Groupement des unions professionnelles belges de médecins spécialistes (GBS) dénonce le délaissement des praticiens établis hors des hôpitaux.

    "Une fois de plus, le système de santé belge ignore les médecins spécialistes extrahospitaliers", regrette le GBS, qui explique que ceux-ci ne reçoivent pas de masques pour se protéger. "Des médecins spécialistes reçoivent des patients dans leur cabinet privé, sans pouvoir se protéger ni isoler un porteur potentiel", alertent les unions. Elles demandent donc que des masques de type FFP2 et FFP3, "plus appropriés pour les soignants", leur soient livrés.

    "Ces médecins ont droit eux aussi au respect et à la sécurité comme tous les professionnels de santé", poursuit le GBS. Le groupement se propose par ailleurs d'aider les spécialistes à se faire enregistrer pour recevoir des masques et demande au SPF Santé publique la mise en place d'une procédure spécifique pour ce faire.

  • 385 morts dans l'Etat de New York, +100 en 24 heures

    Le nombre de morts du coronavirus dans l'Etat de New York, épicentre de l'épidémie aux Etats-Unis, a fortement augmenté en 24 heures, avec 100 décès supplémentaires, soit 385 recensés depuis le début de l'épidémie, a indiqué le gouverneur de l'Etat.

    Ce jeudi matin, l'Etat de près de 20 millions d'habitants avait enregistré plus de 37.000 cas confirmés de la pandémie, a précisé le gouverneur Andrew Cuomo. Le nombre de morts aux Etats-Unis avait dépassé les 1.000 mercredi soir.

  • Les entreprises wallonnes pourront introduire leur demande d'indemnisation dès ce vendredi

    Les entreprises wallonnes forcées de fermer en raison des mesures décidées par la Conseil national de sécurité pourront introduire leur demande d'indemnisation à partir de demain/vendredi, annonce le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus (MR). La plate-forme wallonne pour introduire une demande sera mise en ligne par le SPW Economie ce vendredi à l'adresse www.indemnitecovid.wallonie.be, a-t-il précisé.

    "Vu l'urgence et l'ampleur de la crise, nous voulions agir vite, proposer un outil simple et rapide. Les premiers paiements arriveront en avril", a assuré le ministre. Pour y avoir droit, les entreprises doivent compter moins de 50 travailleurs et avoir un chiffre d'affaires annuel ou un total du bilan annuel qui n'excède pas 10 millions d'euros. Elles doivent également faire partie d'un secteur considéré comme éligible (restauration; hébergement; activités des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et activités connexes; commerce de détail sauf les presse shops; services personnels; autocaristes; attractions touristiques; forains; car-wash; auto-écoles et partiellement secteur événementiel).

    Elles doivent enfin être basée en Wallonie, avoir été en activité avant le 12 mars et avoir payé des cotisations sociales en 2018. Les starters et les entreprises créées après 2018 doivent quant à elles démontrer un paiement de cotisations au 4ème trimestre 2019 ou avoir des revenus justifiant le paiement de cotisations sociales.

    Selon Willy Borsus, quelque 55.000 entreprises et indépendants wallons sont potentiellement éligibles à l'indemnité compensatoire de 5.000 euros octroyées par la Région.

  • Huit pays demandent à l'ONU de pousser Washington à lever ses sanctions

    Huit pays en conflit avec les Etats-Unis ont demandé dans une lettre au secrétaire général de l'ONU, rendue publique ce jeudi, de faire pression sur les Etats-Unis pour qu'ils lèvent leurs sanctions qui s'opposent, selon eux, à une lutte mondiale et efficace contre le Covid-19.

    Outre l'Iran, l'un des Etats les plus touchés au monde par le Covid-19, les pays auteurs de la missive sont la Russie, la Chine, le Venezuela, la Corée du Nord, le Nicaragua, Cuba et la Syrie. "Nous vous exhortons à demander la levée immédiate et totale de ces mesures illégales, coercitives et arbitraires de pression économique (...) afin de permettre une réponse totale et efficace de tous les membres de la communauté internationale face au coronavirus", souligne cette missive adressée à Antonio Guterres.

  • Le Belge au chômage temporaire peut garder sa voiture de société

     "Théoriquement, un employeur pourrait demander à récupérer le véhicule de société mais, dans la pratique, cela s’avère quasi impossible, étant donné que le secteur automobile est à l’arrêt", selon les explications de explique Laurence Philippe, Legal Expert chez Partena Professional. "De plus, si l’on compare la situation avec un congé de maternité, où la travailleuse n’est pas non plus payée par son employeur, les employeurs ne récupèrent généralement pas le véhicule de société durant son absence. La question est donc complexe et a d’ailleurs été posée aux différentes institutions afin de s’assurer du traitement social et fiscal applicable dans le cas présent."

    Pour en savoir davantage sur l’impact du chômage temporaire pour force majeure sur vos finances, retrouvez nos 10 questions (et leurs réponses) dans notre article : quel revenus en cas de chômage économique?



  • La Wallonie attend 250.000 masques FFP2 pour la fin de la semaine prochaine

    La Wallonie a commandé, au total, 5 millions de masques chirurgicaux et 760.000 masques FFP2, a affirmé ce jeudi le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, au cours d'un échange de vue, par vidéo-conférence, avec les parlementaires régionaux. Sur les 5 millions de masques chirurgicaux, 2,2 millions ont déjà été reçus. "Nous n'aurons pas le restant avant le 1er avril, voire le 15 avril", a précisé Di Rupo.

    Quant aux 760.000 masques FFP2, 250.000 d'entre eux sont attendus à la fin de la semaine prochaine. "Les autres arriveront eux aussi vers le 15 avril", a ajouté le ministre-président. "Nous faisons le maximum pour aller le plus vite possible mais nous dépendons des délais de nos fournisseurs et vous savez que les tensions sont énormes sur ce marché", a-t-il expliqué.

  • Une centaine d'inscriptions par jour depuis le début de la crise sur Solidare-it

    La plate-forme Solidare-it enregistre plus d'une centaine de nouvelles inscriptions par jour depuis le début de la crise du coronavirus en Belgique. Comptant actuellement 1.550 membres, le site d'entraide propose 80% d'offres pour 20% de demandes, prouvant ainsi un "bel élan de solidarité", soulignent les initiateurs du projet créé en 2017. Les offres les plus courantes sont l'aide pour les courses ou pour aller à la pharmacie, tandis que les demandes les plus fréquentes ont trait au maintien du lien social (appel téléphonique) ou aux promenades d'animaux domestiques.

    Solidare-it rapporte en outre que 50% des demandes sont faites par des associations pour le compte d'autres personnes, qui ont probablement un accès limité à internet. "Dans ce chaos, certaines personnes sont isolées et ont besoin de soutien. On peut les aider sans les voir ou les fréquenter tout en respectant les mesures de sécurité" imposées par les autorités pour endiguer la propagation du coronavirus, explique la plate-forme d'aides citoyennes gratuites principalement active dans les grandes villes du pays, tant en Wallonie qu'en Flandre.

    Pour bénéficier des services proposés via la plate-forme, il faut s'y inscrire gratuitement, renseigner sa région, sa demande ou son offre de service. Solidare-it se charge ensuite de mettre en contact les personnes ou les associations qui ont besoin d'un coup de main avec ceux qui souhaitent aider.

  • De Crem n'exclut pas la limitation de distance pour les sorties

    Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), n'est personnellement pas favorable à l'idée de limiter les sorties à l'extérieur dans un rayon d'un kilomètre autour du domicile, mais n'exclut pas la possibilité que le Conseil National de Sécurité de ce vendredi impose une restriction de distance.

    Le président de la Commission permanente de la Police locale (CPPL), Nicholas Paelinck, a appelé ce jeudi matin à ce que le Conseil National de Sécurité clarifie les règles concernent les sorties autorisées pour marcher, courir ou faire du vélo. La recommandation actuelle est que ces sorties doivent être effectuées à partir du domicile et ne doivent pas se faire en groupe. Selon Nicholas Paelinck, cette recommandation est trop vague.

    En France, tous les déplacements non essentiels sont limités à 1 heure par jour et à 1 kilomètre autour du domicile. Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem ne considère pas cette dernière limitation comme une bonne idée. "C'est tout simplement impossible dans des endroits densément peuplés. Parfois, des centaines de personnes vivent ensemble dans des immeubles résidentiels et des immeubles à appartements. Si vous limitez la distance de leurs déplacements à 1 kilomètre, vous obtenez le contraire de ce que vous voulez: éviter les contacts", explique le porte-parole du ministre, bien que De Crem n'exclut toutefois pas la possibilité d'une limitation des distances.

  • Les syndicats enseignants contre toute prolongation des cours pendant les vacances d'été

    Les syndicats des enseignants ont exprimé en front commun leur "refus catégorique" de toute prolongation des cours durant les vacances d'été pour compenser la suspension actuelle des classes pour cause de pandémie de Covid-19. Réagissant aux propos du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) selon qui "aucune piste ne pouvait être exclue" quant à l'organisation de la fin de l'année scolaire, les syndicats exigent que toute mesure soit soumise à la négociation sociale.

    L'idée de prolonger l'année scolaire durant les vacances d'été pour rattraper les semaines de cours perdues a été émise la semaine dernière par l'économiste belge Geert Noels, jugeant que pareille mesure serait à la fois bénéfique aux enfants et à l'économie en général. "Le personnel de l'enseignement a, comme chacun d'entre nous, particulièrement besoin de repos après une telle période suscitant l'angoisse et le stress. Nous exigeons de remettre l'humain au premier plan dans l'esprit des missions de l'enseignement", martèlent les syndicats dans un communiqué commun.

  • Octroi de pleins pouvoirs aux 19 communes bruxelloises

    Le gouvernement bruxellois a accordé ce jeudi des pouvoirs étendus au collège des bourgmestres et échevins à la demande des 19 communes bruxelloises.

    Cela signifie que les pouvoirs du conseil communal peuvent, le cas échéant, être délégués au collège et qu'en cas d'incapacité de se réunir physiquement, le conseil communal est autorisé à tenir des réunions virtuelles. Les membres du conseil communal sont tenus informés des discussions du collège, précise l'exécutif régional.

  • Les chauffeurs de taxis bruxellois demandent l'arrêt de leurs activités

    Les chauffeurs de taxis bruxellois ne sont pas d'accord avec le fait que leur métier reste une profession essentielle. Le secteur des taxis et le syndicat CSC-Transcom demandent donc l'arrêt complet des activités. Selon le Collectif des ouvriers Taxi, l'emploi dans le secteur a baissé de 75 à 80%. Les entreprises de taxis mettent leurs travailleurs en chômage temporaire tandis que les chauffeurs indépendants subissent de lourdes pertes.

    Les chauffeurs sont étonnés que leur métier fait partie des professions essentielles. Ils estiment qu'ils sont trop peu protégés par rapport à des chauffeurs des transports publics bruxellois Stib. "Les ambulanciers et les pompiers sont équipés de masques pour se protéger, nous n'avons rien. Pas même des gants ou des produits qui garantissent notre sécurité", a expliqué Michael Zybelberg, vice-président du collectif. "C'est pour des questions d'hygiène que nous demandons l'arrêt des activités et ainsi, les chauffeurs indépendants pourront faire appel à des mesures de soutien", souligne Lorenzo Marredda, délégué à la CSC-Transcom.

  • 5%
    .
    Le taux d'occupation dans les trains de la SNCB est désormais d'environ 5%. "Le service ferroviaire adapté fonctionne comme prévu. Il est principalement destiné aux personnes qui en ont absolument besoin pour se déplacer", indique le porte-parole de l'entreprise publique, Bart Crols.

  • La liste des secteurs essentiels sera affinée avec le concours du Groupe des 10

    La Première ministre, Sophie Wilmès, a demandé aux partenaires sociaux du Groupe des 10 de se mettre en contact avec le Centre national de crise afin d'affiner la liste des secteurs économiques essentiels en vue de la réunion du Conseil national de sécurité de ce vendredi. C'est ce qu'elle a indiqué ce jeudi en séance plénière de la Chambre.

    La cheffe du gouvernement a été interpellée par le chef de groupe PTB, Raoul Hedebouw. Selon les calculs du parti communiste, la définition des secteurs est tellement large qu'elle englobe de deux à trois millions de travailleurs et certaines entreprises en profitent alors qu'elles produisent du matériel comme des chaises en plastique ou de l'armement. Les règles de confinement, notamment de distance sociale ou de télétravail, font l'objet d'une plus grande souplesse car les entreprises de ces secteurs ne peuvent fermer.

    "Ces obligations ne peuvent s'appliquer linéairement dans tous les secteurs, par exemple la distance sociale pour le personnel soignant. Mais ce n'est pas parce que ces règles ne sont pas totalement obligatoires qu'elles ne peuvent être appliquées", a souligné Wilmès. "Si ce n'est pas suffisamment clair, nous allons clarifier vendredi", a-t-elle ajouté.

  • Des initiatives pour pallier le manque d'activités culturelles

    • Avec le soutien de visit.brussels et d'autres partenaires, le label de musique électronique Hangar organise la diffusion en direct de performances DJ, intitulée #SaveTheSummer, pour porter le message #StayAtHome et égayer le quotidien des personnes confinées. La première édition aura lieu ce jeudi à 17h15 et verra deux artistes se mettre aux platines sur le toit de l'ancien hôpital Edith Cavell d'Uccle, lieu choisi pour témoigner du respect au personnel des soins de santé.
    • L'agence événementielle Musevent met, elle, en place une action similaire, le Stay Home Festival, et proposera des mini-concerts en livestream sur Facebook à raison de plusieurs fois par semaine. Des dons seront possibles et "chaque euro (...) sera redistribué aux artistes et personnel de coordination", indique l'agence.
    • Initialement prévue en les murs de la salle de la Madeleine dans le cadre du festival Rire Ensemble, la compagnie de théâtre bruxelloise des Voyageurs Sans Bagage diffusera une captation de sa nouvelle pièce "L'argent fait le bonheur" ce vendredi à partir de 20h30 et pour une durée de 24 heures.
  • L'Allemagne effectue désormais 500.000 tests par semaine

    L'Allemagne a augmenté le nombre des dépistages du Covid-19 à 500.000 par semaine, cette détection précoce aidant en partie à maintenir le nombre des morts à un niveau relativement bas. "La raison pour laquelle l'Allemagne compte si peu de décès par rapport au nombre des personnes infectées peut s'expliquer par le fait que nous faisons beaucoup de diagnostics en laboratoire", explique Christian Drosten, chef du département de virologie à l'hôpital de la Charité à Berlin.

    "Nous effectuons un demi-million de tests chaque semaine en Allemagne", a-t-il précisé. L'Allemagne, pourtant fortement touchée par la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus avec actuellement officiellement 36.508 cas répertoriés, ne compte en revanche que 198 morts de la maladie. De fait, ce pays connaît l'un des taux de mortalité des personnes souffrant du Covid-19 les plus faibles au monde avec 0,5% alors qu'il atteint 5,2% en France et 7% en Espagne par exemple.

  • 434
    décès
    Les Pays-Bas ont enregistré 78 décès supplémentaires dus au coronavirus en 24 heures, portant le nombre total de morts à 434. Depuis l'apparition du Covid-19 aux Pays-Bas, 2.151 personnes infectées ont été transférées à l'hôpital, soit 315 de plus par rapport au bilan de mercredi. L'Évaluation nationale des soins intensifs (NICE) évalue à 659 le nombre de patients admis dans ce service.

  • Les assureurs feront (aussi) preuve de souplesse

    Au cours des prochains mois, les entreprises d’assurance feront preuve de flexibilité à l’égard des clients en difficulté. L’organisation sectorielle Assuralia vient de parvenir à un accord sur la question, qui a été facilité par la Banque nationale, avec l’appui de la FSMA et du gouvernement fédéral.

    • Pour les personnes physiques mises au chômage temporaire, le secteur de l’assurance s’engage à poursuivre, sans autres formalités, les couvertures en matière de pension, de décès, d’invalidité et d’hospitalisation dans le cadre des assurances collectives (contractées par les employeurs) des personnes mises au chômage temporaire. Le paiement des primes dues dans ce cadre par les employeurs est reporté au 30 septembre 2020, tandis que le paiement des primes dues par les travailleurs est annulé. Les paiements d’intérêts et les remboursements en capital de crédits hypothécaires contractés auprès d’entreprises d’assurance, ainsi que le paiement des primes d’assurances solde restant dû liées à des emprunts hypothécaires, sont suspendus jusqu’au 30 septembre 2020, pour autant que l’assuré puisse démontrer qu’il a été confronté à des difficultés financières en raison de la crise du COVID-19.  

    • Pour les entreprises, le secteur de l’assurance souligne que certaines couvertures d’assurance (accidents du travail, responsabilité civile, etc.) prévoient déjà une adaptation ultérieure de la prime en cas de réduction des activités. En outre, les entreprises qui se voient contraintes d’interrompre leurs activités conformément à la demande des autorités pourront obtenir un report de paiement, en concertation avec leur assureur, pour toutes les primes arrivant à échéance entre le 30 mars et le 30 septembre 2020. Pour toute autre mesure éventuelle concernant la suspension des contrats, il est recommandé aux entreprises de prendre contact directement avec leur assureur ou intermédiaire.  

  • La séance plénière du Sénat sur les pouvoirs spéciaux reportée à vendredi

    Le Sénat a décidé, ce jeudi midi, de reporter la tenue de sa séance plénière consacrée à l'octroi des pouvoirs spéciaux à vendredi 10h00. Cette séance avait, dans un premier temps, été annoncée ce jeudi à 17h30.

    Pourquoi ce report? Selon l'avis du Conseil d'État, il apparaît que la loi octroyant des pouvoirs spéciaux au gouvernement fédéral doit également être examinée par le Sénat, conformément à l'article 78 de la Constitution. Afin de ne pas retarder l'entrée en vigueur de la loi, la haute assemblée avait décidé, dans un premier temps, de se réunir juste après la séance plénière de la Chambre. 

      Dans la mesure où la Chambre a décidé de scinder la loi, avec une partie qui ne doit plus être examinée par le Sénat et l'autre bien, il est apparu que le timing n'était pas tenable.

  • Les agents immobiliers inquiets de ne pas bénéficier des soutiens financiers régionaux

    Face à l'impact économique "considérable" des mesures de confinement sur la profession, avec la fermeture de leurs agences ou bureaux, la fédération francophone des agents immobiliers Federia et l'Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) ont interpellé les pouvoirs publics. Ils se sont adressés au gouvernement fédéral afin de clarifier la situation entre professionnels et particuliers, notamment concernant les visites de biens à domicile. Ils espèrent éviter ainsi la "concurrence déloyale" entre les portails et les agents immobiliers, expliquent-ils. Ils se félicitent d'avoir obtenu une harmonisation de la part du ministre Denis Ducarme. 

    Les agents immobiliers, au nombre de 10.500 en Belgique, dont 4.500 francophones, ont interrogé également les gouvernements wallon et bruxellois pour faire valoir leurs droits aux indemnités régionales mises en place, sans encore avoir obtenu de réponse de leur part.   

    "Les visites et rendez-vous sont tout simplement interdits. Les agents immobiliers se retrouvent dès lors dans la même situation, particulièrement difficile et incertaine, que d'autres professions, comme les restaurateurs. Il est donc inconcevable qu'ils ne puissent, au même titre, bénéficier du fonds de solidarité."
    Caroline Lejeune
    Présidente de Federia


  • Un prototype de respirateur simplifié testé avec succès à l'UCLouvain

    En une dizaine de jours,  environ 200 volontaires ont concrétisé un prototype de respirateur simplifié, qui vient d'être testé avec succès sur un poumon artificiel dans un creative lab de l' UCLouvain. Le projet Breath4life vise à répondre à la pénurie potentielle de respirateurs dans les hôpitaux belges. Il s'agit d'un projet open source élaboré par des chercheurs de l'UCLouvain en collaboration avec le monde médical et industriel.
  • "La Fed a toujours des marges de manœuvre pour agir", selon son président

    Jerome Powell a indiqué en direct à la télévision américaine que la première économie mondiale pourrait "bien être en récession", précisant qu'un retour à la normale n'est pas prévu avant le second semestre 2020. Le président de la Fed a également insisté sur les outils dont la banque centrale américaine dispose encore et s'est voulu rassurant en indiquant que "la Fed a toujours des marges de manœuvre pour agir". 

    Jerome Powell, dont l'institution a déjà annoncé qu'elle injectait des milliers de milliards de dollars dans la première économie du monde, a ainsi affirmé que "les munitions (de la Fed) ne vont pas s'épuiser" et que son institution allait continuer à prêter de l'argent "agressivement" pour combattre l'impact économique de l'épidémie. 

  • L'Université de Gand modifie son calendrier

    UGent, l'Université de Gand, ne fait pas de croix sur les examens de fin d'année. Elle compte évaluer plus de 40.000 étudiants sur son campus à partir du mois de juin tout en garantissant la distanciation sociale dans toutes les situations d’examen. Un nouveau calendrier est à cet effet en cours d'élaboration. S'il est toutefois impossible de passer des examens sur le campus, l’université mettra en place un plan d’ici le 15 juin pour évaluer les étudiants d’une autre façon. 

  • Explosion des demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis

    La pandémie de nouveau coronavirus a fait exploser les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis, avec plus de trois millions de personnes supplémentaires qui ont demandé à en bénéficier la semaine passée, un record historique. Le précédent record datait d'octobre 1982 avec 695.000 nouvelles demandes.

  • "Restez confinés", insistent les experts

    "Si les mesures (de confinement, NDLR) sont à moitié appliquées, le temps nécessaire pour qu’elles soient efficace... sera deux fois plus long."
    Emmanuel André
    Porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19

    L'épidémie de Covid-19 est toujours dans sa phase ascendante en Belgique, a souligné le virologue Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, lors du point presse quotidien. Selon les scénarios suivis et "en tenant compte de la mobilisation de toute la population pour respecter les mesures", le pic est attendu "dans les prochaines semaines", vers le début du mois d'avril.

    Benoît Ramacker, porte-parole du centre de crise, a déclaré, de son côté, qu'il était encore trop tôt pour se positionner sur une éventuelle réouverture des écoles après Pâques ou tout assouplissement des mesures de confinement. "Il est important, plus que jamais, de respecter les mesures, au risque de devoir les prolonger." 

  • La Chine réduit drastiquement les vols internationaux

    L'autorité de l'aviation civile en Chine a demandé aux compagnies aériennes chinoises de réduire leurs liaisons internationales à une seule par pays et de limiter le nombre de vols à un seul par semaine. Les compagnies aériennes étrangères ont également été priées de limiter le nombre de vols à destination de la Chine à un seul par semaine au maximum. Le taux de remplissage des avions est quant à lui plafonné à 75% pour limiter les risques de contagion. 

  • L'État peut compter sur 364 millions d'euros de la Banque nationale

    L'État belge peut compter sur 363,6 millions d'euros de la Banque nationale, ce qui correspond au solde du bénéfice de l'institution, a indiqué celle-ci. La Banque nationale a réalisé un bénéfice net plus élevé l'année dernière: 825 millions d'euros. La moitié de ce montant (412,6 millions d'euros) est destinée aux réserves. Il y a également un dividende de 122,57 euros par action, soit 11,5% de moins qu'il y a un an. Le solde (363,6 millions d'euros) sera versé à l'État. En tant qu'actionnaire, l'État a également droit à une partie du dividende ordinaire, soit 24 millions d'euros supplémentaires.  

  • Près de 3/4 des personnes hospitalisées souffraient déjà d'une ou plusieurs comorbidités

    Près de trois-quarts des patients hospitalisés pour cause de Covid-19 souffraient d'une ou plusieurs comorbidités préexistantes, rapporte l'institut de santé Sciensano dans le cadre de son bulletin quotidien. Les statistiques se basent sur un échantillon de 1.286 personnes hospitalisées.  

    Il apparaît que 35,5% des patients souffraient déjà d'hypertension artérielle, 28,5% de maladies cardiovasculaires, 19,6% de diabète et 16,3% de maladie pulmonaire chronique. À l'inverse, 26,5% des personnes hospitalisées n'avaient aucune comorbidité préexistante identifiée.

    Assez logiquement, la part des patients hospitalisés à cause du Covid-19 et souffrant d'une ou plusieurs comorbidités préexistantes augmente sensiblement avec l'âge. Ainsi, parmi les 65 ans et plus (740 personnes dans l'échantillon), 47,8% souffraient déjà d'hypertension artérielle, 42% de maladies cardio-vasculaires, 24,5% de diabète et 19,7% de maladie pulmonaire chronique. À peine 11,5% n'avaient aucune comorbidité préexistante identifiée. Parmi la tranche d'âge 0-44 ans (172 personnes dans l'échantillon), 8,1% souffraient d'une maladie pulmonaire chronique, 7% d'hypertension et 6,4% de diabète. Plus de 60% n'avait aucune comorbidité préexistante identifiée. 

  • Un numéro pour les Bruxellois sans médecin généraliste

    Les Bruxellois n'ayant pas de médecin généraliste et souhaitant prendre un avis médical quant à leur état de santé dans le cadre de l'actuel pandémie de coronavirus peuvent désormais appeler le 1710

    Via ce nouveau numéro, les Bruxellois auront accès à un dispatching de médecins généralistes pouvant les conseiller et les orienter adéquatement. La ligne est opérationnelle depuis ce jeudi. Elle s'adresse en priorité aux personnes présentant des symptômes de toux, de rhume ou de fièvre, et suspectant une atteinte au coronavirus.

  • Réserver son pain en ligne et éviter les files à la boulangerie

    Les boulangers font partie de ces métiers qui restent sur le front pendant cette crise sanitaire. Puratos, fournisseur d'ingrédients pour boulangeries, annonce ainsi s'être allié avec la start-up Bakeronline pour leur offrir une solution pour lancer facilement une plateforme de ventes en ligne.

    Concrètement, le boulanger via Bakeronline peut présenter en un seul clic une gamme de 20 produits. Le client peut alors commander, payer en ligne et choisir le moment où il veut retirer sa commande en magasin. 

    La plateforme est active 24/24H et 7/7J. Elle offre aux boulangers la possibilité d'éviter les files dans leur magasin et de mieux répondre à la demande.

    De son côté, la start-up promet aussi la création gratuitement en 48 heures d'une plateforme online personnalisée pour chaque acteur. 

    50-60
    %
    Le chiffre d'affaires des boulangeries a reculé de 50 à 60% en moyenne depuis le début du confinement, voire même de 70% pour certaines. Les pâtisserie ne s'écoulent presque plus, là où le pain se vend davantage, selon la Fédération francophone de la boulangerie pâtisserie.

  • Plus de 250.000 cas recensés en Europe

    Plus de 250.000 cas de nouveau coronavirus ont été officiellement diagnostiqués en Europe, dont plus de la moitié en Italie (74.386) et en Espagne (56.188), selon un comptage réalisé par l'AFP.  Avec au moins 258.068 cas, dont 14.640 décès, l'Europe est le continent le plus touché par la pandémie, devant l'Asie (100.937 cas dont 3.636 décès), foyer initial de la contagion.

  • 42 nouveaux décès en Belgique

    Lors de son point quotidien, le SPF Santé a fait état de 42 nouveaux décès en Belgique en raison du coronavirus, ce qui porte à 220 le nombre total de morts dans notre pays depuis le début de l'épidémie. Dans la journée de mercredi, il y a eu 536 nouvelles hospitalisations. Au total, 2.652 patients sont hospitalisés, dont 675 se trouvent en soins intensifs, soit une augmentation de 128 patients au cours des 24 dernières heures.

    La conférence de presse du SPF Santé publique

  • Plus de 4.000 morts (+655) en Espagne

    Le nombre de morts dus au coronavirus en Espagne a passé la barre des 4.000, avec 655 décès en 24 heures, ce qui porte le bilan à 4.088 morts, selon le décompte du ministère de la Santé communiqué ce jeudi. 56.188 cas ont été confirmés, en augmentation de 19% de mercredi à jeudi, une progression toutefois moins forte que les 27% de la veille. L'Espagne est le pays qui compte le plus de morts dans le monde derrière l'Italie. La région de Madrid, à elle seule, déplore plus de la moitié des morts (2.090), devant la Catalogne (672). 

  • La récession en zone euro et au Royaume-Uni atteindra -2%

    La crise du coronavirus fera chuter les PIB de la zone euro et du Royaume-Uni de 2% cette année et les États auront besoin de décisions "rapides et courageuses" pour soutenir la reprise à l'automne, estime l'agence de notation financière S&P. "Nous nous attendons désormais à un recul de 2% (...), ce qui représente une perte de 420 milliards d'euros en 2020 par rapport à nos prévisions précédentes de novembre", a précisé S&P. Dans le détail, l'agence s'attend à une chute de la croissance de 2,6% pour l'Italie, le pays le plus touché par l'épidémie, et de 2,1% pour l'Espagne, le second à subir le plus de victimes.

    Selon l'agence de notation, le PIB de l'Allemagne et celui du Royaume-Uni devraient reculer de 1,9%, une chute un peu plus marquée que pour celui de la France qui devrait céder 1,7% cette année.

    Si l'agence de notation s'attend à un "rebond graduel de 3%" en 2021 pour la zone euro et le Royaume-Uni, elle prévient que la reprise nécessitera "des réponses rapides et courageuses pour éviter de nouvelles pertes de PIB". S&P prévient que l'impact de la crise pourrait être plus fort si "la pandémie se prolonge et s'étend plus" qu'elle ne l'envisage pour l'instant. 

  • Forte hausse des nouveaux cas dépistés

    Au cours des dernières 24 heures, 1.298 nouveaux cas au Covid-19 ont été confirmés en Belgique, ce qui porte à 6.235 le nombre total de cas jusqu'à présent.

    ©EPA

  • Les notaires disponibles pour les urgences entrepreneuriales

    La Fédération des notaires informe les entreprises que les notaires restent disponibles pour tous les actes urgents les concernant sans que ces dernières ne doivent motiver ce "caractère urgent".

    Pour faire simple, il s’agit de toutes les opérations qui ont, pour les entreprises, des conséquences économiques immédiates dans le contexte critique actuel. "Les fusions, acquisitions, scissions et transformations sont également considérées comme urgentes. Ainsi que tous les actes qui doivent être passés dans un délai précis qui va venir à échéance, comme l'approbation des comptes annuels ou les actes qui doivent être faits avant la clôture de l’exercice social", précise Jan Sap, le Directeur général de FedNot. (Philippe Coulée) 

  • À peine 5% d'occupation dans les trains

    Pour l’instant, le service d’intérêt national de la SNCB, qui prévoit que 75% des places restent disponibles, roule sans soucis. "Le taux d’absentéisme n’est que de 17%", explique Vincent Bayer, porte-parole de la SNCB. Il faut dire que les trains sont de moins en moins utilisés en ces temps de confinement. À peine 5% des places sont occupées contre un taux d’occupation qui était encore de 10 à 12% la semaine passée. Ce qui permet que la distance sociale soit vraiment respectée. (Benjamin Everaert)

  • Plus de permis de bâtir en Wallonie

    Les délais de traitement des demandes de permis de bâtir sont suspendus jusqu'à nouvel ordre en Wallonie. La circulaire ministérielle relative à la suspension des délais cadrés par le CoDT (Code de développement territorial) a été notifiée aux fonctionnaires délégués, principaux intéressés. Elle a également été communiquée par courriel à l'ensemble des communes et collaborateurs. Par analogie, tous les dossiers publics cadrés en Wallonie par des délais de rigueur sont également visés.

    À Bruxelles, on continue à introduire et analyser des dossiers, autrement dit, il n'y a pas de suspension pour l'instant.  (Philippe Coulée) 

  • Les tests Covid-19 destinés en priorité au personnel médical

    "Les tests de diagnostic du Covid-19, dont le gouvernement souhaite porter le nombre de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours, seront destinés en priorité au corps médical en contact très proche avec les malades", a affirmé la ministre de la Santé publique Maggie De Block sur La Première.

    "Avec plus de tests, on pourra aussi tester dans les centres de triage des médecins généralistes qui font un travail très très important, car cela évite aux patients légèrement malades de venir encombrer les hôpitaux. Cette première ligne joue un rôle important. Il faudra tester les patients et les médecins et quand on aura plus de capacité de test, il faudra élargir le champ des tests, avec une technique qui est fiable."
    Maggie De Block
    Ministre de la Santé


  • Moody's révise à négative sa perspective pour le système bancaire belge

    Moody’s a révisé sa perspective pour les 10 principaux systèmes bancaires en Europe au vu de l’épidémie de coronavirus. Les perspectives des systèmes bancaires belge, danois, néerlandais, français, italien et espagnol passent de stables à négatives. Celles concernant les systèmes allemand et britannique demeurent négatives. En Suède et en Suisse, le curseur reste fixé sur "stable". 

  • Le budget fédéral explose

    L'effet de paralysie de la crise du coronavirus sur l’économie belge pousse nos finances publiques dans le rouge. Alors que, jusqu’à présent, on envisageait un déficit budgétaire en hausse de 3 points de pourcentage du PIB, il est maintenant question d’au moins 5 points de pourcentage, selon plusieurs sources dans l'entourage de la Banque Nationale. Cela signifierait un déficit atteignant les 30 milliards d'euros.

    7%
    du PIB
    Avant la crise du coronavirus, la Belgique se dirigeait vers un déficit budgétaire de 2% du PIB en 2020. On évoque à présent un déficit de 7%, voire plus.

    Seule une petite partie de cette aggravation du déficit est due aux nouvelles dépenses engagées par le gouvernement fédéral et les entités fédérées  pour contenir la crise, comme par exemple la décision d’augmenter les taux d’allocations de chômage économique. Au total, les nouvelles dépenses sont estimées à 0,6% du PIB, soit 2,9 milliards d’euros (1,8 milliard pour le Fédéral et la sécurité sociale et 1,1 milliard pour les Régions).

    Ce qui ne se trouve pas dans ce chiffre de 2,9 milliards, ce sont les reports du paiement des impôts. En principe, ils n’entraîneront pas de perte de revenu.

    Enfin, ce qui pèse particulièrement sur les finances publiques, c'est l'impact de la récession à venir. La contraction de l’économie noir-jaune-rouge va faire grimper les dépenses, au niveau social notamment, alors que les recettes fiscales vont fortement diminuer.   

  • Le G20 en sommet d'urgence

    Les dirigeants des pays les plus industrialisés de la planète se réunissent en urgence ce jeudi pour tenter d'apporter une réponse coordonnée à la pandémie de coronavirus qui "menace l'humanité toute entière", selon l'ONU, malgré des mesures de confinement sans précédent affectant plus de trois milliards de personnes. Le G20 doit tenir un sommet en visioconférence présidé par l'Arabie saoudite qui assure la présidence tournante de l'institution.

    Dans le même temps, à Bruxelles, le Parlement européen organise une session spéciale consacrée à des mesures d'urgence pour faire face au coronavirus. 

  • Le journal de bord de Philippe Leroy, directeur général du CHU Saint-Pierre

    Que se passe-t-il dans nos hôpitaux, au-delà du froid constat dressé par les statistiques quotidiennes? Afin de le savoir, L'Echo a fait appel aux soignants et gestionnaires de première ligne. Infirmier, infirmière, médecin, ou patron d'hôpital: nous publierons durant les semaines qui viennent des témoignages de l'intérieur. Épisode deux, en compagnie de celui qui tient les commandes de Saint-Pierre. 

    Lire | "Ma préoccupation est de garder un coup d'avance sur l'épidémie"

  • La police veut des règles plus claires

    La police demande des directives plus claires au Conseil national de sécurité sur la pratique du vélo, les promenades et la course à pied, sujets à interprétations diverses depuis l'instauration du confinement, écrivent De Standaard et Het Nieuwsblad. Les consignes actuelles permettent l'activité physique à l'extérieur seul ou accompagné d'un ami ou d'une personne vivant sous le même toit et dans un périmètre restreint autour du domicile. "Mais c'est beaucoup trop vague", estime le président de la Commission permanente de la police locale Nicholas Paelinck, selon qui "la police peut difficilement intervenir sur cette base". 

    "Si nous interceptons un cycliste à 50 km de chez lui, nous n'avons rien à lui opposer pour lui signifier que c'est interdit. Et quid des marcheurs? S'ils disent qu'ils n'ont pas pris leur voiture, mais ont marché cinq kilomètres, que pouvons-nous dire? (...) Il faut que ce soit plus clair, pas seulement pour nous mais aussi pour les sportifs."
    Nicholas Paelinck
    Président de la Commission permanente de la police locale


  • Les Pouvoirs spéciaux votés cet aprés-midi

    La Chambre accordera au gouvernement les pouvoirs spéciaux pour lui permettre de prendre rapidement des mesures face à la pandémie de coronavirus. Dix partis ont cosigné une proposition de loi qui sera soumise au vote de la séance plénière dans l'après-midi.

  • Coup dur pour le PIB français

    -35%
    La perte d'activité économique en France
    Les mesures de confinement pour lutter contre le coronavirus entraînent une perte d'activité économique d'environ 35% actuellement en France, avec un effet "assez hétérogène" selon les secteurs, d'après l'Institut national de statistique. Il estime aussi, dans une note, qu'un confinement d'une durée d'un mois se traduirait par 3 points de produit intérieur brut (PIB) en moins sur un an en France.

  • Certaines enseignes menacent de ne plus payer leur loyer

    L’obligation de fermeture de la plupart des commerces a mis les locataires au pied du mur. Certains invoquent la force majeure pour ne plus payer leur loyer. Les propriétaires, eux, renvoient aux clauses du contrat de bail.

     

  • La Russie passe à la vitesse supérieure

    La Russie va suspendre tous ses vols internationaux à partir de vendredi minuit (ce jeudi 22 heures, heure belge), selon un décret du gouvernement établissant de nouvelles mesures contre l'épidémie de coronavirus. Ce décret s'applique à tous les vols entrant et sortant du territoire russe, à l'exception des avions spéciaux affrétés pour rapatrier les citoyens russes bloqués à l'étranger.  

    Le même décret publié jeudi fait entrer en vigueur plusieurs mesures annoncées ces derniers jours, notamment la fermeture de nombreux lieux publics dans les régions russes, où très peu de mesures ont, pour l'instant, été prises afin d'enrayer l'expansion de l'épidémie. 

     Dans un rare discours télévisé mercredi, le président Vladimir Poutine a décrété une semaine chômée et a reporté le vote sur sa réforme constitutionnelle, sans ordonner, à ce stade, le confinement de la population. 

  • Le plan US à 2.000 milliards approuvé

    Le Sénat américain a approuvé à l'unanimité un plan "historique" de 2.000 milliards de dollars pour soutenir la première économie mondiale, asphyxiée par la pandémie de coronavirus qui a déjà fait plus de 1.000 morts aux États-Unis. Il doit encore être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, lors d'un vote prévu vendredi, avant d'être promulgué par le président américain.

  • Plus de 1.000 morts, près de 70.000 cas aux États-Unis

    Le nombre de morts causés par le nouveau coronavirus a grimpé en quelques heures de 827 à 1.031 sur le sol américain. La première économie mondiale compte à présent 68.572 cas confirmés, selon un décompte de l'université Johns Hopkins. Les États-Unis arrivent au troisième rang des pays pour le nombre de cas confirmés, derrière l'Italie et la Chine.

  • Ce qui s'est passé ce mercredi

    ► Pour le virologue Marc Van Ranst, "la fin du confinement (le "un-lockdown") se fera par tranches. Mais avant que tout ne se normalise, nous devons attendre un vaccin. Comptez certainement un an pour cela", a-t-il indiqué ce mercredi soir.

    L'Absym épingle les autorités belges sur leur manquement quant à l'application des directives internationales de l'OMS et déplore une nouvelle fois la pénurie de matériel de protection.

    ► La réunion entre Comeos, la fédération du secteur du commerce, et les syndicats, organisée ce mercredi soir, n'a pas permis d'aboutir à un accord. La proposition partielle déposée par les employeurs est en cours d'évaluation mais s'avère probablement "insuffisante". Une contre-proposition sera faite et les syndicats attendent une réponse définitive pour vendredi au plus tard.

    ► Par ailleurs, Lidl fermera ses magasins en Belgique une heure plus tôt que d'habitude à partir d'aujourd'hui. Et la chaîne de supermarchés continuera à procéder de la sorte tant que les mesures prises contre le coronavirus seront en vigueur. En semaine, les magasins de Lidl seront ouverts de 8h30 à 19h, et de 8h30 à 18h le samedi.

    ► Le secteur de la chimie et des sciences de la vie réclame qu'il soit permis aux travailleurs temporairement sans emploi en raison du coronavirus de s'engager facilement dans des secteurs "cruciaux". Une piste qui s'avérerait plus productive qu'une "surenchère" de primes, juge la fédération essenscia.

    ► "Aucune piste n'est exclue aujourd'hui". Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) a recadré sa ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS) qui avait écarté un peu plus tôt dans la journée l'idée d'une prolongation des classes pendant les vacances d'été.

    ► Les économies du groupe des vingt pays les plus industrialisés (G20) devraient être dans l'ensemble en récession cette année en raison de la pandémie liée au coronavirus, indique l'agence de notation financière Moody's. Réunis, ces pays devraient subir une contraction de 0,5% de leur Produit intérieur brut (PIB).

    ► La hausse du nombre de cas de coronavirus continue de stagner en Italie, où le nombre de morts a tout de même passé la barre des 7.500, selon le bilan officiel. Avec 7.503 morts (+683 en 24 heures), la péninsule reste le pays le plus cruellement frappé par la pandémie.

    ► Les autorités fédérale poursuivent une stratégie visant à augmenter progressivement le nombre de tests de diagnostic du Covid-19 de 2.000 à 10.000 par jour dans les prochains jours en Belgique.

    ► Selon le virologue Marc Van Ranst, le championnat de Belgique de football, suspendu après 29 journées jusqu'au moins le 1er mai, ne devrait par aller jusqu'au bout.

    ► La Belgique déplore à ce jour 178 décès et 2.308 hospitalisations. La hausse ces dernières 24 heures indique "clairement que nous n'avons pas encore atteint le pic" épidémique, a insisté mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    ► La Wallonie s'active pour produire ses propres masques. Une "task force" est établie ayant pour objectif la création d'une unité de production de masques basée en Wallonie et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés. Notre article | La Wallonie veut produire ses masques.

    ► Didier Reynders (MR), commissaire européen à la Justice et la Protection des consommateurs, a fait part à la Belgique du fait que les mesures temporaires de soutien au secteur des voyages, prises la semaine passée pour faire face à la crise du Covid-19 dans le pays, n'étaient pas conformes à la législation européenne sur les voyages à forfait. 

    ► La Fédération des entreprises de Belgique évalue l'impact économique de la pandémie de Covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB), a fait savoir l'organisation patronale. -> Les détails de l'évaluation de la FEB dans notre article

    ► L'organisation patronale flamande Voka évalue désormais à 40 milliards d'euros les dégâts économiques causés par la pandémie de Covid-19, a-t-elle indiqué mercredi. La semaine dernière, elle avait avancé le montant de 16 milliards d'euros.

    ► Selon la première édition de l'enquête hebdomadaire de la chambre de commerce bruxelloise Beci, 58% des entreprises bruxelloises voient déjà leur chiffre d'affaires baisser au moins de 50% à la suite de la pandémie de Covid-19 et des mesures prises pour endiguer sa propagation. Pour 46% des entreprises, la perte atteint même plus de 75% du chiffre d'affaires.

    ► Sur les 1.456 lits mis à disposition par les hôpitaux en soins intensifs pour accueillir les patients atteints de Covid-19, 474 sont actuellement utilisés. 982 restent donc disponibles, a assuré mercredi Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    ► Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain a annoncé être parvenu à un accord sur un plan "historique" de 2.000 milliards de dollars avec les démocrates et la Maison-Blanche pour relancer la première économie mondiale. Les détails de l'accord.

    ► Les banques belges se tiennent prêtes aussi bien pour accueillir les demandes de reports de remboursement de crédits hypothécaires que pour reporter effectivement les remboursements dès ce 1er avril, confirme le secteur. Il contredit ce qu'ont pu laisser entendre certains médias au nord du pays, expliquant que la banque BNP Paribas Fortis ne serait pas prête à temps. 

    ► La confiance des chefs d'entreprise a connu une chute considérable en mars en raison de la crise du coronavirus, se repliant de 8,2 points, soit la baisse mensuelle la plus importante jamais enregistrée depuis que cet indicateur existe, signale la Banque nationale de Belgique (BNB).

  • Bonjour et bienvenue

    Pour retrouver toutes les informations de la journée de mercredi sur la pandémie de coronavirus Covid-19, rendez-vous ici.

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés