Des tests rapides de plus en plus utilisés dans les entreprises

©AFP

Audi et Engie mènent des campagne de tests Covid rapides pour assurer la sécurité de leurs employés. Des dépistages internes de plus en plus courants mais encore peu encadrés.

Depuis une grosse semaine, Audi Brussels propose à ses employés qui présenteraient des symptômes d’effectuer des tests antigéniques. Même stratégie de dépistage interne chez Engie, selon un reportage mené par Le Soir.  Le personnel des centrales nucléaires notamment peut effectuer un test sur base volontaire. Ces tests donnent un résultat en moins de trente minutes, sans avoir recours à un laboratoire. Ils permettent de déterminer si la personne testée est porteuse du virus, et donc potentiellement contagieuse, mais aussi si elle a été contaminée dans le passé - ce qui lui assurerait d'être probablement immunisée.

C’est l’engorgement du système de testing fédéral qui pousse ces entreprises à avoir recours à leurs propres filières de dépistage. L’entreprise dont le personnel ne peut pas être en télétravail peut donc garder une meilleure vision de l’état de santé de son personnel et limiter la progression de l’épidémie en interne. Pour Audi ou Engie, c’est surtout une manière de rassurer le personnel.

Les demandes d'informations affluent

Selon Le Soir, l’expérience de ces entreprises et d’autres de plus petites tailles pourrait inciter toujours plus de sociétés à leur emboîter le pas. Dans les fédérations patronales et chez les fabricants de tests, les demandes d’informations affluent, note le quotidien. La question serait à l’étude chez Proximus, Delhaize, Colruyt ou encore AB InBev.

Mais cette politique de testing interne soulève des questions. Il n’existe pas de cadre réglementaire à cette pratique en milieu professionnel. Le SFP Emploi rappelle que ces tests doivent se faire dans des conditions très strictes, médicales, sociales et de confidentialité.

Lire également

Publicité
Publicité