Des cartes prépayées pour relancer la demande?

©BELGA

La reprise économique devra également passer par la demande. Une fintech bruxelloise propose aux communes une carte prépayée pour activer des mesures de redressement socio-économiques ciblées.

Alors que la fin du confinement se dessine, la question de la relance économique est sur toutes les lèvres. Les mesures annoncées par les autorités publiques concernent principalement l’offre. Or, après plusieurs semaines d’arrêt, la demande devra également être stimulée.

Ce type de cartes est déjà utilisé en Allemagne, où plusieurs municipalités l’utilisent pour gérer l’octroi d’allocations d’attente aux réfugiés.

Forte d’une dizaine d’années d’expérience, la fintech bruxelloise Loyaltek et sa société sœur Paynovate entendent promouvoir leur solution de paiement Unity Card. Celle-ci, émise par Visa, a déjà fait ses preuves en Allemagne, où plusieurs municipalités l’utilisent pour gérer l’octroi d’allocations d’attente aux réfugiés.

Cette méthode a plusieurs avantages selon Robert Masse, CEO de Loyaltek et de Paynovate. D’abord, elle permet de cibler la région dans laquelle il est possible de dépenser son contenu et de restreindre ou d’empêcher son utilisation pour les achats en ligne.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

On peut également éviter que les fonds soient retirés en liquide et utilisés à des fins qui ne sont pas souhaitées. Des restrictions qui permettraient de mieux soutenir l’économie belge, en visant par exemple les indépendants.

Pour les commerçants, ce moyen de paiement a comme atout de les rétribuer directement et de leur épargner des démarches parfois longues pour récupérer la valeur d’un bon émis en papier.

Loyaltek est en contact avec plusieurs communes belges pour proposer sa solution. "Nous avons décidé d’offrir les 5.000 premières cartes à toutes les communes désireuses d’activer notre dispositif, puisqu’elles sont les plus directement concernées, de par leur proximité de terrain", explique Robert Masse.

Lire également

Publicité
Publicité