Publicité

Feu vert pour l'ouverture des commerces

La phase 1b du déconfinement ne sera pas accompagnée par un renforcement particulier des contrôles policiers, a indiqué la Première ministre Sophie Wilmès, qui en appelle au bon sens des citoyens. ©EPA

La Première ministre annonce la possibilité, à partir du 10 mai, de recevoir quatre personnes chez soi. Les magasin non essentiels pourront rouvrir le 11, comme prévu.

Assouplissement. C'est sans doute le maître-mot de cette séance du Conseil national de sécurité (CNS) qui comporte deux principales mesures pour la prochaine étape du déconfinement entamé par la Belgique le 4 mai: l'élargissement des contacts sociaux à partir du 10 mai et la confirmation de la réouverture autorisée des commerces non essentiels dès le lendemain.

Il faut y voir à la fois une prise en compte des difficultés psychosociales liées à l'isolement – le CNS avait été attaqué sur cet aspect la semaine dernière – et des impératifs économiques liés au secteur, en souffrance faut-il le dire, du commerce au sens large. Tout cela sur base de constats sanitaires encourageants, rappelle Sophie Wilmès, Première ministre: des hospitalisations journalières en baisse, une tendance moyenne à la baisse et la mobilisation limitée à 32% des lits en soins intensifs.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Pour le commerce, le dispositif est connu depuis le fameux CNS du 24 avril: la réouverture est autorisée à des conditions relativement strictes que la population a déjà pu éprouver dans les magasins d'alimentation et de bricolage. Les enseignes ne peuvent faire entrer qu'un client par 10 mètres carrés de surface commerciale et pour 30 minutes maximum. Reste aux pouvoirs locaux à maîtriser les phénomènes de files qui ne manqueront certainement pas de se manifester dans les espaces publics. A fortiori dans les rues commerçantes à haute fréquentation.

Le masque recommandé en magasin

À noter que les commerces qui supposent des contacts rapprochés entre personnes (coiffeurs, centres d'esthétique, etc.), ne sont pas autorisés rouvrir à ce stade. Leur cas – comme celui des marchés, des musées, des parcs zoologiques et des bibliothèques – sera analysé pour la phase 2 du déconfinement, toujours prévue le 18 mai.

"C'est un énorme soulagement même si les conditions d'accueil des clients sont strictes."
UCM

Ceux qui rêvaient de voir le masque facial imposé dans les commerces sont déçus. Le CNS préfère recommander chaudement cette protection couvrant nez et bouche. Interrogée sur ce sujet mercredi, Sophie Wilmès, Première ministre MR, assume et s'explique. Une obligation pourrait laisser erronément penser au public qu'il est protégé et peut négliger les deux mesures les plus efficaces contre la propagation du virus, à savoir la limitation maximale des contacts avec autrui et la distanciation sociale d'un mètre cinquante.

Le port du masque est, par contre, obligatoire dans les aéroports et les transports publics. Le CNS invite la population à faire ses achats dans des zones proches de son domicile.

"C'est un énorme soulagement même si les conditions d'accueil des clients sont strictes", a réagi l'UCM. L'organisation a édité un guide pratique chargé d'informer les commerçants sur les bonnes pratiques à adopter: présence de gel hydroalcoolique, payement électronique encouragé et désinfection des zones à risque. Le SPF Économie doit également publier un guide sur son site internet d'ici le 11 mai.

Un pari risqué

Passons au volet socialisation de cette nouvelle phase de déconfinement. À partir du dimanche 10 mai, jour de la fête des Mères, chaque foyer pourra inviter quatre personnes maximum. Toujours les mêmes, celles-ci devant donc s'engager à ne se déplacer que dans une seule famille. "Il sera nécessaire de respecter la distance, précise Sophie Wilmès. Si vous avez une terrasse ou un jardin, voyez-vous à l'extérieur."

"Les phases consécutives (du déconfinement, NDLR) ont suscité chez certaines personnes un profond désarroi. Le fait d'avoir ouvert le champ des relations sociales n'a effectivement pas suffi à apaiser nombre de nos concitoyens", a justifié la Première ministre qui ouvre donc davantage les vannes au nom du CNS.

"La question des excursions d'une journée, des séjours en seconde résidence, ou dans des gîtes sera évoquée lors de la préparation de la phase 3 et non plus de la phase 2."
Sophie Wilmès
Première ministre

Le CNS prend là un risque déjà souligné par le virologue Marc Van Ranst, qui envisage ces mesures "avec appréhension". "70% des contaminations ont lieu dans le cercle familial", a pour sa part rappelé Rudi Vervoort (PS), ministre-président de la Région bruxelloise lors de la conférence de presse qui a suivi le CNS ce mercredi.

Cette nouvelle étape, la phase 1b du déconfinement, ne sera pas accompagnée par un renforcement particulier des contrôles policiers, a indiqué Sophie Wilmès. La Première ministre en appelle une nouvelle fois au bon sens des citoyens.

Elle n'a livré que peu d'indications sur la suite de ce déconfinement. Sa phase 2 démarrera bien le 18 mai avec la réouverture partielle des écoles. "La question des excursions d'une journée, des séjours en seconde résidence, ou dans des gîtes sera évoquée lors de la préparation de la phase 3 et non plus de la phase 2 (début juin, NDLR)", a annoncé la Première ministre. Par ailleurs, toute compétition sportive, professionnelle ou amateure, est interdite jusqu'au 31 juillet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité