Des prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins contre le Covid

Un centre de vaccination à Nice ©Photo News

La proposition de levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid a été déposée devant l’OMC dès octobre dernier. Des lauréats du prix Nobel et d'anciens chefs d'État ou de gouvernement appellent désormais Joe Biden à soutenir cette proposition.

C’est un débat qui revient régulièrement dans l’actualité. Faut-il lever les règles de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le Covid afin d'en faire un bien public mondial?

"Une étape vitale et nécessaire pour mettre fin à la pandémie".
170 signataires de la lettre ouverte
Sur la levée temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid

Selon quelque 170 signataires d’une lettre ouverte, dont l'ancien président français François Hollande, l'ancien chef du gouvernement britannique Gordon Brown et l'ancienne présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, une telle suspension est "une étape vitale et nécessaire pour mettre fin à la pandémie".

"Nous sommes encouragés par les informations selon lesquelles votre administration examine une levée temporaire des droits de propriété intellectuelle de l'OMC pendant la pandémie, comme proposée par l'Afrique du Sud et l'Inde", peut-on notamment lire dans la lettre signée par plusieurs prix Nobel comme Muhammad Yunus (paix), Joseph Stiglitz (économie), Françoise Barré-Sinoussi(médecine).

Opposition des pays développés

Déposée devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le 2 octobre 2020 par l'Afrique du Sud et l'Inde, la proposition a recueilli le soutien de dizaines de pays en développement et défavorisés.

Mais les pays développés ou qui hébergent les sièges de grands groupes pharmaceutiques qui ont développé les vaccins tendent à s'y opposer. Le système des brevets confère en effet un monopole à l'entreprise pharmaceutique qui développe le médicament avant que le brevet ne tombe dans le domaine public sous l’appellation de "générique".

La proposition, qui a été débattue plusieurs fois depuis son introduction devant l'organisation, se heurte donc à l'opposition farouche des pays occidentaux. La nouvelle patronne de l'OMC plaide d'ailleurs plutôt pour le développement d'accords de "licence volontaire", comme l'a fait AstraZeneca avec le Serum Institute of India en Inde.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui soutient la proposition, a de son côté fustigé, plus tôt cette année, les pays occidentaux et critiqué les fabricants de vaccins, soulignant que les pays les plus riches possédaient et distribuaient l’immense majorité des vaccins existants.

Le texte propose notamment d'accorder une dérogation temporaire à certaines obligations découlant de l'Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) afin que n'importe quel pays puisse produire les vaccins sans se soucier des brevets.

Alors que le covid a fait plus de 2,96 millions de morts dans le monde selon un bilan AFP arrêté jeudi midi, la plupart des pays du monde tentent de vacciner le plus vite possible leur population pour tenter d'enrayer la progression de la maladie et de ses variants qui risquent de compromettre l'efficacité des vaccins.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité