Publicité

Déconfinement: Un mois de mai entre déception et casse-tête pour tous

Dans le cadre du déconfinement, le masque devient incontournable. ©Photo News

Le déconfinement dans le cadre de la crise du Covid-19 s'annonce très lent et fort hypothétique. La vis de protection se desserre lentement. Ce n'est pas début mai, comme espéré, qu'on retrouvera un semblant de normalité.

On avait tous la date du 4 mai en ligne de mire, on y voyait un symbole de liberté retrouvée. Mais finalement, il ne se passera pas grand-chose pour grand monde, ce jour-là... Ce ne sera pas le grand chamboulement du déconfinement. 

Qui sera content le 4 mai? Certainement les indépendants qui travaillent en B2B et vont pouvoir recommencer à gagner leur croûte sans dépendre d'aides publiques. Et aussi les travailleurs en industrie, où le télétravail (qui reste quand même la "norme") n'est pas possible, qui n'en pouvaient plus de rester enfermés entre quatre murs avec conjoint et marmaille ou se sentaient seuls.

4
mai
Peu de gens verront leur quotidien changer début mai, lors des premières mesures de déconfinement.

Hormis ces métiers sans contact direct avec la clientèle, seuls les magasins de tissus rouvriront, histoire de fournir matière à fabriquer des masques. Pour ceux qui avaient tiré jusqu'au dernier drap de grand-mère pour fabriquer leur protection ou qui se sont lancés dans ce business devenu super hype en quelques semaines, la date du 4 mai sonnera quand même comme une belle ouverture.

Sinon, qui d'autres sera heureux ce 4 mai? Tous ceux qui, en des temps sanitairement corrects, avaient l'habitude de faire leur jogging en trio et qui avaient dû larguer un des partenaires pour se conformer à la règle de l'ami unique. Au premier lundi de mai, la petite trotte à trois sera tolérée.

Les déçus du 4 mai

Mais ce 4 mai fera plus de déçus que d'heureux. À moins de mettre son meilleur ami au jogging pour l'occasion ou d'avoir une soeur marchande de toile, on ne verra pas plus qu'aujourd'hui nos ex-proches. Mais ce jour-là, les problèmes d'organisation commenceront pour ceux qui reprendront le travail alors que les marmots seront toujours confinés. Pas possible de demander aux grands-parents comme avant, ils sont trop à risques face au virus. Il y aura toujours les garderies d'école...

11
mai
Le 11 mai, tous les commerces rouvriront en même temps.

C'est le 11 mai que ça recommencera vraiment à bouger. Tous les commerces rouvriront en même temps. On ne sait pas encore selon quelles modalités, mais ça risque bien d'être le ruée, entre les clients qui manquent réellement d'un objet et ceux qui trouvent juste une bonne raison de mettre le nez dehors.

Là, on va commencer à sentir la différence; on va revoir nos rues quasi comme avant. Quasi parce que désormais de nombreux Belges seront masqués dans l'espace public. Obligatoirement dans les transports en commun, d'ailleurs. Dans certaines artères, le respect de la distanciation sociale deviendra sport de compétition.

Attention, danger

Cette semaine de la mi-mai risque bien d'être épique et dangereuse, sanitairement parlant. En effet, si les magasins sont ouverts, on aura tous une bonne excuse pour sortir et les enfants, privés d'écoles pour quelques jours encore, ne pourront que sentir ce petit vent de liberté retrouvée...

18
mai
Le 18 mai commencera la rentrée des classes, en primaire et en secondaire.

Et puis, le 18 mai, ce sera la rentrée des classes. En primaire et en secondaire, mais pas encore pour tous. Le calendrier précis suivra, les discussions se poursuivent. Mais priorité sera données aux dernières années, les sixièmes et la septième pour le professionnel. Pas plus de 10 élèves par classe, masques obligatoires toute la journée pour les 12 ans et plus et les profs. 

Là, il va falloir briefer les enfants (consignes d'hygiène et autres), gérer leurs nouveaux plannings et les gardes pour ceux qui ne rentrent pas à l'école, comme les maternelles. Encore des semaines difficiles pour les parents, de retour sur leur lieu de travail ou toujours en homeworking.

Tout dépendra de la courbe

Pour cette date du 18/05, tout un pan de la reprise dépendra de la situation sanitaire observée suite aux ouvertures concédées jusque-là. Si le bilan est bon, on peut espérer retrouver une vie sociale à demi-normale, c'est-à-dire: des réunions privées à domicile, des excursions en Belgique voire la réouverture des coiffeurs. La reprise des entraînements sportifs est envisagée, de même que l'accès aux musées. On pourra enfin un peu s'amuser.

Plus on avance dans le temps, plus le conditionnel s'impose. On sait que les restaurants ne seront pas accessibles avant le 8 juin au mieux, que les grands événements, tels que les festivals, resteront interdits jusqu'à la fin août. Quid de la réouverture des frontières, de l'organisation des vacances? Flou total sur l'été qui se profile...

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité