Publicité

Des infirmiers remontés contre Maggie De Block

Les infirmiers s'inquiètent de décisions prises par la ministre De Block. ©EPA

Des actes infirmiers peuvent être délégués à des non infirmiers pendant la pandémie. Une partie du secteur dénonce une mesure dangereuse et non concertée prise par la ministre De Block. Cette dernière réfute.

Les infirmiers sont en colère. En cause: deux arrêtés royaux de la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld). Le premier, qui permet de déléguer des soins de l'art infirmier à des non-infirmiers sous supervision, cristallise le mécontentement. "C'est une gifle pour tous les infirmiers, mais aussi un vrai danger", s'insurge la présidente de la Fédération nationale des infirmières de Belgique (FNIB), Alda Dalla Valle. À ses yeux, cette règle bafoue tout simplement la profession et sa formation.

"C'est une gifle pour tous les infirmiers, mais aussi un vrai danger."
Alda Dalla Valle
Présidente de la Fédération nationale des infirmières de Belgique

Une analyse que partage Fabien De Neef, infirmier spécialisé en soins intensifs et en aide médicale urgente. "Il y a vraiment une méconnaissance de la formation de l'infirmier. On parle de 4 années d'étude, de 1.300 heures de stage, etc. Or, l'arrêté sous-entend qu'une brève formation permettrait d'agir en cette qualité", regrette-t-il.

Alda Dalla Valle assure avoir fait part de ses craintes, notamment en plaidant pour que le texte soit limité à certains actes, mais en vain. "Lorsque le cabinet nous invite, c'est uniquement pour nous annoncer ses décisions, sans concertation!" Dans ce contexte, le deuxième arrêté, qui rend possible la réquisition de personnel, passe aussi particulièrement mal.

Au cabinet De Block, on conteste ces dires: "Les deux arrêtés royaux ont été présentés au secteur qui a pu émettre ses remarques. La concertation a eu lieu. Mais le patient reste la priorité."

 

 

 

 

 

Les deux arrêtés royaux ont été présentés au secteur qui a pu émettre ses remarques. La concertation a eu lieu. Mais le patient reste la priorité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité