Déjà un milliard d'euros de remboursement de crédits reportés

©BELGA

En une semaine, les banques belges ont approuvé l'ajournement du règlement de 86.000 crédits, aussi bien hypothécaires que professionnels. Le second volet du plan de soutien doit être approuvé ce samedi.

Alors que plus de 1,25 million de Belges sont actuellement sous le régime de chômage temporaire et que les entreprises subissent en moyenne une chute d'un tiers de leur chiffre d'affaires en raison du confinement, les banques avaient promis de faire un geste. La semaine passée, Febelfin, la fédération du secteur financier, a rendu publiques les deux chartes qui sont amenées à régir les demandes de report de remboursement de crédits pour les entreprises et les particuliers.

3,053
millions de Belges
En février 2020, 3,053 millions de Belges avaient un crédit hypothécaire en cours.

Ces chartes étant entrées en vigueur le mercredi de la semaine passée, les banques peuvent depuis lors accepter (ou refuser) les demandes, en fonction des conditions arrêtées dans les chartes. Ce mercredi, les différents établissements de crédit du royaume avaient ainsi approuvé la suspension du remboursement des crédits hypothécaires de quelque 40.000 particuliers.

Un chiffre conséquent pour ce premier point hebdomadaire, mais qui est condamné à grimper au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Selon les statistiques de la centrale des crédits de la Banque nationale, plus de 3,053 millions de Belges avaient un crédit immobilier en février 2020. Johan Thijs, le président de Febelfin, avait pointé le fait que pas moins de 55% des prêts immobiliers en Belgique étaient éligibles pour un report.

La majeure partie des propriétaires ayant vu leur demande acceptée jusqu'à présent sont des ménages dont les revenus ne dépassent pas en ce moment les 1.700 euros par mois. Sous ce seuil, l'ajournement des remboursements se fait sans intérêt supplémentaire.

Échéance du 1er octobre

Les entreprises dont les revenus sont affectés par la crise actuelle peuvent également demander un report du règlement de leurs crédits professionnels. En une semaine, les institutions financières ont interrompu pas moins de 46.000 d'entre eux. Ici aussi, leur nombre est condamné à gonfler.

46.000
crédits professionnels
En une semaine, les banques ont reporté le remboursement de quelque 46.000 crédits professionnels.

Dans un entretien qu'il nous avait accordé à la fin du mois de mars, Marc Raisière, le CEO de Belfius, indiquait que le bancassureur public recevait de 1.500 à 2.000 demandes par jour en provenance de PME désireuses de trouver une solution pour assurer leur survie financière.

Contrairement aux particuliers, les entreprises ne peuvent pas reporter le paiement des intérêts. "La problématique des liquidités est envisagée sous une autre perspective", précise Febelfin.

Au total, le volume cumulé de ces reports atteint déjà le milliard d'euros, précise Febelfin. Une bulle d'air pour l'économie belge qui va encore s'amplifier à court terme: les demandes de report sont encore possibles jusqu'au 1er octobre.

Contrairement aux particuliers, les entreprises ne peuvent pas reporter le paiement des intérêts.

"Les personnes qui demanderaient seulement un report en mai ou en juin, pourront aussi bénéficier du régime. Les banques n'imputeront pas de frais de dossier ni de frais administratifs", rappelle le ministre des Finances Alexander De Croo, qui se félicite de ces premiers chiffres.

Le "plan bazooka" bientôt approuvé

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Les reports de remboursement de crédits ne sont que la première partie du plan de soutien préparé par le gouvernement, la Banque nationale et Febelfin. Ce samedi, un "superkern" s'est pench" sur l'autre volet du programme, à savoir les 50 milliards d'euros de garantie publique prévus pour accorder de nouveaux crédits aux entreprises.

L'arrêté royal qui en dessine les contours approuvé, il devrait entrer en vigueur dès sa publication, soit potentiellement mardi. Les banques seront alors en mesure d'ouvrir les robinets du crédit pour maintenir les entreprises "viables" à flot.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité