Publicité

Des ONG réclament la levée de la propriété intellectuelle sur les outils anti-covid

Les ONG dénoncent le monopole des pays riches sur les technologies et dispositifs médicaux destinés à endiguer la pandémie de coronavirus. ©Reuters

Plusieurs ONG exhortent les dirigeants européens à lever d'urgence les droits de propriété intellectuelle sur les outils de diagnostic et traitements du Covid-19.

Alors que le Conseil européen se réunit ces jeudi et vendredi à Bruxelles pour aborder notamment la question de la solidarité internationale face au Covid-19, Amnesty International, le CNCD-11.11.11, Médecins Sans Frontières, la Mutualité chrétienne, Solidaris et Test Achats dénoncent la position de certains pays, dont la Belgique, qui s'opposent à la suspension temporaire des droits de propriété intellectuelle sur les technologies et dispositifs médicaux liés au Covid-19.

Elles exhortent ainsi les dirigeants européens à lever d'urgence ces droits de propriété intellectuelle.

"Permettre cette dérogation est primordiale pour endiguer la pandémie qui continue de tuer chaque jour."

"Les entreprises pharmaceutiques avec lesquelles l'Union européenne conclut des contrats pharaoniques réservent la quasi-totalité de leur production aux pays riches qui monopolisent ainsi les stocks de vaccins et de traitements", soulignent les organisations dans un communiqué commun.

Refus de la Belgique

"En plus de s'opposer à la levée des brevets, ces mêmes entreprises refusent de partager leurs technologies ainsi que leur savoir-faire avec des producteurs locaux potentiels", poursuivent-elles, rappelant que la couverture vaccinale complète en Afrique atteint seulement 4%.

"L'opposition des pays riches, tels que la Belgique, à l'assouplissement des règles en matière de propriété intellectuelle bloque la possibilité de production et d'approvisionnement global de diagnostics, de vaccins et de traitements contre le Covid-19. Pourtant, permettre cette dérogation est primordiale pour endiguer la pandémie qui continue de tuer chaque jour", argumentent-elles. 

Les organisations signataires appellent la Belgique et les États membres de l'Union européenne à se prononcer en faveur de la suspension temporaire des droits de la propriété intellectuelle, à l'instar de la France, l'Espagne, la Grèce et l'Italie ou, à tout le moins, à ne pas s'opposer activement à cette proposition.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité