Publicité

Frank Vandenbroucke: "Ce qui m'inquiète, c'est la combinaison de deux épidémies"

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke s'inquiète de l'arrivée de la grippe en Belgique. ©Photo News

La Belgique pourrait être touchée par une épidémie de grippe cet hiver, en plus de la quatrième vague de covid, un risque dont se dit inquiet le ministre de la Santé.

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 détectés en Belgique tutoyait les 7.000 jeudi et vendredi. Samedi, le seuil de 250 patients aux soins intensifs a été atteint. Les signaux d'alerte se multiplient.

"Ce qui m’inquiète, c'est la combinaison d’une épidémie de grippe avec la continuation de cette épidémie de covid."
Frank Vandenbroucke
Ministre de la Santé

Les modèles prévoient une occupation en soins intensifs pour covid à hauteur de 500 lits en novembre, malgré que 86% des adultes belges soient vaccinés.

Symptômes proches

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, invité de Matin Première (RTBF) lundi matin, n'a pas lésiné sur les avertissements. Mais la hausse de ces contaminations ne constitue qu'une partie de ses inquiétudes. Comme beaucoup, il craint désormais qu'une épidémie de grippe ne complique encore la situation.

"Ce qui m’inquiète, c'est la combinaison d’une épidémie de grippe avec la continuation de cette épidémie de covid. Les deux ensemble, ce serait l'épidémie de trop!" Le ministre a rappelé qu'il était arrivé que la seule grippe entraîne une occupation de 1.500 lits en hôpital. Deux épidémies concomitantes, conjuguées à une pénurie structurelle de personnel soignant et à des absences temporaires dues à ces maladies, ce serait très compliqué à gérer.

"On est très inquiet parce qu'on ne sait pas ce que pourraient causer ces deux maladies, grippes et covid, qui s'attaquent au même type de personnes pour les formes graves."
Frédérique Jacobs
Responsable du service infectiologie de l'hôpital Érasme

"Généralement, la grippe arrive fin décembre, début janvier", explique Frédérique Jacobs, infectiologue à Érasme. "La grippe et le covid sont tous les deux des maladies virales avec des symptômes proches, qui peuvent entraîner des formes graves, comme des pneumonies virales et des surinfections bactériennes, et des décès."

Un cumul aux conséquences inconnues

Sur un an, les épidémies de grippe peuvent entraîner le décès de 1.000 à 2.000 personnes en Belgique. L'an dernier, la grippe, freinée par les mesures contre le nouveau coronavirus, n'avait réussi qu'une incursion très limitée. Cette année, elle a davantage de liberté pour s'étendre. Or, selon Sciensano, une épidémie de grippe modérée touche environ 5 % de la population tandis qu'une épidémie plus intense en touche 10%. Et 1 personne sur 1.000 cas de grippe développe des complications nécessitant une hospitalisation.

"On sait que les enfants jouent un rôle majeur dans la transmission de la grippe, bien qu'ils soient peu malades."
Frédérique Jacobs
Responsable du service infectiologie de l'hôpital Érasme

"On est très inquiet parce qu'on ne sait pas ce que pourraient causer ces deux maladies, grippes et covid, qui s'attaquent au même type de personnes pour les formes graves: les patients avec des pathologies chroniques, des maladies pulmonaires, les immunodéprimés et les personnes âgées", poursuit la responsable du service infectiologie de l'hôpital Érasme.

Le retour des mesures connues

Depuis plusieurs jours, experts scientifiques et monde politique soulignent le nécessaire respect des mesures: distanciation sociale, port du masque, hygiène des mains, ventilation... Importance de la vaccination contre le SARS-CoV-2 aussi, avec notamment la troisième dose pour les 65 ans et plus, qui sont aussi les premières victimes de la grippe. En effet, plus de 90% des décès dus à la grippe concernent ces personnes, d'après Sciensano.

Cet arsenal vaut tout autant pour la protection contre la grippe, dont le mode de transmission est similaire à celui du covid. "On sait aussi que les enfants jouent un rôle majeur dans la transmission de la grippe, bien qu'ils soient peu malades. Pour le covid, les enfants ne semblaient pas un vecteur important avec les premières souches. Mais avec les nouveaux variants, on ne sait pas encore bien ce qu'il en est", admet le docteur Jacobs.

Le vaccin contre la grippe, qui est produit à partir de virus inactivés, est déjà disponible en Belgique. Il peut être injecté le même jour que le vaccin covid, mais de préférence dans l'autre bras (pour faciliter la surveillance des effets secondaires).

Le résumé

  • Bridée par le confinement, la grippe n'avait pas fait de ravages l'an dernier.
  • Cette année, une épidémie de grippe pourrait s'ajouter à la 4e vague de covid.
  • Les conséquences pour les patients faibles risquent d'être dramatiques.
  • Les hôpitaux auraient du mal à encaisser deux épidémies concomitantes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité