Publicité

Faut-il prolonger les vacances de Toussaint?

Les vacances de Toussaint sont programmées du 1er au 7 novembre. Les écoles doivent normalement rouvrir le lundi 8. ©BELPRESS

L'an dernier, en pleine flambée de l'épidémie, les écoles avaient prolongé les vacances de Toussaint. Mais cette année, ça n'aurait "pas de sens sur un plan épidémiologique", selon la ministre de l'Éducation, Caroline Désir.

Faut-il prolonger les vacances de Toussaint, alors que l'épidémie de covid a repris de la vigueur? Au cours des sept derniers jours, 93 patients ont été admis à l'hôpital chaque jour en moyenne, 50% de plus que la semaine précédente. Plus de mille patients sont hospitalisés pour un Covid-19. Entre le 12 et le 18 octobre, une moyenne de plus de 3.600 infections par jour a été calculée (+60%). Lundi dernier, 6.533 nouveaux cas ont été enregistrés.

"Prolonger les vacances semble potentiellement raisonnable."
Yves Coppieters
Épidémiologiste et professeur de santé publique (ULB)

L'an passé, cette stratégie avait été appliquée, avec de bons résultats. Les écoles sont actuellement soumises à une forte pression, avec des mesures rigoureuses de testing et de quarantaine. "Prolonger les vacances semble potentiellement raisonnable", commentait mercredi Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique (ULB). "Cela permettrait de relâcher la pression. La surveillance dans les écoles reste très importante, elle doit continuer, mais il faudrait sans doute alléger la stratégie à l'égard des enfants."

"Pas de sens"

Évidemment, si cette mesure devait être mise en oeuvre, elle devrait être annoncée au plus vite, histoire que parents et enfants se préparent. Les vacances sont programmées du 1er au 7 novembre. Les écoles doivent rouvrir le lundi 8, mais le jeudi 11 novembre est à nouveau férié.

Mais l'idée de prolonger n'est pas à l'ordre du jour du côté de la ministre socialiste de l'Éducation Caroline Désir. Elle "n’a pas de sens sur un plan épidémiologique dans un contexte où tout est ouvert par ailleurs", rapporte le porte-parole de la ministre.

Les causes de la reprise

"Cette idée de prolonger les vacances de Toussaint n’est pas à l’ordre du jour et n’a pas de sens sur un plan épidémiologique dans un contexte où tout est ouvert par ailleurs."
Le porte-parole de la ministre Caroline Désir

La reprise de l'épidémie est attribuée principalement à l'effet saisonnier et aux nombreux assouplissements actés ces dernières semaines, ainsi qu'aux relâchements.

Les écoles ne sont pas pointées comme un moteur et cela appuie la décision de la ministre: "Les écoles ont tourné pendant 6 semaines depuis la rentrée sans que les contaminations augmentent dans la société: au contraire, fin septembre et début octobre, les contaminations et le taux de positivité baissaient chez les 0-9 comme les 10-19".

Les statistiques de Wallonie Bruxelles Enseignement indiquent que les contaminations augmentent moins vite dans les écoles que dans la société, même s’il existe de fortes disparités locales, précise enfin le cabinet de la ministre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité