Publicité

Effet Covid sur le marché du rachat d'entreprises

©Thierry du Bois

La Vlerick et la Sowaccess s'attendent à une baisse de 30% des opérations de fusions et d'acquisitions en Belgique cette année.

Coup de mou en vue dans le marché des fusions et acquisitions en Belgique cette année. C’est ce qui ressort du dernier baromètre de la Vlerick Business School. "60% des experts consultés s’attendent à une chute de 30% des activités de fusions et acquisitions en Belgique en 2020", pointe l’enquête de la Vlerick menée auprès des acteurs spécialisés dans les dossiers de fusions et acquisitions en Flandre et en Wallonie (avocats, réviseurs, banquiers...).

"60% des experts consultés s’attendent à une chute de 30% des activités de fusions et acquisitions en Belgique en 2020."
Vlerick business school

Associée à l’étude, la Sowaccess, un outil public wallon spécialisé dans l'accompagnement lors de la cession d'entreprises, partage ce pessimisme, sur la base des premières indications qui ressortent d’une enquête récemment menée auprès de ses partenaires. Mais, comme l’explique Laurent Wenric, manager de la Sowaccess, certains acheteurs sont toujours à l’acquisition. "Il y a des acteurs individuels qui profitent de cette période particulière pour faire le point et se (re)lancer dans un nouveau projet, et/ou des acheteurs qui veulent faire une bonne affaire vu la situation, ou des acquéreurs stratégiques qui ont une logique business très clair pour réaliser leur acquisition."

Parmi les nouvelles incertitudes qui vont envahir les acheteurs, "le Covid 19 va nécessiter une analyse plus approfondie au niveau du modèle même de l’entreprise. Est-il résilient face à la crise? Peut-il s’adapter à un fonctionnement en mode confinement? Est-ce que l’entreprise dépend de fournisseurs ou clients eux-mêmes très impactés? Quid des potentielles nouvelles réglementations? Est-ce que le personnel a bien vécu la crise?", résume Laurent Wenric.

"Je suis néanmoins persuadé que ce ralentissement sera temporaire, et plus on aura une bonne appréhension de ce que sera le nouveau niveau de normalité, plus les acquisitions reprendront."
Laurent Wenric
Manager de la Sowaccess

Du côté des vendeurs, la plupart des experts contactés par la Sowaccess s’accordent à dire qu’à part dans certains secteurs qui ont pu profiter de la crise, les prix devront sans doute être revus à la baisse. D’autres, plus touchés, devront reporter la vente. Bref acheter une entreprise aujourd’hui est un exercice plus compliqué qu’hier. "Je suis néanmoins persuadé que ce ralentissement sera temporaire, et plus on aura une bonne appréhension de ce que sera le nouveau niveau de normalité, plus les acquisitions reprendront", estime Laurent Wenric. Un avis que partage Mathieu Luypaert, professeur à la Vlerick et auteur de l’étude. "Il y aura un rebond si la crise sanitaire est de courte durée." Il s’attend d’ailleurs à une hausse des petites transactions et d’opérations menées par le private equity. "Il devrait y avoir moins de transactions stratégiques entre entreprises, sauf dans le domaine de la santé."

345 dossiers en 2019

Cette perspective ne doit pas éclipser un marché qui s’est plutôt bien porté en 2019. Selon la Sowaccess, 345 opérations ont été enregistrées par les différents acteurs de la reprise d'entreprise qui travaillent avec cette filiale de la Sowalfin sur l'ensemble de la Wallonie. "Ces 345 transactions ont contribué à pérenniser près de 6.300 emplois, parmi lesquels près de 1.300 proviennent des 101 dossiers passés par la Sowaccess".

En termes de valorisation, le marché wallon s’est caractérisé par un deal moyen de 3,1 millions d’euros. "Et si l’on regarde les 101 dossiers facilités par la Sowaccess, le montant du deal moyen est de 1,3 million. Cela s’explique naturellement par le fait qu’a priori, plus une entreprise est grande, moins elle aura besoin de la Sowaccess pour être sensibilisée, accompagnée ou trouver une contrepartie." Le multiple d’Ebitda moyen s’est lui situé à 6,8 en 2019, en augmentation par rapport à 2018 (5,7), avec une importante disparité entre les secteurs et la taille des deals.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité