En difficulté financière, Pairi Daiza licencie 23 collaborateurs

Pour Eric Domb, le président fondateur de Pairi Daiza, les licenciements sont une première, le parc n'ayant cessé jusqu'ici d’engager. ©Debby Termonia

L'impact économique de la crise du Coronavirus contraint le parc animalier à se séparer de 23 collaborateurs. Depuis le début du confinement, Pairi Daiza a déjà subi une perte de revenus de près de 20 millions d’euros.

Alors que la perspective d'une réouverture des parcs d'attraction est toujours dans les limbes, Pairi Daiza se voit contraint de réduire ses effectifs. Le parc animalier de Brugelette, en Hainaut, a annoncé ce mercredi le licenciement de 23 de ses collaborateurs (17 employés sous contrats à durée déterminée ou indéterminée et 6 saisonniers), sur un total de 505.

"Nos effectifs restent légèrement supérieurs à ce qu'ils étaient il y a un an."
Eric Domb
Président fondateur de Pairi Daiza

C'est une malheureuse première pour le parc créé il y a 26 ans, et qui jusqu'ici n'a cessé d’engager. Eric Domb, le président fondateur de Pairi Daiza, assure avoir tout fait pour limiter la casse. "Nous avons certes dû réduire la voilure, mais les licenciements se limitent à moins de 5% des emplois. Et nos effectifs restent légèrement supérieurs à ce qu'ils étaient il y a un an", souligne-t-il. Le parc comptera effectivement encore 264 salariés (contre 262 il y a un an) et 212 saisonniers (contre 192).

La situation financière du parc animalier devenait très compliquée. Depuis le 21 mars, date à laquelle il était censé rouvrir ses portes et lancer son deuxième hôtel, Pairi Daiza a déjà dû dépenser quelque 4 millions d’euros pour la seule préservation du jardin et des 7.000 animaux. "La majorité du personnel est en chômage temporaire, mais il y a toujours sur le site une petite centaine de collaborateurs chargés de l'entretien du site et des soins aux animaux."

Lourde perte

A ce stade, la perte de chiffre d’affaires est estimée à près de 20 millions d’euros, pour un chiffre d'affaires d'environ 85 millions. Pour la saison 2020, le parc prévoit en outre une chute drastique du nombre de visiteurs, et donc un résultat annuel en perte de quelque 30 millions d'euros, selon des estimations prudentes et sous condition d'une ouverture dans le courant du mois de mai.

30
millions €
Pour la saison 2020, Pairi Daiza s’attend à une perte annuelle de 30 millions d'euros.

"Les mois d'avril et mai sont très importants parce que c'est à ce moment que les abonnés viennent s'inscrire. Le problème, c'est qu'on ne sait pas quand nous pourrons rouvrir, et pour combien de temps nous pourrons rester ouverts en raison des risques de reconfinement", explique Eric Domb.

Une ouverture plus tardive gonflerait davantage encore le trou financier. Et à ce stade, il faut bien dire que c'est toujours le flou qui règne. "D'après ce que j'ai compris, les jardins zoologiques font partie des activités qui devraient pouvoir redémarrer le 18 mai. Nous espérons en tout cas pouvoir nous relancer le 31 mai au plus tard. Mais dans le contexte actuel, même si nous sommes fort impactés, je trouve qu'il est immoral d'exprimer la moindre impatience", dit le président de Pairi Daiza.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité