Garantir la continuité pédagogique grâce au digital

©REUTERS

EducIT a déjà formé plus de 300 professeurs pour leur permettre de donner cours à distance. Objectif: ne pas perdre le lien avec les élèves.

"On sort d’une formation là, c’est épuisant. Mais le retour des professeurs est incroyable!". Philippe Van Ophem et Daniel Verougstraete sont sur les rotules depuis le début du confinement. Avec leur asbl EducIT, ils forment les professeurs qui veulent continuer à donner cours à distance et garder un lien avec leurs élèves. Ils ont formé plus de 300 professeurs en trois semaines et c’est environ 10.000 élèves qui peuvent bénéficier d’une continuité pédagogique.

Avant le coronavirus, l’asbl EducIT, qui est uniquement financée par des philanthropes, gérait son projet "Rentrée numérique". Ce projet vise à lutter contre la fracture numérique à l’école en accompagnant les enseignants dans l’appropriation des outils et en fournissant l’équipement nécessaire aux élèves. Initialement destiné aux classes de 4e, 5e et 6e secondaire, le projet s’étend un peu plus chaque jour.

"Les enseignants ont une soif de trouver des solutions pour garder le contact avec leurs élèves."
Daniel Verougstraete
Cofondateur d'EducIT

"Notre principe de base est qu’il faut que le digital soit un outil pédagogique à l’image de la latte", explique Daniel Verougstraete. Les deux compères, accompagnés de 3 technos pédagogues, ont commencé avec 4 écoles – trois en Wallonie et une à Bruxelles – avant d’être submergés de demande suite au confinement.

"En trois semaines, nous avons réalisé plus de 400 demi-journées de formations". Et le rythme devrait encore s’accélérer. "Nous avons reçu le soutien des pouvoirs organisateurs pour avoir des technos pédagogues supplémentaires pour répondre à la demande", confirme Philippe Van Ophem.

Les écoles cherchaient une réponse au confinement

Avec le confinement, les écoles et les professeurs avaient besoin de solutions pour garder le contact avec les élèves. Les professeurs sont tous formés sur base volontaire. C’est d’abord les gestes basiques qui sont appris pour y aller pas à pas. "On leur apprend à créer leur cours puis inviter leurs élèves". Vient ensuite la structure du cours, l’utilisation de la vidéo, les corrections à distance. Après les gestes de base, les formateurs proposent des outils plus poussés qui permettent de véritablement donner cours de manière interactive et de garder le lien avec ses élèves. "Les enseignants ont une soif de trouver des solutions pour garder le contact avec leurs élèves", confirme Daniel Verougstraete.

Problème, certains élèves n’ont pas le matériel nécessaire. La solidarité s’organise alors avec des directeurs qui vont livrer du matériel informatique chez les élèves dans le besoin. Des prêts de matériels sont aussi organisés pour répondre à toutes les demandes.

Lire également

Publicité
Publicité