Deltrian va doubler ses capacités de production de masques à Fleurus

Le patron de Deltrian, Jurgen Alexius, a décidé de produire 60 millions de masques par an. ©BELGA

La société carolo Deltrian a décidé de se doter de deux lignes de production supplémentaires de masques chirurgicaux. Elle pourra ainsi produire 160 masques à la minute à la fin mai, soit 60 millions de pièces par an.

Trois semaines après s’être lancée dans la production de masques chirurgicaux avec l’aide des pouvoirs publics wallons, la société carolorégienne Deltrian basée à Fleurus et spécialisée dans la filtration d’air va déjà revoir ses plans de production à la hausse en achetant deux lignes supplémentaires.

160 masques à la minute

Le plan initial mis rapidement sur pied avec le soutien financier de la SRIW misait sur l’installation de deux lignes de production de masques chirurgicaux pour une capacité de fabrication de 80 masques à la minute dès la fin mai. Soit 30 millions de pièces par an.

Mais voilà! La demande attendue à la hausse tant au niveau belge que mondial a visiblement accéléré les plans de croissance de Deltrian et la société a décidé d'acquérir deux lignes supplémentaires. " On accroît nos capacités de production afin de répondre rapidement à la demande qui sera très importante à la sortie du confinement pour des raisons sanitaires ", justifie Jurgen Alexius, CEO de Deltrian, qui parle d’un investissement total de 2,4 millions d’euros.

"On accroît nos capacités de production afin de répondre rapidement à la demande qui sera très importante à la sortie du confinement pour des raisons sanitaires."
Jurgen Alexius
CEO de Deltrian

L'opération est soutenue financièrement par la Région wallonne. Le ministre de l'Economie Willy Borsus la juge même stratégique. "On le sait, le contexte mondial d’achat de masques est très difficile, la concurrence est rude et obtenir des produits de qualité rapidement est complexe. C’est pourquoi nous avons choisi de renforcer notre investissement régional dans cette filière, parallèlement au processus de décontamination. "

Ce sont donc au final quatre lignes de production complètes (production et emballage) qui seront opérationnelles à Fleurus dès la fin mai. Cette hausse du volume permettra à Deltrian de produire 160 masques à la minute suivant un travail réparti en deux pauses. Soit un total de 60 millions de masques par an. Un passage à trois pauses pourrait même pousser la production jusqu’à 90 millions de masques par an.

La jungle chinoise

Cette importante force de frappe est évidemment un atout pour la Wallonie au moment où il s’agira d’aborder la sortie du confinement et alors que de plus en plus de collectivités publiques et acteurs privés se démènent difficilement pour se procurer des masques sur un marché mondial dominé par la Chine. " Se fournir en Chine est vraiment difficile. Ce marché est une jungle", nous explique un acteur industriel qui vient de passer une commande de masques en Chine. " La Chine refait ses stocks stratégiques par crainte du retour du virus. C'est donc plus compliqué pour se fournir. Le transport par avion est, lui, de plus en plus cher. Il a pris 30% de plus mercredi. "

Co-actionnaire à 49% de la co-entreprise Deltrian protective equipment, la Région wallonne est, elle, assurée de recevoir le premier lot de 5 millions de masques. Acheteur prioritaire, la Wallonie pourra par la suite augmenter ses commandes grâce à son accès privilégié chez Deltrian.

En attendant la mise en production de ses propres lignes, Deltrian s’active déjà pour acheminer des masques de qualité vers la Belgique. La société carolorégienne dispose d’une filiale en Chine et d’équipes sur place. Ces collaborateurs s’activent dès à présent pour contrôler toutes les étapes d’une chaîne de production, de la matière première à la logistique pour s’assurer que les lots correspondent bien à la qualité exigée. Cette filière pourrait permettre d’acheminer en Belgique entre 2 et 3 millions de masques par semaine d’ici le début du mois de mai.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité