1. Dossiers
  2. Coronavirus

Ecoles, voyages, métiers de contact, magasins, Horeca: voici le nouveau calendrier de déconfinement

Le Comité de concertation réunissant le fédéral et les entités fédérées a décidé ce mercredi d'un nouveau calendrier de déconfinement en 3 phases: écoles et voyages ce 19 avril, métiers de contact et magasins le 26 avril et Horeca le 8 mai.
  • C'est la fin de ce live. Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Voici le calendrier de déconfinement

    • Réouverture des écoles ce 19 avril.

    A 100% en présentiel dans le fondamental, le spécialisé et l’enseignement en alternance. A 100% aussi dans le secondaire, sauf pour les troisièmes, quatrièmes cinquièmes et sixièmes secondaires, où la moitié de la semaine seulement sera en présentiel, comme c’était le cas avant la fermeture fin mars. Et à 20% dans le supérieur. Pour les examens, ils pourront être organisés en présentiel dans le secondaire et le supérieur.

    • Voyages non-essentiels permis à partir de ce 19 avril.

    Les voyages demeurent toutefois fortement déconseillés. Les voyages en Belgique en provenance de pays tiers (non UE et Schengen) vers la Belgique restent interdits. Les règles de tests et de quarantaine actuels restent d’application. Ce contrôle se fera sur base des données mentionnés dans le PLF, le "passenger locator form" qu'une personne arrivant en Belgique doit remplir. "On reste sur un conseil de voyage négatif vers les zones rouges", a insisté Alexander De Croo.

     

    • Reprise des métiers de contact le 26 avril.
    • Réouverture des magasins non-essentiels le 26 avril.
    • La bulle de 4 à l'extérieur passera à 10 le 26 avril également.

     

    • La bulle de 1 à l'intérieur passera à 2 le 8 mai.
    • Réouverture des terrasses pour l'Horeca le 8 mai.
    • Couvre-feu supprimé à partir du 8 mai, mais pas de rassemblements nocturnes de plus de trois personnes de minuit à 5H. Il reste permis de se rassembler avec les membres de son propre foyer. 
    • Si le taux de vaccination des plus de 65 ans atteint 70% le 8 mai, les activités extérieures seront élargies. Les clubs sportifs pourront à nouveau fonctionner, même après 18 ans, mais pour 25 personnes maximum. Pour les moins de 12 ans, les activités intérieures seront aussi autorisées pour ces clubs et associations. Toutes ces activités devront se dérouler sans public.
    • Les activités culturelles, sportives et de culte de 50 personnes en extérieur seront aussi autorisées le 8 mai. Les brocantes et parcs d’attractions pourront également rouvrir.
    Le nouveau calendrier de déconfinement

  • Revoyez la conférence de presse

    Conférence de presse Comité de concertation 14/04/2021

  • Plusieurs experts toujours préoccupés par les chiffres de l'épidémie

    L'infectiologue et présidente du groupe d'experts GEMS Erika Vlieghe (UZA) a partagé son inquiétude à la suite des mesures d''assouplissements annoncées ce mercredi. "Les hôpitaux sont remplis à ras bord, il n'y a pas de marge de manoeuvre pour le moment", a-t-elle rappelé. Le virologue Marc Van Ranst évoque également "un jeu dangereux".

    Erika Vlieghe dit comprendre les fortes demandes d'assouplissement mais souligne que les chiffres de l'infection et des hôpitaux ne sont pas rassurants. "Nous devons nous rendre compte que la situation reste très précaire", prévient-elle. L'infectiologue est toutefois satisfaite que les conditions de reprise de certaines activités soient liées à la vaccination et à l'occupation dans les services de soins intensifs.

  • Les fédérations sectorielles satisfaites pour les commerces mais inquiètes pour l'horeca

    Plusieurs fédérations sectorielles et représentants d'entreprises ainsi que d'indépendants se réjouissent des perspectives d'assouplissements annoncées, mais dénoncent également le report de l'ouverture de l'horeca. Le SNI évoque "un affront" et Comeos "un coup de poing au visage", tandis que l'UCM partage sa déception. 

    • Le report d'une semaine de la réouverture de l'Horeca a "désabusé" le SNI, qui se demande si les autorités se rendent compte de la détresse du secteur. "Nous ne pouvons que constater que le Codeco ne tient pas ses promesses", déplore-t-il. "Les indépendants ne comprennent plus pourquoi, pour l'enseignement, le gouvernement trouve de la souplesse et de la créativité dans la reprise mais dès qu'il s'agit d'économie, l'attitude du politique est sans concession et autoritaire."
    • Comeos regrette également cette décision alors que le secteur s'était préparé à une reprise le 1er mai. "Le nouveau report signifie beaucoup d'argent et de travail perdus", souligne son CEO Dominique Michel, qui décrit un secteur "abandonné". La fédération se félicite cependant de la reprise des achats sans rendez-vous à partir du 26 avril, la fin d'un "fiasco" et d'une mesure "totalement inutile".
    • L'UCM partage cependant "l'amertume" des professionnels (commerçants, coiffeurs, esthéticiens ou tatoueurs) qui ont subi une restriction de leur activité ces dernières semaines "sans aucune preuve ni indication" de son efficacité sur la circulation du virus. "Treize mois après le premier confinement, la méthode de gestion de l'épidémie reste fondamentalement la même: couper radicalement dans les libertés et interdire à des milliers d'indépendants d'exercer leur métier et de gagner leur vie", déplore l'organisation.
    • La FEB "se réjouit" par ailleurs des perspectives d'assouplissements pour les entreprises, "durement frappées" par les mesures sanitaires durant la pause pascale. Elle se dit "soulagée" que les moments de retour sur le lieu de travail soient possibles à partir de début juin, soulignant la "lassitude croissante" après des mois de télétravail.
  • "Des demi-mesures qui ne font pas avancer les choses" dans le secteur des voyages

    S'ils restent déconseillés, les voyages non-essentiels dans l'Union européenne ne seront plus interdits dès lundi prochain. "Des demi-mesures qui ne font pas avancer les choses", estime l'Union professionnelle des agences de voyage (Upav), qui regrette en outre l'absence de perspective pour les vacances d'été. "Nous n'allons clairement pas sauter de joie. Nous avions fait des propositions et transmis un plan pour voyager en toute sécurité. Mais rien n'a été entendu. Nous avons l'impression que le gouvernement a juste voulu se conformer aux exigences de l'UE", a d'emblée réagi la secrétaire générale de l'Union, Anne-Sophie Snyers.

    L'interdiction des voyages non essentiels traversant les frontières belges, entrée en vigueur le 27 janvier, suscitait en effet des inquiétudes du côté de la Commission européenne. Elle sera désormais "remplacée par un contrôle strict" des obligations de dépistage et de quarantaine qui valent pour les retours de zones considérées comme à risque. Des amendes de 250 euros seront dressées en cas de non-respect. "Il en restera ainsi jusqu'à ce que nous puissions passer au système européen de certificat vert sur la base de la vaccination et du testing", a indiqué M. De Croo.

    Une absence de perspective pour les vacances d'été qui mine le secteur des voyages, regrette Mme Snyers. "Entre le 19 avril et début juillet, nous n'avons donc pas de visibilité pour les ventes d'été. On se retrouve de nouveau au point zéro. Nous restons donc focalisés sur le certificat vert européen et pour lequel on plaide car nous l'estimons non-discriminatoire."

    Quant à Test Achats, il se réjouit de la levée de l'interdiction "qui replace la Belgique en situation de légalité par rapport au droit européen". Sur la base du système de zones (rouge, orange et verte), l'organisation de défense des consommateurs demande "que les personnes non vaccinées puissent voyager au même titre que les personnes vaccinées, sur base d'un test PCR négatif, qui doit pouvoir être réalisé gratuitement afin de ne pas créer de discrimination".

  • Pas de garantie claire sur la réouverture complète de l'Horeca, selon les Brasseurs belges

    Les autorités ne fournissent pas de garantie claire quant à la réouverture complète de l'Horeca en conditionnant celle-ci à des paramètres tels que le taux de vaccination des plus de 65 ans et la situation dans les hôpitaux, estime la fédération des Brasseurs belges. La réouverture des écoles et l'élargissement de la bulle sociale sont deux éléments qui vont avoir un impact gigantesque sur les deux paramètres que sont la vaccination et les hospitalisations, redoute Krishan Maudgal, directeur de la fédération des Brasseurs belges.

    Quant à la réouverture des terrasses proposée le 8 mai par le Comité de concertation, M. Maudgal précise encore qu'à ce stade, il est impossible de savoir combien d'établissements entreront en ligne de compte. "Il faut encore attendre les protocoles qui encadreront cette réouverture mais si ceux-ci interdisent tout passage à l'intérieur d'un bâtiment pour accéder à la terrasse, ça limitera fort le nombre de candidats", regrette M. Maudgal. "Le secteur de l'horeca fait partie de la solution, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, grâce au professionnalisme et au contrôle social exercé par les patrons et leur personnel", soutient la fédération dont bon nombre de membres rencontrent actuellement de grosses difficultés depuis la fermeture du débouché important qu'est l'horeca. Douze brasseries ont déjà fermé leurs portes en mars sur les 370 recensées en Belgique.

    "L'horeca peut contribuer à mieux contrôler le flux des gens que lors de gros rassemblements, et permet aussi d'offrir du temps de loisirs aux gens", ajoute M. Maudgal. La fédération craint aussi de voir les Belges se rendre en masse dans les cafés et restaurants de pays voisins qui ont déjà permis la réouverture des terrasses.

  • Alexander De Croo demande à l'Horeca de garder son sang-froid

    Alexander De Croo justifie la date de réouverture des terrasses de l'Horeca le 8 mai et non le 1er mai par le fait "qu'en une semaine, 500.000 personnes supplémentaires seront vaccinées". 

    Le Premier ministre a ensuite appelé tout le monde à garder son sang-froid alors que de nombreux travailleurs de l'Horeca ont indiqué qu'ils ouvriraient malgré tout le 1er mai. La situation a surtout été pointée du doigt à Liège, où le bourgmestre Willy Demeyer et le gouverneur Hervé Jamar ont indiqué qu'ils ne s'opposeraient pas à ces restaurateurs qui ouvriront leurs portes. "Notre but n'est pas d'opposer les uns aux autres", a-t-il réaffirmé, restant toutefois flou sur ce que risquent les personnes qui vont rouvrir une semaine plus tôt que prévu.

  • "Nous essayons de n'oublier personne", dit Vandenbroucke

    "Lorsque nous discutons en Comité de concertation, nous essayons de n'oublier personne, ni les personnes infectées par le Covid, ni le personnel soignant, ni les jeunes qui veulent aller à l'école, ni les travailleurs de l'Horeca qui veulent rouvrir leurs commerces", a indiqué à son tour le ministre fédéral de la Santé Franck Vandenbroucke.

    "Nous allons instaurer une brève pause avec le vaccin Johnson & Johnson en attendant l'avis de l'EMA", a confirmé le ministre de la Santé, rassurant sur le fait que cela n'influencera pas la campagne de vaccination. "Nous aurons bientôt un aperçu précis des avantages et des risques de chaque vaccin grâce à une étude de l'EMA", a-t-il ajouté. 

    Soulignons toutefois que les gens qui devaient recevoir un vaccin J&J la semaine prochaine en Belgique conserve leur rendez-vous, mais recevront une dose d'un autre laboratoire pharmaceutique.

    "Le 8 mai, nous voulons passer à une nouvelle étape avec le plan extérieur, mais la situation dans nos hôpitaux doit s'améliorer avant", a ensuite déclaré Frank Vandenbroucke. "Tout le monde doit rester conscient que nous devons continuer le combat contre le virus, c'est le plus important", a-t-il conclu.

  • Un nouveau Comité de concertation "été" le 23 avril

    "Il y aura une trentaine d'évènements-tests au cours du mois d'avril dans les secteurs de la culture, de l'évènementiel et du sport pour envisager au mieux leur réouverture", a indiqué de son côté le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. 

    Il a ensuite indiqué qu'un nouveau Comité de concertation se tiendrait le 23 avril, lors duquel seront évoqués la jeunesse, la culture, l'événementiel, les sports pour l'été.

  • Vervoort confirme la fin du couvre-feu le 8 mai à Bruxelles

    "Le couvre-feu sera amené à disparaître le 8 mai à Bruxelles", a confirmé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. Il a toutefois indiqué que des mesures additionnelles aux mesures fédérales pourraient être prises, en concertation avec les bourgmestres de la capitale.

  • Elio Di Rupo: "On a encore du pain sur la planche pour poursuivre le travail"

    "On a encore du pain sur la planche pour poursuivre le travail", a indiqué le ministre-président wallon Elio Di Rupo, disant comprendre la détresse des "50% des gens qui ne soutiennent pas les mesures des autorités". "Notre rôle est de rassembler les uns et les autres, ceux qui partagent nos décisions et ceux qui ne partagent pas", a insisté Elio Di Rupo.

  • Jan Jambon: "Les chiffres sont meilleurs, mais nous devons rester vigilants"

    "Les chiffres sont meilleurs, mais nous devons rester vigilants", a confirmé le ministre-président flamand Jan Jambon, avant de détailler le programme de réouverture des écoles ce 19 avril.

    "Il y aura des expériences-tests qui vont être menées pour faire de la clarté sur la réouverture de différents secteurs comme le secteur culturel", a prévenu Jan Jambon, saluant également la prochaine livraison de plus d'1 million de doses Pfizer supplémentaires dans notre pays.

    Cette livraison anticipée des vaccins de Pfizer/BioNTech contre le coronavirus ne va toutefois pas avoir d'impact sur la stratégie de vaccination en Belgique, a fait savoir la taskforce vaccination. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait savoir plus tôt dans la journée que le producteur de vaccins Pfizer/BioNTech allait anticiper au deuxième trimestre la livraison de 50 millions de doses de son vaccin à l'Europe. Cette cargaison n'était pas attendue avant le quatrième trimestre. "Les vaccins supplémentaires Pfizer constituent une très bonne nouvelle, surtout compte tenu du rôle important des vaccins dans la feuille de route devant mener à une réouverture de la société", a indiqué le cabinet du Premier ministre, Alexander De Croo. Cela signifie pour la Belgique qu'1,28 million de doses du fabricant américain devraient arriver dans les deux prochains mois.

  • "Les hôpitaux sont toujours sous pression, nous devons donc rester prudents"

    "Les hôpitaux sont toujours sous pression, nous ne recevons pas de bonnes nouvelles de leur part. Un tiers des personnes hospitalisées aujourd'hui passent par les soins intensifs, ce qui est plus élevé que lors de la première vague. Et les patients sont également plus jeunes et plus durement touchés", a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo en ouverture de la conférence de presse. 

    "Toutefois, les contaminations baissent, le nombre d'hospitalisations diminue et le taux de reproduction du virus descend. Mais nous devons rester prudents", a continué De Croo, rappelant que les voyages non-essentiels seront à nouveau permis, mais que la quarantaine et les tests restent obligatoires."La police veillera au respect de ces mesures", a prévenu le Premier ministre.

    "Des projets-pilotes vont avoir lieu pour des évènements culturels et sportifs dans les semaines à venir. Cela doit se faire de manière sûre en se basant davantage sur la gestion des risques et non plus sur une fermeture pure et simple", a ensuite ajouté De Croo, répondant ainsi à un appel formulé en ce sens par des experts dans la presse.

    "Après tous les obstacles de ces derniers mois, le déploiement de la vaccination nous permet de disposer d'une base solide pour la réouverture de notre société. Nous estimons qu'une majorité de personnes de plus de 65 ans auront reçu le vaccin le 8 mai. Nous passerons à ce moment-là à un plan plein air plus vaste, avec la fin du couvre-feu et la réouverture des terrasses de l'Horeca", a ajouté le Premier ministre.

    "Nous sommes plus forts si nous nous serrons les coudes. Nous ne voulons pas opposer une partie de la population à une autre. Personne ne sera sûr si tout le monde n'est pas en sécurité. Vaccinez-vous! Nous sommes en 8e position en termes de vaccination en Europe. C'est sur cette vaccination que nous basons notre plan de déconfinement", a conclu Alexander De Croo. 

  • La bulle de 1 à l'intérieur passera à 2 le 8 mai

    Il sera donc désormais permis de recevoir un couple chez soi.

  • "Les hôpitaux n'ont plus de marges de manœuvre", selon Van Gucht

    "Les hôpitaux et unités de soins intensifs belges n'ont plus de marges de manœuvre", s'est inquiété le virologue Steven Van Gucht ce mercredi dans le journal de la VRT. Pas moins de 945 patients sont actuellement traités aux soins intensifs, ce qui représente une augmentation de 6% par rapport à la semaine passée. "Nous sommes toujours au même pic que lors de la deuxième vague", a souligné M. Van Gucht. "Aujourd'hui la situation est différente. Nous avons une meilleure perspective grâce à la campagne de vaccination en cours".  

    Le virologue s'attend à ce que les indicateurs du virus poursuivent leur baisse mais alerte sur la situation dans les hôpitaux et au sein des unités de soins intensifs, dépourvus de marges de manœuvre. "C'est positif si les indicateurs continuent de baisser. Mais les assouplissements (des mesures, ndlr) provoquent des incertitudes. La situation doit être abordée avec prudence et par étapes".  Si le nombre de tests réalisés est en baisse en raison de la période de vacances, M. Van Gucht s'inquiète du taux de positivité aujourd'hui estimé à 9,5%. Cet indicateur illustre la proportion de tests positifs par rapport à l'ensemble des dépistages. "Ce pourcentage ne cesse d'augmenter", souligne le virologue.

    "Moins de tests sont réalisés mais un nombre plus élevé d'entre eux sont positifs. Ceci est lié à des contacts accrus entre les gens, surtout au sein de la sphère privée, ainsi qu'au variant britannique hautement contagieux".  M. Van Gucht estime que la "pause de Pâques", décrétée par le gouvernement fédéral et les entités fédérées il y a trois semaines, a joué son rôle. "Sans ces mesures, la situation aurait été bien pire", selon lui. S'il compte sur la campagne de vaccination, le virologue plaide pour une prise en compte continue des chiffres. "On énonce sans cesse des dates de réouverture. Ce serait bien que celles-ci soient accompagnées de conditions supplémentaires, à savoir les chiffres du nombre d'admissions et de personnes en soins intensifs."

  • L'Horeca rouvrira ses terrasses le 8 mai

    La réouverture des terrasses passera par une limitation du nombre de personnes par tables. L'ensemble de l'Horeca - les salles intérieures et extérieures - ne pourra rouvrir à part entière qu'à partir du mois de juin, quand le nombre de personnes en soins intensifs sera passé "durablement" sous la barre des 500.

    Le couvre-feu sera levé au même moment. Il ne sera cependant pas possible de se réunir à plus de trois personnes de minuit à 5H, une décision qui pourra toutefois être adaptée selon les Régions.

  • La conférence de presse est prévue à 17h

  • Où en est la campagne de vaccination contre le Covid-19 en Belgique?

    Combien de personnes ont été vaccinées? Où se trouve le centre de vaccination le plus proche de chez moi? Quand pourrai-je me faire vacciner et avec quel vaccin? Découvrez l'évolution de la vaccination en Belgique dans notre article mis à jour quotidiennement.


  • Le couvre-feu se poursuivrait

    Selon la Dernière Heure, le couvre-feu devrait être maintenu jusqu'en mai.

  • Toujours pas de fumée blanche. Pourquoi?

    Les discussions semblent difficiles concernant l'horeca, fermé depuis des mois et pour lequel la date du 1er mai avait été annoncée. Oui mais... La situation sanitaire n'est pas très bonne, les contaminations restent nombreuses malgré le renforcement des mesures fin mars. De plus, les écoles vont rouvrir lundi prochain et les experts aimeraient attendre trois semaines avant de lancer un nouvel assouplissement. Bref, les ministres du fédéral et des entités fédérées qui sont réunis pour ce Codeco ne sont pas d'accord sur la date de réouverture de l'horeca.

    De même pour le Plan Plein Air, principalement pour l'organisation d'événement et d'activités culturelles en extérieur qui pourrait accueillir jusqu'à 50 personnes. À quelle date?

    Par contre, il y aurait bien un accord pour la reprise des métiers de contact (coiffeurs, etc.) qui pourraient recommencer à travailler dès le lundi 26, après une "pause pascale" de quatre semaines.

  • Bulle extérieure élargie

    Selon Het Nieuwsblad, dès le lundi 26 avril, la bulle extérieure passera de nouveau à 10 personnes, au lieu de 4. L'information a été confirmée par Belga, de "sources concordantes".

  • Le port du masque en primaire

    Selon Sudpresse, le port du masque ne sera plus obligatoire en 5ᵉ et 6ᵉ primaires à partir du 19 avril. 

  • Est-ce vraiment le moment de déconfiner?

    Si l'on regarde strictement les chiffres liés à l'évolution de l'épidémie, et plus particulièrement les indicateurs d'admissions à l'hôpital et de patients en soins intensifs, l'on constate à quel point la situation sanitaire reste critique.

    Néanmoins, plusieurs facteurs poussent à l'assouplissement (le ras-le-bol, la détresse psychologique, les problèmes économiques et sociaux) alors que désormais, certaines techniques permettent un certain contrôle de l'épidémie, à commencer par la vaccination qui protège les plus faibles.

  • Le couvre-feu levé?

    Il se murmure que le couvre-feu (actuellement de minuit à 5h en Wallonie et en Flandre, de 22h à 6h à Bruxelles) pourrait être levé au profit d'une interdiction de rassemblement.

  • Le Plan Plein Air: une date pour la relance

    Les risques de contamination sont, à l’extérieur, bien moindres qu'à l'intérieur, d'après plusieurs études. Le Plan Plein Air, qui doit autoriser les rassemblements de 10 personnes dehors, l'organisation d'activités culturelles ou événementielles de 50 personnes (avec respect des règles de distanciation et port du masque) va donc être discuté en Codeco ce mercredi. L'ouverture des terrasses de l'horeca pourrait y être jointe.

    Mais pour quand? Le 1ᵉʳ mai? Le 8 mai? On sait que les experts du Gems et le commissaire Corona, Pedro Facon, plaident pour un délai de trois semaines entre chaque assouplissement. Or, les écoles rouvrent ce 19 avril. Ajoutez-y trois semaines, ça nous amène au lundi 10 mai.

  • Où en est la vaccination?

    Si le bilan épidémiologique reste médiocre, le monde politique peut se permettre quelques assouplissements, nécessaires pour la santé psychologique et l'économie, grâce à l'avancée de la vaccination, la disponibilité des tests et des auto-tests.

    → En matière de vaccination, 16,76% de la population est au moins partiellement (une dose sur deux) vaccinées, soit 1.925.956 personnes ou 20% des plus de 18 ans.

    → 5,49% des Belges sont totalement vaccinés, soit 631.448 personnes.

    La campagne pourrait malheureusement subir un nouveau retard suite aux soupçons pesant sur le vaccin de Johnson & Johnson, dont 36.000 doses sont arrivées en Belgique lundi, mais resteront au frigo en attendant l'avis de l'Agence européenne du médicament (EMA). L'apparition d'effets secondaires rares chez quelques personnes aux Etats-Unis ont suscité de vives inquiétudes.

    En Belgique, les premières livraisons annoncées du vaccin de J&J étant très minimes, la campagne de vaccination ne devrait pas être impactée outre mesure par ce retard. À noter également les inquiétudes relatives au vaccin d'AstraZeneca, pour l'instant réservés aux 56 ans et plus chez nous.

  • "A priori, c'est tout l'horeca" (Paul Magnette)

    Le président du PS, Paul Magnette, a plaidé, sur Bel RTL, pour le "respect des engagements" pris par les autorités, notamment en faveur de l'horeca et du secteur culturel.

    "Si on veut dire 'pas le 1ᵉʳ parce qu'on ne veut pas faire plaisir aux socialistes, parce que c'est la fête du travail', mon dieu je ne vais pas m'accrocher à un symbole. Disons alors le 3" mai", a-t-il dit. "A priori, c'est tout l'horeca" qui doit rouvrir début mai, a poursuivi le président du PS, tout en admettant qu'il était plus facile de gérer la situation en extérieur, sur les terrasses, où le risque de contamination au coronavirus est moindre.

    La question de la réouverture des établissements du secteur horeca à la date du 8 mai a été évoquée au sein du comité ministériel restreint (le "kern" fédéral), qui n'a pas pris de décision, selon Magnette. "Il n'y a pas eu d'accord, il y a eu une première discussion", a-t-il souligné.

    "Pour moi, les terrasses devraient pouvoir être ouvertes le 1er mai."
    Jan Jambon
    Ministre-président flamand


    Côté flamand, le ministre-président N-VA abonde dans le même sens que le ténor du PS. "Pour moi, les terrasses devraient pouvoir être ouvertes le 1er mai" déclaré Jan Jambon juste avant le Comité de concertation.

  • Le problème: les chiffres

    Ces derniers jours, quelques tendances positives étaient apparues dans les chiffres montrant l'évolution. Elles demandent confirmation. Le bulletin de ce mercredi ne s'inscrit pas totalement dans le sens de l'amélioration.

    • Entre le 7 et le 13 avril, il y a eu en moyenne 256,7 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus
    • 3.127 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 945 patients traités en soins intensifs
    • Le taux de reproduction du virus est repassé à 1,01. Lorsqu'il est supérieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à s'accélérer.  
    • Entre le 4 et le 10 avril, 3.452 nouvelles contaminations ont été dépistées en moyenne par jour, en baisse de 19% par rapport à la semaine précédente. 
    • Sur la même période, 43,4 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (+24,1%), portant le bilan à 23.566 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.  
    • Près de 41.100 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement (-31%), pour un taux de positivité de 9,5%.  
    • L'incidence, qui renseigne le nombre moyen de nouveaux cas journaliers pour 100.000 habitants, atteint 471,1 sur 14 jours (-14%). 
  • L'horeca, la grande question

    La réouverture de l'horeca, envisagée pour le 1ᵉʳ mai, semble avoir peu de chances de se concrétiser dans l'immédiat, ou en tout cas pas complètement. Le gouvernement flamand est favorable depuis un certain temps à l'idée de rouvrir les terrasses. Cela pourrait aussi permettre d'apaiser les esprits et éviter les dérapages dans l'espace public. Mais la réouverture seule des terrasses ne convient pas au secteur. Pourquoi?

    • Tous les établissements ne disposent pas de terrasses, il y aurait donc une discrimination.
    • La météo serait le grand juge de la rentabilité.
    • Il serait difficile d'avoir un chiffre d'affaires suffisant avec un espace restreint.

    En outre, des règles supplémentaires pourraient être imposées: pas d'accès aux toilettes, pas d'entrave à la circulation de l'air, fermeture prématurée en soirée.

  • Les commerces non essentiels

    Accessibles actuellement sur rendez-vous, les commerces non essentiels espèrent bien pouvoir rouvrir sur un mode normal dès le 26 avril, comme prévu.

  • Les métiers de contact

    Les coiffeurs, tatoueurs, professionnels de l'esthétique, masseurs, etc., doivent normalement reprendre le travail après les 4 semaines de pause décidées par le précédent Codeco. Le 26 avril, donc. Il s'agit d'un point crucial qui sera discuté ce mercredi matin, mais il semble difficile de ne pas lâcher du lest pour ces professions qui souffrent d'un manque de stratégie claire depuis le début de la pandémie.

  • En voyage dès lundi?

    Les voyages non essentiels sont interdits depuis plusieurs mois. Mais il devient difficile de tenir tête plus longtemps à la Commission européenne.

    Les voyages non essentiels devraient bien reprendre lundi prochain, mais assortis d'une batterie de précautions en matière de testing (sans doute deux, au retour et une semaine plus tard) et quarantaine (de 7 jours? De 10 jours?). 

    Toutes les destinations ne seront peut-être pas logées à la même enceinte. Des pays comme le Brésil, où la situation sanitaire est particulièrement catastrophique, pourraient faire exception à l'assouplissement. À discuter.

  • Les écoles... comme avant?

    La décision concernant les écoles semble entérinée. Tant du côté francophone que du côté flamand, on a sa préférence, reste à entériner cela dans le cadre de la concertation. Plus question d'une réouverture à 100% comme espéré lorsque, le 24 mars dernier, le Comité de concertation avait décidé de temporiser le déconfinement.

    Côté francophone, les cours devraient reprendre comme avant leur suspension le 29 mars dernier. De la maternelle au 1ᵉʳ degré du secondaire, les élèves devraient retourner à plein temps en classe. Pour les ados de la 3ᵉ à la 6ᵉ (et 7ᵉ) secondairele mi-temps présentiel, mi-temps distanciel qu'on connaît depuis novembre est acquis. Pour le supérieur, on en resterait à une présence de 20% sur les campus. Idem en Flandre.

  • Bonjour à tous et à toutes!

    Le comité de concertation (Codeco) se réunit ce matin, à partir de 9h. Une communication à la presse est prévue dans la foulée. Et en soirée, Alexander De Croo s'adressera aux citoyens par le biais d'un Facebook Live.

    De nombreux points sont au programme des principaux ministres du fédéral et des entités fédérées: écoles, voyages, horeca...

    Suivez avec nous tous les développements autour de cette réunion très attendue.

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés