Déconfinement des seniors: von der Leyen marche sur des œufs

Contact virtuel dans une maison de retraite de Chatelet. Il faudra attendre un vaccin pour envisager un retour à la normale pour les seniors, estime la présidente de la Commission européenne. ©Photo News

La présidente de la Commission européenne a laissé entendre que les personnes âgées devraient continuer à faire l’objet de mesures de confinement jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible. Ce n’est certes pas à elle d’en décider, mais cela relève du sens commun estime-t-on à la Commission. Qui prévoit de présenter sa feuille de route "déconfinement" cette semaine.

Ursula von der Leyen en a-t-elle dit trop ou pas assez? Dans une interview parue dimanche dans le quotidien populaire allemand "Bild am Sonntag", la présidente de la Commission s'est avancée sur les perspectives de déconfinement des personnes âgées. "Sans vaccin, il faut limiter autant que possible les contacts des seniors" a-t-elle dit, ajoutant par ailleurs qu'elle espère le développement d'un vaccin par un laboratoire européen "vers la fin de l'année". Alors que l'Europe entière navigue à vue, guettant chez les autorités compétentes la moindre indication sur la voie que prendra le retour à la normale, la synthèse à gros traits de ses deux déclarations s'est répandue comme une traînée de poudre: le confinement des personnes âgées se poursuivra jusqu'à la fin de l'année.

Bon sens ou politique

"La présidente [de la Commission] n'a pas décidé de sa propre initiative que les maisons de retraite devaient rester confinées jusqu’à la fin de l’année: ce n’est pas sa prérogative et ce n’est pas ce qu’elle dit."
Eric Mamer
Porte-parole de la Commission européenne

Sur la forme, il s’agit d’une interprétation abusive, corrige le porte-parole de la Commission, Eric Mamer: "La présidente n'a pas décidé de sa propre initiative que les maisons de retraite devaient rester confinées jusqu’à la fin de l’année: ce n’est pas sa prérogative et ce n’est pas ce qu’elle dit." Sur le fond, il n'en estime pas moins que les déclarations d'Ursula von der Leyen relèvent du sens commun: tant qu'il n'y a pas de vaccin, il faudra limiter les contacts avec les personnes en maison de repos, "cela semble d’une banalité absolue puisque ce sont des personnes à risque".

"Sans vaccin, il faut limiter autant que possible les contacts des seniors."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne (au Bild am Sonntag)

Reste que la cheffe de l’exécutif européen s’est avancée. Sur l'horizon temporel d'abord: aura-t-on un vaccin pour la fin de l'année? En mars, Ursula von der Leyen avait estimé qu'on pouvait espérer un vaccin sur le marché "peut-être avant l'automne" - elle avait immédiatement été contredite par l'Agence européenne des médicaments, selon laquelle il faudrait 12 à 18 mois avant qu'un vaccin soit prêt pour approbation. Sur le lien entre vaccin et confinement ensuite: lier le sort des seniors à l’obtention d’un vaccin est une décision politique, qui relève de la compétence des gouvernements - il est trop tôt pour affirmer que la ségrégation de catégories de la population face au déconfinement se fera suivant la même logique dans tous les États membres.

Une stratégie coordonnée

La Commission n’est pas compétente pour trancher ce type de questions, mais les chefs d'État et de gouvernement lui ont demandé de préparer une stratégie de sortie des mesures de confinement. Ursula von der Leyen doit présenter cette "feuille de route" cette semaine. Le document doit définir la logique que la Commission voudrait voir appliquée pour la levée progressive des mesures de restriction – tant en matière de santé, que d’organisation sociale, de questions économiques ou de coopération entre États.

Cette feuille de route devait initialement être présentée la semaine dernière. Son report permet notamment d’éviter toute interférence avec les annonces du président français, lundi soir. Alors que certains gouvernements européens ont prévenu que le relâchement n’était pas encore à l’ordre du jour, l’Autriche a annoncé un assouplissement des mesures pour les petits commerces ce mardi, le Danemark doit rouvrir les écoles mercredi. L'Europe parviendra-t-elle à orchestrer une sortie de crise cohérente? "Cette fois, il n'y aura plus d'effet de surprise justifiant d'agir en ordre dispersé", soulignaient dans une tribune récente des médecins et économistes de renom appelant à un déconfinement coordonné.

Lire également

Publicité
Publicité