Des tests antigéniques "pour voir comment le virus circule"

Les tests antigéniques sont moins fiables que les PCR. Mais ils pourraient avoir leur utilité. ©EPA

Les labos sont débordés. Les tests salivaires et antigéniques pourraient-ils aider dans cette nouvelle crise? Oui et non...

Cette crise était prévue et elle est bien là: celle des centres de dépistage. Ceux-ci saturent. Les patients se bousculent pour se faire tester. Les techniciens sont soumis à un rythme fou pour délivrer les résultats dans un délai raisonnable. Certains labos commencent à manquer de réactifs. Or, on parle ici d'une des principales armes contre le Covid, avec le tracing, les gestes barrières et la bulle de contacts.

Des tests moins sensibles

Dans ce contexte, les tests salivaires pourraient-ils remplacer les tests PCR classiques? Ils sont déjà massivement utilisés à l'Université de Liège, auprès du personnel et des étudiants. Un peu de salive dans un contenant suffit. Plus besoin du professionnel qui glisse un écouvillon dans la narine.

"Ces tests antigéniques ont peut-être leur place dans des screenings de masse pour voir comment le virus circule."
Yves Van Laethem
Infectiologue

Mais ensuite, le chemin suivi par l'échantillon reste le même que pour un prélèvement nasal. Les laboratoires ne sont pas déchargés. En outre, le test salivaire recèle généralement moins de virus que les PCR classiques.  Il s'adresserait dès lors plutôt aux asymptomatiques, comme le prévoit déjà le labo du CHU du Sart Tilman.

Une autre piste est celle des tests antigéniques, rapides et dont l'analyse ne requiert pas de laboratoire. Mais ceux-ci, même s'ils se sont bien améliorés, restent moins sensibles que le dépistage traditionnel. "Ces tests antigéniques ont peut-être leur place dans des screenings de masse pour voir comment le virus circule", argumente l'infectiologue Yves Van Laethem. La Belgique pourrait les adopter prochainement, c'est en discussion. Réponse dans quelques semaines...

Lire également

Publicité
Publicité